Archives de Tag: enfants

« Bringing up Bébé » ou les mères françaises


Le livre « Bringing Up Bébé » de Pamela Druckerman fait le buzz aux États-Unis depuis sa sortie. L’auteure enchaîne les interviews où elle vante les mérites de l’éducation à la française. Selon elle, les parents responsabilisent plus leurs enfants et surtout leur vie ne tourne pas autour d’eux. Donc leurs enfants ne se sentent pas les tous puissants centres du monde, cela aide beaucoup à les élever tout en restant détendus.
Si les mères françaises sont extras, nous en sommes les premières surprises. Il y a toujours cette peur du jugement des autres, peur de mal faire et d’être critiquée, de ne pas être à la hauteur, car être une mère attentionnée et qui assure, ce n’est pas automatique.
Peut-être que les mères françaises assurent, mais il y a toujours le risque, pour les mères françaises, comme celles des USA, de l’isolement, car il y a de moins en moins en France de réseau familial. La famille est réduite, même si on n’en est pas au stade des familles monoparentales des USA. Mais, d’une façon ou d’une autre, nous avons encore un réseau familial et culturel qui entoure l’enfant, et cet effet de groupe aide les petits à s’établir car ils ont des modèles. L’école, du moins la maternelle et la primaire, est toujours un lien où les enfants sont majoritairement heureux. Il y a beaucoup de bonnes choses chez nous, et ce n’est pas facile de les voir, n’est-ce pas ?
Indépendamment des caractéristiques culturelles, en plus de l’isolement, la critique est l’une des plaies de la vie d’une mère, et donc, de notre société. Et justement, il serait bon d’aller à l’encontre de nos conditionnements, c’est à dire que l’on pourrait essayer de porter notre attention sur les choses positives qui marchent en France, sur les qualités que nous avons. Et c’est pour cela que ce livre fait du bien !
L’insatisfaction permanente des Français est fortement liée à cette critique constante qui met une chape de plomb au-dessus de nos têtes. Essayons de procéder autrement… On ne peut pas toujours attendre qu’une auteure américaine fasse l’éloge de notre éducation.
Il sortira en fin d’année en français
Publié par notre Terre Mère

Qui veut devenir enseignant quand il sera grand ?

Un enseignant de collège ou de lycée travaille en principe 18 heures par semaine. Ce temps a été fixé par un décret en 1950.
18 heures direz-vous ? Quelle aubaine !
Mais à cela il faut rajouter d’autre choses : 1, 5 heure de travail pour 1 heure face aux élèves : préparation de cours, corrections des évaluations…

Cela fait donc 18+18+9= 45 heures de travail par semaine et en 1950, on travaillait en moyenne 42 heures par semaine sur 50 semaines.

Mais voilà, depuis il y a eu :
En 1956 : la troisième semaine de vacances
En 1969 : la quatrième semaine de vacances
En 1982 : la cinquième semaine de vacances
En 2000 : les 35 heures hebdomadaires
Et les enseignants, par contre ont toujours le même temps de travail.
Mais vous allez me dire, il y a les vacances. Et oui, elles servent en fait à récupérer l’argent trop perçu. Vous allez comprendre.

Comme le prof travaillait 45 heures au moment où tout le monde travaillait 42, il a fallu annualiser le salaire. La grille de salaire a été fixée en 1950 comme pour les autres cadres de la fonction publique de recrutement BAC+3. On a donc retiré à cette grille 2 mois de salaire puis on a divisé ce qui restait par 12. Et oui, les vacances des professeurs n’ont jamais été payées, et certains professeurs ne le savent même pas !!

Bon même s’il y a un léger malaise le salaire est bon, n’est-ce pas ? Il l’était en 1970 où le professeur gagnait 2,5 fois le SMIC.
Aujourd’hui, il est 1,2 fois plus élevé et le nombre d’heures par semaine n’a pas diminué.

On parle souvent du primaire, mais c’est le paradis à côté de la violence faite aux enseignants du secondaire et celle plus subtile, faite aux élèves. Notre machine éducative créé des angoissés et renforce les différences. Les élèves ayant les meilleurs résultats au niveau des apprentissages fondamentaux, sont les Chinois et les Finlandais où il n’existe aucune évaluation. En France, on ne cesse d’évaluer, de juger de sanctionner, sans laisser aux enfants le temps de mûrir les connaissances. On les abreuves de connaissances saucissonnées, qui, comme elles n’ont pas de liens entre elles, sont oubliées aussi vite qu’avalées.

