Archives de Catégorie: Shri Mataji

Ne soyons pas esclaves des machines

« L’environnement est un problème urgent. L’existence même des êtres humains est maintenant menacée. Les gens sont maintenant conscients des dommages causés à l’environnement et de l’appauvrissement de la couche d’ozone. Pourquoi avons-nous encore des pluies acides? Pourquoi avons-nous souvent des problèmes climatiques désastreux dans le monde? Nous devons trouver les réponses à ces problèmes.
Il est extraordinaire de voir que dans le monde développé, aujourd’hui, vous ne pouvez pas être sûrs d’obtenir une bonne nourriture à manger. Chaque jour, on a une nouvelle frayeur concernant la salmonelle ou un nouveau produit est mis sur la liste des aliments interdits.
Alors maintenant, l’intoxication alimentaire est devenue un problème très grave. Qu’est-ce que cela signifie?
Il nous faut savoir que c’est l’extrême du développement industriel, par lequel nous sommes devenus les esclaves des machines. Les machines sont créées pour notre propre usage et pourtant nous sommes devenus les victimes des machines.
Nous devons changer l’équilibre entre les biens manufacturés et ceux faits main et simplement, utiliser plus de choses naturelles. Les machines créent des choses comme les plastiques, qui n’ont pas de vibrations naturelles et qui sont réellement nuisibles aux êtres humains. Mais, comment y parvenir ? C’est là le problème. Comment réduire la consommation de ces choses inutiles, comme le plastique, dans notre vie quotidienne? »

Shri Mataji, 1989

A nous de changer nos habitudes… Déjà en 1989, l’environnement était un problème, qu’avons-nous fait en plus de 25 ans?
Publié par notre Terre Mère

La nature, c’est le vrai confort

riviere« Par rapport à ce que nous avons en Inde, vous n’avez aucun confort, aucun confort du tout. Je veux dire, si vous demandez à une jeune femme indienne de venir et de s’installer ici aux USA, elle se mettra à pleurer…. Il n’y a pas de division du travail. Or, dans notre pays, en Inde, nous avons des serviteurs, mais être domestique ne signifie pas que nous trichons avec eux. Ils mangent la même nourriture que nous mangeons. Ils vivent de la même façon que nous vivons mais ils font un travail différent parce qu’ils n’ont pas la même capacité mentale qu’un président. Le président fait un autre travail.
Ici, vous n’avez aucun confort, croyez-moi. Votre alimentation, ce sont des aliments transformés. Imaginez, vous pourriez développer un cancer n’importe quand à cause de cette nourriture transformée! Quelle est votre spécialité alors? Essayez de le comprendre. Quel est type de nourriture est-ce ? Ce n’est pas frais, Dieu seul sait comment elle est traitée, comment elle est conservée et d’où elle vient.
Soudain, à Londres, on a dit: « Ne mangez pas ce genre de nourriture, vous voyez, parce qu’il a quelque chose de contaminé dedans. » Ensuite tout le monde s’est précipité dans les magasins, voyez-vous, pour stocker toutes ces choses. Vous ne pouvez pas les obtenir puis vous commencez à les jeter.
C’est une course folle parce que les gens pensent que Dieu seul sait ce que nous mangeons aujourd’hui, c’est vrai ou pas? » Donc, en matière de nourriture, vous êtes nuls.
La meilleure chose c’est de vivre dans les villages ou dans les forêts, pour avoir des fruits frais, les laver à l’eau propre et claire d’une rivière, les déguster assis en profitant du soleil. »
Shri Mataji, USA, 1985

Publié par notre Terre Mère

La nature pleine de déférence

vague
« Voyez, la nature est si pleine de déférence. Pourquoi? Quel en est le besoin? C’est parce qu’elle reçoit les bénédictions, elle reçoit la beauté venant de la vertu à œuvrer pour l’ensemble. Voilà ce que sont les bienfaits.

Les bienfaits de toute cette œuvre doivent être compris et quand ils sont compris, c’est alors seulement que vous réalisez la beauté d’être Sahaja Yogis. Sinon, vous ramenez juste cela à des choses limitées: « Je me suis marié, je vais beaucoup mieux, je me suis débarrassé de mes mauvaises habitudes. Ce n’est pas suffisant.

