Warriors of the Rainbow

warriors
L’une des prophéties majeures du livre « Warriors of the Rainbow » est l’histoire d’une vieille grand-mère indienne nommée « Eyes of Fire », Yeyx de feu. Lorsque le petit-fils d’Eyes of Fire lui a demandé pourquoi le Grand-Père dans le ciel avait autorisé les hommes blancs à prendre leurs terres, Eyes of Fire a expliqué que tout cela faisait partie d’un plus grand plan cosmique.

nitialement, les Indiens seraient vaincus et humiliés par les colonisateurs blancs. À long terme, cependant, cela se révélerait bénéfique, car la conquête de l’homme blanc allait débarasser les Indiens de leur ego mal placé pour les amener à s’interroger sur eux-mêmes et à se préparer pour le « grand réveil ».

Un arc-en-ciel spectaculaire signifierait alors l’arrivée d’une tribu de guerriers. Cet arc-en-ciel répandrait l’amour et la joie aux autres et œuvrerait à créer une nouvelle civilisation spirituelle qui créera la beauté par son souffle même. Elle rendra la clarté aux eaux des rivières claires, reconstruira des forêts et des parcs là où il y a maintenant des déserts et des bidonvilles, et ramenera les fleurs sur les coteaux.

Cette histoire se trouve dans le livre « Warriors of the Rainbow« qui est une compilation de prophéties et de mythes amérindiens. Ils ont été recueillis par William Willoya, un Indien d’Alaska qui a visité des dizaines de tribus à travers le nord-ouest et réécrits par  Vinson Brown, un écrivain expert en culture amérindienne.

Publié par notre Terre Mère

Amérindiens, une bataille de perdue mais pas la guerre

standing-rock-camp

Les protecteurs d’eau, les « water protectors », ont préféré brûler le reste de leur camp avant de s’en aller. Mais le camp de prières de Standing Rock a déjà été fermé depuis quelques jours.

La plupart des protecteurs d’eau sont partis. Le conseil tribal avait demandé aux gens de partir depuis quelque temps. Il y a toujours le danger d’inondations avec la fonte des neiges et le débordement possible du Missouri.
De plus, le conseil tribal voulait que le camp soit respectueux de l’environnement et il voulait que la zone soit nettoyée dès que possible. Le camp est donc calme et les quelques personnes qui ont refusé de partir ont été emmenées en prison par la police.

Mais soyez assuré que la bataille n’est pas terminée et que les Amérindiens et tous leurs partisans n’abandonnent pas!
Le camp s’est reformé dans d’autres zones de la réserve indienne. Les procès se produisent contre les abus de pouvoir du gouvernement américain.
Le procès le plus important est en cours de préparation par les Indiens Oglala Sioux de Pine Ridge, prouvant avec des documents historiques et des traités passés avec le gouvernement fédéral, que la construction du pipeline viole toutes les lois fédérales, . Il ne faut continuer de se renseigner sur ces procès. Le plus belles batailles ne se gagnent pas sur le court terme.
Espérons que le gouvernement américain se réveille et accepte sa responsabilité morale dans le génocide des Amérindiens et qu’il demande pardon au nom du peuple américain ce qui n’a jamais été accompli. En politique non plis la culpabilité ne fait pas avancer, mais les excuses permettent d’aller de l’avant.
Plus sur: http://www.telerama.fr/monde/standing-rock-le-combat-des-indiens-lakotas-s-acheve-dans-les-flammes,154541.php

Publié par notre Terre Mère

La résistance à Standing Rock continue!

standing-rock-banniere-embridge-liesLe camp est calme maintenant. Il faudra le déplacer parce que le conseil tribal a demandé qu’il soit fermé. D’abord en raison des inondations attendues suite à la fonte des neiges et deuxièmement pour que l’environnement soit nettoyé. Il y a environ 200 personnes maintenant par opposition aux 6000 et plus de Décembre.

