Connaissez-vous Diébédo Francis Kéré ?

L’architecte Diébédo Francis Kéré est un fervent défenseur d’une architecture durable, avec une approche écolo et solidaire.
Il a été d’abord un artisan charpentier à Ougadougou au Burkina Fasso. Puis il étudie l’architecture en Allemagne. 

L’association  « Schulbausteine fuer Gando » ( Une pierre pour l’école de Gando) a germé dans la cafétéria de l’université : « Se retrouver entre copains à cet endroit habituel pour boire un café,  discuter et  vouloir changer le monde, c’était beau. Mais comment  le faire, c’est toujours la question. J’ai donc réussi à convaincre mes copains étudiants qu’au lieu de prendre une deuxième tasse de café, mieux vallait contribuer à la construction d’une école à Gando ».

Aujourd’hui, son association compte une trentaine de membres et de nombreux bénévoles. Ceux-ci développent de nombreuses initiatives permettant de financer les projets de construction d’écoles et les prises en charges des élèves.

Il devient lauréat 2009 du « Global Award for Sustainable Architecture » pour son projet d’école à Gando, ce qui le fait connaître aux yeux du grand public.

Dans son village natal de Gando, il a eu l’idée de créer une école à partir des matériaux traditionnels locaux : du bois et de la brique séchée très compressée. Mais il sait aussi que le secret de la réussite passe par l’adhésion de la population à son projet.

Il enseigne alors les techniques de soudure et de construction de briques à l’ensemble des villageois. Tout le monde participe à l’entreprise, des femmes en passant par les enfants, jusqu’aux anciens.
Diébédo Francis Kéré a réussi à sensibiliser les villageois à la lutte contre le danger climatique.

Mais il n’en est pas moins toujours soucieux d’intégrer une architecture « durable » dans des lieux ou les populations ont peu de moyens.
S’il suit les règles traditionnelles de la construction en terre, il trouve des idées novatrice pour l’aération par exemple, et arrive à construire dans des conditions difficiles. C’est pourquoi il a aussi l’intention de poursuivre des projets identiques en Inde et au Yémen, qui ont en plus l’avantage de permettre l’alphabétisation des enfants non scolarisés.

Plus sur son blog: http://www.kere-architecture.com/index.html

ou sur l’association :http://www.fuergando.de/fr/home.html

Cet architecte est présenté en ce moment à l’exposition au MOMA (Musée de l’art moderne) sur « la nouvelle architecture d’engagement social »,   du 3/10/ 2010 au 3/01/ 2011:  http://www.moma.org

Idée proposée par Marie Odile
Publié par notre Terre Mère

Générosité des motards

Ce dimanche matin de fin août 2010, il fait un beau soleil à Saint Mars du Désert. Le bitume de la route départementale à l’entrée de l’agglomération est noircie de traces noires des pneus de motos. Les stands sont démontés et chargés dans les remorques. Les barrières de protections sont rangées. Le site d’accueil du public est nettoyé de tous ses déchets. Le visage des bénévoles de l’association Moto Passion smdd est serein. Les motards sont satisfaits de leur show moto acrobatique du samedi après midi organisé pour soutenir une autre association marsienne DanTomchoeur.

Ils nous décrivent avec enthousiasme le spectacle.  « De 14 heure à nuit tombée, les virtuoses de l’acrobatie à moto comme Atomic Acrobatie, Stunt Quad 71, Duke ont tout donné, du physique, du style, de la sueur, du suspens, du partage, de l’humour,  des émotions, du silence, de leur temps au delà du temps de programmation.  Pour les voir, plus de 2 000 personnes se sont déplacées. Certaines sont venues des régions du nord-est de la France.  » 

Pour Jean-Luc, Frédéric,  Eddy, …, « Il n’y a aucun doute, les spectateurs, les pilotes, les motards, les bénévoles, la municipalité et les sponsors ont collectivement et humainement fusionné dans cet engagement de générosité solidaire pour  soutenir les parents de Tom. Leur enfant âgé de 6ans est atteint d’une maladie neurologique le syndrome de Sanfilipo ».

Ils l’ont ressenti cette  » générosité de tous les participants. Elle était spontanée. C’était un échange humain ». 

