Archives de Catégorie: environnement

Comment bio-dégrader le plastique

Avec plus de 150 millions de tonnes de plastique dans les océans, en 2050, il y aura plus de plastique dans l’océan que de poissons. Il ne faut pas oublier non plus les 300 millions de tonnes fabriqués chaque année… Il est admis qu’il faut entre 400 à 1000 ans pour que le plastique se décompose, c’est-à-dire celui des sacs, des bouteilles et autre contenants.
Au secours !
Mais la Terre Mère a des ressources insoupçonnées et vient encore une fois en aide à l’humanité: je vous présente la chenille qui mange et décompose le plastique: Galleria mellonella, la plus grande mite de cire.

Ce sont les scientifiques de l’Université de Cambridge qui ont découvert que la larve de la mite peut effectivement manger et décomposer le plastique de manière similaire à la cire d’abeille, que cette mite aime à consommer. Son système digestif rompt les liaisons chimiques du polyéthylène.
Maintenant que l’on connaît le nom de notre nettoyeuse, il reste encore à comprendre le processus unique de l’intestin de la chenille. Quand les chercheurs sauront comment la mite décompose le plastique, ils pourront appliquer ces connaissances pour bio-dégrader le plastique qui asphyxie l’océan par exemple.

Il y a aussi de l’espoir avec Ideonella sakaiensis, cette bactérie qui mâche le plastique, qu’une équipe de l’Université de Kyoto a isolée en fouillant dans des tas de déchets. Après cinq ans de recherche à travers 250 échantillons, ils ont isolé cette bactérie qui peut se nourrir du polyéthylène téréphtalate ou PET, un plastique commun utilisé dans les bouteilles et les vêtements. Ils ont nommé les nouvelles espèces de bactéries.
Ici, l’équipe japonaise est plus avancée, car ils ont identifié les gènes dans l’ADN de l’enzyme que Ideonella sakaiensis utilise pour décomposer le PET. Ils ont alors démontré que le PET pourrait être décomposé avec cette enzyme uniquement.

Plus sur: http://bgr.com/2017/04/24/plastic-eating-bugs-wax-moth-pollution/
https://theconversation.com/new-plastic-munching-bacteria-could-fuel-a-recycling-revolution-55961

Publié par notre terre Mère

Publicités

Les Sioux de Standing Rock n’ont pas dit leur dernier mot

Le juge fédéral James Boasberg de Washington a déclaré, dans une décision de 91 pages que, bien que le Corps de l’armée respecte sensiblement la Loi nationale sur la politique de l’environnement, les permis fédéraux délivrés pour le pipeline ont violé la loi à certains égards, disant car ils n’ont pas suffisamment considéré les répercussions d’un déversement de pétrole sur les droits de pêche et de chasse ou sur la justice environnementale ».

Les travaux du pipeline n’ont pas été suspendus, mais cela pourrait se faire ultérieurement. « Pour remédier à ces violations, le Corps devra reconsidérer ces sections de son analyse environnementale sur la détention provisoire de la Cour », a déclaré le juge.>/p>

« Nous applaudissons les tribunaux de protéger nos lois et règlements indépendamment d’une influence politique excessive et demanderons à la Cour de fermer immédiatement les opérations de pipelines » a déclaré le président de Standing Rock Sioux, Dave Archambault.

Mais attention ce n’est pas encore gagné!

« Nous pensons que le Corps pourrait être en mesure de persuader le tribunal de permettre à Dakota Access de continuer à fonctionner pendant que les omissions sont adressées et le tribunal les examine pour l’adéquation », ont-ils écrit.

On se souvient que le président Donald Trump, les jours suivant son investiture, avait ordonné le délogement des manifestants et la reprise des travaux du pipeline. Mais les tribus et des groupes environnementaux avaient porté plainte en allégeant qu’il n’avait pas fait un examen environnemental adéquat.

En février dernier, le Corps d’ingénieurs de l’armée avait semblé mettre un terme à la résistance en accordant de terminer le tracé controversé du pipeline. Après plusieurs mois de manifestations, les tribus sioux à Standing Rock Sioux et les militants du climat avaient été chassés. La compagnie pipelinière avait enfin reçu son permis final pour creuse un tunnel sous le lac Oahe, réservoir qui fait partie de la rivière Missouri.

Leurs premiers arguments avaient été rejetés par le tribunal: la construction menaçait des sites sacrés et la présence de pétrole dans le pipeline nuirait aux eaux sacrées.

Mais aujourd’hui, il y a encore de l’espoir !

