Warriors of the Rainbow

warriors
L’une des prophéties majeures du livre « Warriors of the Rainbow » est l’histoire d’une vieille grand-mère indienne nommée « Eyes of Fire », Yeyx de feu. Lorsque le petit-fils d’Eyes of Fire lui a demandé pourquoi le Grand-Père dans le ciel avait autorisé les hommes blancs à prendre leurs terres, Eyes of Fire a expliqué que tout cela faisait partie d’un plus grand plan cosmique.

nitialement, les Indiens seraient vaincus et humiliés par les colonisateurs blancs. À long terme, cependant, cela se révélerait bénéfique, car la conquête de l’homme blanc allait débarasser les Indiens de leur ego mal placé pour les amener à s’interroger sur eux-mêmes et à se préparer pour le « grand réveil ».

Un arc-en-ciel spectaculaire signifierait alors l’arrivée d’une tribu de guerriers. Cet arc-en-ciel répandrait l’amour et la joie aux autres et œuvrerait à créer une nouvelle civilisation spirituelle qui créera la beauté par son souffle même. Elle rendra la clarté aux eaux des rivières claires, reconstruira des forêts et des parcs là où il y a maintenant des déserts et des bidonvilles, et ramenera les fleurs sur les coteaux.

Cette histoire se trouve dans le livre « Warriors of the Rainbow« qui est une compilation de prophéties et de mythes amérindiens. Ils ont été recueillis par William Willoya, un Indien d’Alaska qui a visité des dizaines de tribus à travers le nord-ouest et réécrits par  Vinson Brown, un écrivain expert en culture amérindienne.

Publié par notre Terre Mère

Agroécologie: la plus efficace!

L’agroécologie utilise la propension naturelle de la forêt tropicale à produire de l’abondance pour faire de la culture maraichère: les rendements sont extraordinaires!
Cette agriculture vitale est peu validée par les médias, par les institutions internationales malgré leurs performances incontestables et leur capacité à assurer la sécurité alimentaire mondiale.
C’est encore une question de gros sous.
Plus d’infos sur notre site : http://www.lappeldemongo.org/
Publié par notre Terre Mère

Paradis fiscaux, chaos légalisé

Alain Deneault dans son livre “Offshore” se penche, d’un point de vue sociologique, sur le sujet des paradis fiscaux.

Pour lui, c’est un fléau que nous feignons d’ignorer mais qu’il  nous faudra régler tôt ou tard.

Pourquoi ? Parce que selon ses calculs, la moitié des flux financiers du monde transite par les juridictions de complaisance que sont les paradis fiscaux. En d’autres termes, la moitié de l’activité mondiale échappe à l’État de droit.

Il y a dans la volonté des entreprises et de la  très mal nommée “élite”, un souci illégitime bien que légalisé de se soustraire à leur responsabilité. Celle de payer leur juste contribution dans des systèmes sociétaux viables dont ils profitent le plus : accès à un marché régi par le droit, aux infrastructures routières, portuaires, aéroportuaires, à une main-d’oeuvre soignée et éduquée. De tels systèmes ont un coût global qui, si on va au bout de la logique, finit par être supporté bien imparfaitement par les classes moyennes et pauvres ou les “imbéciles payeurs ». Ceci explique une large part des déficits publics.

Par contraste, les États « off-shore » n’offrent aucune infrastructure économique, sociale et politique véritable, infrastructures sans lesquelles il est impossible de mener à bien des activités économiques. Par conséquent, ces états parasitent et dépècent, avec la complicité des multinationales et des institutions financières, les ressources des États Souverains, où les vraies activités sont menées et les profits générés.  Le comble de l’ironie veut même que ces États Souverains, poussés aux extrêmes, rivalisent avec les états de complaisance pour tenter d’attirer les capitaux.

Enfin, et non des moindres, les paradis fiscaux sont un encouragement sans frein à la libre circulation des capitaux criminels, sur laquelle tout le monde ferme les yeux.

Pour toutes ces raisons, Alain Deneault est très ferme : les paradis fiscaux déstabilisent l’ordre du monde et de la société.

