Archives de Catégorie: écologie

Qu’est-ce que la permaculture?

La permaculture est une méthode globale de conception de systèmes qui s’inspire de l’écologie naturelle (biomimétisme) c’est à dire de la façon dont la nature interagit et créé son environnement. D’ailleurs, la « tradition » rejoint souvent ce système qui est plein de bon sens et se base sur l’économie d’énergie pour un meilleur résultat.
Cette méthode a été théorisée dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison (biologiste) et David Holmgren (essayiste). Le terme permaculture signifiait initialement « agriculture permanente » (Permanent Agriculture). Aujourd’hui, il signifie « culture de la permanence » car les aspects sociaux doivent faire partie intégrante du système durable. Cet aspect est encore à développer.

Le but:

Une production agricole durable.
Être économe en énergie (autant en ce qui concerne le carburant que le travail manuel et mécanique)
Respecter les êtres vivants et leurs interrelations.
Laisser à la nature dire sauvage le plus de place possible.

Son champ d’action:

Les habitats humains et les systèmes agricoles ont souvent recourt à la permaculture mais cela peut être appliqué à n’importe quel système.
Pour un architecte, la permaculture de créer des habitats humains plus autonomes et durables, donc un environnement moins dépendant de l’industrie, production, distribution. Selon Mollison, c’est le fondement de la destruction systématique des écosystèmes. Il est facile de comprendre ce raisonnement.
Ce n’est donc pas une méthode figée car par définition, la permaculture prend en considération la biodiversité de chaque écosystème.


Son « message »:

La permaculture implique d’avoir une éthique lié au respect des la nature et des autres.
Elle utilise entre autres des notions d’écologie, de paysagisme, d’agriculture biologique, de biomimétisme, d’éthique. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse.

Aller voir un exemple sur: http://perm-articulture.blogspot.fr/
Publié par notre Terre Mère

Des couverts comestibles!

Naryana Peesaratry et sa femme Pradnya Keskar ont mis au point des couverts comestibles pour lutter contre la pollution des matières plastiques qui ont envahi notre vie.
Les couverts ne contiennent pas de toxines et ni ne sont cancérogènes, ils sont biodégradables et riche en valeur nutritive si vous les consommez ensuite. En l’espace de 4 à 5 jours ils se biodégradent dans votre compost, mais ne se désagrègent pas au contact de l’eau chaude ou froide.
Ils sont fabriqués avec des farines de céréales, surtout à base de millet, et se déclinent en 3: salé, sucré, neutre. Mais on peut aussi trouver les mélanges gingembre-ail, cannelle-gingembre, poivre salé, sucré à la vanille, etc…

L’Inde consomme environ 120 milliards de cuillères en plastiques chaque année, et passer aux cuillères en millet, c’est une sacrée avancée! Si les couverts sont encore un peu plus chers que le plastique (2 centimes la cuillère), ce n’est qu’une question de volume de production. Narayana Peesapaty s’engage à développer son entreprise et à faire travailler directement les agriculteurs pour être au plus près des matières premières. Pour l’instant, la production reste limitée à l’Inde.

Narayana Peesapaty est le fondateur et directeur général de Bakeys Foods. Peesapaty a étudié la biochimie et la gestion forestière à Bhopal en Inde et a travaillé comme chercheur dans le domaine du développement rural.
Plus tard, il a rejoint l’Institut international de gestion de l’eau à Hyderabad en tant que chercheur principal. En tant que fondateur et directeur général de Bakeys Foods Private Limited, il est un pionnier dans le développement de solutions innovantes pour les problèmes environnementaux.

Plus sur : http://www.bakeys.com/
Publié par notre Terre Mère

Amérindiens, une bataille de perdue mais pas la guerre

standing-rock-camp

Les protecteurs d’eau, les « water protectors », ont préféré brûler le reste de leur camp avant de s’en aller. Mais le camp de prières de Standing Rock a déjà été fermé depuis quelques jours.

La plupart des protecteurs d’eau sont partis. Le conseil tribal avait demandé aux gens de partir depuis quelque temps. Il y a toujours le danger d’inondations avec la fonte des neiges et le débordement possible du Missouri.
De plus, le conseil tribal voulait que le camp soit respectueux de l’environnement et il voulait que la zone soit nettoyée dès que possible. Le camp est donc calme et les quelques personnes qui ont refusé de partir ont été emmenées en prison par la police.