Plus sur: https://www.reuters.com/article/us-northdakota-pipeline-dapl-idUSKBN19538I
Photo prise à Standing Rock Indian Reservation, North Dakota, en novembre 2016
Publié par notre Terre Mère

5 juin, journée mondiale de l’environnement


Les Nations-Unies ont arrêté en 1972 une journée mondiale de l’environnement au 5 juin. Qu’a-t-on fait depuis?

Si l’on en juge par les photos venant du site de la NASA, l’homme a surtout détruit son environnement, souvent au profit d’un gain à court et à moyen terme. Il existe cependant quelques rares exception comme la création d’une rivière en Libye. Les photos datent de avril 1987 et de avril 2010. Cela a été le plus grand projet d’ingénierie au monde. C’est un réseau de tuyaux, d’aqueducs et de puits passant dans le sous-sol à plus de 500 mètres de profondeur, qui a permis de créer un système d’eau dans la zone désertique.

Ou bien le projet de la rivière Dasht, au Pakistan, de créer un barrage à Mirani. Aujourd’hui, il fournit de l’eau potable et de l’électricité aux villages alentours et participe au maintien de l’agriculture locale. Mais quand est-il en amont ou en aval, on ne sait pas.(Photos: août 1999 – juin 2011)


Il y a aussi beaucoup de photos illustrant la fonte des glaces, comme pour le glacier des Ours en Alaska. (Juillet 1909 – Août 2005).

Mais les effets plus dramatiques n’ont mis qu’une quinzaine d’années pour changer le paysage, voir moins comme dans le cas du lac d’Oroville en Californie (juillet 2010, août 2016).

Le thème de la journée de l’environnement cette année étant « un rapprochement des gens de la nature », espérons que cela sensibilise un peu plus les gens au problème de réchauffement climatique.

Plus de photos sur: http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2017/06/la-nasa-devoile-des-cliches-inedits-sur-les-changements-dramatiques-de-notre-planete.html

Publié par notre Terre Mère

Qu’est-ce que la permaculture?

La permaculture est une méthode globale de conception de systèmes qui s’inspire de l’écologie naturelle (biomimétisme) c’est à dire de la façon dont la nature interagit et créé son environnement. D’ailleurs, la « tradition » rejoint souvent ce système qui est plein de bon sens et se base sur l’économie d’énergie pour un meilleur résultat.
Cette méthode a été théorisée dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison (biologiste) et David Holmgren (essayiste). Le terme permaculture signifiait initialement « agriculture permanente » (Permanent Agriculture). Aujourd’hui, il signifie « culture de la permanence » car les aspects sociaux doivent faire partie intégrante du système durable. Cet aspect est encore à développer.

Le but:

Une production agricole durable.
Être économe en énergie (autant en ce qui concerne le carburant que le travail manuel et mécanique)
Respecter les êtres vivants et leurs interrelations.
Laisser à la nature dire sauvage le plus de place possible.

Son champ d’action:

Les habitats humains et les systèmes agricoles ont souvent recourt à la permaculture mais cela peut être appliqué à n’importe quel système.
Pour un architecte, la permaculture de créer des habitats humains plus autonomes et durables, donc un environnement moins dépendant de l’industrie, production, distribution. Selon Mollison, c’est le fondement de la destruction systématique des écosystèmes. Il est facile de comprendre ce raisonnement.
Ce n’est donc pas une méthode figée car par définition, la permaculture prend en considération la biodiversité de chaque écosystème.


Son « message »:

La permaculture implique d’avoir une éthique lié au respect des la nature et des autres.
Elle utilise entre autres des notions d’écologie, de paysagisme, d’agriculture biologique, de biomimétisme, d’éthique. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse.

Aller voir un exemple sur: http://perm-articulture.blogspot.fr/
Publié par notre Terre Mère

Ne soyons pas esclaves des machines

« L’environnement est un problème urgent. L’existence même des êtres humains est maintenant menacée. Les gens sont maintenant conscients des dommages causés à l’environnement et de l’appauvrissement de la couche d’ozone. Pourquoi avons-nous encore des pluies acides? Pourquoi avons-nous souvent des problèmes climatiques désastreux dans le monde? Nous devons trouver les réponses à ces problèmes.
Il est extraordinaire de voir que dans le monde développé, aujourd’hui, vous ne pouvez pas être sûrs d’obtenir une bonne nourriture à manger. Chaque jour, on a une nouvelle frayeur concernant la salmonelle ou un nouveau produit est mis sur la liste des aliments interdits.
Alors maintenant, l’intoxication alimentaire est devenue un problème très grave. Qu’est-ce que cela signifie?
Il nous faut savoir que c’est l’extrême du développement industriel, par lequel nous sommes devenus les esclaves des machines. Les machines sont créées pour notre propre usage et pourtant nous sommes devenus les victimes des machines.
Nous devons changer l’équilibre entre les biens manufacturés et ceux faits main et simplement, utiliser plus de choses naturelles. Les machines créent des choses comme les plastiques, qui n’ont pas de vibrations naturelles et qui sont réellement nuisibles aux êtres humains. Mais, comment y parvenir ? C’est là le problème. Comment réduire la consommation de ces choses inutiles, comme le plastique, dans notre vie quotidienne? »