Alain Deneault, Offshore, Paradis fiscaux et souveraineté criminelle, Collection Théorie, La Fabrique Editions, 2010.                                                                                Interview : http://www.youtube.com/watch?v=Tqq0KZTx4SA

Publié par Mandarine pour notre Terre Mère

Changer intérieurement, selon Pierre Rabhi

Pierre Rabhi défend un mode de société écologique, c’est à dire plus respectueux de la nature mais aussi de l’homme. Sa démarche est clairement celle d’un altermondialiste, comme on dit, car il soutient le développement de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement y compris dans les pays les plus pauvres.

Il crée en 2007 le « Mouvement Colibris», pour aider chacun à construire, à son échelle, de nouveaux modèles de société fondés sur l’autonomie, l’écologie et l’humanisme.

Plus sur: http://www.colibris-lemouvement.org/

Publié par notre Terre Mère

8 mars, Journée Internationale de la Femme

En hommage au principe éternel féminin, cette grande force maternelle et nourricière, source de fécondité, de clémence et d’intégration sans laquelle la vie ne serait pas…

À Dame Nature, notre Terre Mère…

William Shakespeare :

“Vous, Nature, êtes ma déesse; à votre loi mes services sont soumis”.

 “Les modes peuvent changer, les idéologies peuvent  aller et venir, mais il demeure que la nature fonctionne comme elle l’a toujours fait, selon des principes qui nous sont familiers. Les éléments nutritifs dans les sols sont recyclés, la pluie est générée par les forêts, et la vie est soutenue par les cycles annuels de la mort et de la renaissance. Chaque animal mort devient nourriture pour d’autres organismes. Brindilles et feuilles en décomposition enrichissent les sols et permettent aux plantes de pousser, alors que les déchets des animaux sont traités par les microbes et les champignons qui les transforment d’une manière totalement efficace, le tout sans créer de grands tas de détritus. Ce processus magique tout entier est réalisé par cycles. Nous savons tous comment les saisons s’enchaînent, cependant une multitude d’autres cycles interdépendants règnent à l’intérieur de ces cycles primordiaux, par lesquels plein de cycles de vie animale et végétale s’harmonisent et font marcher les plus grands cycles. Par exemple, au Printemps, des oiseaux planifient l’éclosion de leurs oeufs pour coïncider avec l’explosion de la population des chenilles dont ils vont nourrir leurs oisillons. Dans ces nombreux cycles sont intégrés des phénomènes d’autorégulation par lesquels les relations entre les prédateurs et leurs proies, le taux de croissance de l’arbre, et la reconstruction de la fertilité du sol vont tous être soumis à des facteurs qui facilitent le changement programmé, la progression à travers les saisons et maintiennent l’ensemble en équilibre. Pas un seul aspect de l’ordre naturel ne fonctionne hors de proportions avec les autres – ou du moins par pour longtemps.”(Citation et extrait de « Harmony »)

À la nature biologique en nous
« La manière dont notre corps fonctionne reflète étroitement la manière dont tous les systèmes dans la nature fonctionnent… les rivières coulent comme le sang circule, en dessinant des spirales ».    (Extrait de « Harmony »)

À la Femme et à la Mère, pilier de la famille et transmetteur de la connaissance, celle qui a trait à la vie, à la nourriture et au bien-être…

« L’alimentation a toujours été le domaine où la femme avait le pouvoir. Elle conservait les semences, s’occupait des légumes, transformait la nourriture, la distribuait. Tant qu’elle avait ce rôle, la société était libre et protégée ». (Propos de Vandana Shiva)

… la femme qui transmet le savoir,  expliquant comment des tapis faits aujourd’hui par des peuples semi-nomades reprennent des motifs vieux de 10,000 ans enfouis dans les sables :

“Ils emportent leurs petits métiers dans leurs voyages et les motifs qu’ils tissent ne sont écrits nulle part. Les femmes qui comptent les noeuds les connaissent tout simplement. Le langage est le langage, quelle que soit sa forme et ainsi, parce qu’un enfant est né avec la capacité naturelle d’apprendre le langage, les petites filles assises aux côtés de leurs mères saisissent ces modèles comme elles saisissent les mots de la langue maternelle. Lorsqu’on leur demande quels motifs elles produisent, ces enfants sont incapables de le dire, et pourtant elles sont capables de passer du tissage d’un motif à un autre sans se référer à un dessin écrit où que ce soit. Les observer travailler, c’est être témoin d’une sagesse intemporelle en action, transmise sur des milliers d’années selon une tradition qui garantit que ce qu’elles produisent aujourd’hui est aussi vibrant qu’au premier jour.”  (Extrait de « Harmony »)

