Archives de Tag: économie d’énergie

La révolution de Tesla

Tesla

Une batterie pour la maison, avec TESLA

Retenez bien ce nom! C’est celui du fabricant de la plus luxueuse voiture électrique du monde, et aussi la plus performante. Il est en train d’investir 5 milliards de dollars dans une usine de fabrication de *batteries*.
Il est en train de lancer une batterie domestique (la « Powerall ») à 3500 $ pour stocker l’électricité produite par les panneaux solaires et ainsi devenir autonome en électricité.

La consommation des ménages va bientôt échapper à la hiérarchie et au monopole tenu par ERDF,
En moyenne, notre consommation électrique est de 20 % pour l’audiovisuel, 15 % pour l’informatique, 13 % pour l’éclairage. Ces postes reçoivent du 220 volts alternatif qu’il faut transformer en basse tension continue, avec autant de transformateurs gros consommateurs de cuivre. Surtout les lampes l’éclairage LED qui ont un bien meilleur rendement en basse tension. Le photovoltaïque produit du continu basse tension. Si on le stocke tel quel, c’est autant de transformateurs en moins et de pertes en transformations.
Un autre poste très gourmand : le froid qui consomme 23 % de notre facture. Il existe déjà des moteurs basse tension en continu sur batterie (pour les caravanes) qu’il suffirait d’appliquer à nos frigos et congélateurs, assez facilement. C’est donc déjà les 3/4 de notre consommation qui seraient directement concernés, sans avoir à transformer totalement nos appareils. Seul hic : il nous faudra un réseau parallèle basse tension continu…
Et évidemment, ce serait aussi très intéressant pour ceux qui font moins de 100 km par jour en voiture. Ils sont des clients potentiels pour une voiture électrique
autonome par rapport à ERDF !

Le seul obstacle institutionnel au développement : il faudra trouver une autre façon d’imposer des taxes. Mais pour cela, personne ne manque d’imagination !
Plus sur : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/energie-renouvelables-tesla-lance-batterie-domestique-pour-transformer-energie-mondiale-58271/

http://www.consoglobe.com/batterie-maison-powerall-tesla-cg

Louis-Marie pour notre Terre Mère

Le Powercube, Cube à énergie solaire

Image de Ecosphère Technologies

Image de Ecosphère Technologies

Un problème de réseau ?
Le Cube à énergie est une nouvelle station solaire qui peut être transportée par voie aérienne, ferroviaire ou maritime car car il voyage en conteneur ! On peut ensuite l’installer n’importe où !
Développé au cours des sept dernières années par Ecosphère Technologies, une société de technologie aux Etats-Unis, le Cube est complètement autonome, surveillé et contrôlé à distance, d’où son adaptation à des situations extrêmes comme un village isolé de montagne par exemple.
Il peut être fabriqué en trois tailles différentes pour correspondre aux tailles standardisées des conteneurs. Le premier modèle est déjà disponible depuis juin 2014.
Si le temps se gâte, on peut remettre le Cube à l’intérieur du conteneur pour le protéger des intempéries.
L’un des principaux problèmes de conception était de créer de l’énergie à partir d’une surface, somme toute assez petite, qui devait tenir dans un conteneur.
En pliant et superposant les panneaux, le Cube peut produire jusqu’à 400% d’électricité en plus qu’une simple couverture, en panneaux solaires, du toit d’un conteneur. La production est estimée jusqu’à 15 kilowatts, ce qui est suffisant pour alimenter les systèmes de téléphones, d’électricité, les connexions Internet, ou de traitement de l’eau d’une maison.
La conception a été inspirée par une suggestion de Jean-Michel Cousteau, qui siège au conseil d’administration de la société. « Il nous a demandé de trouver des façons d’apporter de l’énergie, de l’eau, et de la communication à des endroits éloignés – comme pour alimenter l’école dans un village de pays en développement – sans l’utilisation d’énergie fossile , a déclaré McGuire  d‘Ecosphère Technologies.
ecos-powercubehumanitarian-application-image
Le premier modèle inclut un générateur d’eau atmosphérique qui tire l’eau de l’air ambiant, et il y a de la place à l’intérieur du dispositif pour une école temporaire, un mini hôpital, ou un lit de repos.
Plus sur :
http://www.fastcoexist.com/3032159/this-pop-up-solar-power-station-can-be-installed-instantly-anywhere-in-the-world#2
Publié par notre Terre Mère

