Étiquette : consommation excessive

Fumer rend idiot?

Fumer tue, on le sait, mais il tue à petit feu d’un cancer du poumon entre autre, et il augmente le risque d’avoir un accident cardiovasculaire.
Mais ces jours-ci, les chercheurs du King’s College de Londres ont publié leur recherches qui montrent un lien direct entre la cigarette et un risque de démence ou de déclin mental.

Ils ont étudié un groupe de 8.800 personnes de 50 ans et plus pendant 8 ans. Les participants étaient aussi divisés en deux catégories: les non-fumeurs et les fumeurs.
Les données sur la santé et le mode de vie de ces groupes ont été recueillies. Ils ont été testé au niveau du cerveau, en apprenant de nouveaux mots ou de noms d’animaux. Ils ont tous été retestés après quatre, puis après huit ans.
Les résultats ont montré que le risque global de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral était  » significativement associée à un déclin cognitif » c’est-à-dire mental. De plus, les fumeurs avaient les scores les plus bas.
Dr Simon Ridley, responsables des recherches sur la maladie d’Alzheimer en Grande Bretagne, a déclaré: « La recherche a maintes fois lié le tabagisme et l’hypertension artérielle à un plus grand risque de déclin cognitif et de démence, et cette étude ajoute encore plus de poids à cette preuve. ..Le déclin cognitif peut se développer dans la démence, et démêler les facteurs qui sont liés à ce déclin pourrait être crucial pour trouver des moyens de prévenir la maladie…Ces résultats soulignent l’importance de prendre soin de votre santé cardio-vasculaire à partir au milieu de la vie ».

La Société Alzheimer a déclaré: « Nous savons tous que le tabagisme, une hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé et le surpoids sont mauvais pour notre cœur. Cette recherche s’ajoute à l’énorme quantité de preuves qui suggèrent aussi qu’ils peuvent être aussi mauvais pour notre cerveau…Une personne sur trois après 65 ans sera atteinte de démence, mais il y a des choses que les gens peuvent faire pour réduire leur risque ; avoir une alimentation équilibrée, le maintien d’un poids sain, une activité physique régulière, un contrôle sur la pression artérielle et le taux de cholestérol, et ne pas fumer peut faire toute la différence. »

Plus sur : http://www.bbc.co.uk/news/health-20463363

Image : Ma grand-mère Alza… quoi ? de Véronique Van den Abeele, illustrateur Claude K. Dubois.
publié par notre Terre Mère

SLOW FOOD s’organise contre la malbouffe

Voici un court extrait du film « Slow Food » qui se bat contre la malbouffe en préservant les légumes traditionnels. Ici, c’est l’oigon de Sisco dans le Cap Corse qui est le symbole d’une haute qualité alimentaire.
En i siècle l’Europe a perdu 80% de ses espèces végétales. C’est toute la société de consommation, sponsorisée par l’agroalimentaire, qui est visée à travers cette sauvegarde de l’oignon de Sisco. Ces aliments font parties de la liste  »des produits en dangers » comme 300 autres que l’organisation internationale Slow Food a identifié au nom aussi de la biodiversité.

Ce documentaire de Mélanie Dalsace dure 52 minutes et a une approche multidisciplinaire avec des sociologues, des diététiciens, des cuisiniers, des agriculteurs. Vous pouvez l’acheter sur: 

http://www.filmsdocumentaires.com/films/999-slow-food

Publié par notre Terre Mère

Trop de consommation au menu du G8

 
Ce week-end, le G8 va se réunir pour essayer de  voter un véritable plan de lutte contre le changement climatique. Or, les ressources naturelles de la Terre sont surexploitées et la population est de plus en plus nombreuse.