Vandana Shiva, dans le film de Coline Serreau  « Solutions locales pour un désordre global » 

Prince Charles,  livre “Harmony”, paru en novembre 2010 chez Harper Collins, en Français chez Odile Jacob

Publié par Mandarine pour notre Terre Mère

On recherche un satellite…

Avis de recherche : il pèse six tonnes, mesure 11 mètres de long avant son entrée dans l’atmosphère, à une vitesse entre 90 et près de 400 km/h. C’est un satellite américain, qui est tombé ce matin 24 septembre 2011…mais où ?

On le soupçonnait de tomber ce samedi en Espagne mais il a changé son vol et est retourné vers les Etats-Unis !
Tant mieux, à chacun la gestion de ses déchets.

La Nasa a perdu sa trace et n’a pas pu indiquer ni l’heure ni l’endroit précis de sa retombée ! Mais des débris auraient été retrouvés au Canada.

Si la Nasa, si prestigieuse, n’a pas pu donner de localisation précise, qu’en sera-t-il des nombreux satellites qui tournent en orbite autour de la Terre, et qui vont un jour nous retomber dessus…
L’espace est en train de devenir une nouvelle poubelle et quelques scientifiques un peu fous y pensent sérieusement pour se débarrasser de certains polluants…
Au secours….
Publié par notre Terre Mère

Un oeil vert sur la planète !

La vigilance de Greenpeace est en marche:
Ils proposent de classer chaque candidat à la présidentielle par rapport à ses propos sur la sortie du nucléaire et citent leurs sources.

C’est amusant de lire un tel tableau. Cependant, cette séparation en 3 catégories est naïve ou non complète, car tous les candidats ont dit à peu près tout et son contraire. Il suffit de se déplacer dans le temps où de changer de media.

Par exemple en Juillet 2011, sur L’expansion on pouvait lire ;

« « Nous allons étudier tous les scenarii possibles de ce qu’on appelle le bouquet énergétique », a-t-il déclaré. « Ce travail sera fait en toute objectivité … sans éluder aucun scénario, y compris les scénarios de sortie du nucléaire. » Le ministère de l’Industrie a précisé que certains des scénarios étudiés comporteraient une « sortie totale du nucléaire à l’horizon 2050, voire 2040. »

Il est clair que la sortie du nucléaire sera un enjeu fondamental des prochaines campagnes présidentielles 2012 en France et sans doute, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis.

On peut imaginer que le candidat Nocilas Sarkosy sera beaucoup plus souple que le président Sarkosy quant à son maintien de 60% d’énergie nucléaire. Nous en utilisaons de 74% à 80 % selon les sources ; on a entendu parler cet été de 60%.

Avec encore de l’acharnement ce chiffre descendra peut-êtr eà 45 % l’année prochaine…

Plus sur : http://greenpeace.fr/2012/

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/le-gouvernement-parle-pour-la-premiere-fois-de-sortie-du-nucleaire_258533.html

Publié par notre Terre Mère

Into Eternity, un regard sur ONKALO

Into Eternity, c’est le titre du film documentaire choc de Michael Madsen qui sortira le 18 mai 2011.

Voici la traduction du texte de l’extrait:L’humanité existe depuis 50 000 ans. Les pyramides depuis 5000 ans. Les déchets nucléaires sont toxiques pendant 100 000 ans.
« Nous l’appelons Onkalo; Onkalo signifie « cachette ». Onkalo doit perdurer pendant 100 000 ans. Rien de ce que l’homme a construit n’a duré ne serait-ce qu’un dixième de ce temps. »

La construction a commencé.

« A mon époque, ce n’est pas encore achevé, bien que le travail ait commencé au début du XXI ème siècle, alors que je n’étais qu’un enfant. Il pourrait se terminer au XXII ème siècle, bien après ma mort. »

Le réalisateur Michael Madsen présente le projet Onkalo ainsi :
« Le projet ONKALO, c’est-à-dire la création de la première installation de stockage de déchets nucléaires capable de tenir 100 000 ans, dépasse d’un point de vue technique comme d’un point de vue philosophique, toutes les initiatives humaines existantes jusqu’à présent… »

Nous sommes en effet hors du temps humain, sur une echelle montrueuse de temps qui correspond à celui des machines ou à celui  de l’évolution des insectes. Nous ne pouvons pas concevoir ce que cette échelle de temps signifie, car rien dans l’histoire de l’être humain ne s’y rapporte. Pour citer des chiffres plus précis que ceux du film :  

– L’espèce humaine existe depuis environ 100 000 ans.
– Les plus anciennes créations humaines, les peintures rupestres,  30 000 ans
– Les pyramides ont 4500 ans
–  La science de la radioactivté n’a que 115 ans.