L’Allemagne, championne du monde du solaire

photo de bikerderlondon/Shutterstock

photo de bikeriderlondon/Shutterstock

L’Allemagne vient de générer la moitié de son énergie à partir de l’énergie solaire au début du mois de Juin, 50,6 pour cent pour être exact.
L’Allemagne est décidément très en avance sur la France, qui ne sait pas lancer d’initiatives pour les énergies renouvelables du pays.
L’institut de recherche Fraunhofer ISE a montré que les panneaux solaires allemands ont généré une fiche 24,24 GW d’électricité entre 13 heures-14 heures le vendredi 6 Juin. Et le lundi 9 Juin, un jour férié, la production d’énergie solaire a atteint un sommet de 23,1 GW, ce qui correspond à 50,6 % de la demande totale d’électricité !
Bravo!
Tobias Rothacher, un expert en matière d’énergies renouvelables chez Trade & Invest, Allemagne, nous dit : «Je pense que nous pourrions atteindre un nouveau record tous les deux ou trois mois maintenant. Nous installons de plus en plus de panneaux solaires ».
L’Allemagne a encouragé les citoyens à installer des panneaux sur leurs toits, plutôt que de se concentrer sur la construction de centrales solaires à grande échelle. En fait, 90 % des panneaux solaires d’Allemagne sont posés sur ​les toits des particuliers, c’est une démarche moderne du XXIe siècle, contrairement à celle de la France qui voit toujours le monde selon un système centralisé, comme le demande l’énergie nucléaire.
Le beau temps a également contribué à la production d’énergie solaire de cette année, qui a augmenté de 34 % dans la première partie de 2014.
Avec le rythme actuel de production, l’Allemagne doit maintenant investir davantage dans la technologie de stockage d’énergie pour continuer à avancer dans ce domaine.
En comparaison, l’Australie a le potentiel de générer seulement 1,1 pour cent de son énergie électrique à partir d’énergie solaire, malgré le fort taux d’ensoleillement. Les États-Unis produisent 0,2 pour cent de leur énergie à partir de l’énergie solaire, selon les données 2011.

Avant d’arriver aux produire des énergies renouvelables, il faudrait d’abord que les gens abandonnent l’idée d’une organisation pyramidale, avec un chef au-dessus de tous, qui prendrait les bonnes décisions pour le reste du pays. Quand nous serons capables de nous sentir co-responsables, alors accepter que la production  d’énergie puisse être individuelle ne sera plus un problème.
Pour plus de renseignements voir :
http://www.c2es.org/technology/factsheet/solar
Publié par notre Terre Mère

Un toit végétal

Un toit végétal pour la maison c’est esthétique tout autant qu’écologique. Mais c’est aussi un très bon isolant pour le bruit et la température
La couverture végétale doit être étanche pour protéger des rayons solaires. Le toit peut être plat ou incliné (35° maximum), ensuite on parlera plutôt de mur végétal. Un toit plat en terrasse est surtout plus simple pour l’entretien. On dispose une couche de 30 cm à 40 cm, pour une surface d’une quarantaine de m2, cela coûte autour de 3,5 mille euros. Si l’on passe par une entreprise, il faut compter 120 euros du m2 pour un travail fourni et posé
On peut poser la végétation sur plusieurs types de support étanches: sur des toits terrasse en béton, sur des supports en bois, en acier.
coupe_toit_vegetal

La durée de vie d’une toiture végétale est assez longue. Pour l’instant, on a un recul d’une trentaine d’années pour pouvoir dire que ces toits sont toujours en place. Par contre, ils nécessitent un minimum d’entretien.
Pour les sites classés, il faut une autorisation des architectes des bâtiments de France, sinon, il n’est pas besoin d’autorisation particulière.

