l’harpagophytum, un anti-inflammatoire naturel


L’harpagophytum est une plante qui pousse en Afrique du Sud et en Namibie et dont les racines servent à fabriquer des substances anti-inflammatoires et analgésiques. Le soulagement que l‘harapagophytum procure aux personnes souffrant de rhumatismes est rapide et sans effet secondaire.

En Allemagne, le docteur Wegener T. a conduit une étude en 2003 qui montre comment l’harpagophytum réduit la douleur et les symptômes de l’arthrose chez un groupe de patients.
L’harpagophytum serait aussi efficace que des médicaments pour calmer les inflammations et les douleurs de l’arthrose.

En France, une autre étude a été conduite en 2000 pendant 4 mois sur 122 personnes, pour évaluer l’efficacité et l’innocuité de l’harpagophytum dans le traitement de la hanche et l’arthrose du genou, comparativement au médicament « diacerhéine ». Le critère d’évaluation était le score de douleur, les doses étaient de 2610 mg d’harpagophytum par jour, comparées avec la prise de diacerhéine à 100 mg par jour.
Des améliorations considérables dans symptômes de l’arthrose ont été observées dans les deux groupes, sans différence significative pour la douleur. Toutefois, l’utilisation d’analgésiques (acétaminophène caféine) et anti-inflammatoires (diclofénac) des médicaments allopathiques a été significativement réduite dans le groupe prenant de l’harpagophytum, qui a eu également un taux nettement plus faible d’effets indésirables.
Donc, on peut en conclure que l’harpagophytum était au moins aussi efficace qu’un médicament de référence (diacerhéine) dans le traitement de l’arthrose du genou ou de la hanche et réduit la nécessité d’analgésique et d’anti-inflammatoires.

Sources sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14669250

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11143915

Publié par notre Terre Mère

Le cumin : un anti-stress ?


Le cumin est une épice populaire qui a longtemps été utilisée comme une herbe médicinale en Egypte par exemple. Le sol des tombeaux des pharaons était parsemé de graines de cumin, donc on le connaît au moins depuis 5000 ans. Le cumin vient sans doute du bassin méditerranéen, mais il est aussi très connu en Inde.
Cette épice a pu être consommée pour traiter divers symptômes:
– la diarrhée
– les flatulences
– certains problèmes gynécologiques
– des maladies respiratoires

L’administration quotidienne de cumin à des rats de laboratoire a inhibé leur stress et induit des modifications biochimiques urinaires. La mémoire et d’autres activités cognitives telles que l’acquisition, la rétention et la récupération d’informations ont également été renforcées chez les rats par l’abortion de cumin.
Selon l’étude, du département de Biotechnologie, Université de Konkuk, « Biomedical and Health Sciences », en Corée:
« Cette étude apporte un soutien scientifique à l’hypothèse que l’extrait de cumin améliore les activités de la mémoire, agit comme un anti-stress, un anti-oxydant, et que son utilisation traditionnelle comme une épice culinaire dans les aliments est bénéfique dans la lutte contre le stress et les troubles connexes. »

Plus sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21639683

Publié par notre Terre Mère

Du charbon contre le choléra ?

Un choléra impitoyable attaque en ce moment Haïti.

Le choléra est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par le bacille Vibrio cholerae ou bacille virgule, qui est très nocive pour l’homme et peut tuer une personne en moins de 24 heures.

Même si 75% des sujets infectés par le virus n’ont aucun symptôme et que les 25 %restant ont en général des symptômes peu invalidants, il reste environ 5% des cas pour qui la diarrhée aiguë peut être mortelle, si la déshydratation n’est pas traitée immédiatement.

Voici une recette qui pourrait aider ceux qui souffrent de cette maladie, et qui n’ont, comme les Haïtiens, que très peu de moyens.

Elle est à base de charbon de bois qui arrête la diarrhée et nettoie aussi le transit intestinal.
On conseillera plutôt le bois provenant de coques de noix de coco, peuplier, tremble ce qui n’est pas forcément facile à obtenir.

Pourquoi ça marche ?

Le charbon végétal retient les virus dans sa structure et permet de les éliminer par les selles car il a un fort pouvoir absorbant au niveau de l’intestin.