Shri Mataji, 1989

A nous de changer nos habitudes… Déjà en 1989, l’environnement était un problème, qu’avons-nous fait en plus de 25 ans?
Publié par notre Terre Mère

Week-end historique à Standing Rock

standing-rock-1Week-end historique à Standing Rock vu de l’intérieur

« De grands événements importants se passent chez nos frères et sœurs autochtones. Cela signifie non seulement une renaissance pour eux, mais aussi une guérison pour l’Amérique ce qui est extrêmement important pour le salut de ce pays. Mais tout n’est pas entièrement fini, la bataille de Standing Rock n’est pas encore terminée comme la plupart d’entre vous le savent déjà. Il va falloir les aider à surmonter une énorme bataille contre la cupidité et le pouvoir.

Ils se réveillent enfin, enfin! Le passé horrible est en train de guérir et maintenant nous prions tous pour que le gouvernement américain s’éveille aussi et reconnaisse, devant les autochtones et tout le peuple américain, les crimes passés et demande pardon aux Amérindiens – vraiment et profondément du fond du cœur et pas seulement comme une formalité.
Quand je suis arrivée à Standing Rock, il faisait encore très froid. Pourtant, il y a maintenant encore plus de partisans que deux semaines auparavant. Les voitures continuent d’arriver en grand nombre. Et la nuit dernière, beaucoup d’anciens combattants sont arrivés. Une vétéran m’a dit que des milliers aller arriver et que beaucoup d’entre eux se sont enregistrés pour arriver jusqu’au 15 janvier !

Ce matin, mardi 6 décembre 2016, c’était l’événement incroyable des vétérans demandant pardon aux Amérindiens pour les mauvais traitements et les crimes de l’armée américaine ! !

Pendant la nuit, les gens ont dormi dans des tentes, des voitures… Il faisait très froid mais personne ne s’est plaint. Des groupes multiraciaux ont cuisiné et nettoyé ensemble, ou organisé une collecte de dons. Pas une plainte! Je pensais aller dans un hôtel mais c’était trop loin de la réserve et comme je voulais rester au camp, j’ai dormi 2 nuits dans ma voiture!

Dimanche il y eu une présentation interreligieuse où une femme Rabbi juive a montré son soutien pour les autochtones. Un prêtre jésuite qui vit sur la réserve du Corbeau, a demandé pardon aux chefs et à tous les autochtones pour ce que l’Église catholique et les autres religions ont commis contre eux. Et beaucoup ont écouté tout simplement silencieusement et se sont sentis très unis à proximité se trouvait le Feu Sacré!

L’un des chefs s’est exprimé et a ensuite conduit sur son cheval d’autres cavaliers ce qui a amené le peuple à faire un cercle autour du camp.
J’ai remarqué qu’il n’y avait aucun portrait. Pas de Sitting Bull ni autres chefs. Il n’y avait qu’un seul dessin de Leonard Peltier. Il y a des gens infiltrés et des hélicoptères de la compagnie du pipeline survolent le camp. On nous a dit d’être prudents avec nos téléphones et de prendre des photos. Les Indiens font voler des drones blancs sur le camp.

Le président du conseil tribal de Standing Rock a déclaré que les ingénieurs de l’Armée de Terre avaient refusé de donner un permis (servitude) à la compagnie pipelinière !
Les cris de joie, les tambours et les chants ont retenti. Une des principales femmes leaders a déclaré que les Indiens leur étaient reconnaissants pour cela. Elle a déclaré que les Indiens ont pardonné au gouvernement et aux militaires pour l’assassinat de Sitting Bull et de Crazy Horse, mais qu’ils ne les oublieront jamais.