Ils nous rapportent que « les employés municipaux ont, au-delà de leur temps de travail, participé bénévolement pour aider les organisateurs. Les pilotes étaient impressionnés par l’organisation, tout ce qu’ils avaient demandé pour leur sécurité et celle du public était respecté. Agréablement surpris du contact avec le public, ils ont augmenté voir doublé la durée de présentation de leurs cascades… »

Les fonds recueillis, plus de 4 200 €,  par l’association Moto Passion smdd pendant cette manifestation sont destinés à l’association marsienne DanTomchoeur. Elle a été créée en 2005 par Manuella et Dimitri -les parents de Tom- pour aider les parents dont les enfants sont atteints de maladies génétiques.

Cette solidarité entre 2 associations d’une même commune avec le concours de la municipalité est exemplaire.

 Les motards de Moto Passion smdd de Saint Mars du Désert ont osé. Ils l’ont fait. Ils sont allés à la rencontre de leurs voisins, la famille de Tom, et ils ont posés la question : «  Comment pouvons-nous vous aider ? » Ensuite, ils ont ouvert leur carnet d’adresses, rencontré  commerçants, artisans, entreprises, municipalité, propriétaires de terrains, autorités pour la sécurité, riverains, cascadeurs et bien sur le public. Le résultat est certainement au delà de l’aspect financier et de leurs espérances.

A vous les motards pour votre engagement de solidarité et de générosité, respect.

 Vroum, vroum !!!

www.motopassionsmdd.com

http://www.motopassionsmdd.com/rubrique,dantomchoeur,1180091.html

www.dantomchoeur.com 

Précédent article : https://notreterre.wordpress.com/2010/08/02/qeo2gnohsu/

Interviewé,  commenté et publié par Notre Terre Mère

Un pub intelligente

Allez, abandonnez quelques minutes seulement votre cynisme de rigueur face à la pub, c’est pour la bonne cause:  

Signal, en partenariat avec l’Unicef, veut sensibiliser les enfants au brossage quotidien des dents. Evidemment, ce n’est pas par hasard ni par altruisme…

Depuis  ce lundi 23 août, les peitis pauvent se connecter pour s’engager à se brosser les dents matin et soir. ce site propose aussi des des informations sur les bénéfices d’un brossage quotidien.

Mais ce qui nous intéresse ici, c’est l’engagement que l’on peut prendre en faveur d’un accès à l’eau potable pour les enfants des pays en voie de développement. Pour chaque engagement, Signal versera 0,50 centimes d’euro à l’Unicef.

Si on obtient 200.000 clics, c’est  4.000 enfants qui pourront accéder à l’eau potable au sein de leurs écoles.

Il ne faut pas non plus oublier qu’en France,  50% des enfants de moins de 6 ans ne se sont jamais brossés les dents  !(source : Research International 2004).

Plus sur : www.missionsignal.fr

Publié par notre Terre Mère

Connaissez-vous Yves et Runa Marre ?

Tous deux ont créé une association pour venir en aide à la population du Bangladesh toujours en grande difficulté : Friendship, venant des mots « friend » et « ship », signifiant le bateau ami, ou bien « Friendship » qui veut dire amitié. Déjà tout un programme!

Cette idée d’association est née à la suite d’un projet un peu fou au départ, celui de faire venir une péniche de France, de lui faire traverser 10 000 kms d’océans et de marées pour arriver jusqu’au Bangladesh afin de devenir un « bateau hôpital ». Puis de la rencontre de deux personnes, Yves et Runa, unis par l’amour de la vie et dans la vie….

Le constat était rapide à faire : aucun édifice ne pourrait être construit en dûr sur ces petites îles qui disparaissent tous les jours d’une façon brutale,  suite à l’action de la pluie et de la montée des eaux. De plus, la luminosité étant très forte sur ces îles, beaucoup de gens souffraient de catarate, ce qui les rendaient aveugles.

Or, une simple intervention pouvait leur rendre la vue…

C’est ainsi qu’a démarré leur aventure sur l’eau. Ils en sont maintenant à leur deuxième bateau hôpital, après deux ans de construction. Un catamaran qui offre plus de deux cents mètre carré de surface médicale aux standards modernes et entièrement autonome.

Aujoud’hui, Friendship International Luxembourg, Hollande et France, agissent au Bangladesh et au Pakistan, grâce à un soutien humain, financier, logistique et opérationnel.

Plus sur: http://www.friendship-fr.org/

vidéo sur : http://programmes.france3.fr/vu-du-ciel/data/saison03/e06_reportage_yvesruna.php

Publié par notre Terre Mère

Le bateau espoir

Voici un nouveau projet de Friendship l’association créée par un couple atypique : un Français Yves Marre et une Bangladeshi Runa, devenue madame Marre.