La qualité de cette vertu, c’est que lorsqu’on l’expérimente en soi-même, alors seulement entre en jeu la joie. Donc, nous avançons jusqu’à un certain point, puis nous reculons. Comme la mer qui va jusqu’à un certain point, puis revient en arrière. Elle ne va pas au-delà d’un certain point, elle a ses propres limites, elle sait jusqu’où aller. Mais que fait-elle? Elle s’élève sous forme de nuages. Elle se purifie, s’élève sous forme de nuages, puis rencontre l’Himalaya et alors on reçoit la pluie qui est pour le bénéfice de tous. C’est un grand cercle qui est fait et la vertu de ce cercle est réalisée par la mer.
De même, vous devez savoir que vous êtes dans ce grand cercle de la nature où vous devez jouer entièrement votre propre rôle, et une fois que vous prenez conscience de ceci mentalement, vous devriez le garder au cœur. »
Shri Mataji, Sydney, 1985
Publié par notre Terre Mère

Les richesses de la mer

mer

« Voyez ces arbres, la façon dont ils sont, vous voyez, est très surprenante. Ils reçoivent beaucoup de vent de la mer, mais en se rapprochant de la mer, on voit que les arbres sont plantés de façon à se pencher vers la mer, jamais à l’opposé. Ils montrent une sorte de gratitude envers la mer.

Bien que le vent souffle contre eux, ils n’en sont pas affectés. Leur gratitude va à la mer, alors c’est vers elle qu’ils se penchent. Même ces arbres semblent comprendre que sans la mer, nous n’aurions pas pu voyager d’un endroit à un autre, comme nous l’avons fait (ainsi que leurs graines).

Et puis, au fond de l’océan se trouvent de grandes richesses qui n’ont pas encore été explorées. Une fois qu’elles seront découvertes, le monde entier pourra s’enrichir énormément. Mais chacun se bat à ce sujet, pour savoir à qui appartient telle partie ou telle autre, ce genre de combat, vous voyez.

Je pense que ce qui est au fond de la mer pourrait se déplacer d’un endroit à un autre. De nombreuses richesses, comme de l’or, de l’argent, des diamants sont ensevelis sous la mer. Et il se pourrait qu’un jour, peut-être, cette richesse, cette Lakshmi, soit découverte et nous tous, nous deviendrons riches. »
Shri Mataji, Inde, 1991
Publié par notre Terre Mère

Cultivez la beauté pour être écologique

Déesse-CT-1« L’idée, en achetant des choses, c’est de soutenir encore plus l’artisanat et l’art. J’ai dit tant de fois qu’à partir d’un peu d’argile, on peut faire une belle chose qui a une grande valeur, alors pourquoi devrions-nous épuiser cette Terre Mère ? Pourquoi ne pas avoir quelques belles choses artistiques seulement, plutôt que d’avoir une quantité d’autres choses ?

 Mais si vous allez dans les magasins aujourd’hui, vous ne trouvez rien. Vous ne trouvez pas de soie, vous ne pourrez pas obtenir ceci ni cela. Il est si difficile d’obtenir quelque chose de naturel, parce que les gens n’ont plus que des choses artificielles. Quoi qu’il en soit, avec cela aussi, vous devriez créer de la beauté. Si vous commencez à créer de la beauté, alors on essayera de la préserver et de l’utiliser avec parcimonie, au lieu d’avoir des milliers de choses absurdes, toutes jetables. Après un certain temps, nous aurons des êtres humains jetables!… Comment va-t-on vivre sur terre, si nous ne comprenons pas que nous devons vivre sur cette terre en respectant ses limites ? »
Shri Mataji, Suisse, 1990

Statue  de Christian Tournebize http://www.christiantournebize.blogspot.fr/

Publié par notre Terre Mère

Nettoyer avec les moyens du bord?

gandhi« J’ai séjourné dans l’ashram de Gandhi, donc Je sais ce qu’il en est. Et c’est grâce à cela, voyez-vous, que Je peux supporter une vie rigoureuse. Pensez, chaque matin, tous les enfants de plus de douze ans devaient nettoyer le domaine de l’ashram qui faisait 19 hectares par 50. Ils devaient nettoyer les latrines et aussi celles des invités. Je l’ai fait. Et on n’avait le droit qu’à deux vêtements et on ne pouvait rien garder. On ne pouvait même pas voir un seul papier traîner, aucun détritus, tout était si propre, nickel. Et les pièces à vivre étaient si bien tenues, bien rangées. Tout était fait avec de la bouse de vache, totalement à la bouse de vache.