Après environ une demi-heure de chants de victoire, le président a également déclaré que la compagnie pipeline voulait défier cet ordre et construire illégalement, même si elle devait trouver 50 000 $ par jour. Je n’ai pas entendu cela à la télévision. J’ai également entendu dire que le tracé du pipeline devrait être refait. De plus, ce qui est également apparent, c’est le fait que Trump est un partisan du pipeline et qu’il pourrait intervenir en sa faveur.
Saviez-vous que le PDG de Energy Transfer Partner, Kelcy Warren, a fait don de 100 000 $ à Trump pour sa campagne.
La rivière Missouri et quelques terres autour sont des terres tribales selon des traités passés et la compagnie pipeline viole ces traités.
D’autres compagnies pipelinières mettent en péril et violent les droits des Indiens :
Pipeline le long du Bassin de KLAMATH, les familles Navajo sont déplacer pour faire des mines de charbon, le pipeline d’ALCONQUIN veut passer sous la RIVIÈRE D’HUDSON (les Indiens prévoient d’arrêter les chemins de fer et autres moyens de transport).
Bref, il faut rester vigilant.
Et comme un Amérindien a déclaré: cette bataille n’est pas seulement pour les Amérindiens. C’est pour la vie elle-même! »
Anna
Publié par notre Terre Mère

Les Indiens résistants de Standing Rock

banniere-indiens

Des milliers de « protecteurs de l’eau » protestent de façon non violente dans le Dakota du Nord au camp de la réserve de la tribu de Sioux de Standing Rock.
Ces Indiens militants s’opposent à la construction d’un pipeline de la société « Energy Transfer Partners » qui souhaite relier les grandes plaines à l’Illinois. Ces travaux gigantesque sont très controversés car ils menacent de détruire d’abord plusieurs sites sacrés amérindiens, et aussi de polluer l’eau nécessaire à la survie de la région.
Les autorités ont vraiment décidé de déloger ceux qui campent sur place.

Jusqu’à présent, ils ont été sans pitié ciblant les manifestants avec des canons à eau à des températures en dessous de zéro.
Ils ont pulvérisé du poivre ainsi que du gaz lacrymogène.
Ils ont également grièvement blessé beaucoup de personnes avec des balles en caoutchouc.

Les chiens policiers ont aussi attaqué les manifestants et la semaine dernière ils ont utilisé des avions pour pulvériser des toxines sur les manifestants.

Les manifestants campent sur leurs positions et cela a rendu le mécanisme étatique assez nerveux.

Maintenant, ils veulent évacuer manu militari les manifestants du camp sous prétexte qu’ils ne sont pas en sécurité là-bas. C’est grotesque! Alors qu’eux-mêmes les ont attaqués si brutalement!
Alors s’il vous plaît, posez votre attention sur ces manifestants non-violents qui sont encore ce soir à Standing Rock.

La journée la plus difficile sera le 4 décembre. Il ne faut pas croire les fausses informations venant de l’entreprise du pipeline. N’hésitez pas à consulter le lien suivant qui a d’ailleurs été censuré sur f.book. Pourtant, c’est un simple site d’informations sur ce qui est en train de se passer au Dakota.
http://www.ocetisakowincamp.org/copy-of-home
Sinon des infos en anglais: https://www.theguardian.com/us-news/2016/nov/29/standing-rock-protest-north-dakota-shutdown-evacuation

Voici un appel aux mères et aux grand-mères à s’unir autour du thème de la protection de l’eau:
http://www.grandmotherscouncil.org/statement-from-the-international-council-of-thirteen-indigenous-grandmothers-for-world-water-day-march-22nd-2014
Publié par notre Terre Mère

Tout un État en culture bio, un rêve? Non!

sikkim-1

Aujourd’hui en Inde, vous trouverez un État où chaque ferme, dans tous les domaines, produisant tous les légumes, cultive du bio!
Sikkim est le premier État à recevoir la certification biologique à 100%. 

C’est un petit État mais ses 75.000 hectares de terres agricoles et ses 66.000 agriculteurs ont banni les OGM, les pesticides et les engrais chimiques.
Cela a mis treize ans à devenir entièrement bio, dès que la « Mission Organic Sikkim » a démarré son plan d’action en 2003. Progressivement, les subventions pour les engrais et les pesticides chimiques ont été retirées, ce qui a augmenté la participation de l’agriculture biologique. Les agriculteurs Sikkim ont acheté la certification biologique, car en n’étant plus asservis à Monsanto, ils ont pu économiser 33.000 roupies chacun (soit environ 495 $).sikkim-3
Bien que l’agriculture biologique nécessite beaucoup de main-d’œuvre, elle est rentable: les agriculteurs ne doivent pas acheter de semences OGM coûteuses, ni les intrants synthétiques dont ils ont besoin. La charge annuelle de certification est souvent leur plus grand obstacle.
Situé dans le Nord, le petit état de Sikkim manque actuellement de l’infrastructure nécessaire pour élargir son marché bio; il est enclavé et loin des grandes routes, et ne dispose pas encore d’un circuit de chaîne du froid ou de stockage nécessaire à l’expansion des ventes sur les marchés bios, trop lointains.
L’abandon des OGM gagne également du terrain par le biais d’autres cultures en Inde. Jusqu’à présent, l’Inde a été le plus gros acheteur de semences Monsanto en dehors de l’US, et le plus grand producteur de son coton OGM, mais tout cela pourrait changer avec le changement gouvernemental qui tend à abandonner les cultures génétiquement modifiées. (Même si maintenant Monsanto a été acheté par Bayer)