30 ans après le premier Sommet de la Terre tenu à Stockholm en 1972, Rio en 1992 étant le second, a-t-on vraiment tiré des leçons de nos erreurs ?
Selon le rapport biannuel du WWF, World Wide Fund for Nature, la situation est grave. Le directeur général, Jim Leape s’exprime ainsi : « le monde…vit comme si nous avions une planète supplémentaire à disposition. Nous utilisons 50 % de plus de ressources que la Terre ne peut en produire de manière durable, et si rien ne change, d’ici l’an 2030, même deux planètes supplémentaires n’y suffiront pas ».

D’après Jonathan Baillie co-auteur du rapport : « Ignorer ce diagnostic aurait des conséquences majeures pour l’humanité, nous pouvons rétablir la santé de la planète, mais seulement en nous attaquant aux racines du mal : la croissance de la population et la surconsommation », a-t-il ajouté.

Depuis 40 ans, les écosystèmes sont touchés par la pollution, l’urbanisation, la déforestation etc…Les plus atteints sont les écosystèmes tropicaux. La population dans les pays en voie de développement a été multipliée par 4,3 depuis 1961, et leur empreinte écologique a augmenté de 323 % , les pays à revenu moyen, le Brésil, la Russie, l’Inde, l’Indonésie et la Chine, ont augmenté leur empreinte écologique par habitant de 65 % depuis 1961.

Et pour les pays pauvres, c’est encore pire, c’est 5 fois plus que les pays en voie de développement. Parmi ceux-ci, les plus pollueurs par habitant sont : le Qatar, le Koweit, les Émirats arabes unis, le Danemark, les États-Unis, la Belgique, l’Australie, le Canada, les Pays-Bas et l’Irlande.

La population mondiale devrait atteindre plus de 9,3 milliards d’ici 2050. Le rapport propose des solutions pour essayer de réduire les besoins d’énergie et la consommation en général.
Il serait possible de n’être que 8, 1 milliards en 2050 et 6, 2 milliards en 2100, mais cela impliquerait de faire de très gros efforts en matière d’éducation des femmes et de promotion de la contraception, surtout chez les pays émergeants. Or, ils ne pourront pas les faire tout seul. Les sociétés modernes seront-elles prêtes à accompagner cet élan nécessaire d’émancipation des femmes?

Remarque : le G8 regroupe 8 pays parmi les plus puissants : États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada et Russie. Cette année seront réunis Barack Obama, Yoshihiko Noda, Angela Merkel, François Hollande, David Cameron, Mario Monti, Stephen Harper, Vladimir Poutine.

Plus sur : http://www.lepoint.fr/science/un-rapport-alarmiste-sur-l-etat-de-la-planete-15-05-2012-1461514_25.php
Publié par notre Terre Mère

Haro sur le roi !

Quand on est le souverain d’Espagne, et qu’on appelle son peuple à l’austérité…

Quand on est président d’honneur de l’association de défense de la nature (WWF),

Et qu’on pratique assidument la chasse à l’éléphant en Afrique, alors que l’espèce est en danger et que le coût d’un safari est de 30.000 euros environ à la charge des contribuables, que croyez-vous qu’il arrive ?

Le roi se blesse alors qu’il chasse l’éléphant au Botswana.

Ah ah ah !!  Difficile de cacher l’affaire cette fois !

Penaud, à la sortie de l’hôpital, il déclare :
« J’ai fait une erreur, je suis vraiment désolé, cela ne se reproduira plus »

Quand à peu près dans le même temps, le petit-fils du souverain âgé de 13 ans  se blesse au pied en s’entraînant au tir au fusil alors que le maniement d’armes à feu est interdit avant 14 ans, faut-il en rire ?

Tout cela et bien d’autres frasques, ça fait très désordre…

Zéro de conduite pour la vieille monarchie d’Espagne bien pensante et moralisatrice…

Si vous souhaitez manifester votre désapprobation, vous pouvez signer la pétition en ligne :  https://www.sauvonslaforet.org/petitions/868/le-roi-et-l-elephant

Photo d’un safari prise en 2005 au Botswana
Publié par Mandarine pour notre Terre Mère

PIB et PNB, ces chiffres qui nous gouvernent…

On nous berce tellement à longueur d’année avec les prévisions du PIB et du PNB, qu’on croit fermement qu’ils sont des indicateurs de bien-être et de progrès. Mais qu’en est-il exactement ?