Si l’on veut parler des conditions de travail qui se détériorent, de la violence, des réunions à n’en plus finir, des évaluations à tour de bras, il est temps de réagir et de transformer notre système éducatif du secondaire, tant pour nos enfants que pour leur maîtres, sinon on court à l’asphyxie.
Publié par notre Terre Mère

Les petits princes

Comme la jeune Ondine, Gilles de Maistre nous a fait découvrir sur France3 d’autres enfants pleins de sagesse et qui ont déjà une vive conscience de ce qu’est la protection de la nature à travers leur vie partagée au quotidien avec des animaux sauvages, souvent dangereux. On découvre Ondine avec les requins, Jack avec sa hyène, Berndt et son lion blanc, Louise et son amour de la faune marine… Il leur a donné le nom de « petits princes » et c’est une magnifique référence au livre de Saint Exupéry. La différence majeure, c’est que la poésie se trouve directement au cœur de leur vie et non dans un récit : un animal et un enfant se font confiance, apprennent l’un de l’autre, vivent ensemble et  échangent de l’amour.

Tel lion, tel alligator est le meilleur ami d’un enfant âgé de 10 ans environ, voir de 4 ans pour le petit Indien jugé sur le dos de son redoutable éléphant.

Ce documentaire raconte plusieurs histoires d’amitiés extraordinaires. Au dire de ces enfants, ce n’est qu’en racontant leur beauté et en en parlant à ses futurs enfants que les hommes apprendront qu’il existe une faune à protéger, car pour l’instant, les adultes sont sourds et aveugles.

Nous avons besoin de ces petits princes pour ne pas « grandir » trop vite, nous non plus.  On attend avec impatience le livre qui relate les épisodes de ce magnifique documentaire, dont on peut voir des extraits sur le net.

Auteur et réalisateur : Gilles de Maistre.

Production Mai Juin Prod / Boréales. Avec la participation de France Télévisions.

Le blog d’Ondine pour sauver les requins: http://passiondesrequins.skyrock.com/3052867457-LES-PETITS-PRINCES.html

Publié par notre Terre Mère

Un peu de ménage dans l’Education nationale

Alors qu’on supprime des postes d’enseignants chaque année, certaines grosses têtes politiques ont une fonction dans l’Education nationale, très bien payée, sans même y travailler !

Il est temps que les multiples fonctions de l’Education nationale apparaissent au grand jour, qui ne sont pas celles des enseignants ni des surveillants qui eux sont directement en contact  avec nos enfants.

Un rapport très sévère de la Cour des comptes, publié en février 2010, a dénoncé ces privilèges datant de Napoléon:

 « C’est une survivance historique injustifiée… Les nominations de certains inspecteurs leur ont surtout permis de percevoir des revenus supplémentaires tout en conservant leur activité antérieure, ou bien d’obtenir une garantie de revenus en consacrant une part notable de leur temps, et parfois même largement prédominante, à des occupations d’ordre privé ou politique. »

Par exemple, pour eux, il n’y a pas de concours, les nominations se font uniquement par décret du président de la République ; certains n’ont même pas de bureau, ils reçoivent une rémunération généreuse de 4 500 euros net par mois.

L’administration a mis fin aux fonctions de plusieurs inspecteurs d’académie de Paris. Mais les « inspecteurs de l’académie de Paris » ne sont pas des « inspecteurs d’académie » tout court. Les premiers, une vingtaine de hauts fonctionnaires, constituent un corps d’élite de fonctionnaires nommés par l’Elysée.

Par exemple, un ancien candidat à la mairie de Neuilly, un secrétaire national du PS et une ex-conseillère de Dominique de Villepin viennent de perdre leur job prestigieux d’inspecteur de l’académie de Paris.  On aimerait bien que cela soit la fin des nominations politiques.

L’Education nationale essaye de faire son ménage, mais une partie des hauts fonctionnaires restera en poste, car déjà titularisés comme inspecteurs d’académie « normaux ». D’autres ont pris leur retraite, préféré changer de voie ou ont été discrètement remerciés.

Plus sur  : http://68.snuipp.fr/spip.php?article2195
Publié par notre Terre Mère

Une leçon de biolo-vie

Lors d’un cours de biologie, l’enseignant avait désiré montrer à ses élèves la beauté et l’étrangeté d’un papillon qui sort de son cocon. Il avait apporté un cocon pour que tous puissent voir cette métamorphose de leurs propres yeux. Malheureusement, au moment crucial, il dû s’absenter et mit en garde ses élèves :

-En aucune façon, vous ne devrez aider le papillon à s’extraire, dit-il sans plus amples explications.

Le papillon  commençait à sortir, mais un garçon, voyant la lutte du papillon, eut pitié de lui  et l’aida à s’extraire de son cocon.

L’enseignant, de retour dans sa classe, comprit tout de suite la situation.

– Qui a aidé le papillon?

Le garçon en question leva la main.

– C’est une grave erreur, en l’aidant tu l’as privé du but de sa vie, car son combat pour sortir du cocon devait aider le papillon à renforcer ses ailes. Maintenant, il ne volera jamais.

