Archives de Tag: Indiens

Matariki, un hymne à la vie

Voici l’histoire de Matariki de la tribu Ngāti Toa Rangatira racontée pour les enfants par l’aîné Te Waari Carkeek


« Chaque année, durant les nuits les plus froides, le groupe de sept étoiles Matariki appelées aussi les Pléiades, s’élève dans le ciel pour la première fois. Cela se passe toujours à l’aube, juste avant que le soleil pointe ses rayons. On est tous à l’affût de ce moment car il marque le début d’une période importante de l’année : le nouvel an de Maoris.
C’est le moment où toute la famille se réunit: on parle du passé, on fait surtout des projets pour l’avenir, comme ici en France. C’est dans cet échange que l’on comprend comment chacun joue son rôle dans la famille. Ecouter les histoires de nos aînés, comprendre e qu’ils font nous aide à comprendre ce qu’on pourra faire nous aussi quand on sera grand.
Saviez-vous que la Pléiade des Matariki formait une famille ? Selon la tribu Ngāti Toa, l’étoile Matariki est la mère et elle a 6 filles. Tous les ans, elles traversent le ciel pour aller rencontrer leur grand-mère la Terre (papa-tu-a-nuku). Lors de leur visite, elles aident la Terre à préparer l’année à venir. Elles utilisent leurs seuls pouvoirs: celui de donner la vie (mauri) aux différents environnements. En passant du temps avec la Terre, qui est une dame âgée, elles apprennent de nouvelles connaissances et compétences qu’elles transmettent aux autres à leur tour.
-Tupu-a-nuku, la plus âgées de six filles, s’occupe de faire pousser les différentes plantes. Elle fait bien attention à que toutes les plantes aient tout ce dont elles ont besoin pour grandir pour pouvoir ensuite donner de la nourriture, des médicaments et des habits. Quand on la voit briller, on se rappelle qu’on a tous notre place dans ce monde et qu’on peut développer nos talents et aider les autres à développer les leurs.
-Tupu-a-rangi aime chanter et a une chanson pour chaque occasion. Elle chante pour la forêt et les dieux de la forêt et la fore^t se sent nourrie des ses chants. Tous les petits animaux reprennent sa chanson ce qui remplit le monde de joie. Elle garde ses chansons tout près de son cœur. On apprend d’elle à partager nos talents avec les autres.
-Waipuna-a-rangi accompagne sa grand-mère la Terre pour s’occuper des mers, des océans, des lacs et des rivières. Elle suit aussi attentivement comment l’eau s’évapore pour retourner au ciel et retomber sous forme de pluie. Grâce à elle on sait que toute la gentillesse que vous enverrez aux autres reviendra vers vous.
– Waiti and Waita sont des jumelles qui s’occupent du monde des insectes. Comme les insectes, elles savent comment agir en équipe. Même si les insectes sont tout petits, ils peuvent faire de grandes choses ensemble car ils sont nombreux. Les abeilles permettent aux fleurs de faire des fruits, les fourmis font de grands tunnels dans le sol qui aèrent la terre. Ces deux étoiles nous encouragent à nous aider mutuellement et à agir collectivement.
-Uru-a-rangi, la plus jeune, aime aller se blottir dans es bras de sa grand-mère. Son enthousiasme aide la Terre à se préparer pour la nouvelle saison. Une bonne humeur aide toujours à réussir les choses de la vie.
Mais alors, que fait la maman Matariki?
Elle fait se que font toutes les bonnes mères, elles les surveille, s’en occupe, les encourage et les aide à donner le meilleur d’eux-mêmes.
Pensez un peu à ce que vos parents font pour vous. »

Cette vidéo révèle des endroits importants dans la région de Wellington, importants pour Ngāti Toa, tels que l’île de Mana, l’île de Kapiti, les Tararua et Te-Upoko-o-te-Ika-a-Māui (Wellington Harbour). Un paysage sonore de taonga puoro, ou des instruments de musique maori, accompagne la narration.
Les mots et les définitions des Maori:
• whānau – famille
• iwi- tribu
• kaumātua- l’aîné
• Papatūānuku / Papa – mère terre
• principe mauri-vie
• kuia – femme âgée
• kai – nourriture
• rongoā – médecine
• kākahu – vêtements
• pūkenga – compétences
• te wao nui a Tāne – les grandes forêts de Tāne
• Tānemahuta – dieu de la forêt
• manu – oiseau
• mokomoko – lézard
• waiata – chanson
• Tangaroa – dieu de la mer
• Ranginui – père ciel
• Tamanuiterā – le soleil
• whaea – mère, tante
• matua-père, oncle
Publié par notre Terre Mère

Publicités

Prière à la Terre Mère

Voici une prière traditionnelle indienne à la terre Mère qui est vénérée comme une déesse.

