Archives de Catégorie: développement durable

Ne soyons pas esclaves des machines

« L’environnement est un problème urgent. L’existence même des êtres humains est maintenant menacée. Les gens sont maintenant conscients des dommages causés à l’environnement et de l’appauvrissement de la couche d’ozone. Pourquoi avons-nous encore des pluies acides? Pourquoi avons-nous souvent des problèmes climatiques désastreux dans le monde? Nous devons trouver les réponses à ces problèmes.
Il est extraordinaire de voir que dans le monde développé, aujourd’hui, vous ne pouvez pas être sûrs d’obtenir une bonne nourriture à manger. Chaque jour, on a une nouvelle frayeur concernant la salmonelle ou un nouveau produit est mis sur la liste des aliments interdits.
Alors maintenant, l’intoxication alimentaire est devenue un problème très grave. Qu’est-ce que cela signifie?
Il nous faut savoir que c’est l’extrême du développement industriel, par lequel nous sommes devenus les esclaves des machines. Les machines sont créées pour notre propre usage et pourtant nous sommes devenus les victimes des machines.
Nous devons changer l’équilibre entre les biens manufacturés et ceux faits main et simplement, utiliser plus de choses naturelles. Les machines créent des choses comme les plastiques, qui n’ont pas de vibrations naturelles et qui sont réellement nuisibles aux êtres humains. Mais, comment y parvenir ? C’est là le problème. Comment réduire la consommation de ces choses inutiles, comme le plastique, dans notre vie quotidienne? »

Shri Mataji, 1989

A nous de changer nos habitudes… Déjà en 1989, l’environnement était un problème, qu’avons-nous fait en plus de 25 ans?
Publié par notre Terre Mère

Énergie nucléaire française : situation préoccupante

energie-nucleaire

L’ASN qui contrôle les centrales trouve la situation préoccupante à court terme.
Cette année 2016, ils ont découvert plusieurs problèmes majeurs:
-Pour une dizaine de réacteurs, il y a des dépôts de carbone au fond des cuves qui nécessiteraient leur arrêt (d’où l’inquiétude actuelle pour passer les pics de froid), défaut considéré comme venant de la conception elle-même.
-L’ASN a de plus découvert chez Areva des dossiers d’anomalies cachés. Ils ont mis de côté des résultats non conformes et cela ressemble bien à des falsifications… d’ailleurs la justice est saisie de ces dossiers !
-EDF a pris des risques industriels en occultant les défauts de conception de la cuve de Flamanville qui a pris des années de retard pour sa mise en exploitation.
-Les retards pris sur l’ensemble des installations en construction montrent une faiblesse dans la pratique de l’industrie nucléaire en France. Les industriels doivent réapprendre à construire ces équipements car ils ne sont pas au point.
Tout ceci est le résultat de la politique énergétique française et malgré son acharnement à développer le nucléaire, les industriels du secteur connaissent une situation économique et financière est très difficile.
L’État ne cherche toujours pas à régler le problème des déchets et du démantèlement des centrales en fin de vie et à intégrer le prix de la gestion des déchets à KW nucléaire. Car lorsque l’on ajoutera le prix de ces deux aspects, on verra que l’énergie nucléaire nous coûte finalement très cher!
Sans parler des dégâts au niveau écologique. Éviter la catastrophe de Fukushima demandera une étude de 5 à 10 ans avant qu’on soit vraiment capable de se protéger.
Mais Fukushima semble bien avoir été oubliée alors tout va bien ?
Plus sur :
http://www.actu-environnement.com/ae/news/nucleaire-ASN-juge-que-la-situation-est-devenue-preoccupante-apres-une-annee-2016-difficile-28295.php4#xtor=EPR-1

Publié par notre Terre Mère

Tout un État en culture bio, un rêve? Non!

sikkim-1

Aujourd’hui en Inde, vous trouverez un État où chaque ferme, dans tous les domaines, produisant tous les légumes, cultive du bio!
Sikkim est le premier État à recevoir la certification biologique à 100%. 

C’est un petit État mais ses 75.000 hectares de terres agricoles et ses 66.000 agriculteurs ont banni les OGM, les pesticides et les engrais chimiques.
Cela a mis treize ans à devenir entièrement bio, dès que la « Mission Organic Sikkim » a démarré son plan d’action en 2003. Progressivement, les subventions pour les engrais et les pesticides chimiques ont été retirées, ce qui a augmenté la participation de l’agriculture biologique. Les agriculteurs Sikkim ont acheté la certification biologique, car en n’étant plus asservis à Monsanto, ils ont pu économiser 33.000 roupies chacun (soit environ 495 $).sikkim-3
Bien que l’agriculture biologique nécessite beaucoup de main-d’œuvre, elle est rentable: les agriculteurs ne doivent pas acheter de semences OGM coûteuses, ni les intrants synthétiques dont ils ont besoin. La charge annuelle de certification est souvent leur plus grand obstacle.
Situé dans le Nord, le petit état de Sikkim manque actuellement de l’infrastructure nécessaire pour élargir son marché bio; il est enclavé et loin des grandes routes, et ne dispose pas encore d’un circuit de chaîne du froid ou de stockage nécessaire à l’expansion des ventes sur les marchés bios, trop lointains.
L’abandon des OGM gagne également du terrain par le biais d’autres cultures en Inde. Jusqu’à présent, l’Inde a été le plus gros acheteur de semences Monsanto en dehors de l’US, et le plus grand producteur de son coton OGM, mais tout cela pourrait changer avec le changement gouvernemental qui tend à abandonner les cultures génétiquement modifiées. (Même si maintenant Monsanto a été acheté par Bayer)