Plusieurs études sont en cours pour analyser l’effet des toits végétalisés sur la température des villes Par exemple, si 6% des toits de la ville de Toronto étaient couverts, cela ferait baisser la température de la ville de 1 à 2 degrés.
Plus sur le toit végétal:http://www.changimmo.com/index.php?page=toit_vegetal
Plus de renseignements sur l’entreprise plus nature: http://www.plus-nature.fr/

Publié par notre Terre Mère

Trop de consommation au menu du G8

 
Ce week-end, le G8 va se réunir pour essayer de  voter un véritable plan de lutte contre le changement climatique. Or, les ressources naturelles de la Terre sont surexploitées et la population est de plus en plus nombreuse.

30 ans après le premier Sommet de la Terre tenu à Stockholm en 1972, Rio en 1992 étant le second, a-t-on vraiment tiré des leçons de nos erreurs ?
Selon le rapport biannuel du WWF, World Wide Fund for Nature, la situation est grave. Le directeur général, Jim Leape s’exprime ainsi : « le monde…vit comme si nous avions une planète supplémentaire à disposition. Nous utilisons 50 % de plus de ressources que la Terre ne peut en produire de manière durable, et si rien ne change, d’ici l’an 2030, même deux planètes supplémentaires n’y suffiront pas ».

D’après Jonathan Baillie co-auteur du rapport : « Ignorer ce diagnostic aurait des conséquences majeures pour l’humanité, nous pouvons rétablir la santé de la planète, mais seulement en nous attaquant aux racines du mal : la croissance de la population et la surconsommation », a-t-il ajouté.

Depuis 40 ans, les écosystèmes sont touchés par la pollution, l’urbanisation, la déforestation etc…Les plus atteints sont les écosystèmes tropicaux. La population dans les pays en voie de développement a été multipliée par 4,3 depuis 1961, et leur empreinte écologique a augmenté de 323 % , les pays à revenu moyen, le Brésil, la Russie, l’Inde, l’Indonésie et la Chine, ont augmenté leur empreinte écologique par habitant de 65 % depuis 1961.

Et pour les pays pauvres, c’est encore pire, c’est 5 fois plus que les pays en voie de développement. Parmi ceux-ci, les plus pollueurs par habitant sont : le Qatar, le Koweit, les Émirats arabes unis, le Danemark, les États-Unis, la Belgique, l’Australie, le Canada, les Pays-Bas et l’Irlande.

La population mondiale devrait atteindre plus de 9,3 milliards d’ici 2050. Le rapport propose des solutions pour essayer de réduire les besoins d’énergie et la consommation en général.
Il serait possible de n’être que 8, 1 milliards en 2050 et 6, 2 milliards en 2100, mais cela impliquerait de faire de très gros efforts en matière d’éducation des femmes et de promotion de la contraception, surtout chez les pays émergeants. Or, ils ne pourront pas les faire tout seul. Les sociétés modernes seront-elles prêtes à accompagner cet élan nécessaire d’émancipation des femmes?

Remarque : le G8 regroupe 8 pays parmi les plus puissants : États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada et Russie. Cette année seront réunis Barack Obama, Yoshihiko Noda, Angela Merkel, François Hollande, David Cameron, Mario Monti, Stephen Harper, Vladimir Poutine.

Plus sur : http://www.lepoint.fr/science/un-rapport-alarmiste-sur-l-etat-de-la-planete-15-05-2012-1461514_25.php
Publié par notre Terre Mère

Les maisons en terre de Steve Dobson

Perth, en Australie, compte plusieurs centaines de maisons et de bâtiments en terre, tout simplement parce que Steve Dobson a développé depuis 1980 un savoir faire avec ce matériau.
Il a commencé son apprentissage par sa propre maison. C’est en tâtonnant qu’il a réussi à affiner sa technique. Tout a commencé lorsqu’en 1974, il a fallu rebâtir pour la ville de Perth, après les effets dévastateurs d’un cyclone. La ville n’a pas retenu son projet, mais Stephan Dobson n’a pas travaillé pour rien: il a découvert ainsi que le matériau terre était très résistant aux cyclones.

