Les Gitans, étrangers dans leur propre pays

La population Rom de Roumanie vit dans une situaion extrême : ce sont des étrangers sur leur sol natal.
– 40% vivent sous le seuil de pauvreté
– avec en moyenne 2 euros et 15 centimes par jour pour vivre.
– ils vivent 15 ans de moins que les autres populations de l’Europe de l’Est.
– ils subissent une « ghettoïsation » insupportable : pas d’accès à l’éducation, sauf pour de très rares cas, certains postes de travail leur sont toujours interdits, ils ne disposent pas du réseau sanitaire et social des autres Roumains.
Pourquoi viennent-ils en France pour vivre dans des bidonvilles ?
Car ces bidonvilles sont encore moins insalubres que leurs propres maisons !

« Le problème en Inde, c’est le système de castes que je ne peux pas comprendre. J’ai dit des dizaines de fois que dans la Gita il est écrit que l’Esprit réside en chacun. Donc, comment peut-on avoir des castes ? Mais vous pouvez avoir des castes (des confréries) en relation avec vos aptitudes (et votre travail), c’est autre chose. Mais vous ne pouvez pas avoir de castes selon la naissance. Il y a tant d’exemples qui le prouvent, mais en Inde nous avons cette malédiction du système des castes.
Et en Occident …il y a cette chose horrible appelée racisme.

Par exemple je suis allée en Roumanie, et j’ai vu tant de Gitans qui sont traités comme des chiens. On les méprise tellement ! Ces Gitans ce sont vraiment sympathiques, il n’y a rien de mal chez eux. Au moins, ils ont un bon caractère, ils ont certains principes pour leurs femmes, ils mènent une vie morale, ce sont des gens collectifs. Mais on les traite si mal que même en Inde vous ne rencontrerez pas ce genre de choses.

Or les Roumains ne sont pas d’une origine particulière, on ne peut dire qu’ils sont germaniques ou anglo-saxons. J’ai été surprise, qu’ici plus qu’ailleurs (ils sont racistes envers les Gitans). Aussi en Angleterre on retrouve le même phonème. Les Gitans sont maltraités alors que ces personnes sont des artistes et des gens très chaleureux. »
Shri Mataji, Inde, 1994
Publié par notre Terre Mère

Thanksgiving aux USA

Aujourd’hui jeudi 25 novembre, c’est le jour de Thanksgiving aux Etats-Unis. L’origine de cette fête des récoltes remonte à l’époque des pèlerins en 1621.

Le véritable premier Thanksgiving a été tenu en 1623, quand les pèlerins ont rendu grâce par une messe donnée pour le retour très attendu de la pluie. Maintenant cette fête, largement laïque, est devenue un jour férié qui se célèbre chaque dernier jeudi de novembre.

Mais ces réjouissances de Thanksgiving sont celles des colons, et c’est pourquoi depuis 1970, des Amérindiens organisent ce jour-là, une journée de deuil national à Plymouth Rock.

« En Amérique, le plus grand problème, c’est le racisme. La façon dont les Noirs ont été traités par les autorités comme par n’importe quel Blanc, n’a pas seulement été injuste mais totalement coupable. De grandes âmes comme Abraham Lincoln ont été choquées par cette attitude sinistre, et ont fait de leur mieux pour supprimer légalement le racisme. Mais, bien que ces lois soient dans le code pénal, de graves émeutes se produisent fréquemment entre Blancs et Noirs….

Ceux qui ont semé les graines de la violence raciste récoltent maintenant la moisson d’une violence chaotique à laquelle même des adolescents participent avec brutalité. Comme chaque action a une réaction, cette réaction a atteint son plus haut degré dans le monde entier, d’une façon si laide et si injustifiée qu’il semble impossible maintenant de transformer les relations entre Blancs et gens de couleur. »

Shri Mataji, Meta Modern Era, 1995
Photo : tableau de Jean-Louis Gérôme Ferris (1863-1930), intitulé “Le premier Thanksgiving“,  image très angélique des Indiens traités comme des invités d’honneur de la fête.

Publié par notre Terre Mère

Un racisme bien ancré dans le passé

« La diversité des corps, des visages et des peaux créée par la nature est essentielle car sinon, chacun ressemblerait à tout le monde. On aurait un régiment de visages humains ennuyeux.

