Monsanto : la nature se rebiffe

Les chrysomèles sont les principaux insectes qui ravagent le maïs, car leur larves rongent les pieds de la plante. Aux USA, où environ 50% du maïs est transgénique,  les variétés OGM Bt de Monsanto ont réussi à les écarter pendant quelques années.

Mais quelle a été la réponse de la nature ? Face aux OGM, une sélection naturelle des insectes résistants à cette toxine s’est opérée spontanément. Mickael Gray, professeur au département des sciences environnementales à l’université de l’Illinois, déclare « le développement d’une résistance est inévitable en quinze à vingt-cinq ans ».

 Monsanto a déjà en réserve un nouvel OGM résistant aux nouvelles générations de chrysomèles ! C’est un circuit sans fin. La seule certitude, c’est l’aspect financier et rémunérateur pour le producteur, mais quel est l’avantage pour les cultivateurs et les consomateurs ?
Une solution serait-elle l’utilisation de plantes repoussant les  chrysomèles par exemple, ou l’élevage de leur prédateurs naturels, donc le respect des cycles de la vie ? Il faudrait surtout éviter de cultiver du maïs pour nourrir les bovins qui n’arrivent pas à digérer ces végétaux et produisent du méthane de leurs gaz ! 

La morale de l’histoire:

Traffiquer le vivant en voulant à tout prix utiliser des techniques non respectueuses de la nature ne profite qu’aux industriels.

Un dossier très complet sur :
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/botanique-1/d/mais-ogm-monsanto-premiers-signes-dune-resistance-de-la-chrysomele_33179/#xtor=EPR-17-

Publié par notre Terre Mère

Campagne anti pollution et anti OGM

La campagne choc anti OGM et anti pollution de France Nature Environnement a commencé aujourd’hui mardi 15 février 2011,  dans Paris, où, jusque dans le métro, on peut voir un ensemble de 6 affiches qui interpelle les voyageurs sur le danger de la pollution agricole.

 

 

 

 

 

On pourrait dire, et c’est ce que la associations agricoles clament, que c’est une campagne anti agricole, anti industrialisation, lancée  à 4 jours du salon de l’agriculture qui se déroulera à Paris du 19 au 27 février.C’est, dit le président de la FNSEA, Xavier Beulin, « une campagne choc, caricaturale et clairement orientée contre l’agriculture ».

Cette campagne est une bonne idée et arrive au bon moment, car s’il est vrai que 80% de Français déclarent ne pas vouloir manger d’ OGM, l’information n’est pas toujours transparente sur les produits de consommation.  

Mais l’association entre la pollution des algues vertes sur les plages de Bretagne et les éleveurs de porcs, n’est pas du goût non plus des derniers et deux organisations représentant les filières porcine et viandes, ont saisi en vain la justice pour faire interdire ces affiches.
Il aurait été intéressant de commencer cette campagne sur Rennes ou nanates. Là, les réactions auraient certainement été plus radicales.

 

 

 

 

 

On pourrait regretter que l’affiche sur la mortalité des abeilles ne soit pas  clairement compréhensible, et qu’elle laisse les gens un peu perplexe avant de retomber dans une certaine indifférence. Sinon, les autres ne manquent pas d’humour.

Eh oui, la loi n’impose pas l’étiquetage de la viande des animaux nourris avec des OGM!

Publié par notre Terre Mère

Bienveillance en faveur des OGM

Les OGM, organismes génétiquement modifiés, sont par exemple des virus, des bactéries, des animaux, des poissons, des plantes. Sortis de leurs laboratoires, certaines de ces plantes, maïs, coton, colza, soja sont utilisés en grandes cultures. Ainsi, des milliers d’hectares sont ensemencés avec le soutien de certains gouvernements.

Des scientifiques affirment leur utilité pendant que d’autres les contredisent lorsque la preuve de leur non nocivité pour l’homme et l’environnement n’est pas prouvée.

Gilles Eric Séralli, professeur de biologie moléculaire depuis 1999, est l’un d’eux. Il dénonce notamment une certaine bienveillance envers les 3 maïs OGM – MON 863, MON 810 et NK 603-commercialisés par la firme Monsanto.