Mais soyez assuré que la bataille n’est pas terminée et que les Amérindiens et tous leurs partisans n’abandonnent pas!
Le camp s’est reformé dans d’autres zones de la réserve indienne. Les procès se produisent contre les abus de pouvoir du gouvernement américain.
Le procès le plus important est en cours de préparation par les Indiens Oglala Sioux de Pine Ridge, prouvant avec des documents historiques et des traités passés avec le gouvernement fédéral, que la construction du pipeline viole toutes les lois fédérales, . Il ne faut continuer de se renseigner sur ces procès. Le plus belles batailles ne se gagnent pas sur le court terme.
Espérons que le gouvernement américain se réveille et accepte sa responsabilité morale dans le génocide des Amérindiens et qu’il demande pardon au nom du peuple américain ce qui n’a jamais été accompli. En politique non plis la culpabilité ne fait pas avancer, mais les excuses permettent d’aller de l’avant.
Plus sur: http://www.telerama.fr/monde/standing-rock-le-combat-des-indiens-lakotas-s-acheve-dans-les-flammes,154541.php

Publié par notre Terre Mère

La résistance à Standing Rock continue!

standing-rock-banniere-embridge-liesLe camp est calme maintenant. Il faudra le déplacer parce que le conseil tribal a demandé qu’il soit fermé. D’abord en raison des inondations attendues suite à la fonte des neiges et deuxièmement pour que l’environnement soit nettoyé. Il y a environ 200 personnes maintenant par opposition aux 6000 et plus de Décembre.

Le Corps d’Ingénieurs de l’Armée de terre a honteusement cédé aux pressions de l’administration Trump qui agit illégalement. Ils rompent le traité de Fort Laramie de 1858. Ce n’est évidemment pas nouveau venant du gouvernement fédéral dans leur traitement des Amérindiens. Les conseils tribaux de nombreuses réserves déposent des plaintes pour arrêter le pipeline.
Ici à Pine Ridge, beaucoup de gens pensent que les cérémonies de prière locales vont aider à sauver la rivière Missouri et le lac Oahe. Aussi les vétérans de l’armée américaine jurent de revenir pour soutenir les Amaticans autochtones. Une dame qui participe au programme « Eagle Butte SY » m’a dit que son père et d’autres personnes déplaceront probablement le camp à la réserve de Sioux de Cheyenne River dans le nord du Dakota du Sud.

standing-rock-barriereDans la photo ci-dessous, vous pouvez voir les rochers qui bloquent et referment la rue pour empêcher les futures protestations des protecteurs d’eau. La compagnie pipelinière les a mis en place dès que le Corps des ingénieurs de l’Armée a approuvé la servitude. Mais même cette servitude est illégale !

Selon la loi, ils étaient d’abord censés présenter un document juridique prouvant qu’ils respecteront les questions environnementales et les dangers qui pourraient éventuellement se produire avec le pipeline. Ceci est requis par la loi. Le président de Tribal a déclaré que le mouvement de Standing Rock a reçu 6 millions de dollars en dons et tout est utilisé pour des questions juridiques concernant le camp, et autres questions importantes pour le succès de cette bataille. Cela se passe comme ça chez MC USA.

Comme les Amérindiens le disent, cette bataille n’est pas seulement pour leurs droits mais pour la Terre Mère et pour la vie elle-même!
Publié par notre Terre Mère

Énergie nucléaire française : situation préoccupante

energie-nucleaire

L’ASN qui contrôle les centrales trouve la situation préoccupante à court terme.
Cette année 2016, ils ont découvert plusieurs problèmes majeurs:
-Pour une dizaine de réacteurs, il y a des dépôts de carbone au fond des cuves qui nécessiteraient leur arrêt (d’où l’inquiétude actuelle pour passer les pics de froid), défaut considéré comme venant de la conception elle-même.
-L’ASN a de plus découvert chez Areva des dossiers d’anomalies cachés. Ils ont mis de côté des résultats non conformes et cela ressemble bien à des falsifications… d’ailleurs la justice est saisie de ces dossiers !
-EDF a pris des risques industriels en occultant les défauts de conception de la cuve de Flamanville qui a pris des années de retard pour sa mise en exploitation.
-Les retards pris sur l’ensemble des installations en construction montrent une faiblesse dans la pratique de l’industrie nucléaire en France. Les industriels doivent réapprendre à construire ces équipements car ils ne sont pas au point.
Tout ceci est le résultat de la politique énergétique française et malgré son acharnement à développer le nucléaire, les industriels du secteur connaissent une situation économique et financière est très difficile.
L’État ne cherche toujours pas à régler le problème des déchets et du démantèlement des centrales en fin de vie et à intégrer le prix de la gestion des déchets à KW nucléaire. Car lorsque l’on ajoutera le prix de ces deux aspects, on verra que l’énergie nucléaire nous coûte finalement très cher!
Sans parler des dégâts au niveau écologique. Éviter la catastrophe de Fukushima demandera une étude de 5 à 10 ans avant qu’on soit vraiment capable de se protéger.
Mais Fukushima semble bien avoir été oubliée alors tout va bien ?
Plus sur :
http://www.actu-environnement.com/ae/news/nucleaire-ASN-juge-que-la-situation-est-devenue-preoccupante-apres-une-annee-2016-difficile-28295.php4#xtor=EPR-1