Ensuite, à trois heures de Perth, il a construit une église dans la station balnéaire de Margaret River. En 1981, c’est le plus grand bâtiment de terre jamais construit en Australie, par des bénévoles, qui plus est. Grâce à la publicité qu’un tel ouvrage n’a pas manqué de lui apporter, sa carrière a été lancée et les gens sont venus de partout pour voir cette église.

Trente ans après, il découvre encore d’autres qualités à ce matériau. Non seulement le matériau terre fait office de climatiseur naturel et ne pollue pas par sa fabrication contrairement au béton, mais en plus il résiste aux incendies. C’est lors du dernier incendie de quartier que Stephan Dobson a constaté que ses maisons en terre avaient résisté alors que celle en bois ou aux armatures métalliques avaient tout simplement disparu. C’est un argument de taille dans un pays où les incendies sont très fréquents.

Son secret de fabrication : Il a inventé un système rapide de coffrage qu’il a breveté, avec des panneaux en métal de plusieurs mètres qui se vissent entre eux. Ensuite, la terre est tassée à la machine. Un seul petit inconvénient : comme là-bas la terre est argileuse, il est obligé de rajouter du ciment pour faire le lien. Ses maisons ne sont pas 100% écologiques, mais elles utilisent 2 fois moins de ciment pour faire du béton. Surtout, elles ne consomment pas de sable des rivières qui en ce moment est pillé dans des pays comme le Cambodge.
Plus sur : http://ramtec.com.au/
http://rammedearthdevelopments.com.au/oldsite/create.html
Contact:
Stephen Dobson
109 Forrest St
Cottesloe Western Australia 6011
Tel: (08) 9384 5777
Fax: (08) 9385 1308

P.O.Box 84 Cottesloe
Western Australia 6911
International (+61) (8) 93845777
International (+61) (8) 93851308
Mobile: 0419 956 819
Publié par notre Terre Mère

Güssing, la ville renouvelée

La petite ville de Güssing en Autriche est devenue 100% autonome en énergie.
Tout a commencé quand les habitant en ont eu assez de dépenser tant d’euros en consommation d’énergie. Dans les années 90, la région de Gussing était la plus pauvre d’Autriche. La population n’avait pas de travail et quittait la région.
Les élus locaux ont alors décidé d’investir dans le développement durable : entourés de forêts, une grande quantité de biomasse, c’est-à-dire les matières organiques produites par les végétaux et les animaux, était disponible. Ils ont donc créé une centrale électrique de gazéification du bois pour la production combinée de chaleur et d’électricité, la première de ce genre.

Quels changements ?
D’un village déserté ils sont passés à une ville visitée chaque année par 30 000 personnes désireuses d’en apprendre davantage sur leur fonctionnement.
Maintenant, ils ont 35 sites qui produisent de l’électricité plus que la ville de 4000 habitants ne peut consommer. On peut dire que presque tout le monde s’y est mis pour en arriver là.
Par exemple, pour transformer leur bois en gaz, ils utilisent 44 000 tonnes de bois ; or, il en reste deux fois plus dans leur forêt que ce qu’ils utilisent.
Au départ, 25 personnes travaillaient dans l’usine de bois, à l’arrivée ils sont 200. 1 millier d’emplois ont été créé dans la région.
Même le carburant local est fabriqué à partir du gaz obtenu par le bois, et il est 2 fois moins cher que l’essence ! Tous les véhicules municipaux de la ville l’utilisent déjà. Pour les autres, c’est encore expérimental mais pas pour longtemps, on s’en doute vu le dynamisme de ces gens. En plus, l’air y est devenu plus pur car moins chargé en CO2.
Bref, quand on veut on peut, du moins en Autriche.

publié par notre Terre Mère

Un hôtel en bottes de paille

Un projet ambitieux : construire une petite maison d’hôtes, ou plutôt un petit hôtel en bottes de pailles à 1300 mètres dans les Alpes du côté Suisse : le Maya Guesthouse. Dans les 8 chambres, les bottes de pailles seront recouvertes d’argile à l’intérieur, sur 4 cm.