Malheureusement, on a traité les gens de couleur de primitifs alors que les Blancs ont été considérés comme évolués. C’est une arrogance intolérable de distinguer les hommes selon la couleur de leur peau : ils ont tous le même cœur, les mêmes sentiments, la même expression d’amour et de haine. Ils rient et pleurent pareillement.

Les pays dans lesquels les gens de couleur sont nés, sont à eux. Il se peut qu’ils soient primitifs ou arriérés mais en aucun cas étranger. Pas même un seul homme blanc n’a le droit d’occuper par la force des fusils et des canons les terres des autochtones désarmés.

Imaginez la brutalité envers les êtres humains noirs réduits en esclavage. Bien que l’esclavage ait été aboli, les pouvoirs coloniaux « blancs » ont continué à infliger des insultes et des tortures innommables aux gens simples et pauvres de leurs colonies.

Si l’histoire de la colonisation en Afrique, en Asie et en Amérique latine était écrite objectivement et conformément à la vérité, l’énormité des crimes commis par les dirigeants blancs choquerait l’humanité.

J’ai moi-même subi certains de ces crimes pendant la période de l’occupation britannique en Inde. Les Britanniques sont arrivés en Inde sans passeports ni visas et y sont restés près de trois cents ans.
Aujourd’hui, lorsque les Indiens arrivent au Royaume-Uni avec des visas en règle, leur expérience des interrogatoires par les services de l’immigration des aéroports est en général terrible.

J’avais un passeport diplomatique, étant l’épouse d’un diplomate important, et cependant, on me posait des questions impolies et insultantes, simplement parce que j’étais Indienne et non pas Blanche. Un jour, on m’a soumis à une fouille au corps sans aucune raison. Ce n’était rien d’autre que du racisme flagrant.»
Shri Mataji, Meta Modern Era, chapitre 4, Racisme, 1995

Photo : Shri Mataji jeune à gauche avec le Mahatma Gandhi et sa femme à droite
Publié par notre Terre Mère

La couleur de peau

« Le racisme est la plus grande malédiction que les hommes ont eux-mêmes créée. Dieu Tout Puissant a créé le monde avec de la diversité, des couleurs différentes, pour composer une beauté intéressante, mais ces distinctions ne sont que superficielles.

On dit que longtemps auparavant, des écrivains britanniques inventifs ont écrit des monstruosités sur les Noirs d’Afrique. Cela a été si totalement accepté que ceux qui se sont désigné eux-mêmes sous le nom de Blancs, se sont mis à exterminer des populations avec une couleur de peau différente.

Par exemple, Christophe Colomb s’est retrouvé par erreur en Amérique et les Espagnols ont commencé à développer leur empire : la plupart des Indiens ont été effacé de leur propre pays.

Bien sûr, certains ont disparu dans les montagnes pour leur salut. Il est difficile de comprendre pourquoi ces gens ont amarré dans un pays qui appartenait à d’autres. C’était au départ une aventure que d’aller explorer de nouveaux territoires, mais les conquérants ont commencé à penser que ces pays leur appartenaient. Ils ont estime que c’était leur droit fondamental de haïr ou de tuer des gens à la peau sombre ou dont la couleur était différente de la leur, et de piller éternellement leurs terres. »

Shri Mataji, Meta Modern Era, 1995,
traduction Publisud 2000, chapitre 4
Publié par notre Terre Mère

Un seul pays : la Terre

terre-petite«Les êtres humains ont divisé ce monde en différents pays, en différentes régions, ce qui n’est le reflet que de leur propre bêtise.

Il n’y a qu’un monde, Dieu n’a créé qu’un seul monde. Ce n’est pas la Terre Mère qui a créé toutes ces nations qui sont seulement là pour nous donner des lois.

Parfois, en se soulevant, la Terre Mère a formé des montagnes, qui sont comme les membres d’une même famille créés dans leur diversité pour exprimer sa beauté.

Supposez que le monde entier soit lisse comme une boule de billard, que se serait-il alors passé ? Nous aurions tous commencé par glisser… Imaginez encore, qu’il n’y ait eu que des forêts ou uniquement des montagnes, rendez-vous compte, rien que des cimes … »

Shri Mataji, Les temps Meta-Modernes, Publisud 2001

Publié par notre Terre Mère