Publié par notre Terre Mère

Les Indiens résistants de Standing Rock

banniere-indiens

Des milliers de « protecteurs de l’eau » protestent de façon non violente dans le Dakota du Nord au camp de la réserve de la tribu de Sioux de Standing Rock.
Ces Indiens militants s’opposent à la construction d’un pipeline de la société « Energy Transfer Partners » qui souhaite relier les grandes plaines à l’Illinois. Ces travaux gigantesque sont très controversés car ils menacent de détruire d’abord plusieurs sites sacrés amérindiens, et aussi de polluer l’eau nécessaire à la survie de la région.
Les autorités ont vraiment décidé de déloger ceux qui campent sur place.

Jusqu’à présent, ils ont été sans pitié ciblant les manifestants avec des canons à eau à des températures en dessous de zéro.
Ils ont pulvérisé du poivre ainsi que du gaz lacrymogène.
Ils ont également grièvement blessé beaucoup de personnes avec des balles en caoutchouc.

Les chiens policiers ont aussi attaqué les manifestants et la semaine dernière ils ont utilisé des avions pour pulvériser des toxines sur les manifestants.

Les manifestants campent sur leurs positions et cela a rendu le mécanisme étatique assez nerveux.

Maintenant, ils veulent évacuer manu militari les manifestants du camp sous prétexte qu’ils ne sont pas en sécurité là-bas. C’est grotesque! Alors qu’eux-mêmes les ont attaqués si brutalement!
Alors s’il vous plaît, posez votre attention sur ces manifestants non-violents qui sont encore ce soir à Standing Rock.

La journée la plus difficile sera le 4 décembre. Il ne faut pas croire les fausses informations venant de l’entreprise du pipeline. N’hésitez pas à consulter le lien suivant qui a d’ailleurs été censuré sur f.book. Pourtant, c’est un simple site d’informations sur ce qui est en train de se passer au Dakota.
http://www.ocetisakowincamp.org/copy-of-home
Sinon des infos en anglais: https://www.theguardian.com/us-news/2016/nov/29/standing-rock-protest-north-dakota-shutdown-evacuation

Voici un appel aux mères et aux grand-mères à s’unir autour du thème de la protection de l’eau:
http://www.grandmotherscouncil.org/statement-from-the-international-council-of-thirteen-indigenous-grandmothers-for-world-water-day-march-22nd-2014
Publié par notre Terre Mère

La nature, c’est le vrai confort

riviere« Par rapport à ce que nous avons en Inde, vous n’avez aucun confort, aucun confort du tout. Je veux dire, si vous demandez à une jeune femme indienne de venir et de s’installer ici aux USA, elle se mettra à pleurer…. Il n’y a pas de division du travail. Or, dans notre pays, en Inde, nous avons des serviteurs, mais être domestique ne signifie pas que nous trichons avec eux. Ils mangent la même nourriture que nous mangeons. Ils vivent de la même façon que nous vivons mais ils font un travail différent parce qu’ils n’ont pas la même capacité mentale qu’un président. Le président fait un autre travail.
Ici, vous n’avez aucun confort, croyez-moi. Votre alimentation, ce sont des aliments transformés. Imaginez, vous pourriez développer un cancer n’importe quand à cause de cette nourriture transformée! Quelle est votre spécialité alors? Essayez de le comprendre. Quel est type de nourriture est-ce ? Ce n’est pas frais, Dieu seul sait comment elle est traitée, comment elle est conservée et d’où elle vient.
Soudain, à Londres, on a dit: « Ne mangez pas ce genre de nourriture, vous voyez, parce qu’il a quelque chose de contaminé dedans. » Ensuite tout le monde s’est précipité dans les magasins, voyez-vous, pour stocker toutes ces choses. Vous ne pouvez pas les obtenir puis vous commencez à les jeter.
C’est une course folle parce que les gens pensent que Dieu seul sait ce que nous mangeons aujourd’hui, c’est vrai ou pas? » Donc, en matière de nourriture, vous êtes nuls.
La meilleure chose c’est de vivre dans les villages ou dans les forêts, pour avoir des fruits frais, les laver à l’eau propre et claire d’une rivière, les déguster assis en profitant du soleil. »
Shri Mataji, USA, 1985

Publié par notre Terre Mère

Un sursis pour les abeilles?

abeille sauvageUne étude anglaise de grande ampleur sur les néonicotinoïdes, c’est à dire dans les champs et non en laboratoire et sur plus de 10 ans, montre très clairement les effets directs de ces pesticides sur la mortalité de tous
pollinisateurs, pas seulement les abeilles.