 
Biologiste reconnu, cité en 2008 Chevalier l’Ordre National du Mérite pour sa carrière, il s’est engagé dans le débat. C’est un expert en son domaine pour l’Union Européenne. Il a fondé avec l’ancien ministre Corinne Lepage et Jean-Marie Pelt le Comité de Recherches et d’Informations Indépendantes sur le Géni Génétique. Il a publié de nombreux ouvrages dont en 2003 “Génétiquement incorrect” et en 2004 “Ces OGM qui changent le monde”. Ces dernières semaines, il a été attaqué moralement et scientifiquement par ses confrères favorables aux OGM : Claude Allègre et Axel Kahn membres de l’association Française des Biotechnologie Végétales présidée par le professeur de génétique Marc Fellous.

Pour se défendre,  Gilles Eric Séralli a engagé un procès en diffamation contre Marc Fellous. Le Tribunal de Grande Instance de Paris sera le théâtre  de ce procès prévu pour le 23 novembre 2010 à 13 h 30.

Journée du 23 novembre 2010 :

11H : Conférence de Presse avec Gilles-Eric Séralini, Christian Vélot et Pierre Méneton  à l’école Nationale de la Magistrature (Ile de la Cité, Quai aux Fleurs, Paris)

12H : Rassemblement devant le Tribunal de Grande Instance, Ile de la Cité, rue de Lutèce

13H30 : Début du procès

14H30 : Réunion publique « Expertise scientifique et décisions politiques » Péniche Alternat, Quai de la Tournelle (Pont de l’Archevêché /Pont de la Tournelle).

Pour en savoir plus :

JORF n°0026 du 31 janvier 2008, page 1853, texte n° 14, « Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination »

« Ces OGM qui changent le monde », (collection Champs, éd. Flammarion)

http://www.criigen.org/SiteFr//index.php?option=com_content&task=view&id=57&Itemid=105

www.lemonde.fr/…/les-dangers-des-ogm_1357_3244.html

Publié par Notre Terre Mère

 

Les produits chimiques sont dans notre sang

Les produits chimiques sont présents dans l’air, l’eau, le sol et leurs conséquences sur la santé humaine sont souvent inconnues.
Les Bisphénol A est déjà très connu et a été interdit dans les biberons. Il bloque le processus immunitaire entre autre…

La pâte à tartiner Nutella contient le plus dangereux des phtalates : le DEHP (décelé par l’Office Fédéral de l’environnement). La société Ferrero reconnaît sa présence dans le produit mais il faudrait en ingérer une quantité astronomique, selon elle, pour que cela soit nocif. Un optimisme non partagé.

Le DEHP est déjà interdit dans l’industrie des jouets pour sa dangerosité et sera définitivement interdit en Europe fin 2012 mais d’ici là on continue de le retrouver dans notre alimentation. Sinon dans le Nutella il y a aussi de l’huile de palme et des OGM…

Une étude en Allemagne a étudié 600 enfants : tous avaient dans leur corps des traces de 5 phtalates ! Chez 20 % d’entre eux ces phtalates sont en quantité toxique.
Si on considère l’effet d’accumulation et l’effet cocktail des phtalates, c’est probablement 80 % des enfants qui absorbent des quantités déraisonnables de phtalates.

Pour plus d’info sur les OGM qu’on nous cache : http://guide-ogm.greenpeace.fr/

Publié par notre Terre Mère

OGM : tous compromis !

La commission de la santé et de la sécurité alimentaire de l’UE, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments ou AESA n’est pas indépendfante !

A l’heure où les congflits d’intérêts nous questionnent justement, il est vraiment fort d’apprendre que la Présidente de l’AESA, Madame Banati,  est membre du conseil d’administration d’une association regroupant 400 grandes entreprises de l’agro-industrie et de l’agro-pharmacie  : c’est à dire pour les plus connues et non des moindres, Monsanto, Synerga, Nestlé, Kraft foods.

On s’en doutait déjà me direz-vous : l’AESA a approuvé plus de 100 OGM ! M ais c’est autre chose d’en avoir la preuve. Comme quoi, dans le joli monde des OGM, où tout a l’air d’être si parfait, il semble que chacun soit plus ou moins compromis.

Merci à José Bové député européen pour Europe Ecologie, d’avoir révélé cette information lors d’une conférence de presse, à Bruxelles, aujourd’hui.

Heureusement qu’il nous reste quelques David, quelques Don Quichotte des temps modernes pour dénoncer cette masquarade ! 
Plus sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/09/29/la-presidente-de-l-autorite-europeenne-de-securite-des-aliments-appartient-a-un-lobby-industriel_1417442_3244.html

Publié par notre Terre Mère

Halte aux OGM

Evitons l’entrée massive en Europe de cultures OGM qui menacent la biodiversité.