Juste après la seconde guerre mondiale, les pays dits développés se sont mis à mesurer leur activité économique grâce à un instrument de calcul appelé Produit National Brut ou Produit Intérieur Brut. Le Produit Intérieur Brut, ou PIB, est la somme des richesses créées à l’intérieur d’un pays. Pour cela on se base sur la somme des valeurs ajoutées réalisées sur les services et les produits. Le Produit National Brut, ou PNB, est la somme des richesses créées par un pays à l’intérieur et à l’extérieur.  Dans ces années de reconstruction, un tel calcul pouvait donner une petite idée du progrès social et national accompli.

Les initiateurs de cette méthode à l’époque avait cependant mis en garde contre son usage immodéré car, selon eux, il y a des paramètres plus significatifs de la qualité de la vie qui ne sont pas pris en compte.

Eh oui ! Le défaut de cette méthode, c’est qu’elle ne comptabilise que les transactions monétaires. Elle nie donc toutes les valeurs qui ne sont pas monétaires, comme les valeurs humaines qui font la grandeur d’une société : relationnel, échanges, solidarité, bonne santé, autonomie, auto-suffisance. Et que dire des ressources gratuitement dispensées par la nature?

Ces indicateurs sont autant d’encouragement à la prédation de la nature, à la dépendance et à la consommation externe, à la médicalisation de la vie, et à la multiplication des intermédiaires. In fine, cela aboutit à un coût de la vie artificiellement gonflé et l’asservissement de tous au travail.

En appliquant cet instrument de calcul à tous les pays, on a pénalisé les modèles de société traditionnelle où les échanges économiques étaient plus courts, et rarement monétaires : auto-production, entraide familiale, troc, échange de services,  échange direct du producteur au consommateur. Et on a encouragé des modèles complexes dits modernes  où toujours plus d’intermédiaires, de transactions monétaires et d’outils financiers viennent grossir le PIB et le PNB.  Insidieusement grâce aux chiffres le modèle moderne s’est ainsi imposé partout.

Le monde moderne  est synonyme de consommation, d’épuisement des ressources, de commerce mondial et de financiarisation sophistiquée. En faisant glisser les valeurs humaines vers toujours plus de monnaie et de richesses matérielles, le PIB et le PNB n’ont-ils pas contribué à  l’éclatement de la structure familiale, à l’anéantissement de la solidarité inter-générationnelle, à la perte des vraies valeurs de la civilisation ?

Alors, pourquoi laisser des chiffres aveugles nous gouverner et nous détruire ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_int%C3%A9rieur_brut http://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_national_brut

Publié par Mandarine pour notre Terre Mère

« Harmonie » ou obsession de la consommation, selon le Prince de Galles

« Le Mahatma Gandhi fit une observation cruciale quand il dit que l’humanité a une tendance naturelle à consommer. L’élément crucial qu’il avait pressenti, et qui manquait à une grande partie de l’approche occidentale de la vie, c’était celui de limitation. S’il n’y a pas de limites à cette tendance à la consommation, expliquait-il, nous pouvons devenir obsédés par la satisfaction de nos désirs, en consommant de plus en plus pour rechercher le peu de satisfaction que nous obtenons.

Gandhi était également très clair sur le danger de cette tendance, qui, si elle est légitimée par une vision du monde, met l’humanité au centre des choses, agissant selon l’hypothèse d’avoir un droit absolu sur la nature. Il prédit qu’une telle combinaison se révélerait explosive. Cela serait, déclara-t-il, une vision du monde vraiment très destructrice.

