Archives de Tag: pays en voie de développement

Marche pour l’eau et pour la vie en Equateur

Le 8 mars la marche a commencé, en direction de la Capitale Quito.

« L’eau n’est pas à vendre, cela doit être défendu ! », « L’eau, c’est la vie !», tels sont les slogans repris en choeur de toutes parts de l’Equateur par les milliers de manifestants. Dans leur pays, l’eau n’est pas une marchandise mais un bien public commun : l’accès gratuit aux ressources d’eau naturelles et propres est un droit inscrit dans la Constitution équatorienne.

Oui mais voilà, le pays est riche en matières premières qui représentent un intérêt immédiat plus lucratif que l’eau. Les conflits sont de plus en plus fréquents entre les entreprises et la population.

Les manifestants demandent à ce que leurs ressources naturelles ne soient pas sacrifiées pour l’extraction de matières premières. L’industrie minière prélève deux millions de litre d’eau sur les cours d’eau au détriment des populations voisines. Celles-ci en ont besoin pour la culture de leurs terres et leurs élevages. À cela se rajoutent les risques de contamination des réserves d’eau.

Nous pouvons nous solidariser du peuple équatorien dans ses revendications pour le maintien de l’accès libre à l’eau et pour un environnement propre en signant la lettre de pétition adressée au président Rafael Correa :

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/863/soutenez-la-marche-pour-l-eau-et-pour-la-vie-en-equateur

Publié par Mandarine pour notre Terre Mère

Préférez le fait main

« Pour des choses personnelles, vous devez utiliser des choses faites main… Je ne peux pas porter un sari en nylon. Non pas que je sois très pointilleuse sur les choses, mais je ne peux pas le supporter. Après quelque temps, si je n’enlève pas mes chaussettes, qui ne sont qu’en nylon, que faire?…

Donc, vous ne serez pas en mesure de porter du plastique à même la peau, contre le corps, vos aliments, cuisiner dans du plastique. Je veux dire que c’est trop. Dieu merci, je ne pense pas que c’est possible de cuisiner dans du plastique, n’est-ce pas?

 Mais l’aluminium est une autre chose très mauvaise. L’aluminium, vous ne supporterez pas de l’utiliser. Vous utiliserez du cuivre ou du laiton, je pense que oui.

Nous pouvons posséder des choses faites main parce qu’elles sont fabriquées à la main, elles ont donc des vibrations (venant de l’artisan et du matériau, ce qui n’est pas le cas du plastique).

Les gens aimeraient avoir des choses faites main. C’est une façon de supprimer la disparité du monde. Les pays en développement peuvent faire des choses faites main. Vous ne pouvez pas les battre avec des ordinateurs, n’est-ce pas? Allez-y, soyez fous de l’informatique, vous en reviendrez. »

Shri Mataji, Nirmala Palace, Londres, 07/06/1982

Photo: vient du site d’actions solidaires http://www.etyc.org/la-gazette/658-noel-des-cadeaux-equitables-au-pied-du-sapin-decorer-la-maison-et-le-sapin.html

Produites en Inde, ces décorations de Noël proviennent de l’organisation CT Philip créée en 1971, qui aide à améliorer les conditions de vie des plus pauvres artisans de Chennai (la capitale de l’État du Tamil Nadu) en exportant vers l’Europe et notamment la France.

Publié par notre Terre Mère

Un pub intelligente

Allez, abandonnez quelques minutes seulement votre cynisme de rigueur face à la pub, c’est pour la bonne cause:  

Signal, en partenariat avec l’Unicef, veut sensibiliser les enfants au brossage quotidien des dents. Evidemment, ce n’est pas par hasard ni par altruisme…

Depuis  ce lundi 23 août, les peitis pauvent se connecter pour s’engager à se brosser les dents matin et soir. ce site propose aussi des des informations sur les bénéfices d’un brossage quotidien.

Mais ce qui nous intéresse ici, c’est l’engagement que l’on peut prendre en faveur d’un accès à l’eau potable pour les enfants des pays en voie de développement. Pour chaque engagement, Signal versera 0,50 centimes d’euro à l’Unicef.

Si on obtient 200.000 clics, c’est  4.000 enfants qui pourront accéder à l’eau potable au sein de leurs écoles.