Le site se trouve à Olkiluoto en Finlande, à 300 kms d’Helsinki, mais les autorités nucléaires finlandaises et suédoises oeuvrent ensemble. Le travail  a démarré dans les années 70, et c’est déjà un immense dédale de tunnels souterrains creusés dans le granit. Ce travail titanesque sachèvera au sciècle prochain. 

Les seuls travaux de ce genre que l’humanité a connus jusqu’ici ont été les cathédrales, construites selon une chaîne solidaire d’artisan et de maîtres, sur plusieurs centaines d’années et souvent édifiée à la gloire de Marie. Ne serions-nous plus capables d’élever autre chose qu’un temple souterrain à nos déchets ?

Plus sur : http://cdurable.info/Into-Eternity-documentaire-Michael-Madsen-ONKALO-comment-nos-dechets-nucleaires-vont-etre-stockes-pendant-100000-ans,3330.html

Le film est distribué en France par Chrysalis Films -18 rue Saint Marc – 75002 Paris – Tel : 0 1 43 33 77 62 – Fax : + 01 47 88 91 24

Publié par notre Terre Mère

Catastrophe nucléaire ? Jamais chez nous !

 Comme on le sait depuis l’accident de Technobyl, les nuages de poussières radioactifs sont intelligents : la preuve, ils sont passés au-dessus de toute l’Europe du nord tout en contournant la France. Donc, nous n’avons pas à avoir peur du danger.

Pourtant, les membres du réseau « sortir du nucléaire » ne sont pas si optimistes.

Ils proposent d’ailleurs une sortie du nucléaire sur une période de 25 ans,  car 80% de notre électricité vient du nucléaire et un laps de temps plus court serait inenvisageable.

Mais en rance, on a développé en même temps que les premières centrales, une culture de l’opacité et du secret sur le nucléaire. D’aucun disent que le Japon ferait de même : on peut penser que pris en étau entre le séisme et le tsunami, ils font le maximum.

 Noël Mamère propose, une fois que le drame du Japon sera derrière nous tous, de mettre en place une conférence, un Grenelle de l’énergie, afin de faire le point sur ce que nous voulons créer comme avenir, avec les sociétés civiles,  car le Grenelle de l’environnement avait écarté d’emblée le débat sur le nucléaire.

 Nous avons des choix de vie à faire et on ne peut plus laisser le gouvernement choisir seul comme ce qui s’est toujours passé depuis De Gaule, notre façon de trouver de l’énergie. Par exemple, il faut réformer l’autorité d’énergie nucléaire : le contrôleur est encore aujourd’hui en même temps l’exploitant.

 Les critères sont multiples mais surtout concernent le coût, notre indépendance et l’environnement. On devrait maintenant, en espérant que l’avenir ne nous donnera pas une trop dure leçon avec le Japon,  y ajouter le risque encouru.

 Rappelons que nous sommes le deuxième pays au monde en terme d’exploitation de centrales nucléaires ; chaque Français est au plus à 300 kms d’une centrale. Sur nos 58 réacteurs, 13 ont plus de 30 ans et 13 autres atteindront cet âge limite dans les 3 ans à venir.

Le système de refroidissement des réacteurs est doublé en France par rapport à celui du Japon, et le risque sismique y est incomparablement plus faible. Mais le risque d’inondation est là, même si nos centrales sont dites plus évoluées.

Le Suisse et l’Allemagne viennent de stopper le renouvellement de leurs centrales vieillissantes. On en est loin en France.

Plus sur le livre de J.P. Dupuy, pour un catastrophisme éclairé, ed. Seuil 2004

Une vidéo sur Tchernobyl de 2007 sur : http://www.cerimes.fr/le-catalogue/tchernobyl-et-le-catastrophisme-eclaire.html

 Publié par notre Terre Mère