L’argile absorbe l’humidité qu’elle va ensuite restituer ce qui permet un niveau d’hydrométrie constant à 50%. L’argile accumule la chaleur et la renvoie par rayonnement.
C’est aussi une isolation phonique. L’argile est combinée depuis la nuit des temps au sable, ou à la paille, pour faire des sortes de torchis, ce qui donne une bonne isolation thermique. Chaque chambre aura une fenêtre dévoilant la paille.

Ce sera une maison passive qui ne nécessitera pas de chauffage. L’eau chaude viendra des panneaux solaires thermiques en été et en hivers, l’excès de chaleur produit par le fourneau et le four à pain seront récupérés. Des panneaux photovoltaïques produiront l’électricité.

Leur site est rempli de plans et de photos pour expliquer leur démarche de construction.  Le potager apportera la majeure partie des fruits et légumes.

Plus sur: http://mayaguesthousefr.wordpress.com/
Publié par notre Terre Mère

Un chalet au-dessus du monde

Cela fait 8 ans maintenant que Fabrice André a reconstruit le refuge du Col-de Sarenne (près de l’Alpes d’Huez) à 2200 mètres d’altitude qui fonctionne en parfaite autonomie énergétique. Il reçoit environ 7000 personnes par an, attirées par cette liberté nouvelle.

André Sauvé est une sorte d’inventeur un peu fou, mais pas trop, puisque sa maison idéale vit et illustre tout ce qu’on peut encore inventer en matière d’énergie renouvelable.

Par exemple, cette éolienne à axe verticale, qui prend peu de place et se trouve à 2 mètres du sol environ.

Ce four qui peut consummer 95% des déchets, y compris les plastiques car il brûle à plus de 1600 degrés et à cette température de combustion, il n’y a pas de production de dioxyde de carbone. Il dispose d’une chambre de post combustion qui libère de la chaleur par un système de plancher flottant. cette cahlauer couure sous le sol du jardin, ce qui fait que la terre, sous un mètre de neige, n’est pas gelée. Cela permet de récolter quelques légumes de saison.

Ou bien ce panneau solaire souple qui actionne le traqueur qui renvoie la lumière du soleil dans le chalet. Il suit la trajectoire du soleil grâce à un capteur, ce qui permet d’économiser de la lumière électrique.

Donc le chalet de Fabrice André ne manque pas de sources d’énergie: éolienne, bois, déchets, panneau photovoltaïques.

« Si nous sommes capable d’assurer notre indépendance énergétique, à 2000 mètres d’altitude, avec que 100 jours d’ensoleillement par an, qu’est-ce qu’on attend pour le faire à l’échelle de la planète? » propose-t-il.


Publié par notre Terre Mère

Le réveil du Japon, ou un mal pour un bien

La société japonaise, qui était complètement asservie à sa vie en entreprise, où les hommes se mariaient avec leur compagnie et passaient un contrat avec leur femme, est en train d’opérer un virage culturel et social extraordinaire.
D »abord, ils réfléchissent sérieusement à leur production d’énergie.
– Avant le séisme, il y avait 54 réacteurs en état de marche, aujourd’hui 11.
– Maintenant, 80% de Japonais veulent sortir du nucléaire.

Ensuite, le système D est en train de prendre le relais de cette société ultra conditionnée et totalement esclave de la notion de profit et du besoin de paraître plus que d’être. Il n’y a pas si longtemps, ils étaient toujours « en guerre économique » contre l’Occident.
– réorganisation des journées de travail dans les usines et entreprises pour gommer les pics de consommation
– pause « sieste »
– arrêt des escalators et/ou des éclairages inutiles
– plus de costumes cravates en été qui impliquent la climatisation
– calage des heures de travail sur l’heure solaire
Pour l’instant, la facture pétrolière a progressé de 15,1% en novembre sur un an, et celle du gaz naturel liquéfié de 76% !
Mais les Japonais sont des techniciens et des ingénieurs de génie. Ils vont devoir, malgré eux, devenir les vrais artisans des idées nouvelles en matière d’économies d’électricité rapidement applicables!
C’est avant tout un changement d’état d’esprit dont le Japon avait cruellement besoin.

Publié par notre Terre Mère