Archives de Tag: amour

L’amour est une force

« Il y a tellement d’histoires dans les Puranas comme ça. Je ne vais pas la nommer, mais une fois, deux frères se sont rencontrés dans la jungle. Or, ils ont pensé qu’ils étaient ennemis et ont voulu se battre l’un contre l’autre, et quand ils se sont approchés de très près, ils n’ont pas été pu s’atteindre l’un l’autre. Puis ils ont sorti leurs flèches, mais les flèches n’ont pas fonctionné. Cela les a beaucoup surpris et quand ils se sont demandés: « qui est ta mère? », ils ont découvert qu’ils avaient la même mère. Alors ils ont réalisé qu’ils n’étaient pas des étrangers ni des ennemis, mais qu’ils étaient faits de la même fibre.

Quelle douceur, quelle beauté cette information leur a donnée, et quelle sécurité de comprendre que partout dans le monde, nous avons des frères et sœurs sur le plan de l’être intérieur, du (caractère) divin, et que nous sommes liés ensemble par cet amour. Quand je parle d’amour, les gens pensent que je suis en train de vous affaiblir, car ils pensent que ceux qui aiment sont des faibles. Mais la puissance la plus dynamique dans ce monde est celle de l’amour. La puissance la plus énergique est celle de l’amour. Même quand nous souffrons par amour, c’est par notre force que nous souffrons et non pas notre faiblesse.»
Shri Mataji, Mumbai, août 1973
Publié par notre Terre Mère

Publicités

Parlez-nous de l’amour

« Quand l’amour vous fait signe, suivez-le,
Bien que ses voies soient dures et escarpées.
Et lorsque ses ailes vous enveloppent, cédez-lui,
Bien que l’épée cachée dans son pennage puisse vous blesser.
Et lorsqu’il vous parle, croyez-en lui,
Bien que sa voix puisse briser vos rêves
comme le vent du nord saccage vos jardins.

Car de même que l’amour vous couronne, il doit vous crucifier.
De même qu’il s’élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus légères qui tremblent dans le soleil,
Ainsi pénétrera-t-il jusqu’à vos racines et les secouera dans leur attachement à la terre.
Comme des germes de blé il vous emporte.
Il vous bat pour vous mettre à nu.
Il vous tamise pour vous libérer de votre balle.
Il vous broie jusqu’à la blancheur.
Il vous pétrit jusqu’à ce que vous soyez souples;
Et alors il vous livre à son feu,
Pour que vous puissiez devenir le pain sacré de Dieu… »

Khalil Gibran, le prophète, Ed. Points sagesse
Publié par notre Terre Mère

Parlez-moi d’amour


« Plus nous aimons et servons toutes les manifestations
de la vie qui nous entoure
avec un coeur aimant, ouvert et dévoué…
plus le monde sera beau. »
Aigle de la Rivière qui soigne

« Il est seul celui qui transforme la voix du vent
en un chant que son propre amour
aura rendu plus doux. »
Khalil Gibran (1881-1931)

L’ Amour infini est une arme d’une puissance incomparable.
C’est le don suprême de la Vie.
C’est l’attribut du brave et, en fait, c’est tout ce qu’il a.
L’ Amour infini n’est pas à la portée du lâche.
Ce n’est pas un dogme raide et sans vie,
c’est une force vivante et vivifiante.
c’est l’attribut du coeur. »
Mahatma Gahandhi (1869-1948)

« Dans le doux refuge de la tendresse,
dans la profondeur de la nuit,
en plein coeur de l’hiver,
dans l’homme mis à nu et rejeté,
se trouve l’amour. »
William Balke (1727-1827)

« Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant que l’on reçoit, c’est en s’oubliant que l’on se trouve,
c’est en pardonnant que l’on obtient le pardon. »
Saint François d’assise (1181-1226)

« Un jour,
quand nous aurons maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur,
nous exploiterons l’énergie de l’amour.

Alors, pour la seconde fois dans l’histoire du monde,
l’homme aura découvert le feu. »
Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

« L’énergie de l’amour est enroulée sur elle-même,
feu sacré qui somnole à l’intérieur de chaque être, et qui n’attend pour s’éveiller
que le désir de notre seule volonté.
Il suffit de l’appeler avec sincérité,
et elle remonte en nous
brûle toutes impuretés
jusqu’à illuminer
en un feu multicolore
le lac de nos pensées. »

Parlez-moi d’amour authentique, de Helen Exley
Photo: http://photosazur.wordpress.com/
Publié par notre terre Mère

L’amour, la chose la plus importante au monde ?