Les États-Unis sont désormais à la 3ème place des pays ayant le plus de terres agricoles bio dans le monde, derrière l’Australie et de l’Argentine, avec 2,2 millions d’hectares. Mais c’est encore loin de rattraper l’agriculture conventionnelle, c’est 1% des 370 millions d’hectares de terres agricoles américaines.
Note:
Le Sikkim est l’État le moins peuplé de l’Inde et le deuxième plus petit. Il est bordé par le Népal à l’ouest, par la Région autonome du Tibet de Chine au nord et à l’est, et par le Bhoutan au sud-est; l’État indien du Bengale-Occidental borde le Sikkim au sud. La majorité de sa population est d’origine népalaise.
Plus sur: https://food.good.is/articles/india-organic-state
Publié par notre Terre Mère

Le film « Into Eternity »

Demain le 1 mars, sera projeté le film « Into Eternity » de Michael Madsen, à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème).
« Chers amis, L’équipe de la Fondation GoodPlanet est heureuse de vous inviter à la projection gratuite de « Into Eternity » de Michael Madsen, mardi 1 mars à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème Métro L1, L2, L6 ou RER A – Charles de Gaulle Étoile). A l’issue de la projection, nous accueillerons :
– Patrick Charton, directeur adjoint de la maîtrise des risques et responsable du programme mémoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs,
– Yannick Rousselet, responsable Climat Énergie au sein de Greenpeace,
– Isabelle Jouette, porte-parole de la Société française de l’énergie nucléaire. Ils échangeront avec la salle sur la question de la mémoire de l’enfouissement des déchets radioactifs ainsi que sur des enjeux énergétiques en France.
L’entrée est libre et gratuite sur réservation – dans la limite des places disponibles, nous espérons vous y voir nombreux.
Amicalement, Yann Arthus-Bertrand »

Pour ceux qui ne pourrons pas y assister, vous pouvez voir le film sur le site de la fondation de Yann Arthus-Bertrand:
le film « Into Eternity »
Publié par notre Terre Mère

Un coeur – un arbre ou 1 Heart – 1 tree

aebre-coeur

Voici un beau projet de reforestation. L’inspiration de 1 Heart 1 Tree vient d’Amazonie. Depuis 2011, Naziha Mestaoui passe un mois par an au cœur des tribus d’Amazonie au Brésil. Pour eux, un arbre n’est pas uniquement du bois et un moyen de stocker du carbone, c’est aussi une source d’énergie et d’intelligence.
1 Heart 1 Tree a démarré en 2012 sous la forme d’une installation interactive de 9m de large, 1 Beat 1 Tree, présentée à Rio+20, durant le Sommet de la Terre de l’ONU. Depuis, elle a tourné en Europe, en Asie, en Amérique Latine et a permis la plantation de plus de 15000 arbres.
Aujourd’hui l’étape suivante de 1 Heart 1 Tree a pour objectif de transformer la Tour Eiffel et les monuments de Paris en forêts virtuelles, et prévoit une tournée internationale sur les monuments les plus emblématiques de la planète.
1 – Heart 1 Tree est une œuvre d’art qui connecte le virtuel et le réel, la technologie et la nature, vous pouvez créer un arbre virtuel grâce à une application, il poussera dans la réalité dans un programme de reforestation !
2- Nous vous donnerons rendez-vous par email / via l’application pour planter votre arbre virtuel sur la Tour Eiffel, où que vous soyez dans le monde + vous verrez votre arbre en 3D avec votre nom pousser sur la Tour Eiffel au rythme du battement de votre cœur.

arbre-coeur-2

Il y a 5 programmes de plantation:
– Alto Huayabamba au Perou
– Dhamma Rakhsa en Thaïlande
– Mihai Eminescu Trust en Roumanie
– Windsor Downs Nature Reserve en Australie
– Femmes du RIF au Maroc

Soutenez vous aussi le projet et achetez votre arbre virtuel qui se transformera en arbre réel.

Publié par notre Terre Mère