Ils ont mis en place un projet ambitieux, celui de fabriquer un nouveau bateau pour des pécheurs du Bangladesh. Pour cela, ils ont demandé l’aide de Marc Van Peteghem, architecte naval français, pour dessiner ce premier bateau de l’espoir.

« 500 bateaux pour 500 familles”, c’est un rêve à réaliser pour les pêcheurs de Kuakata, ville dévastée par le cyclone Sidr en 2007.

Sa méthode : comprendre un bateau traditionnel, comprendre son style et son esthétique qui sont souvent le fruit d’une connaissance empirique de l’efficacité.

Ensuite, construire et transférer un savoir.

Ces bateaux sont plus sûrs que les anciens, plus solides, plus stables, plus rapides. Bref, ils sont mieux ! Les matériaux sont presque tous disponibles sur place : 40% de fibre de jute, 60% de fibre de verre, il est insubmersible !

Il fait vivre 4 familles de pêcheurs, 30 personnes. Ce projet pilote verra bientôt le jour à grande échelle.

« L’espoir, il fait croire en la solidarité humaine, c’est du bonheur partagé, de l’amour. » dit Marc Van Peteghem.

Plus sur:http://programmes.france3.fr/vu-du-ciel/data/saison03/e06_reportage_500bateaux.php

Publié par notre Terre Mère

Tous porteurs d’eau

Porteurs d’eau et porteurs d’espoir:

Une nouvelle opération lancée par Danielle Mitterand et l’association « France Libertés », vient d’être relayée par les créateurs Agnès B et Philippe Starck.

Philippe Stark a dessiné un objet, un collector, un flacon d’eau pour nous sensibiliser au problème de manque d’eau potable que subissent plus d’un million et demi de personnes dans le monde.

Il suffit d’acheter ce flacon 5 euros dans les magasins Agnès B, et ils seront entièrement reversés à l’association « France Libertés » pour la mise en place de projets liés à la distribution d’eau dans les pays pauvres, comme c’est déjà le cas au Radjastan en Inde et en Amérique du Sud.

Pour faire passer ce message de partage de nos richesses en eau, il faudrait sans doute créer une organisation mondiale de l’eau, comme pour l’organisation mondiale de la santé.

En attendant, soyons nous aussi des porteurs d’eau.

Plus sur : www.france.libertes.fr

Publié par notre Terre Mère

Le projet Yasuni

Yasuni, c’est le nom d’un parc naturel en Equateur et aussi celui d’une résistance réussie aboutissant à un fabuleux projet de respect de l’environnement.

Sur 950.000 hectares de forêt amazonienne, 20% des réserves de pétrole du pays se trouvent dans les sous sols de ce parc ! De plus, trois peuples,  seraient dépossédés de leur territoire si le pétrole était exploité.
 Les communautés indigènes comme les Tagaeri, les Taromenane et les Oñamenane sont depuis longtemps en lutte. En 1996, la Confédération des nationalités indigènes de l’Amazonie équatorienne a déposé une plainte devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme. Ils ont accusé le gouvernement équatorien de l’époque et les entreprises pétrolières d’attenter à leurs droits fondamentaux.
Donc maintenant, le président Rafael Correa propose aux pays du Nord de compenser cette perte d’argent en versant des fonds pour financer la reforestation,  la conservation de zones protégées en développant notamment des énergies renouvelables.
Le projet Yasuni,  c’est aussi des centaines de millions de tonnes de CO2 qui ne seront pas déversées dans l’atmosphère.

L’Allemagne, la Belgique et l’Espagne soutiennent le projet Yasuni. Mais la France, comme la Norvège, la Suisse, ne sont encore qu’intéressés !

Plus sur : http://www.maxisciences.com/biodiversit%e9/petrole-l-039-quateur-y-renonce-pour-proteger-sa-biodiversite_art7609.html

Publié par notre Terre Mère

La science élevée au rang du sacré

«L’Age des Lumières, et la théorie du progrès auquel elle a donné naissance, était centré sur le caractère sacré de deux catégories: les connaissances scientifiques modernes et le développement économique.

Quelque part sur le chemin, la recherche effrénée du progrès, guidée par la science et le développement, a commencé à détruire la vie, sans aucune évaluation de la vitesse avec laquelle une grande partie de la diversité de la vie sur cette planète était entrain de disparaître.

