Archives de Tag: désertification

Pourquoi les rivières sont pleines de boue ?

La réponse de Claude Bourguignon
Nous sommes en train de dégrader les trois milieux dans lesquels nous vivons : l’atmosphère, l’eau et le sol.
Le sol est organo-minéral, les argiles, les plus complexes du monde, fabriquées par les argiles et les microbes, les plus complexes du monde, l’humus, les matières organiques les plus complexes du monde. C’est un équilibre fragile.

En 100 ans, nous avons dégradé autant de terres qu’en 6000 ans d’agriculture. Aujourd’hui, nous cultivons 1 milliard 500 millions d’hectares de sol pour 6, 9 milliards de personnes, ce qui fait moins de 2200 mètres carrés par habitant. Nous perdons 15 millions de terre agricoles chaque année. Comment faire alors ? Nous déforestons l’équivalent dans les forêts tropicales qui ont pour rôle d’équilibrer le climat et contribue au réchauffement climatique.

Les Etats ont abandonné leur rôle qui était de nourrir leur population en laissant à l’industrie agroalimentaire gérer cela. Auparavant, on suivait le modèle le plus productif qui soit par mètres carrés, l’équilibre agro-sylvo-pastoral. Les forêts empêchaient le bétail de manger les cultures et fournissait de l’humus, les sols étaient laissés régulièrement en prairies sur lesquelles le bétail pâturaient créant ainsi du fumier qui régénérait les sols. (Par exemple, le système aztèque.) Aucun système intensif n’est aussi productif.
Aujourd’hui on a inventé l’agriculture intensive, c’est-à-dire des monocultures faciles à industrialiser mais qui ont rompu avec les cycles de la nature, avec utilisation d’engrais chimiques. Or l’azote détruit les matières organiques et libère du gaz carbonique.
Donc, après une dégradation biologique des sols, nous obtenons une dégradation chimique des sols. Le calcium, le fer et l’aluminium ne peuvent plus attacher l’argile et l’humus et dès qu’il pleut, les rivières sont pleines de boues. Partout où la terre est encore intacte, les rivières sont transparentes.
Cela signifie que nous sommes en train de perdre nos sols. Nous sommes devant un choix urgent à faire : soit retrouver une agriculture biologique qui pourra nourrir les habitants de la terre, soit continuer à produire une agriculture gourmande d’énergie et de produits chimiques, qui ne fera qu’affamer le monde.
Voici ce que nous propose Claude Bourguignon, dans cette interview réalisée en 2010 mais toujours d’actualité.
Publié par notre Terre Mère

Publicités

Le sol, la terre et les champs

Claude Bourguignon nous parle dans cet extrait, des dégats de l’agriculture « médicalisée » qui se pratique en Europe depuis 60 ans. La nature a déjà sélectionné des espèces en fonction de leur efficacité à restructurer les sols, à récupérer les engrais lessivés par les pluies, à pousser sur des sols pauvres ou arides….
Mais notre agriculture aujourd’hui est sortie du cycle naturel et ne respecte plus la terre; elle produit des « déserts verts », c’est à dire des sols morts en profondeur,  sans que nous ne le sachions. Il suffit de voir les champs de tulipes en Hollande ou les champs de maïs aux Etats Unis pour comprendre qu’une telle homogénéïté n’est pas naturelle.  

La vidéo est extraite du film  » Alerte à Babylone  » de Jean Druon au éditions Voir et Agir : http://www.voiretagir.com/

Plus sur Claude Bourguignon :http://www.lams-21.com/

L’extrait ci-dessus est édifiant et  le livre des deux auteurs est pour nous,  un must de la librairie écologiste. Claude et Lydia Bourguignon, Le sol, la terre et les champs, pour retrouver une agriculture saine,

Ed. Sang de la Terre 2008
Plus sur : http://www.lams-21.com/

La culture du maïs

La culture du maïs en France concerne pratiquement exclusivement la nourriture pour animaux. Quand on sait que cette plante nécessite beaucoup d'eau, et que l'estomac de vaches n'arrive pas à la digérer, entraînant du gaz méthane suite à leurs nombreuses flatulences, on se demande pourquoi on la cultive encore.