Ben Woodcock du Centre d’écologie et d’hydrologie (CEH) à Oxfordshire au Royaume-Uni, et ses collègues chercheurs, ont étudié des données de 62 espèces recueillies par des bénévoles, avec plus de 31 818 enquêtes sur plus de 4000 kilomètres carrés de terres.
Ils ont étudié les populations d’abeilles sauvages entre 1994 et 2011. En Angleterre, les agriculteurs ont commencé à pulvériser des néonicotinoïdes sur le colza en 2002. Leurs conclusion, c’est que les néonicotinoïdes augmentent leur mortalité jusqu’à 30 % pour certaines espèces.
C’est donc une confirmation non discutable de leur effet toxique et meurtrier.
Les néonicotinoïdes seront interdits en France en 2018 avec des dérogations jusqu’en 2020.

Mais attention! La nouvelle génération d’insecticides ne comporte pas les néonicotinoïdes tant décriés. Ils sont tout aussi toxiques et viennent d’être agréés par les instances officielles de Bruxelles sans trop de discussions ni d’études sérieuses sur leurs effets négatifs sur les
abeilles…
A surveiller de près.

Plus sur: http://www.nature.com/news/controversial-insecticides-linked-to-wild-bee-declines-1.20446
https://www.newscientist.com/article/2101308-decline-of-wild-bee-species-in-england-linked-to-pesticide-use/
Publié par notre Terre Mère

Le film « Into Eternity »

Demain le 1 mars, sera projeté le film « Into Eternity » de Michael Madsen, à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème).
« Chers amis, L’équipe de la Fondation GoodPlanet est heureuse de vous inviter à la projection gratuite de « Into Eternity » de Michael Madsen, mardi 1 mars à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème Métro L1, L2, L6 ou RER A – Charles de Gaulle Étoile). A l’issue de la projection, nous accueillerons :
– Patrick Charton, directeur adjoint de la maîtrise des risques et responsable du programme mémoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs,
– Yannick Rousselet, responsable Climat Énergie au sein de Greenpeace,
– Isabelle Jouette, porte-parole de la Société française de l’énergie nucléaire. Ils échangeront avec la salle sur la question de la mémoire de l’enfouissement des déchets radioactifs ainsi que sur des enjeux énergétiques en France.
L’entrée est libre et gratuite sur réservation – dans la limite des places disponibles, nous espérons vous y voir nombreux.
Amicalement, Yann Arthus-Bertrand »

Pour ceux qui ne pourrons pas y assister, vous pouvez voir le film sur le site de la fondation de Yann Arthus-Bertrand:
le film « Into Eternity »
Publié par notre Terre Mère

le site web « Ah la vache » d’Arnaud Billon

Arnaud Billon est aujourd’hui un agriculteur heureux, et oui c’est possible! Il vit dans le Perche ornais où il a repris l’exploitation familiale d’élevage de vaches.
En fait, avant de créer son site Ah la vache pour concrétiser son envie de changer d’agriculture, Arnaud Billon produisait à perte, même avec les subventions : il faut dire que son intermédiaire c’était la grande distribution dont on connaît les marges.
Une agriculture à perte? Invivable.
Donc il a repensé sa façon de travailler. il a voulu supprimer tous ces intermédiaires qui s’engraissaient sur son dos et diminuaient toujours le prix d’achat de sa viande. Il a d’abord proposé aux membres de sa famille et à ses amis d’acheter sa viande, qui en ont parlé à leur tout à leurs amis et ainsi de suite. Deux ans après, il a créé le site Ah la vache.

Cette année, pour la première fois il a gagné de l’argent! Son but st de fédérer d’autres agriculteurs, producteurs de volaille et de légumes de saison afin qu’ils reprennent le concept et puissent eux aussi vendre directement à leurs clients.

Ils sous-traitent les services d’un abattoir, car c’est la loi et d’un équarrisseur, car ce n’est pas son travail. Par contre, ils livrent eux-même la viande qui leur revient en sachet pour garder le lien avec leur clientèle, pour pouvoir les conseiller sur la façon de cuisiner leur produits. Leur prix sont identiques à n’importe quel boucher ou à une marque de viande connue de la grande distribution.

Ils ne vendent pas à plus de 200kms de leur ferme. Faut-il dire que les vaches se nourrissent d’herbe et paissent dans les prés de Normandie? Que les autres volailles et légumes sont élevés et cultivés dans les règles de l’art, comme « avant »?

Arnaud Billon n’a pas l’intention de s’agrandir ni d’ouvrir son site aux rosses exploitation. Son but c’est d’être un agriculteur heureux. Il a aujourd’hui 29 ans. Espérons que la nouvelle génération d’agriculteur soit plus maître de son propre travail et soutenons l’initiative de gens gens aussi respectueux de la nature.

Publié par notre Terre Mère