Samudra-Vasane Devi Parvata-Stana-Manddale
Vishnnu-Patni Namastubhyam Paada-sparsham Kssama-Svame

« Oh Terre Mère, vous qui êtes la Déesse dont les vêtements sont l’océan et les montagnes la poitrine,
Vous qui êtes l’épouse de Vishnou (l’aspect divin représentant le principe de l’évolution),
Je m’incline devant vous;
S’il vous plaît, pardonnez-nous de vous fouler de nos pieds à chaque pas. »

Mis en musique par le groupe One Tree
Publié par notre Terre Mère

Amérindiens ou Peaux rouges ? Quels sont les noms des Indiens?

Quels sont les vrais noms des Indiens? Peuples autochtones, aborigènes, Premières nations, Premiers peuples, Peaux Rouges?
Voici une réponse:
« Fiers, oubliés, Indiens,
Navajo, Black Foot, Inuit et Sioux,
Survivants, spirituels, patriotes,
Sitting Bull, High Water, James Sort,
Mère, père, fils, fille, chef,
Apaches, Pueblo, Choto, Shipoa, et Crow,
Immérité, en difficulté, résilient,
Squanto, Red Cloud, De ?, Crazy Horse,
Rancher, professeur, docteur, soldat,
Séminoles, Seneca, Mohican et Creek,
…Jéronimo,
Fermes, forts, indomptables.
Les Indiens d’Amérique se donnent différents noms…
Publié par notre Terre Mère

L’ego des nations chrétiennes a dominé le monde

SM-parents-Gandhi

« Il est très surprenant que parmi les nations chrétiennes, l’ego ne se soit pas atténué comme il aurait dû le faire, peut-être que le Christ n’a jamais été vénéré de la bonne façon. L’ego occidental a été si terriblement dominant que personne n’a pu réellement voir ce qu’ils ont fait et jusqu’où ils sont allés. Ils se repentent inutilement de quelque chose qui est tiré par les cheveux. Mais le repentir était destiné à notre ego.
C’est très choquant parfois, quand vous voyez comment les nations chrétiennes ont envahi d’autres pays, détruisant races après races, complètement anéanties, complètement finies et détruites. Ils étaient chrétiens, disciples du Christ, Bible en main, pouvez-vous imaginer cela? Ces soi-disant chrétiens ont fait des choses horribles au nom du Christ. Pourquoi ? Il faut comprendre que cet ego a beaucoup oeuvré dans les pays occidentaux ou dans les pays où ils ont suivi le christianisme.
Partout, s’ils sont chrétiens, ils sont extrêmement agressifs, extrêmement violents et ils pensent que le monde entier leur appartient. Même Hitler croyait en la religion catholique. Le grand sacrifice du Christ ne leur a jamais enseigné de leçon, comme si tout était effacé de leur mémoire, comme si cela n’avait pas de sens pour eux, que cela ne véhicule rien pour eux, et ils sont devenus très violents. Non seulement cela, mais ils ont pensé qu’ils ont le droit de gouverner le monde entier, de piller, détruire tout le monde. Pourquoi? Parce qu’ils étaient chrétiens. Quel contraste avec la vie du Christ qui a ressuscité d’une soi-disant mort! Mais l’ego demeure encore, non seulement il reste présent, mais il a explosé, explosé à un point tel que nous voyons aujourd’hui que les chrétiens ont complètement perdu le sens des valeurs et des limites (maryadas).

La façon dont les églises chrétiennes se comportent est choquante. Il n’y a plus aucune morale d’aucune sorte en elles, aucun respect pour la loi, aucun respect pour Dieu, pas de respect aussi pour la chasteté, qui était le principal sujet du Christ, la principale nature (guna) du Christ.
Cela m’a choquée quand j’étais enfant, parce que j’ai vu – étant née dans une famille chrétienne- et découvert que les chrétiens en Inde ont été les plus dogmatiques, les gens les plus dominateurs. Et cela m’a surprise. Comment ont-ils considéré le Christ comme étant leur dû? Et pourquoi ont-ils utilisé son nom pour dominer autrui?
Malheureusement, à cette époque, les Britanniques nous dirigeaient. Les Britanniques ont également manoeuvré le tout de manière à  faire croire aux Indiens que le Christ était né en Angleterre.