 Et si nous étions, par certains égards, comme ce papillon ?

Parfois, les luttes sont exactement ce dont nous avons besoin pour nous renforcer. Si nous devions traverser la vie sans obstacle, cela nous paralyserait et nous ne pourrions jamais voler.

Publié par notre Terre Mère

Journée de la terre du 22 avril 2011

 

 Gulli et Planète Urgence ont réussi à rassembler 6 129 personnes hier à Bordeaux pour l’opération:

 une personne présente = un arbre planté

C’est bien mieux que l’an dernier et l’année d’avant, ce qui prouve que le relais de l’info fonctionne bien. Cette manifestation a l’avantage de passer entre les dessins animés et autres émissions pour enfants sur la chaîne spécialisée Gulli, ce qui permet aux enfants de voir une conséquence directe, immédiate, concrète de leur action. C’est une magnifique façon de faire de la pub intelligente tout en éduquant les enfants à une écologie concrète et au respect du vivant.

Grâce à cette initiative, 6 129 arbres seront donc plantés dans « La forêt des enfants de Gulli » en Indonésie. Ce programme de reforestation, encadré par l’association Planète urgence et soutenu par Gulli.

Plus sur: http://www.planete-urgence.org/

Publié par notre Terre Mère

Connaissez-vous Pierre Lassus ?

Pierre Lassus est un psychothérapeute qui œuvre pour une reconnaissance de ce qu’est l’enfance, dans toutes ses particularités et surtout pour le respect de son innocence.

Suivant une direction prise depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis, Pierre Lassus veut démystifier le concept d’ œdipe qu’aucune recherche sérieuse n’a réussi à prouver, bien au contraire. Cependant, en France, la psychanalyse est surtout freudienne, et les partisans de Freud ont établi une sorte de dogme qu’il est très difficile de remettre en cause, ce qui ralentit la recherche en matière de psychologie de l’enfant.

Or la maltraitance, qui est étudiée depuis le tout début du XXème siècle, ne cesse pas vraiment de diminuer en France. On est plus informé, les personnes savent un peu plus où trouver de l’aide, mais les mécanismes de reproduction de la violence sont encore aussi puissants. Ils se forment avant tout au sein de la famille, « cocon sacré » qu’il est difficile d’aborder, tant chacun se sent aussi interpeller par son attitude de parent. En effet, qui peut se dire un parent parfait ? Personne, et c’est pour cela que le champs d’action est plus réduit, car on se heurte aussi au sentiment de culpabilité qui atteint plus ou mois chaque parent.

Au-delà de cela, il existe malgré tout des critères objectifs liés tout simplement à la survie psychologique voire physique d’un enfant : le sentiment de peur qu’une famille violente peut engendrer peut s’avérer être le point de départ de beaucoup de psychoses, phobies, pathologies diverses… La plupart des êtres « tortionnaires » ont vécu la maltraitance de la part d’un parent : par exemple, Adolphe Hitler, pour n’en citer qu’un, était battu à mort par son père qui ne s’arrêtait que lorsque son fils faisait une syncope. Cela peut paraître réducteur et facile, et pourtant cela correspond bien à la réalité. La souffrance engendre la violence…

Pierre Lassus, en tant que directeur de l’association « l’Union française pour la sauvegarde de l’enfance » a aussi été sensibilisé par la banalisation d’images pornographiques qui envahissent de plus ne plus notre environnement. En effet la brutalité de ces images crues choquent l’innocence des enfants. En plus, la sexualisation de tous les objets qui prône la publicité à la télévision, rend confuse la hiérarchie des valeurs et des règles morales sur lesquelles un enfant peut et doit se construire. Vendre son corps pour avoir un objet ? Ëtre soi-même un objet de consommation ? Pour un adulte qui sait qui il est et quels sont ses objectifs, cela ne paraît pas forcément important, mais pour un enfant qui se construit, ce genre de confusion peut être source d’angoisses.

Il vient de publier « violence en héritage » qui approche la personnalité des criminels afin de montrer que leur socio-pathologie est toujours liée à un traumatisme venant de parents pervers, eux-mêmes victimes de maltraitance physique ou mentale, la plupart du temps.
Ainsi, Pierre Lassus va interroger l’Ancien Testament qui est la première longue histoire de la parentalité. Le départ est même tragique si on lit le texte au premier degré, car le premier enfant fut aussi le premier criminel. Puis, le Nouveau Testament, est sans doute le premier texte qui parle de la protection à apporter aux enfants, c’est à dire leur offrir ce qui répond à trois principes de base : Protéger, Pourvoir, Permettre.