Imaginons que l’argument de la nocivité pour notre santé ne vous ait pas convaincu : de nombreux avis médicaux mettent en garde contre les conséquences de la consommation d’OGM, mais les experts engagés par les entreprises comme Monsanto arrivent toujours à des conclusions optimistes ce qui brouille les pistes.

Il reste donc le problème de l’indépendance économique des agriculteurs : les semences des OGM sont chères car brevetées, elles doivent être rachetées chaque année, et demandent l’utilisation de produits spéciaux disponibles uniquement chez les semenciers. Ces pesticides sont très polluants.

Contre le souhait des citoyens, et contre l’avis de plusieurs Etats membres, la CE vient d’autoriser l’entrée et la culture d’OGM en Europe ! Mais il nous est encore possible de déposer une demande officielle auprès de la Commission si nous atteignons un million de signatures de citoyens européens.

Déjà, Greenpeace et Avaaz ont réussi en un mis à récolter 850.000 signatures environ. Voici la dernière ligne droite pour atteindre le million, en signant la pétition qui suit :

https://secure.avaaz.org/fr/eu_health_and_biodiversity

Publié par notre Terre Mère

Saumon transgénique made in USA

De plus en plus fort : la société américaine AquaBounty Technologies a créé un nouveau saumon à partir de gènes d’anguilles. Mais son produit, qui grossit en 16 mois au lieu de 2 ans et demie, « ne serait pas étiqueté comme produit transgénique » car il est soi-disant biologiquement identique aux autres saumons !

Or ce sont des scientifiques direz-vous, ils doivent savoir de quoi ils parlent.
Mais les experts de la FDA, l’autorité américaine de régulation des médicaments et des aliments, a déjà donné ses conclusions qui se sont basées sur le dossier remis par l’entreprise AquaBounty !

Juge et partie encore une fois.

L’une des plus grandes organisations américaines de défense des consommateurs, vient de contredire hier le fait qu’il n’y ait aucune différence biologique entre les saumons transgéniques et les autres…

Ce saumon sera le premier aliment OGM à entrer dans les assiettes des Américains : mais 95% d’entre eux veulent avoir un étiquetage clair leur permettant de choisir en connaissance de cause, s’ils veulent manger OGM ou non. Et on irait jusqu’à leur enlever ce droit… 

En Europe, nous sommes encore un peu protégés mais pour combien de temps ?

Remarque : « made in USA », c’est un peu raccourci. Il a été conceptualisé aux USA, les oeufs sont fabriqués au Canada, il grandit dans des citernes au Panama et se consomme aux USA, avec bien évidemment, une grosse production de gaz à effet de serre. En bref, c’est une croissance tout à fait en opposition avec celle d’un saumon.

Photo : fournie par  AquaBounty Technologies, montre 2 saumons au même âge. Devinez lequel est transgénique… 

Publié par notre Terre Mère

Du jus de raisins aux OGM ?

L’arrachage le 15 août 2010 des pieds de vigne transgénique sur la parcelle expérimentale de l’Institut scientifique National de Recherche agronomique, L’Inra, repose le problème de la culture OGM en milieu naturel.

Depuis 160 ans, le vignoble français souffre de la maladie du court-noué, un ver microscopique, le nématode, qui pique les racines et transmet le virus.   Le court-noué est impossible à éradiquer.

Il n’y a que 2 solutions envisagées : développer des plants résistants à ces vers ou mettre les sols en jachère. Cette dernière solution est plébiscitée par les viticulteurs biologiques mais jugée trop coûteuse par les exploitants traditionnels.

Comme nous ne pouvons plus utiliser de produits chimiques (les nématicides) pour désinfecter les sols et se débarrasser ainsi du ver qui infecte les racines de la vigne, il faut arracher les pieds jusqu’à la racine et laisser le sol au repos pendant huit à dix ans !!

Nous comprenons donc bien le problème, car attendre 10 ans ou développer des porte-greffe transgéniques résistants en pleine nature, ce qui nous semble vraiment dangereux, ne sont pas des solutions !