L’acte de vivre et de célébrer et de conserver la vie dans toute sa diversité – les peuple et la nature – semble avoir été sacrifié au progrès, et le caractère sacré de la vie a été remplacé par une science et un développement au caractère sacré…

La destruction écologique et de la marginalisation des femmes, nous le savons maintenant, ont été les résultats inévitables de la plupart des programmes et projets de développement. Ils violent l’intégrité de l’un et détruisent la productivité de l’autre. Les femmes, en tant que victimes de la violence des formes patriarcales du développement, se sont élevées contre ce système pour protéger la nature et préserver leur survie et leur subsistance.
Les femmes indiennes ont été au premier rang des luttes écologiques pour préserver les forêts, les terres et l’eau. Elles ont contesté la notion occidentale qui fait de la nature un objet d’exploitation et l’ont protégée en tant que Prakriti, la force vive qui soutient la vie.

Elles ont contesté la notion occidentale de l’économie de production et de profits, d’accumulation de capital, avec leur propre conception de l’économie comme étant la production de subsistance et de la satisfaction de leurs besoins.

Une science qui ne respecte pas les besoins de la nature et un développement qui ne respecte pas les besoins des gens, met inévitablement en danger notre survie »
Vandana Shiva: « Staying alive : women, ecology and development », (Rester vivant : les femmes, l’écologie et le développement), Zed Books, Londres 2002
Image : femmes plantant du riz Paddy, un projet de Navdanya
Publié par notre Terre Mère

Contre la bio piraterie

navdanya-symboleNavdanya, en Inde, est un réseau de gardiens des semences et de producteurs biologiques réparties dans 16 Etats de l’Inde.

Depuis 20 ans, Navdanya a contribué à l’installation de 54 banques de semences communautaires dans plusieurs pays d’Inde, formé plus de 500.000 agriculteurs à la souveraineté de leurs semences et de leur alimentation, à l’agriculture durable. Elle a aidé à l’installation la plus importante de marketing direct du commerce équitable biologique dans le pays.

Navdanya a également mis en place un centre d’apprentissage, l’École de la semence (Bija Vidyapeeth) au sujet de la conservation de la biodiversité et de l’agriculture biologique dans Doon Valley, Uttaranchal, en Inde du Nord.

Navdanya est activement impliqué dans le rajeunissement de la connaissance et la culture autochtones. Elle a créé une prise de conscience sur la dangerosité du génie génétique, a défendu le savoir faire des gens contre la bio-piraterie et le droit à l’alimentation,  face à la mondialisation et au changement climatique.

Navdanya est un mouvement centré sur les femmes dont le but est la protection de la diversité biologique et culturelle.

plus sur www.navdanya.org

 La troisième édition du Festival de Films ALIMENTERRE du 16 octobre au 30 novembre, présente de nombreux documentaires dans plusieurs villes de France, dont celui-ci, sur le thème de la bio piraterie:bio-piraterie

 

Les pirates du vivant :

Le film « Les pirates du vivant » de Marie-Monique Robin, a reçu le Grand prix du Figra (Festival international du grand reportage d’actualité et du documentaire de société), le 26 mars 2006, au Touquet.

Les Etats-Unis soutiennent, par leur système de brevets accordés sans contrôle, le pillage des ressources des pays du Sud. L’office européen des brevets n’est pas non plus innocent. Mais les pays du Sud, qui sont les victimes du pillage, organisent leur résistance, au Mexique, en Inde en passant par la forêt amazonienne, enquête sur cette piraterie d’un nouveau genre.

Plus surhttp://www.cfsi.asso.fr/netkali/CFSI.aspx?idDoc=270:

publié par notre Terre Mère

Connaissez-vous Vandana Shiva ?

Vandana Shiva

Physicienne, épistémologue, écologiste, écrivain, docteur en philosophie des sciences, féministe… Y aurait-il une limite à la générosité de cette femme indienne ?

Vandana Shiva est une des figures les plus connues des écologistes et des alter mondialistes.

Le pot de terre contre le pot de fer:

Elle défend brillament  l’agriculture paysanne et biologique face à la politique d’expansion sans limite des multinationales agro-alimentaires. Elle éduque les paysans de son pays, l’Inde, au sujet des effets pervers du génie génétique.

Sa lutte contre le brevetage du vivant et la bio piraterie, est un signe de résistance des plus forts.

La bio piraterie, c’est un concept moderne  de « vol en col blanc » :  l’appropriation par les firmes agrochimiques transnationales des ressources universelles, notamment les semences, que tout être humain avait depuis toujours eu le droit d’échanger. Astucieux, il fallait y penser…

Plus sur : www.navdanya.org/

publié notre Terre Mère