Archives de Tag: Indiens d’Amérique du Sud

Première chaîne TV des Amérindiens

La tribu Cheyenne River Sioux a son propre internet et téléphone cellulaire, les choses avancent pour les peuples autochtones!
Mais la meilleure nouvelle est celle-ci :
Le 7 Décembre 2012, l’Argentine va lancer la première chaîne de télévision des peuples autochtones (Mapuche, Coya et Qom), la 7D. 

Au Vénézuela ils, les peuples autochtones essayent aussi de lancer leur propre canal.
C’est une belle avancée de la démocratie et vers une communication plus unifiée des Amériendiens.
Publié par notre Terre Mère

Le combat des Indiens Xingu

Cet extrait montre des scènes de la rencontre historique d’Indiens qui a eu lieu dans le village Kayapó dans l’Etat amazonien du Mato Grosso. Ce groupe s’est assemblé pour discuter des droits de l’homme et l’environnement devant la catastrophe imminente qu’est le barrage de Belo Monte sur le Xingu Basse.
Il représente en particulier une menace pour les peuples autochtones du Brésil. Les Indiens cherchent à contrer ce projet du gouvernement qui spolie leurs droits en créant une résistance unie contre sa construction.

« Ils jouent à des jeux avec ces terres, les terres de mon peuple. »
 » Nous sommes fatigués d’essayer de parler avec le gouvernement fédéral et le gouvernement n’écoute pas. »
« Nous allons nous battre jusqu’à la fin. Partout où notre force ira. »
« En tant que femme je déteste ce barrage, nos enfants et nos petits-enfants sont menacés. »
« Les membres du gouvernement ont été invités à participer mais personne ne s’est montré à ce rassemblement.  »
« Le gouvernement aurait dû expliquer ce qu’il nous fait. Il ne l’a pas fait. Il nous traite comme des moins que rien. »

Pour signer la pétition contre le barrage:
http://amazonwatch.org/take-action/stop-the-belo-monte-monster-dam

Publié par notre Terre Mère

Les Indiens Kogis

Eric Julien nous reparle des Indiens Kogi avec ce deuxième livre « Les Indiens Kogis, la mémoire des possibles » chez Acte Sud. Voici son interview sur Arte lors de l’émission La grande Librairie. Avec cet extrait, familiarisez-vous encore un peu plus avec ce groupe d’êtres humains si spirituels et si évolués, que l’on appelle encore « peuple de primitifs ».
Les questions essentielles de la vie sont au coeur de cette société, qui s’occupe de traiter du bonheur de l’homme selon son rapport avec la Mère Terre.
Publié par notre Terre Mère

Raoni est à Paris

Le grand shamane Raoni Metuktire, chef des indiens Kayapo, est de retour à Paris. Cette fois-ci, il va discuter avec le Président Sarkosy du projet de barrage en terre indienne du Président brézilien Lula.

Ce barrage inonderait les terres des indiens et une partie de la forêt amazonienne qui se trouve dans la réserve.

Encore une fois, les Indiens doivent se battre pour esssayer de garder ce qui leur appartient. C’est un cas de figure récurent que  peu de peuples supporteraient, une histoire d’injustice qui se reproduit inexorablement. Raoni est donc toujours l’ambassadeur de la grande foret.

Raoni dit qu’un esprit est toujours près de lui pour lui indiquer si une personne est bonne ou mauvaise. Quand il rencontre quelqu’un, il rencontre en fait l’esprit de cette personne et il s’adresse à celui-ci.

Il affiche toujours son Labret (morceau de bois rond qui distend sa lèvre infèrieure) sa parrure de plumes jaunes  et de son collier de nacre, symboles de son autorité.

Publié par notre Terre Mère

8 000 tambours

Le peuple Otomi voudrait accomplir une prophétie vieille de 30.000 ans :

« Le jour où se réuniront les sons des huit mille tambours sacrés sera le début de la véritable guérison de la Terre Mère, de toutes les espèces et de la famille humaine si déséquilibrée actuellement. Ce chemin nous mènera vers la paix sacrée et la connexion harmonieuse avec l’univers, la mère nature, la communauté, la famille et avec notre propre cœur. Le temps est venu de nous réunifier, de rencontrer à nouveau les traditions des 4 directions pour réactiver l’énergie cosmique, guérir nos blessures du passé, soigner notre Terre Mère, en respectant la vie, la liberté et la dignité de nos peuples ».

La prophétie aux 8.000 tambours sera célébrée dans beaucoup de pays du monde tous les 21 mars jusqu’en 2012. C’est une belle idée de vouloir sauver la Terre Mère en faisant de la musique au son du tambour qui est le rythme de notre propre coeur…

Plus sur le peuple Otomi et la fête des 8000 tambours :

http://www.universiteindigene.org/articles.php?lng=fr&pg=3

Publié par notre Terre Mère

Le peuple Kogi selon Eric Julien

Le géographe et alpiniste Éric Julien part en expédition en Colombie. Nous sommes en 1985. C’est dans les montagnes qu’il rencontre les Indiens Kogis. Malheureusement, loin de toute aide médicale occidentalisée, il est atteint d’un œdème pulmonaire. Il semble alors perdu ; cependant, le peuple Kogi possède encore un savoir ancestral phytothérapique et le sauve de sa maladie, car ce peuple est l’héritier de la culture des Indiens précolombiens.

Dans des montagnes, presque au secret, leur société a su préserver des rapports très profonds avec la nature.

En 1995, il revient sur les même lieux pour un autre combat : aider les Kogis à retrouver leurs terres ancestrales. Cela implique d’évoluer entre les écueils que sont les narcotrafiquants, les guérillas, et autres obstacles.

Puis il créé en 1997, l’association Tchendukua qui signifie  » Ici et Ailleurs « . Depuis la France, il réussit à racheter la terre des Indiens Kogis et leur restitue. En échange, il reçoit une initiation à leur spiritualité, basée sur une connaissance des écosystèmes. Ce livre est un message et une réponse aux maux de notre société moderne, car nous avons besoin de retrouver l’harmonie avec la Terre Mère.

Aujourd’hui, Eric Julien a racheté, grâce au soutien de 5000 donateurs,  1500 hectares de terre, sur lesquels vivent 30 familles Kogis. En 2008, deux nouveaux terrains ont été acquis et offerts aux indiens. Arbres fruitiers tropicaux et palmiers repoussent désormais sur des terres longtemps désertes et qui attirent de nouveau la faune.

L’ONG lutte aujourd’hui pour mener à bien la reforestation de ces terres ancestrales, et les transformer en réserves indiennes au statut inaliénable. 

Publié par notre Terre Mère