Le Corps d’Ingénieurs de l’Armée de terre a honteusement cédé aux pressions de l’administration Trump qui agit illégalement. Ils rompent le traité de Fort Laramie de 1858. Ce n’est évidemment pas nouveau venant du gouvernement fédéral dans leur traitement des Amérindiens. Les conseils tribaux de nombreuses réserves déposent des plaintes pour arrêter le pipeline.
Ici à Pine Ridge, beaucoup de gens pensent que les cérémonies de prière locales vont aider à sauver la rivière Missouri et le lac Oahe. Aussi les vétérans de l’armée américaine jurent de revenir pour soutenir les Amaticans autochtones. Une dame qui participe au programme « Eagle Butte SY » m’a dit que son père et d’autres personnes déplaceront probablement le camp à la réserve de Sioux de Cheyenne River dans le nord du Dakota du Sud.

standing-rock-barriereDans la photo ci-dessous, vous pouvez voir les rochers qui bloquent et referment la rue pour empêcher les futures protestations des protecteurs d’eau. La compagnie pipelinière les a mis en place dès que le Corps des ingénieurs de l’Armée a approuvé la servitude. Mais même cette servitude est illégale !

Selon la loi, ils étaient d’abord censés présenter un document juridique prouvant qu’ils respecteront les questions environnementales et les dangers qui pourraient éventuellement se produire avec le pipeline. Ceci est requis par la loi. Le président de Tribal a déclaré que le mouvement de Standing Rock a reçu 6 millions de dollars en dons et tout est utilisé pour des questions juridiques concernant le camp, et autres questions importantes pour le succès de cette bataille. Cela se passe comme ça chez MC USA.

Comme les Amérindiens le disent, cette bataille n’est pas seulement pour leurs droits mais pour la Terre Mère et pour la vie elle-même!
Publié par notre Terre Mère

Turtle Island, le nom Indien de l’Amérique

standing-rock-indienne-lakota

Il existe une prophétie chez les tribus indiennes appelée La septième génération, qui vient du chef indien du Lakota, Crazy Horse. Elle parle de l’époque située à sept générations suivant le premier contact avec les Européens, où les jeunes Indiens d’Amérique se rallieront à toutes les races pour promulguer une nouvelle ère de guérison et de renaissance pour la Turtle Island (l’île de la Tortue) c’est à dire l’Amérique.
Le chef indien du Lakota, Crazy Horse, a parlé de sa vision avec les mots suivants:
«Au-delà de la souffrance, la nation des Peaux Rouges se relèvera et elle sera une bénédiction pour un monde malade. Un monde rempli de promesses brisées, d’égoïsme et de divisons. Un monde aspirant de nouveau à la lumière de nouveau. Je vois un temps, après sept générations, où toutes les couleurs de l’humanité se rassembleront sous l’arbre sacré de la Vie et où la Terre entière redeviendra un cercle. En ce jour, il y aura des Indiens du Lakota qui porteront la connaissance et la compréhension de l’unité entre tous les êtres vivants, et les jeunes Blancs viendront à ceux-là pour demander la sagesse.»
Des jeunes gens comme Lakota Phillip Wright croient que le message de Crazy Horse décrit ce qui se passe aujourd’hui à Standing Rock. Jusqu’à présent, Standing Rock a vu des visiteurs venir du Tibet, du Japon et de la Nouvelle-Zélande pour offrir de l’aide. Même les derniers autochtones européens, la tribu Sami, a envoyé des représentants.
«C’était un mal nécessaire», dit Lakota Phillip Wright. «une chose énorme comme ça, pour changer le monde. Je pense que c’est la façon dont nous pouvons changer le monde – en réunissant tout le monde. La Nation Jaune, la Nation Rouge, la Nation Noire et la Nation Blanche se sont toutes rassemblées. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que les quatre-là se réunissent. »
Il a raison: ce rassemblement de nations est sans précédent dans l’histoire des Amérindiens. L’histoire est en train de s’écrire.