Ils s’habillaient comme les Anglais, se faisaient appeler sahibs. Ils se comportaient de manière très arrogante, et ils avaient leur place au gouvernement (britannique), ils collaboraient avec le gouvernement sans aucune loyauté envers les Indiens. Même quand mon père a été arrêté, ils nous ont bannis de la communauté chrétienne. Ils m’ont jetée hors de l’école alors que j’avais tout juste six, sept ans, parce que mon père était un membre du Congrès (mouvement pour la libération de l’Inde). Donc, ce côté de la chrétienté, jusqu’à présent, personne ne l’a vu. »
Shri Mataji, Rome, 1992
Photo des parents de Shri Mataji avec Gandhi

Publié par notre Terre Mère

Le Matariki des Maoris

Matariki a deux sens pour les Indiens Maori de Nouvelle-Zélande: c’est le nom du groupe d’étoiles connu comme l’amas des Pléiades ou les Sept Sœurs, et le jour du nouvel an maori, Aotearoa. Chaque année, c’est vers la fin mai ou début juin que l’on peut voir avant l’aube ces étoiles Matariki. La nouvelle année correspond à la nouvelle lune suivant cette observation qui se produit au cours de Juin. La chronologie des événements varie en fonction  des tribus, Iwi, et des différences géographiques.

Dans les temps anciens, Matariki était le moment de préparer le terrain pour l’année à venir. On offrait les produits de la terre aux dieux, y compris Rongo, le dieu des cultures. C’était un moment propice à l’éducation des jeunes dans la science de la terre et la forêt. Certains oiseaux et les poissons sont particulièrement faciles à récolter à cette époque de l’année.

Les amas d’étoiles qui signalent le Nouvel An et les fêtes pour les Maoris sont aussi observés et largement célébrés dans tout le Pacifique.
Les Pléiades sont aussi observés et célébré dans le monde entier car ils se rapportent à d’importants événements culturels et mythologiques qui célèbrent les concepts et les activités liées à l’unité, aux rassemblements, aux récoltes et aux plantations… Au fil des siècles, les Pléiades ont été célébrés par les Grecs, les Japonais, les Chinois, les Vikings, les Africains, les Indiens d’Amérique, les aborigènes d’Australie et dans le Pacifique. Certains disent que les âmes supérieures vivent sur les  Pléiades, mais ce ne sont pas des planètes mais des étoiles, des boules gazeuses chaudes de lumière. La lumière qui émane des Pléiades viendrait de la lumière des êtres de conscience supérieure…

Aujourd’hui, lors de Matariki, les Maoris célébrent la place unique qu’ils occupent dans le monde : ils offrent leur respect et leur admiration à la Terre Mère, Papatuanuku.
Tout au long de Matariki, c’est le moment de se souvenir de ses ancètres et d’apprendre à travers leur histoire, celle de la famille. Matariki est une période de changement, un temps pour se préparer, et un temps d’action. Pendant Matariki, les Maoris rendent grâce pour ce qu’ils ont et ce qu’ils ont à donner.
Matariki célèbre la diversité de la vie. C’est une célébration de la culture, la langue, de l’esprit et des gens. 

Publié par notre Terre Mère

Un racisme bien ancré dans le passé

« La diversité des corps, des visages et des peaux créée par la nature est essentielle car sinon, chacun ressemblerait à tout le monde. On aurait un régiment de visages humains ennuyeux.

Malheureusement, on a traité les gens de couleur de primitifs alors que les Blancs ont été considérés comme évolués. C’est une arrogance intolérable de distinguer les hommes selon la couleur de leur peau : ils ont tous le même cœur, les mêmes sentiments, la même expression d’amour et de haine. Ils rient et pleurent pareillement.

Les pays dans lesquels les gens de couleur sont nés, sont à eux. Il se peut qu’ils soient primitifs ou arriérés mais en aucun cas étranger. Pas même un seul homme blanc n’a le droit d’occuper par la force des fusils et des canons les terres des autochtones désarmés.

Imaginez la brutalité envers les êtres humains noirs réduits en esclavage. Bien que l’esclavage ait été aboli, les pouvoirs coloniaux « blancs » ont continué à infliger des insultes et des tortures innommables aux gens simples et pauvres de leurs colonies.

Si l’histoire de la colonisation en Afrique, en Asie et en Amérique latine était écrite objectivement et conformément à la vérité, l’énormité des crimes commis par les dirigeants blancs choquerait l’humanité.