Le charbon végétal est aussi utilisé pour traiter les troubles digestifs tels que douleurs abdominales, ballonnements, troubles du transit. Il supprime l’aérophagie, les éructations, les gaz intestinaux, et la mauvaise haleine due à une trop forte fermentation intestinale.

La recette :

– écraser le charbon jusqu’à obtenir une poudre fine.
– mettre entre 50 et 100g de cette poudre mélangée à 1 verre d’eau de 25cl
– laisser reposer pendant 20mn
– puis boire la solution obtenue.

Posologie: 1 verre 3 fois par jour.
On peut boire jusqu’à 4 ou 5 verres par jour en cas de crise aigüe.

Qu’en pensez-vous ?
Recette proposée par Echimane Anoh, Ethnopharmacologue, Abidjan- Cote D’ivoire.

Publié par notre Terre Mère

Ayurveda contre méchantes bactéries en vue?

Attention, nos antibiotiques vont bientôt finir de faire leur effet sur les bactéries de dernières générations ! Le gène NDM-1 aide ces méchantes bactéries  à se propager, car il permet la synthèse d’une enzyme qui inactive la plupart des antibiotiques présents sur le marché…

C’est, pour l’instant, assez discret en Europe depuis cet été. En France, déjà quatre personnes ont été infectées… L’inquiétude des médecins commence à se faire entendre.

Notre médecine allopathique serait-elle la seule réponse ? Pourrait-on se protéger en amont ?

Il existe en Inde une médecine traditionnelle, l’Ayurvéda, qui traite la personne comme un tout.

Pour les Français,  l’Ayurvéda est surtout une technique de massages, de soins de beauté et quelques produits pour se sentir mieux. Mais cette médecine est très complexe et il faut environ 20 ans pour se former.

Elle a débuté avec les premiers textes sacrés, les Védas, il y a environ 8000 ans. C’est donc une longue tradition qui a conduit les médecins indiens à diagnostiquer des maladies selon trois plans : le plan physique, sur lequel la médecine occidentale s’est développée, le corps « énergétique », c’est-à-dire le mental ou l’astral, et le corps spirituel ou causal qui correspond à un système d’énergie subtile et à des chakras.

La santé est donc l’équilibre de ces 3 corps et la première chose pour rester en santé est de respecter les régimes et les comportements liés à notre constitution, nos « doshas ». La première chose est donc de connaître notre dosha d’origine et celui actuel qui peut être perturbé, et seul le médecin ayurvédique peut faire son diagnostique en prenant notre pouls et en évaluant notre « vitalité ».

Peut-être que cette médecine pourrait nous aider à renforcer notre organisme en préparant notre corps à éliminer toutes les toxines, pas seulement celles du métabolisme physique erroné, mais aussi celles produites par notre comportement, nos émotions, notre psychisme, notre environnement…afin d’affaiblir l’attaque de ces bactéries.

Plus sur : Judith Morrison, Le livre de l’Ayurvéda, le guide personnel du bien-être, éd. Le courrier du livre

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/les-super-bacteries-ndm-1-arrivent-en-france_26126/#xtor=EPR-17-

http://www.science.gouv.fr/fr/actualites/bdd/res/3716/multi-resistance-des-bacteries-aux-antibiotiques-les-chercheurs-se-mobilisent/

Publié par notre Terre Mère

La médecine traditionnnelle indienne

Le savoir médical indien se perpétue de maître à disciple depuis des millénaires. Il est considéré comme sacré car il serait d’origine Divine.

Il vient enfin d’être numérisé : cela signife que 230.000 références sont désormais enregistrées et rendues disponibles pour l’Office européen de dépôt des brevets. Ainsi, les laboratoires pharmaceutiques voleurs de savoirs, ceux qui brevètent le vivant et le cuturel, les « biopirates« , ne pourront plus s’approprier ni exploiter un médicament connu depuis des siècles par des médecins indiens. (Ayurvéda, Yoga…)

C’est un grand pas vers le respect des peuples et des cultures qui n’ont jamais été attirés vers le profit financiers mais vers le bien-être de leur concitoyens.


Plus sur: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/linde-veut-proteger-sa-medecine-traditionnelle-contre-les-copieurs_23691/#xtor=EPR-17

Publié par notre Terre Mère