Il ne faut pas non plus oublier qu’en France,  50% des enfants de moins de 6 ans ne se sont jamais brossés les dents  !(source : Research International 2004).

Plus sur : www.missionsignal.fr

Publié par notre Terre Mère

Tous porteurs d’eau

Porteurs d’eau et porteurs d’espoir:

Une nouvelle opération lancée par Danielle Mitterand et l’association « France Libertés », vient d’être relayée par les créateurs Agnès B et Philippe Starck.

Philippe Stark a dessiné un objet, un collector, un flacon d’eau pour nous sensibiliser au problème de manque d’eau potable que subissent plus d’un million et demi de personnes dans le monde.

Il suffit d’acheter ce flacon 5 euros dans les magasins Agnès B, et ils seront entièrement reversés à l’association « France Libertés » pour la mise en place de projets liés à la distribution d’eau dans les pays pauvres, comme c’est déjà le cas au Radjastan en Inde et en Amérique du Sud.

Pour faire passer ce message de partage de nos richesses en eau, il faudrait sans doute créer une organisation mondiale de l’eau, comme pour l’organisation mondiale de la santé.

En attendant, soyons nous aussi des porteurs d’eau.

Plus sur : www.france.libertes.fr

Publié par notre Terre Mère

Recyclage et pauvreté

Voici un autre épisode de maestro: une découverte de la pauvreté et du recyclage, d’abord à Manille puis en Inde.
Pourtant, c’est plutôt un épisode pour les plus grands enfants du primaire, car il est un peu difficile parfois, mais très réaliste.
Publié par notre Terre Mère

Copenhague, victoire ou échec ?

Un verre à moitié vide ou à moitié plein


Les écologistes français sont furieux contre les politiques : pour eux, Copenhague est un fiasco.
Mais après deux semaines de débats houleux, la dernière ligne droite, la réunion des 130 chefs d’Etat suivie d’une nuit de tentatives tendues, ont abouti à un accord adopté vendredi par 28 pays industrialisés et émergents.
Il a été impossible d’adopter un texte commun au vu des divergences entre les pays en développement.
Jugé « insuffisant » par Barack Obama et Nicolas Sarkozy, ce dernier admet pourtant que c’est « le meilleur accord possible » au vu des circonstances. Le document est très court (3 pages) mais fixe l’objectif d’un réchauffement à 2 degrés par rapport aux niveaux pré-industriels.
Ouf, c’est beaucoup mieux qu’un cul de sac sans accord du tout.

« Ce n’est peut-être pas tout ce que nous espérions, mais cette décision de la conférence des parties est une étape essentielle », dit le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.


En tous les cas, le sommet de Copenhague est une victoire pour la citoyenneté: jamais encore on avait vu une telle action populaire généralisée, partagée par tant d’organisations aussi diverses.
Cela prouve bien que le changement de mentalités et de comportement est en marche et que les citoyens du monde sont en avance sur leur dirigeants. C’est un bel espoir pour l’avenir, il ne faut pas lâcher…
Publié par notre Terre Mère

Copenhague, il reste 48 heures

Ce n’est pas 110 chefs d’Etats, mais 130 qui sont arrivés aujourd’hui ou sont en chemin pour le faire. Cette concentration exceptionnelle de représentants de pays du monde entier est à la hauteur et à la mesure de cet événement unique.

Beaucoup sont mécontents et veulent déjà enterrer le sommet de Copenhague.  Mais tout peut encore arriver : Hilary Clinton vient d’annoncer que les Etats-Unis verseront 100 milliards de dollars pour aider les pays pauvres à lutter contre le réchauffement à condition qu’il y ait « un accord solide, par lequel toutes les grandes économies se rangeraient derrière des actions significatives d’atténuation (du réchauffement climatique) et offriraient une transparence totale sur sa mise en œuvre ». Ce qui vise la Chine qui refuse encore plus ou moins fermement que l’on vérifie son respect de son engagement.

Barack Obama n’arrivant que demain, on voit mal comment les véritables négociations pourraient commencer, notamment avec la Chine. La Russie est aussi encore relativement muette, et l’Inde semble vouloir avancer dasn la mesure de ses moyens.

Une bonne nouvelle : la direcrice des négociations vient de démissionner; elle a été très critiquée pour sa façon d’organiser la rédaction de textes en petits commités, par les pays émergents et surtout par la Chine. C’est le Premier ministre danois qui la remplace.