J’ai moi-même subi certains de ces crimes pendant la période de l’occupation britannique en Inde. Les Britanniques sont arrivés en Inde sans passeports ni visas et y sont restés près de trois cents ans.
Aujourd’hui, lorsque les Indiens arrivent au Royaume-Uni avec des visas en règle, leur expérience des interrogatoires par les services de l’immigration des aéroports est en général terrible.

J’avais un passeport diplomatique, étant l’épouse d’un diplomate important, et cependant, on me posait des questions impolies et insultantes, simplement parce que j’étais Indienne et non pas Blanche. Un jour, on m’a soumis à une fouille au corps sans aucune raison. Ce n’était rien d’autre que du racisme flagrant.»
Shri Mataji, Meta Modern Era, chapitre 4, Racisme, 1995

Photo : Shri Mataji jeune à gauche avec le Mahatma Gandhi et sa femme à droite
Publié par notre Terre Mère

Ouverture des jeux du commmonwealth 2010

Nous avons été impressionnés le 3 octobre par l’ouverture des jeux du Commonwealth 2010 à New Dehli en Inde: 

Les artistes de cette féerie de lumière ont fait apparaître un homme fait de spirales lumineuses et assis en tailleur: c’est un homme qui médite. En son intérieur est représenté ce qui est appelé le corps subtil de l’homme, composé d’une énergie nommé Kundalini et des sept principaux chakras. La montée de l’énergie Kundalini du sacrum vers le sommet de la tête avec l’illustration de l’ouverture du Sahasrara y sont représentés.

C’est devant plus de 60 ooo spectateurs présents à cette ouverture que le commmentateur explique ce système d’énergie subtile. Cette présentation est relayée par les plus grands réseaux d’informations du monde anglophone.
 En fait, il s’agissait de démontrer à quel point les anciennes connaissances yogiques forment la richesse éternelle de l’Inde.
Des femmes portent des fleurs pour faire une « Puja » à cet être spirituel éclairé de sa lumière intérieure. Pour elles, c’est un acte de respect et de dévotion. En Inde, le rituel religieux marque la vie quotidienne des habitants.
Vient ensuite un autre symbole de la vie quotidienne des indiens, un train et ses wagons. C’est un moyen de transport essentiel dans ce pays. Il a aussi une place prépondérante dans ce spectacle.

Les wagons y reconstituent la vie ordinaire : un premier pour les bracelets en verre, que les Indiennes aiment tellement porter ! Un deuxième pour les politiques qui arranguent la foule en espérant récolter des suffrages; la vie politique est très importante et très riche dans ce pays. Un troisième pour l’industrie du film, très connue de nos jours et qu’on appelle Bollywood, avec une star indienne au sommet…

En bref, en  regardant cette vidéo, nos yeux sont ébahis devant cette ouverture des jeux Commonwealth 2010 tout en esthétique, couleurs et subtilité exotique, étonnante de lumière et de joie.

Pour connaitre plus amplement le corps subtil, les chakras et la kundalini, une présentation approfondie est disponible sur le site :  http://www.sahajayoga.asso.fr

Publié par notre terre Mère

Les Indiens Kogis

Eric Julien nous reparle des Indiens Kogi avec ce deuxième livre « Les Indiens Kogis, la mémoire des possibles » chez Acte Sud. Voici son interview sur Arte lors de l’émission La grande Librairie. Avec cet extrait, familiarisez-vous encore un peu plus avec ce groupe d’êtres humains si spirituels et si évolués, que l’on appelle encore « peuple de primitifs ».
Les questions essentielles de la vie sont au coeur de cette société, qui s’occupe de traiter du bonheur de l’homme selon son rapport avec la Mère Terre.
Publié par notre Terre Mère

La médecine traditionnnelle indienne

Le savoir médical indien se perpétue de maître à disciple depuis des millénaires. Il est considéré comme sacré car il serait d’origine Divine.

Il vient enfin d’être numérisé : cela signife que 230.000 références sont désormais enregistrées et rendues disponibles pour l’Office européen de dépôt des brevets. Ainsi, les laboratoires pharmaceutiques voleurs de savoirs, ceux qui brevètent le vivant et le cuturel, les « biopirates« , ne pourront plus s’approprier ni exploiter un médicament connu depuis des siècles par des médecins indiens. (Ayurvéda, Yoga…)

C’est un grand pas vers le respect des peuples et des cultures qui n’ont jamais été attirés vers le profit financiers mais vers le bien-être de leur concitoyens.


Plus sur: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/linde-veut-proteger-sa-medecine-traditionnelle-contre-les-copieurs_23691/#xtor=EPR-17

Publié par notre Terre Mère