Sur la vidéo qui suit, on peut entendre le président de la Russie, Vladimir Medvedev, répondre à la question clé d’une journaliste :

Monsieur le président, quelle est la chose la plus importante au monde  selon vous ?
Et sa réponse est:

« L’amour. Qu’est-ce qui peut être plus important que l’amour ? L’amour…C’est l’essence de la vie. Nous avons tous notre conception de l’amour, mais la chose la plus importante en tous les cas, c’est l’amour.  »

Réponse surréaliste dans un meeting international. Ne serait-ce pas extraordianire si tous les politiciens d’une telle importance pouvaient ne serait-ce qu’une fois, prendre le temps de comprendre de quoi il s’agit ? 
C’est aussi une question d’attention et de désir collectif du monde…
Yes we can !
Publié par notre Terre Mère

La Bible au féminin

Tsippora, qui veut dire l’ oiseau, est une femme à la peau noire, née il y a plus de trois mille ans au bord de la mer rouge. Qui voudrait épouser une femme qui ressemble à une esclave? 

Un certain Moïse, qui fuit Pharaon et qui est accueilli par Jéthro, le père adoptif de Tsippora. 

Cette étrangère, non-juive, rendra à Moïse sa foi en lui-même et l’amènera à évoluer pour devenir capable de recevoir les Lois dictées par Dieu. Bien qu’elle ait été l’épouse de Moïse, Tsippora n’en demeure pas moins une « Kouchite ». Aaron et Miryam, frère et soeur de Moïse, n’auront de cesse d’éloigner Tsippora de Moïse et de briser leur union.  

Tsippora est un personnage oublié de la Bible, qui représentait l’intelligence et l’amour. 

Marek Halter  lui redonne toute sa place et nous montre un visage de Moïse à travers la vie de son épouse, Tsippora, jusqu’ici inconnu.

« La parole du Très Haut s’adresse aux hommes libres. Et la liberté est comme l’eau au fond d’un puits : il faut apprendre à la remonter au grand jour et apprendre à la boire ».

Marek HALTER, La Bible au féminin, tome 2 Tsippora,

Robert Laffont, 2003

Publié par notre Terre Mère

Un peu d’humour sur l’amour

Nous nous aimons, même après avoir fait beaucoup d’erreurs. Alors, comment pouvons-nous haïr les autres pour une seule de leur  erreur ?

Lorsque nos yeux sont positifs, nous apprécions tout le monde. Lorsque notre langue est positive, tout le monde nous apprécie.

Nous avons rencontré monsieur l’Argent et nous lui avons demandé :  « Pourquoi tout le monde courre après vous, vous n’êtes qu’un simple morceau de papier après tout ?  »  L’argent a souri et nous a répondu : « C’est vrai, je ne suis que du papier, mais de toute ma vie, je n’ai jamais vu une seule poubelle ! »

La vie est comme une pièce de monnaie. Le plaisir est sur une face, la douleur sur l’autre et on ne voit qu’un seul côté à la fois. Mais rappelons-nous que l’autre côté attend aussi son tour.

L’amour ne commence pas seulement le matin pour finir en fin de soirée. Il commence lorsque nous n’en avons pas besoin et se termine lorsque nous en avons le plus besoin.

Un garçon aimait une fille très profondément. Un jour, il lui fit sa demande mais elle refusa de l’épouser. Cependant il n’avait pas l’air triste. Ses amis lui demandèrent pourquoi il ne se sentait pas malheureux. Il répondit : « pourquoi devrais-je me sentir triste? J’ai perdu celle qui ne m’a jamais aimé, mais elle, elle a perdu celui qui l’aimait vraiment. »

Publié par notre Terre Mère

Discrimination ou amour


« Le monde entier sait que toutes les mères passent par les mêmes douleurs de l’enfantement, qu’elles soient noires, blanches, brunes ou bleues ! C’est un fait historique : la notion de différence de couleur, de gens de couleurs, a été crée par l’activité mentale de gens ayant une faible intelligence. Cette activité mentale provient des Blancs qui se croient très sages. Ce genre d’activité mentale stupide a toujours posé un grave problème au monde entier.
Si nous observons vraiment les choses sans apriorismes, il est très intéressant de voir l’amour intense avec lequel une mère met son enfant au monde. Certaines ont des accouchements très difficiles, mais dès que l’enfant est né, les mères ordinaires, quelle que soit leur couleur de peau, sont emplies d’un immense amour et oublient ce par quoi elles sont passées…
Shri Mataji « Meta Modern Era », chapitre 4, 1995,
traduction « Les temps Meta modernes »,  éd. Publisud 2001
Publié par Notre Terre Mère