Donc on respire et on recommence : la journée décisive, c’est demain.

Déjà, de nombreuses personnes ont pu s’exprimer au sujet du besoin urgent de changer nos habitudes de consommation, notamment alimentaires.
Porter ces réflexions à un niveau mondial est une aventure qui n’a jamais encore été réalisée avec cette ampleur. voici pou rnous un succès qui est déjà confirmé.

Publié par notre terre Mère

Copenhague, neuvième jour, tensions

Il est de plus en plus difficile d’entrer dans le centre des négociations, le Bella Center : 90 places pour les négociateurs des ONG sur 20 000 personnes acréditées. Et le week-end prochain, une quarantaine de chefs d’Etat va se réunir sans les autres conférenciers…

Bernaditas Muller vient des Phillipines. Elle est une fervente défendeuse des pays du Sud et représente aujourd’hui le Soudan. Sa réaction est assez représentative de ce que les gens avertis pensent de cette conférnce de Copenhague. Elle venait tout juste de se faire débarquer de la délégation philippine quand les journalistes l’ont intervieuwée. Beaucoup y voient une maneouvre des pays industrialisés.

Elle dit n’avoir jamais constatée une telle chose, elle qui est habituée aux conférences sur le climat. Elle se demande comment les politiques vont négocier et s’ils savent vraiment de quoi ils parlent. Car les ministres présents vont prendre beaucoup de place et des négociateurs techniques ne pourront plus s’exprimer: « ce n’est ni démocratique, ni transparent, dit-elle,… jamais de ma carrière climatique je n’ai vu de ministres négocier ».
Conclusion : ça chauffe, espérons que cela n’éclate pas..
Publié par notre Terre Mère

Copenhague, lundi, reprise des débats

Après un repos ce dimanche, reprise des débats ce lundi.
Reprise? Eh, non !

Le débat principal de la conférence, vient d’être suspendu suite aux nombreuses protestations des pays africains : ils accusent les plus riches d’essayer de tuer le protocole de Kyoto actuel.

Le ministre australien Penny Wong a réagi en ces termes:
« C’est un départ lié au processus et à la forme, pas un départ lié au fond, et c’est regrettable ».

« Rien ne se passe en ce moment », explique Zia Hoque Mukta qui vient du Bangladesh. Les pays en développement ont demandé à la ministre danoise Connie Hedegaard qui préside les débats, que le débat prote en priorité sur les objectifs d’émission des pays industrialisés. C’est la condition minimale pour que les discussions puissent reprendre.

Ces pays en développement, ont-ils vraiment le choix des armes ?
Publié par notre Terre Mère

Réapprendre les savoirs traditionnels

 Il faudra bien sortir un jour de cette domination occidentale, non seulement au niveau économique mais surtout au niveau de la vision et conception de notre société. Chez nous aussi, il faudra réhabiliter ce qui vient de nos traditions,  pour sortir de l’idée d’une science tout puissante.

José Gualinga, qui représente les Kichwa de Sarayaki en Amazonie équatorienne, nous avertit :

 »Le monde regorge de connaissances multiples, très approfondies mais souvent ignorées. Ces systèmes de connaissance traditionnels jouent pourtant un rôle essentiel. Il nous faut sortir de notre ethnocentrisme et de l’  »occidentalocentrisme » ambiant pour apprendre de ces savoirs’…
Tout au long du processus de modernisation, les peuples indigènes ont souffert. On a violé nos droits, nos libertés. On nous a exclu et aujourd’hui on prend nos savoirs pour en tirer profit. Le système actuel a fait que les entreprises ont des droits, les peuples comme nous, la nature n’en ont pas. La nature est pillée, nos savoirs sont appropriés par d’autres »

Vandana Shiva souligne:

 »Aujourd’hui près de 730 brevets sont dans les mains de cinq entreprises, qui privatisent des connaissances traditionnelles. Il faut défendre les savoirs ancestraux comme un bien public. Les peuples doivent pouvoir conserver le droit d’utiliser leurs connaissances »….
http://www.actu-environnement.com/ae/news/manifeste_respect_defense_savoirs_traditionnels_8831.php4

Publié par notre terre Mère