Étiquette : artiste

William Blake: une découverte extraordinaire!

Des centaines de gravures de William Blake ont été découvertes dans une bibliothèque Manchester, alors qu’on les avait perdues depuis le XVIIIe siècle. William Blake, qui est né en 1757 et mort en 1827, a été largement méconnu de son vivant, voire méprisé par ses contemporains. Plus tard, il a été et est toujours considéré comme l’un des poètes les plus importants de la période romantique.

Des chercheurs de l’Université de la bibliothèque John Rylands de Manchester ont débusqué ces œuvres du poète et artiste William Blake. Après deux ans de travail, les étudiants supervisés par des spécialistes de Blake et historiens de l’art de l’université de Manchester Colin Trodd. Ils ont trouvé 350 planches gravées et conçues par Blake ainsi que des illustrations colorées à la main des poèmes d’Edward Young du recueil Nights Thoughts, (Pensées Nocturnes). Mais l’équipe soupçonnait qu’il y en avait plus encore, cachés à l’intérieur de la collection d’un million de livres et de registres. La documentaiste de la bibliothèque de John Rylands, Stella Halkyard a déclaré: « Les élèves ont eu une formation spécialisée dans l’identification des empreintes de David Morris à la Galerie d’art de Whitworth. Ils ont découvert que nous avions un très grand nombre de gravures commerciales gravées par Blake.»

Beaucoup seront exposées à la bibliothèque en février 2013.

Plus sur : http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/art/news/hundreds-of-lost-william-blake-etchings-discovered-at-a-manchester-library-8460784.html

Publié par notre Terre Mère

Publicités

L’anniversaire de William Blake

William Blake, artiste incompris et poète sulfureux pour l’angleterre du XIX siècle est reconnu comme étant l’un des plus grands poètes visionnaires de son époque.
Admirez comment l’artiste Victor Vertunni a su mettre en musique ces « Chants de l’Expérience » d’où est tiré le poème « Le Tigre ».

Plus sur: http://music.victorvertunni.com/track/the-tyger-2

Publié par notre Terre Mère

Affection Parentale de William Blake

Cette aquarelle de William Blake, (1757-1827), inconnue du grand public, vient d’être découverte. Il s’agit de Parental Affection or The Meeting of a Family in Heaven (Affection Parentale ou La Réunion d’une Famille dans les Cieux). Lowell Libson spécialiste de l’aquarelle anglaise, vient de la révéler lors de l’événement artistique majeur de Masters Drawings de Londres. Le travail parfaitement conservé.
Elle a d’abord été achetée en 1816 par un membre fondateur de la Société Swedenborg, Charles-Auguste Tulk (1786-1849) et était restée depuis dans la collection de la famille. Ce travail est donc totalement inconnu et non enregistré car il a été conservé dans un album par Charles Tulk qui l’a acheté directement à l’artiste.
Charles-Auguste Tulk était un ami de William Blakeet lui a commandé plusieurs oeuvres. C’est lui qui a introduit les Chants d’Innocence et de l’Expérience, au poète anglais romantique Samuel Taylor Coleridge (1772-1834). William Blake était un des premiers lecteurs de Swedenborg, et on peut reconnaître l’influence de Swedenborg dans beaucoup de poème de Blake, dans sa prose radicale et son art visuel, dans Le Mariage du Ciel et l’Enfer (1790-1793 et cette aquarelle nouvellement découverte.
Publié par notre Terre Mère

L’artiste Louise Ruelland


Lundi 18 Juin 2012, une des peintures de l’artiste Louise Ruelland, québécoise, sera affichée sur Times Square à New York. Il s’agit d’un grand tableau représentant un troupeau d’oies intitulé « Les Eclaireuses ». Elle sera exposée pour l’événement Art Takes Time Square parmi un millier d’autres oeuvres et l’un de ces artistes recevra le prix de cet événement.
La journée du 18 sera filmée et mise sur le site suivant qui veut connecter les artistes entre eux. http://www.see.me/

Louise Ruelland est une artiste québécoise travaille depuis 1975 la peinture à l’huile à la spatule (ou au couteau). Autodidacte, sa technique lui permet d’exprimer la lumière et le mouvement et transmet la clarté, le jeu des ombres et de la lumières si chères à ses yeux. Pour elle, peindre est une façon de montrer la joie et l’amour de l’âme : l’Art est le résultat de l’Amour et du Savoir-Faire. Elle anime des ateliers de peinture à la spatule.