 Mais, nous pourrions aussi revenir à une habitude agricole bien plus saine même si elle est plus longue : la sélection d’espèces résistantes. Il s’agit de développer par hybridation des porte-greffe résistants au ver. Cette sélection classique fait aujourd’hui l’objet de nombreuses recherches.

Plus sur : http://www.actu-environnement.com/ae/news/vigne-ogm-10888.php4

http://www.lepoint.fr/archives/article.php/375009

 Publié par notre terre Mère

Dire NON aux OGM

La commission européenne vient d’autoriser l’entrée et la culture d’OGM  en Europe ! Les citoyens et plusieurs états membres y sont pourtant clairement opposés.

Les semences OGM sont chères: elles sont brevetées, doivent être rachetées chaque année, nécessitent des produits spéciaux disponibles uniquement chez les semenciers, et  utilisent énormément de pesticides.

C’est trop tard, me direz-vous ? Eh bien non !

La gouvernance européenne nous permet de déposer une demande officielle auprès de la Commission : si au moins 1 million de citoyens européens la signent, ils réviseront leur position.

Dèjà,  après 1 mois d’action, Greenpeace et Avaaz ont réussi a rassembler près de 610.000 signatures.
Notre positionnement est peut-être le seul et dernier rempart contre l’entrée massive en Europe de cultures invasives qui menacent la biodiversité, sont potentiellement nocives pour notre santé et  dangereuses pour l’indépendance économique des agriculteurs européens.

Surtout n’hésitez pas à signer vous aussi cette  pétition;  30 secondes par ci, 30 secondes par là, et les petits ruisseaux font les grands fleuves :

http://www.saveourseeds.org/signatures/sign_fr.html

Plus sur: http://www.saveourseeds.org/int/france/

Publié par notre Terre Mère

L’Amarante, la revanche des Incas sur Monsanto

La nature reprend le dessus grâce à une mauvaise herbe:
Aux états-Unis, cinq mille hectares de culture de soja transgénique ont du être abandonnés par les agriculteurs et cinquante mille autres sont en danger !
Pourquoi ?
Une petite plante, l’Amarante, résiste au Roundup de la multinationale Monsanto.
Les champs  ensemencés avec des graines « Roundup Ready », possédant un gène de « résistance » aux  mauvaises herbes, sont envahis par cette petite amarante, qui est en train de coloniser la Georgie, la  Caroline du Sud, et du Nord, Arkansas, Tennessee et Missouri…

Comment ?
Il y aurait eu un transfert de gènes entre la plante OGM et certaines herbes indésirables, comme l’Amarante. Pour le généticien britannique Brian Johnson : « Il suffit d’un seul croisement réussi sur plusieurs millions de possibilités. Dès qu’elle est créée, la nouvelle plante possède un avantage sélectif énorme, et elle se multiplie rapidement. L’herbicide puissant utilisé ici, à base de glyphosphate et d’ammonium, a exercé sur les plantes une pression énorme qui a encore accru la vitesse d’adaptation. »

La seule solution est d’arracher les mauvaises herbes à la main, mais ces herbes sont profondément enracinées, donc 5 000 hectares ont été tout simplement abandonnés.

Une plante sacrée:

Cette plante est sacrée pour les Incas et les Aztèques, car elle fait partie des aliments les plus anciens du monde et que ses feuilles, plus riches en protéines que le soja, contiennent des vitamines A et C et des sels minéraux. La plante peut produire environ 50 000 grains, 1500 grains faisant 1 gramme de produit consommable. Le nom « marante » vient du grec et signifie « immortel » car l’Amarante possède des principes de guérison multiformes en raison de ses substance internes.
Elle supporte la plupart des climats, même difficiles, et est très résitante aux  insectes et maladies. L’Amarante peut relancer l’agriculture pour des populations qui vivent dans des zones qui sont de plus en plus désertées.

C’est une réponse magnifique de la nature à ces apprentis sorciers qui jouent avec le vivant sans respect pour celui-ci.

Plus sur: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/botanique-1/d/ogm-la-menace-des-super-mauvaises-herbes-samplifie_19036/&usg=__syT90OjdFQsKlI1OgLFKVUffRNI=&h=613&w=400&sz=64&hl=fr&start=1&itbs=1&tbnid=K4b9xol00yKNFM:&tbnh=136&tbnw=89&prev=/images%3Fq%3Dl%2527amarante%26hl%3Dfr%26gbv%3D2%26tbs%3Disch:1

Publié par notre Terre Mère