Je pense que la situation montre que Gandhi avait raison, et pas seulement d’un point de vue écologique. De nombreux pays développés ont signalé une augmentation sur le long terme des problèmes de santé mentale. Le stress à essayer de suivre une consommation incontrôlée combiné à l’impact de la solitude, a entraîné plusieurs millions de personnes à devenir des victimes plutôt que les bénéficiaires de notre façon de mesurer le progrès.

Notre santé physique a également souffert. Plusieurs millions de personnes sont maintenant classés comme cliniquement obèses en raison de leurs modes de vie beaucoup plus sédentaire et leurs régimes alimentaires. Le fait que nous ayons récemment atteint le point, où le nombre de personnes obèses dans le monde dépasse les 800 millions de personnes souffrant de malnutrition, est un portrait déprimant de notre époque. Ce n’est là qu’un terrible exemple de la façon dont nous vivons maintenant, dans un monde où les extrêmes ne cessent de grandir. »

Le Prince Charles dans son livre « Harmony » paru à l’automne 2010
Publié par notre Terre Mère

Accros au sucre, mais quel sucre?

Des scientifiques de l’université de Californie, à San Francisco, soulignent que l’abus de sucre, en particulier le fructose, coûterait aussi cher à la société que les addictions générées par le tabac et l’alcool. Il faudrait donc encadrer leur vente !

Le lien est établi entre la consommation de sucre et l’augmentation des maladies cardio-vasculaires, du diabète, de l’obésité, des cancers…De plus certains effets du fructose sur l’organisme seraient similaires à ceux de l’alcool.

Mais attention ! S’il est sûr que les gens deviennent de plus en plus gros, et que les personnes obèses sont plus souvent malades, car plus sédentaires, on ne peut se contenter de faire un lien entre sucre et les maladies sans préciser de quel sucre on parle.

Notre organisme ne métabolise que le glucose dextrogyre (qui dévie la lumière vers la droite) c’est-à-dire le fructose de fruits (fructose droit) et il n’a pas d’effet négatif. Il n’assimile aussi que les protéines lévrogyres (qui dévient la lumière vers la gauche).

 La très grande majorité des sucres utilisés en agro-alimentaire est dérivée du sirop de glucose (isoglucose) produit par l’hydrolyse enzymatique du maïs, de la pomme de terre ou de la betterave, saccharose. Ses sucres sont composés entre 20 et 80 % de sucre droit, constitué majoritairement de fructose, donc le reste n’est pas assimilable par l’organisme.

J. Mann de l’Université d’Otago, Nouvelle-Zélande, a écrit en 2003 dans le Bulletin de l’OMS, qu’il « existe énormément de preuves que le saccharose et les sucres ajoutés aux aliments contribuent à l’épidémie mondiale d’obésité ».

Le fructose, pas celui des fruits, mais le fructose industriel, apporte jusqu’à 150 grammes par jour. Selon M. Halimi.  « cet apport massif provoque …le stockage de graisse dans le foie, l’hypertension artérielle, le diabète et le risque cardio-vasculaire, surtout chez des individus prédisposés. »

 Finalement, la différence se trouve entre la forme gauche du fructose produit par hydrolyse de l’amidon, et la forme droite venant des fruits, sans que ce critère soit explicitement défini dans les études précédantes.

En tous les cas, bon courage à ceux qui veulent réglementer la consommation de sucre ! Ne mangez donc que des sucres naturels et vous aurez moins d’ennuis !

Remarque : la vitamine C du commerce en France est composée à 50/50 gauche et droite. Or on sait que cette forme est complètement inefficace puisque seule la forme gauche est assimilée : achetez donc votre vitamine C sur le net ; aux USA, elle est 100% garantie acide L-ascorbique. (voir articles sur du blog)

Plus sur : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/02/02/trop-de-sucre-nuit-gravement-a-la-sante_1637898_3244.html#xtor=AL-32280515
Publié par notre Terre Mère