Oglala Lakota, Brandon Iron Hawk dit : «Nous allons défendre notre peuple pour protéger notre terre sacrée et notre eau. Nous sommes tous venus ici pour cette raison….Je veux prier pour eux aussi », a-t-il ajouté en montrant la police. «Parce que qui sait, peut-être au plus profond de leur être, ils ne veulent pas nous faire ça. Mais c’est leur travail, parce qu’ils ont une famille à soutenir. Nous ne sommes pas ici dans la colère, nous sommes ici dans la paix et la prière. »

Personne au camp ne veut vraiment penser à la possibilité du pipeline traversant la rivière. Mais il y a certainement un sentiment que quelque chose de plus grand se produit. Cette histoire est celle d’une voix singulière composée de la voix de nombreuses personnes, unies pour un idéal que les voix autochtones chantent depuis des millénaires.

«Même si nous ne pouvons pas arrêter ce pipeline», dit Wright, «nous avons déjà gagné. Parce que nous avons ouvert les yeux de tout le monde. »

Plus sur : https://www.theguardian.com/us-news/2016/nov/30/standing-rock-indigenous-people-history-north-dakota-access-pipeline-protest
Pour en apprendre davantage sur la sitation des Indiens d’Amérqiue :
https://www.theguardian.com/us-news/2016/dec/08/standing-rock-dakota-pipeline-transformation-stories
Publié par notre Terre Mère

Proverbe Cherokee

cherokee

« La plus haute vocation de la femme est de conduire l’homme à son âme afin de l’unir à la Source.

La plus haute vocation de l’homme est de protéger la femme afin qu’elle soit libre de marcher sur la terre, saine et sauve

Proverbe Cherokee
Publié par notre Terre Mère

Amérindiens ou Peaux rouges ? Quels sont les noms des Indiens?

Quels sont les vrais noms des Indiens? Peuples autochtones, aborigènes, Premières nations, Premiers peuples, Peaux Rouges?
Voici une réponse:
« Fiers, oubliés, Indiens,
Navajo, Black Foot, Inuit et Sioux,
Survivants, spirituels, patriotes,
Sitting Bull, High Water, James Sort,
Mère, père, fils, fille, chef,
Apaches, Pueblo, Choto, Shipoa, et Crow,
Immérité, en difficulté, résilient,
Squanto, Red Cloud, De ?, Crazy Horse,
Rancher, professeur, docteur, soldat,
Séminoles, Seneca, Mohican et Creek,
…Jéronimo,
Fermes, forts, indomptables.
Les Indiens d’Amérique se donnent différents noms…
Publié par notre Terre Mère

Première chaîne TV des Amérindiens

La tribu Cheyenne River Sioux a son propre internet et téléphone cellulaire, les choses avancent pour les peuples autochtones!
Mais la meilleure nouvelle est celle-ci :
Le 7 Décembre 2012, l’Argentine va lancer la première chaîne de télévision des peuples autochtones (Mapuche, Coya et Qom), la 7D. 

Au Vénézuela ils, les peuples autochtones essayent aussi de lancer leur propre canal.
C’est une belle avancée de la démocratie et vers une communication plus unifiée des Amériendiens.
Publié par notre Terre Mère

La Femme Bison Blanc

Une visite chez les Indiens

« Il y a plus de 2000 ans, alors que les Lakotas mouraient de faim et éprouvaient des difficultés extrêmes, une belle femme est venu les voir pour leur apprendre comment avoir un comportement équilibré en accord avec la nature, comment se respecter les uns les autres, élever des enfants correctement, avoir de bons mariages, et créer une société harmonieuse. Elle leur a donné une pipe, le calumet sacré de la paix et en partant, elle leur a promis de revenir un jour parmi eux. Ils devaient utiliser le calumet de la paix pour faire leurs prières et offrandes au Créateur. Ensuite, les buffles sont devenus prospères et les Indiens ont utilisé leur animal le plus sacré pour la nourriture, les vêtements et dans de nombreux autres aspects de leur vie quotidienne. Le calumet est rempli de sauge et de cèdre et le fumer est un grand moment sacré. Lorsque la fumée de la pipe monte vers le ciel, elle parvient jusqu’au Créateur et Il répond aux prières.