Plus sur ses cours :
http://www.cours-de-peinture.com/spatule.html
Plus sur l’artiste :
http://www.lagrandegalerie.net/lagrandegalerie/program/galeries_virtuelles_details.php?idArtiste=1292&type=
Publié par notre Terre Mère

Narayan ou comment devenir un tableau vivant

Dans des lieux de découvertes d’une nature préservée, la photographe Emmanuelle et l’artiste peintre Anne vont vous initier à une peinture traditionnelle. Elles se sont inspirées des rituels aborigènes, africains ou indiens qui consistent à s’enduire d’argile avec les mains et à se peindre avec des pigments de couleurs.
Le temps d’une journée, retrouvez l’harmonie avec la Terre Mère et avec vous-même

Par Emmanuelle Freget, Anne Bataï,
Plus sur : http://www.terrenarayan.com
Publié par notre Terre Mère

Soutenir les artistes

« En Occident surtout, plus vous êtes cupide, plus ces machines peuvent fonctionner et vous pouvez développer industriellement le plastique puis faire une conférence à l’encontre de l’écologie. En Espagne, Je ne sais pas mais il doit y avoir trois, quatre usines automobiles, car chaque voiture n’a qu’un seul passager, (le conducteur), car il est nécessaire, et il y a tant de voitures que vous ne savez pas comment avancer….

En France, il y a autre chose, c’est Paris. A Paris, si vous voulez aller quelque part, vous devriez commencer à quatre heures du matin, sinon vous ne pouvez pas atteindre cet endroit. C’est pareil à Milan et à Rome. Le pire, c’est la Suisse,…parce qu’ils ont de l’argent sale,… ils font toutes sortes de choses au nom de l’acquisition. Pour eux, rien de tel que le péché de prendre gentiment l’argent de quelqu’un, le garder (dans leurs banques), soutirer l’argent des pays pauvres, le conserver, ils ne se sentent pas qu’il y a quelque chose qui ne va pas, je veux dire qu’ils sont devenus immunisés contre ce sentiment.

Donc, nous devrions essayer de  voir clairement cet instinct d’acquisition qui est le notre, qui a été très prisé et transformé en une sorte de qualité supérieure à l’Ouest. Dans les temps anciens, dans ces mêmes pays européen, l’argent était utilisé pour la création artistique, pour produire des artistes, pour les soutenir. Même dans notre pays, en Inde, les artistes ont été soutenus par les rois et par tous les grands empires que nous avons eu. »

Shri Mataji, Italie, 1992
Artiste :http://christiantournebize.blogspot.com/

Publié par notre Terre Mère

Vik Muniz , Waste Land ou l’art au fond des déchets

C’est l’histoire de l’artiste et photographe brésilien Vik Muniz qui s’est intéressé aux trieurs de la décharge de Rio, que la documentariste britannique Lucy Walker a suivi pendant près de 3 ans. Le résutltat est un film documentaire Waste Land.
On suit Vik Muniz la plus grande décharge à l’air libre du monde,Jardim Gramacho, à la périphérie de Rio de Janeiro. Après 3 années de tournage, il nous offre un film époustouflant d’émotion et de beauté Waste Land, qui retrace son parcours sur 3 ans alors qu’il travaillait à une série d’œuvres créées à partir de déchets. On a pu le voir l’automne dernier dans le cadre du Festival du Film d’environnement à Paris.

Sur le journal gratuit « 20 minutes » distribué dans le métro parisien, on le présente comme une oeuvre d’art, « surgi(e) d’une décharge…Courez vite voir ce bijou de générosité ! »
Vik Muniz souhaite «peindre» les catadores, ces travailleurs qui ramassent les matières recyclables sur la décharge pour les revendre.

Ce film est aussi une rencontre avec des personnages honnêtes et innocents les catadores : Tiao est le président de l’Association des catadores. Zumbi est l’intellectuel du groupe car il ramasse les livres pour les lire plutôt et non vendre leur papier. Suelem y travaille depuis qu’elle a 7 ans.
Les catadores ne sont pas tristes mais fiers de leur recyclage qui contribue à la sauveagarde de l’environnement.

Vik prend les catadores en photo et les engage ensuite  à reproduire leur portrait  à partri des déchets collectés. Le profit de la vente des portraits, vendus aux enchères à Londres, est reversé à l’Association des catadores du Jardim Gramacho. Ainsi, les recettes du film ont financé écoles et maisons, car Vik Muniz ne cherche qu’à créer du bonheur autour de lui et à sortir ces malheureux de leur condition tout en respectant leur liberté.
Aidez le film à sortir dans les salles françaises en devenant coprod sur http://www.touscoprod.com

Publié par notre Terre Mère