Violence en héritage – Le tragique paradoxe des relations parents-enfants, ed. Bourrin Editeur, 2011ISBN : 978-2-84941-216-9

Voici quelques uns de ses autres livres:
– Le Mal de vivre, pourquoi? , ed. de l’Atelier, 2007
– Maltraitances, ed. Stock, 2001
– De la violence conjugale à la violence parentale, ed. Erès, 2001
Publié par notre Terre Mère

Tout ce qui n’intéressait pas Freud

Tout ce qui n’intéressait pas Freud est le titre du dernier livre du psycholoque écrivain Philippe Presle sorti jeudi dernier, le 20 janvier 2011.

Il nous parle de notre deuxième naissance, celle de notre conscience qui apparaît autour de 5 ans. Avant 5 ans, nous n’avons pas de souvenirs de notre vie, mais à 5 ans nous devenons acteur de notre propre vie.

Comment se fait la ligne séparatrice ?

Lorsqu’on demande à un jeune enfant de dessiner un bonhomme, il dessine des êtres nus. A partir de 5 ans, l’enfant a pris conscience de la nudité et dessine alors des vêtements sur ses bonhommes.

Qu’est-ce que nous apporte la conscience ?

La conscience construit notre personnalité. La vie peut être séparée en actes et en rôles et on peut choisir le rôle que l’on veut jouer et devenir ce que l’on veut être. La conscience permet de s’impliquer dans la vie, de construire sa personnalité.

Comment aider nos enfants dans le processus de la conscience ?

Il ne faut pas laisser les enfants trop longtemps devant la télé, en tous les cas, pas seuls devant l’écran. Lorsqu’on demande à des enfants de 5 ans qui passent plus de 3 h 30 devant la télé de dessiner un bonhomme, ils ont des représentations d’enfants de trois ans et dessinent des bonhommes nus et dont le shéma corporel est pauvre.

Il existe un phénomène lié à la conscience qui est l’hyperconscience : c’est un état qui apparaît spontanément quand notre vie est en danger, dans le cas d’un accident de voiture par exemple. C’est une situation plus fréquente qu’on ne croit. Elle est décrite comme un moment où tout se passe « comme au ralenti » et où l’on reçoit des informations qui peuvent nous aider à sauver notre vie.

Tout ce qui n’interessait pas Freud : L’éveil à la conscience et à ses mystérieux pouvoirs de Philippe Presle, préface de David Servan-Schreiber,ed. Robert Laffont

Publié par notre Terre Mère

L’enfance selon Gilles Porte


Picasso disait « j’ai passé ma vie à essayer de redessiner comme un enfant. » A la recherche du temps de l’innocence perdue… Ce sont des mots qui ont inspirés Gilles Porte dont le dernier film « Dessine-toi » sort en salle demain ce mercredi 26 janvier 2011. Il aurait du rajouter « de moins de six ans » dit Gilles Porte, car dès 7 ans, les dessins sont déjà structurés et modelés par l’apprentissage scolaire. Ils ne reflètent plus donc la vision naturelle et brute qu’un enfant se fait de lui-même.

Gilles Porte a passé six ans à arpenter les 5 continents afin de revenir avec un receuil plein de photos d’enfants du Bénin, du Shri Lanka, de la Moldavie, du Canada…. La consigne donnée dans 33 langues était : « dessine-toi comme tu veux, en prenant le temps que tu veux. « 
Ce « projet fou » vient d’aboutir à un long métrage mettant en scènes des milliers enfants en général de moins de six ans, ou du moins non scolarisés. Remarquez à quel point l’environnement fait partie intégrante d’un petit, car souvent les dessins représentent des groupes de personnes plus qu’un « bonhomme ».

Publié par notre Terre Mère

Des jouets écodurables en supermarché

Les Français commencent à changer en profondeur en matière d’environnement, et les jouets en bois ne sont plus l’apanage des « bobos » mais correspondent bien à un réflexe d’acheteur moyen.

Un exemple parlant : Carrefour distribue une gamme de jouets en bois « Hapé eco-toys » qui répondent à (presque) tous les critères de développement durable :

– leur devise est : « nous aimons profondément notre environnement et pensons que chaque contribution, aussi petite soit-elle, peut faire la différence ». Donc, le respect, la solidarité, l’écoresponsabilité, sont des qualités qui jusqu’ici n’ont pas assez « fait vendre » en France mais qui rentrent bien dans le marché.

–  les méthodes de production intègrent le respect de l’environnment

– l’encre qui colore les jouets est à base aqueuse

– le papier de leur emballage est du papier recyclé

Ils fabriquent surtout des jeux éducatifs pour le premier âge,mais d’autres jeux comme la maison de poupée, peuvent intéresser vos plus grands.  

Plus sur : eco.hape-international.de/ wearehape/index

Publié par notre Terre Mère