Chacun devait prendre un bain tôt le matin à 4 heures avec de l’eau froide, qu’il soit Jawarlal Nehru ou (quelqu’un d’autre), mon père ou un enfant de n’importe quel âge. Et à 5 heures, le Mahatma Gandhi arrivait pour faire sa conférence. »

Shri Mataji , Inde, 1985
Publié par notre Terre Mère

L’ego des nations chrétiennes a dominé le monde

SM-parents-Gandhi

« Il est très surprenant que parmi les nations chrétiennes, l’ego ne se soit pas atténué comme il aurait dû le faire, peut-être que le Christ n’a jamais été vénéré de la bonne façon. L’ego occidental a été si terriblement dominant que personne n’a pu réellement voir ce qu’ils ont fait et jusqu’où ils sont allés. Ils se repentent inutilement de quelque chose qui est tiré par les cheveux. Mais le repentir était destiné à notre ego.
C’est très choquant parfois, quand vous voyez comment les nations chrétiennes ont envahi d’autres pays, détruisant races après races, complètement anéanties, complètement finies et détruites. Ils étaient chrétiens, disciples du Christ, Bible en main, pouvez-vous imaginer cela? Ces soi-disant chrétiens ont fait des choses horribles au nom du Christ. Pourquoi ? Il faut comprendre que cet ego a beaucoup oeuvré dans les pays occidentaux ou dans les pays où ils ont suivi le christianisme.
Partout, s’ils sont chrétiens, ils sont extrêmement agressifs, extrêmement violents et ils pensent que le monde entier leur appartient. Même Hitler croyait en la religion catholique. Le grand sacrifice du Christ ne leur a jamais enseigné de leçon, comme si tout était effacé de leur mémoire, comme si cela n’avait pas de sens pour eux, que cela ne véhicule rien pour eux, et ils sont devenus très violents. Non seulement cela, mais ils ont pensé qu’ils ont le droit de gouverner le monde entier, de piller, détruire tout le monde. Pourquoi? Parce qu’ils étaient chrétiens. Quel contraste avec la vie du Christ qui a ressuscité d’une soi-disant mort! Mais l’ego demeure encore, non seulement il reste présent, mais il a explosé, explosé à un point tel que nous voyons aujourd’hui que les chrétiens ont complètement perdu le sens des valeurs et des limites (maryadas).

La façon dont les églises chrétiennes se comportent est choquante. Il n’y a plus aucune morale d’aucune sorte en elles, aucun respect pour la loi, aucun respect pour Dieu, pas de respect aussi pour la chasteté, qui était le principal sujet du Christ, la principale nature (guna) du Christ.
Cela m’a choquée quand j’étais enfant, parce que j’ai vu – étant née dans une famille chrétienne- et découvert que les chrétiens en Inde ont été les plus dogmatiques, les gens les plus dominateurs. Et cela m’a surprise. Comment ont-ils considéré le Christ comme étant leur dû? Et pourquoi ont-ils utilisé son nom pour dominer autrui?
Malheureusement, à cette époque, les Britanniques nous dirigeaient. Les Britanniques ont également manoeuvré le tout de manière à  faire croire aux Indiens que le Christ était né en Angleterre.

Ils s’habillaient comme les Anglais, se faisaient appeler sahibs. Ils se comportaient de manière très arrogante, et ils avaient leur place au gouvernement (britannique), ils collaboraient avec le gouvernement sans aucune loyauté envers les Indiens. Même quand mon père a été arrêté, ils nous ont bannis de la communauté chrétienne. Ils m’ont jetée hors de l’école alors que j’avais tout juste six, sept ans, parce que mon père était un membre du Congrès (mouvement pour la libération de l’Inde). Donc, ce côté de la chrétienté, jusqu’à présent, personne ne l’a vu. »
Shri Mataji, Rome, 1992
Photo des parents de Shri Mataji avec Gandhi

Publié par notre Terre Mère

Adopter une vie simple pour résoudre les problèmes d’écologie

gandhi_rouet

« Tous les jours partout dans le monde, il y a une prise de conscience des problèmes écologiques. Mais les moyens qui sont adoptés ne sont pas suffisants pour arrêter notre détérioration. Maintenant, Je suis ici pour vous parler de certaines vérités qui, si nous parvenons à les mettre en place, pourront résoudre nos problèmes écologiques plus facilement.
Extérieurement, nous comprenons que nous devons réduire la mécanisation. L’industrialisation, de la façon dont elle s’est développée hors de proportion, a créé beaucoup de problèmes. Si nous revenons, disons, 50 ans en arrière en Inde, nous luttions pour l’indépendance. Alors, le Mahatma Gandhi a suggéré : « pourquoi ne pas utiliser de choses fait main, des vêtements fait main, tissés à la main, des choses faites à la main venant des villages ». Et cela a fonctionné parce que nous avons pu arrêter les machines de Manchester, qui nous vendaient tous ces vêtements fabriqués en Angleterre.
En Occident, il y a une grande tendance à utiliser des choses fait main, qui sont plus chères. J’ai été surprise de voir que la Bulgarie est tellement remplie d’artistes, il y a tellement d’artistes, très bons. Ils ne font pas uniquement, pourrait-on dire, des photos et des peintures, mais ils sont de très bons artisans qui font des choses fonctionnelles à la main. Maintenant, pour diminuer la croissance de l’industrie, nous devons nous mettre à une vie simple, dans laquelle nous n’utilisons pas trop de choses. »
Shri Mataji, Bulgarie, 1995
Publié par notre Terre Mère

