Bilan des consultations sur les nanotechnologies

La Commission nationale du débat public (CNDP) a présenté hier, le bilan de la consultation nationale sur les nanatechnologies. D’octobre à février, on pouvait  via le net, poser des questions et soulever des problèmes, suite à un engagement du Grenelle de l’environnement.

Une synthèse de 150 pages va être envoyée aux ministères de l’écologie, de l’économie, du travail, de l’agriculture, de la recherche, de la défense, de la santé; rien que cela !

Rappelons que les nanotechnologies utilisent des matériaux de très petite taille, de l’ordre du milliardième de mètre – et qu’elles ont déjà envahi la vie courante : appareils électroniques, raquettes de tennis, crèmes solaires, vêtements, emballages alimentaires…

Pour la CNDP  « les enjeux des nanotechnologies sont considérables. Pour l’économie, avec un marché mondial chiffré en centaines de milliards d’euros. Et pour la société, avec des risques sanitaires et environnementaux très mal connus. »

Les associations de consommateurs et de défense de l’environnement, syndicats, industriels désirent une nouvelle approche des nanotechnologies, surtout une information transparente, voire la création d’une autorité de surveillance, comme pour le nucléaire.

Espérons que ce débat consutatif mène à quelque chose et qu’on arrête de s’engouffrer dans la spirale de la future richesse liée aux nanotechnologies, comme des papillons hypnotisés par une ampoule.

Plus sur : http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/04/13/nanotechnologies-la-societe-civile-doit-etre-associee-aux-decisions_1332862_3244.html#xtor=AL-32280184

Publié par notre Terre Mère

Paris se met aux éoliennes

Deux mini éoliennes ont été installées il y a 8 jours à Belleville dans le XX  arrondissement de Paris.

C’est la société Elena Energie qui les a conçus, construits et prêté à la ville de Pais afin de les tester pendant un an : «En une petite semaine, ces éoliennes ont déjà produit 275 kW/h. A titre de comparaison, une famille ne se chauffant pas à l’électricité consomme 4 000 kW/h par an». L’énergie en sus sera revendue à EDF…La nouveauté de ces mini-éoliennes, ou ‘aérogénérateurs’, est qu’elles peuvent fonctionner même avec des vents faibles et perturbés, comme ceux que l’on trouve en ville», dit Yann Roye, responsable chez Elena Energie.

Ces mini-éoliennes sont  totalement silencieuses et ne vont pas gêner les riverains. Le modèle breveté Elena possède une double hélice, avec une coque épaisse lui donnant ce « look » particulier.

C’est le bon moment de prouver que l’éolien a de beux jours devant lui si on sait l’adapter aux conditions particulières de la vie urbaine.

Publié par notre Terre Mère

Copenhague, troisième jour

Les nanoparticules pourraient-elles venir en aide au problème de réchauffement climatique ? Voici un type révolutionnaire de batterie:

Trempez du papier ordianaire dans une encre contenant des nanotubes de carbone et des nanofils d’argent et cela devient un pile, une petite batterie.
Froissez le morceau de papier et cela fonctionne toujours !

Le papier ainsi traité pourrait alléger 20 % des batteries actuelles, s’aplliquer sur des textiles ou des murs. La capacité des nanotubes à décharger rapidement leur énergie pourrait également modifier les futures batteries pour véhicules.

Le chercheur de Stanford, Yi Cui, voit bien sûr de nombreuses application à cette nouvelle façon de stocker de l’électricité.
Nous aussi…
Mais est-ce vraiment un progrès aussi inoffensif que cela en a l’air ?

Les nanoparticules sont des particules rendues extrêmement fines (au niveau moléculaire) et servent déjà dans de nouveaux matériaux, cosmétiques ou médicaments. Ils présentent des avantages, mais aussi sont capables de créer des problèmes insoupçonnés.
Vont-ils un jour traverser la barrière cellulaires, sans contrainte ?
Le débat reste ouvert.

Plus sur Stanford University:

Stanford University


Plus sur les nanotechnologies:
http://www.actu-environnement.com/ae/news/debat_public_nanotechnologies_caen_9120.php4

Publié par notre Terre Mère

Les nanotechnologies

nanotechnologieLes nanotechnologies ont envahi  peu à peu notre environnement. Il ne s’agit pas simplement de nouvelles technologies qui s’appliquent en informatique, télécommunications, en matériaux divers pour l’industrie ou l’énergie. Ces nanotechnologies sont déjà intégrées en médecine, biologie, environnement et chimie, par exemple, dans certains cosmétiques, sans que le consommateur en soit avisé.

Rien ne stipule l’intégration de nanotechnologies sur les étiquettes des shampoings qui les utilisent et sont en vente dans le commerce. Et à ce stade, personne ne saurait dire s’ils sont nocifs ou pas pour la santé.

Il est urgent d’adopter une réglementation européenne, ont estimé des participants au premier débat public organisé sur ce thème à Strasbourg.

 Mais ce nouveau monde de l’infiniment petit où les objets étudiés sont  100 000 fois inférieurs à un cheveu, est-il encore à échelle humaine ?

Il est difficile de trouver une information qui présente la dimension éthique de cette question bien qu’un débat national soit lancé du 15 octobre au 26 février 2010 !

Cette intervention d’un internaute me semble assez emblématique du niveau de la dangerosité des ces nanotechnologies :

« Les nanoparticules de dioxyde de titane de nombreux écrans solaires sont inhalés et passent soit par le poumon dans la circulation générale , soit par le nerf olfactif directement dans le cerveau: Une alerte de l ´Académie américaine de dermatologie a évoqué l ´hypothèse que ces nanoparticules non éliminées par le cerveau pourraient favoriser Alzheimerr et Parkinson: Les labos préparent des antisolaires sans nanoparticules, mais en attendant on vend les autres…Dr Chrismex. » 

En savoir plus sur :

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/10/16/le-debat-public-national-sur-les-nanotechnologies-n-est-pas-un-processus-de-negociation_1254956_651865.html

 http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/technologie-1/d/on-demande-votre-avis-sur-les-nanotechnologies_20959/

publié par notre Terre Mère