Après avoir fumé le calumet de la paix, notre ami  Ron nous a mentionné que les Lakotas croient que Jésus leur a rendu visite il y a 2000 ans avec sa mère, qui pourrait être la Femme Bison Blanc. 
Ainsi, les Lakotas fument leurs pipes sacrées comme une forme de prière qui les connecte avec le Créateur. C’est considéré comme l’un des rituels les plus sacrés de toutes leurs cérémonies. Beaucoup de gens croient que le calumet sacré de la paix donné aux Lakotas se trouve dans la réserve de la rivière Cheyenne de la tribu des Sioux. Il est conservé dans une petite chapelle sur une colline de la réserve et on peut le voir à l’issue d’une marche difficile. Cependant, nous doutons beaucoup que ce calumet soit l’original, car nous n’avons pas du tout ressenti de profondeur particulière liée à cet endroit.  »
Anna
Publié par notre Terre Mère

La forêt tropicale de Ngöbe-Buglé en danger

Repoussées, refoulées  dans des réserves, les populations indigènes d’Amérique l’ont toujours été. Mais ce n’est pas assez. Les autorités oublient les accords territoriaux, et prennent des engagements sur des régions qui ne sont plus sous leur juridiction.

Un des derniers exemples est à trouver au Panama, avec le projet de barrage hydroélectrique de Barro Blanco qui prévoit de rayer de la carte une bonne partie de la forêt tropicale de la réserve indigène des Ngöbe-Buglé, menaçant ainsi leurs ressources vitales.  Pas seulement, ce sont aussi des espèces uniques au monde, comme la grenouille bleue de Tabasara qui vit sur les berges du fleuve dans la forêt, qui disparaîtront.

Les protestations du peuple Ngöbe-Buglé sont sauvagement réprimées par le pouvoir. Il n’y a pas longtemps, c’était contre une exploitation minière frauduleuse qu’ils se battaient. Où en sommes-nous du droit fondamental à la vie des peuples ?

Il y a un moyen de mettre fin à ce projet en nous adressant aux partenaires du financement. Parmi eux, à hauteur de 20 %, on trouve trois banques respectivement la DEG (Allemagne), la FMO (Pays-Bas) et la BCIE (Amérique Centrale).

Une pétition est à signer en ligne :

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/872?mt=1356

Et pour en savoir plus, un excellent documentaire : http://www.aljazeera.com/programmes/peopleandpower/2012/03/20123208464402131.html

Publié par Mandarine pour notre Terre Mère

Le combat des Indiens Xingu

Cet extrait montre des scènes de la rencontre historique d’Indiens qui a eu lieu dans le village Kayapó dans l’Etat amazonien du Mato Grosso. Ce groupe s’est assemblé pour discuter des droits de l’homme et l’environnement devant la catastrophe imminente qu’est le barrage de Belo Monte sur le Xingu Basse.
Il représente en particulier une menace pour les peuples autochtones du Brésil. Les Indiens cherchent à contrer ce projet du gouvernement qui spolie leurs droits en créant une résistance unie contre sa construction.

« Ils jouent à des jeux avec ces terres, les terres de mon peuple. »
 » Nous sommes fatigués d’essayer de parler avec le gouvernement fédéral et le gouvernement n’écoute pas. »
« Nous allons nous battre jusqu’à la fin. Partout où notre force ira. »
« En tant que femme je déteste ce barrage, nos enfants et nos petits-enfants sont menacés. »
« Les membres du gouvernement ont été invités à participer mais personne ne s’est montré à ce rassemblement.  »
« Le gouvernement aurait dû expliquer ce qu’il nous fait. Il ne l’a pas fait. Il nous traite comme des moins que rien. »

Pour signer la pétition contre le barrage:
http://amazonwatch.org/take-action/stop-the-belo-monte-monster-dam

Publié par notre Terre Mère