Le fait main au secours de l’écologie

« Et c’est une chose que nous les Indiens, devons apprendre. Nous ne devrions pas essayer de copier les autres et être dominés par leurs produits qui ne sont que des matières plastiques. Nous devrions essayer d’aider notre propre pays.
Chaque partie de chaque pays, si elle se développe, le monde entier en sera renforcé, mais copier et devenir esclaves, cela ne va en aucune façon améliorer les choses. Jusqu’en 1970, je ne portais que du pur « khadi » [du coton tissé à la main]. Mon mari était un amateur de vêtements et tout ça, il est un peu friands de vêtements, et il me disait:  » au moins, mets quelque chose de mieux. »
Je répondais: « c’est ce qu’il y a de mieux. » Et je portais tout le temps du « khadi ». Et j’en tirais une grande satisfaction parce que cela représente mon pays, où les gens créent le « khadi » dans les villages. Ce sari est également fait dans les villages. Si nous renonçons à porter des saris, qui va-t-il arriver aux villageois? C’est comme cela –vous devez être concernés au sujet de vos compatriotes. Une fois que vous l’êtes, vous serez surpris de voir que vous résoudrez les problèmes d’écologie dont vous parlez.
Gandhi disait toujours: « Non, n’ayons pas trop de machines »- toujours.
Maintenant, je peux comprendre pourquoi il parlait ainsi. Les objets faits main, il prêchait pour les choses faites main. Portez des choses fabriquées à la main qui sont artistiques, et c’est comme ça que vous allez résoudre les problèmes d’écologie.
De nos jours, en Occident, j’ai été surprise de voir que les gens paient beaucoup pour des choses faites à la main, car ils ne peuvent plus en faire. Maintenant on a des ordinateurs, le cerveau a « baissé les bras ». Maintenant, toutes ces choses (technologiques) arrivent en Inde. On peut très bien calculer parce que nous avons étudié, reçu une éducation à l’ancienne, mais maintenant, les gens ne peuvent pas calculer, même deux plus deux. Je veux dire, qu’est-ce qui est arrivé à leur cerveau ? Donc, on ne devrait pas s’adonner aux choses trop artificielles »
Shri Mataji, Inde, 03/1995
Publié par notre Terre Mère

Développer les sources d’énergie du pays

vent1Une personne: L’énergie solaire, c’est très cher pour la convertir en électricité, mais pour la convertir en eau chaude, c’est facile. Par exemple, toute l’alimentation en eau chaude, le chauffage peut être fait avec de l’énergie solaire.
Shri Mataji: Je veux dire que nous avons beaucoup d’énergie éolienne en Inde beaucoup, qui peut être utilisée aussi.
Une personne: Ici, nous pouvons l’utiliser… j’ai vu que nous avons ici de forts vents du nord et d’ouest. C’est très bien pour faire une telle chose. Le vent se trouve à un ou deux kilomètres de là…
Shri Mataji: Cela agit comme une turbine, oui. Vous voyez, nous devons penser à ces choses car il faut tenir compte de l’argent, vous voyez. C’est tellement bizarre de voir qu’il faille tenir compte de l’argent comme ça, vous voyez. Aujourd’hui, tout doit se transformer en argent. Tout doit être argent. Et puis, cela passe d’ici à autre chose, alors ce faisant, comme l’argent devient cher, tous ces échanges monétaires, tous les problèmes que vous voyez, tout cela passe en Suisse et puis (vous) revient. Rires.
Donc cela ne va pas du tout : pour faire un système de troc, un bon système de troc, nous devrions apprendre à utiliser l’énergie du pays en question et la transformer en quelque chose d’autre. Je pense que l’énergie hydroélectrique peut très bien être utilisée dans votre pays. L’hydroélectrique, parce que vous avez beaucoup de cascades, et, autres choses. Mais vous n’avez pas besoin d’autant d’énergie, maintenant. Vous avez produit beaucoup d’énergie dans votre pays.
Shri Mataji, Autriche, 1987

Ces quelques conseils de 1987, sur le retour au troc et l’utilisation des énergies du pays, sont particulièrement d’actualité. Si nous pouvions effectivement utiliser plus encore les énergies renouvellables…et trouver d’autres moyens de commercer qui ne seraient pas dans les mains des banques, comme le troc, qui a fait un grand retour en Grèce.
Publié par notre Terre Mère