Cet extrait de la série « Il était une fois… notre Terre » peut être regardé sur la chaîne TNT des enfants, Gulli.
Publié par notre Terre Mère

La terre se réchauffe : c’est (enfin) officiel

australieL’évolution des températures dans le monde n’a montré aucune tendance à la baisse, on le savait déjà, mais c’est maintenant officiel !

Les données du gouvernement américain montrent cette décennie  aura été la plus chaude depuis que les archives existent, soit 130 ans.

Il y avait pourtant des sceptiques au réchauffement climatique.

Il est vrai que depuis 1998, les températures ont fait du yo yo; mais ce phénomène est régulièrement observé depuis 1880 et ne signifie donc rien.

Donc, même si 1998 est l’année la plus chaude, 2005 a été encore plus chaude d’après les relevés de la NASA et de l’agence américaine de l’atmosphère et des océans (National Oceanic and Atmospheric Administration).

D’ailleurs, les australiens se préparent déjà à envisager une riposte aux conséquences du réchauffement de la planète. La Commission parlementaire sur les changements climatiques, présente un rapport concluant 18 mois d’études : elle  propose qu’un groupe indépendant se penche sur une possible urbanisatiojn plus à l’intérieur des terres.

Quelqu’un aurait-il encore des doutes ?

Publié par notre Terre Mère

Planter un arbre en Afrique

désertification- plantationabresLe projet « Tree Nation » propose d’adopter un arbre de son choix moyennement une cotisation : son but,  lutter contre la désertification en Afrique.
L’objectif final de l’association est de pouvoir replanter 8 millions d’arbres en Afrique pour combattre la désertification qui ne cesse de grandir.

Et bien sûr, elle est due aux récents bouleversements climatiques et aux activités humaines comme l’agriculture intensive ou les coupes à blanc de forêts.
Saluons cette belle initiative !

Plus d’images  sur le dossier:

http://www.economiesolidaire.com/2008/03/06/lutter-contre-la-desertification-en-afrique-en-adoptant-un-arbre/

 

Vous pouvez vous inscrire, proposer vos idées sur le site de l’association qui s’occupe de ce projet : http://www.tree-nation.com/

publié par notre Terre Mère

Qu’est-ce que la désertification

désertification-2La désertification est une dégradation des sols où les terres deviennent sèches et ne jouent plus leur rôle d’alimentation des végétaux.
La désertification, c’est dont un appauvrissement des sols et une baisse du rendement agricole.
Chaque année, elle s’intensifie, pour les raisons suivantes :

– déforestation, déboisement, avancée du désert
– surpâturage
– mauvaises pratiques agricoles, perte de la biodiversité
– mauvaises gestion de l’eau,  pollution des sols
– réchauffement climatique…
Avec des conséquences humaines graves, qui a leur tour deviennent aussi des causes à cette désertification :
– accroissement de la pauvreté, de la famine
– pénurie d’eau
– déplacements de population, instabilité politique, conflits, guerres, dus aux réfugiés environnementaux…

La désertification est donc un cercle vicieux, un serpent qui se mord la queue.

Heureusement, à Bruxelles, un projet de loi devrait assez rapidement décourager la culture de plantes qui nécessitent beaucoup trop d’eau comme le maïs et le tournesol.
Les pratiques espagnoles (tomates, fraises…) qui vont jusqu’à empiéter illégallement sur les réserves naturelles sont un bon exemple de cette escalade dans nos pratiques agricoles et de consommation en bout de chaîne. D’autant que ces arrosages sont joints à des apports importants de fertilisants minéraux qui rendent le sol complètement minéralisé et stérile.
On a de multiples exemples dans les Côtes d’Armor où plus on met d’engrais, moins on a de rendements !

En savoir plus sur : http://www.vedura.fr/environnement/sol/desertification
publié par notre Terre Mère