Les États-Unis sont désormais à la 3ème place des pays ayant le plus de terres agricoles bio dans le monde, derrière l’Australie et de l’Argentine, avec 2,2 millions d’hectares. Mais c’est encore loin de rattraper l’agriculture conventionnelle, c’est 1% des 370 millions d’hectares de terres agricoles américaines.
Note:
Le Sikkim est l’État le moins peuplé de l’Inde et le deuxième plus petit. Il est bordé par le Népal à l’ouest, par la Région autonome du Tibet de Chine au nord et à l’est, et par le Bhoutan au sud-est; l’État indien du Bengale-Occidental borde le Sikkim au sud. La majorité de sa population est d’origine népalaise.
Plus sur: https://food.good.is/articles/india-organic-state
Publié par notre Terre Mère

Un sursis pour les abeilles?

abeille sauvageUne étude anglaise de grande ampleur sur les néonicotinoïdes, c’est à dire dans les champs et non en laboratoire et sur plus de 10 ans, montre très clairement les effets directs de ces pesticides sur la mortalité de tous
pollinisateurs, pas seulement les abeilles.

Ben Woodcock du Centre d’écologie et d’hydrologie (CEH) à Oxfordshire au Royaume-Uni, et ses collègues chercheurs, ont étudié des données de 62 espèces recueillies par des bénévoles, avec plus de 31 818 enquêtes sur plus de 4000 kilomètres carrés de terres.
Ils ont étudié les populations d’abeilles sauvages entre 1994 et 2011. En Angleterre, les agriculteurs ont commencé à pulvériser des néonicotinoïdes sur le colza en 2002. Leurs conclusion, c’est que les néonicotinoïdes augmentent leur mortalité jusqu’à 30 % pour certaines espèces.
C’est donc une confirmation non discutable de leur effet toxique et meurtrier.
Les néonicotinoïdes seront interdits en France en 2018 avec des dérogations jusqu’en 2020.

Mais attention! La nouvelle génération d’insecticides ne comporte pas les néonicotinoïdes tant décriés. Ils sont tout aussi toxiques et viennent d’être agréés par les instances officielles de Bruxelles sans trop de discussions ni d’études sérieuses sur leurs effets négatifs sur les
abeilles…
A surveiller de près.

Plus sur: http://www.nature.com/news/controversial-insecticides-linked-to-wild-bee-declines-1.20446
https://www.newscientist.com/article/2101308-decline-of-wild-bee-species-in-england-linked-to-pesticide-use/
Publié par notre Terre Mère

Le film « Into Eternity »

Demain le 1 mars, sera projeté le film « Into Eternity » de Michael Madsen, à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème).
« Chers amis, L’équipe de la Fondation GoodPlanet est heureuse de vous inviter à la projection gratuite de « Into Eternity » de Michael Madsen, mardi 1 mars à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème Métro L1, L2, L6 ou RER A – Charles de Gaulle Étoile). A l’issue de la projection, nous accueillerons :
– Patrick Charton, directeur adjoint de la maîtrise des risques et responsable du programme mémoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs,
– Yannick Rousselet, responsable Climat Énergie au sein de Greenpeace,
– Isabelle Jouette, porte-parole de la Société française de l’énergie nucléaire. Ils échangeront avec la salle sur la question de la mémoire de l’enfouissement des déchets radioactifs ainsi que sur des enjeux énergétiques en France.
L’entrée est libre et gratuite sur réservation – dans la limite des places disponibles, nous espérons vous y voir nombreux.
Amicalement, Yann Arthus-Bertrand »

Pour ceux qui ne pourrons pas y assister, vous pouvez voir le film sur le site de la fondation de Yann Arthus-Bertrand:
le film « Into Eternity »
Publié par notre Terre Mère

le site web « Ah la vache » d’Arnaud Billon

Arnaud Billon est aujourd’hui un agriculteur heureux, et oui c’est possible! Il vit dans le Perche ornais où il a repris l’exploitation familiale d’élevage de vaches.
En fait, avant de créer son site Ah la vache pour concrétiser son envie de changer d’agriculture, Arnaud Billon produisait à perte, même avec les subventions : il faut dire que son intermédiaire c’était la grande distribution dont on connaît les marges.
Une agriculture à perte? Invivable.
Donc il a repensé sa façon de travailler. il a voulu supprimer tous ces intermédiaires qui s’engraissaient sur son dos et diminuaient toujours le prix d’achat de sa viande. Il a d’abord proposé aux membres de sa famille et à ses amis d’acheter sa viande, qui en ont parlé à leur tout à leurs amis et ainsi de suite. Deux ans après, il a créé le site Ah la vache.

Cette année, pour la première fois il a gagné de l’argent! Son but st de fédérer d’autres agriculteurs, producteurs de volaille et de légumes de saison afin qu’ils reprennent le concept et puissent eux aussi vendre directement à leurs clients.

Ils sous-traitent les services d’un abattoir, car c’est la loi et d’un équarrisseur, car ce n’est pas son travail. Par contre, ils livrent eux-même la viande qui leur revient en sachet pour garder le lien avec leur clientèle, pour pouvoir les conseiller sur la façon de cuisiner leur produits. Leur prix sont identiques à n’importe quel boucher ou à une marque de viande connue de la grande distribution.

Ils ne vendent pas à plus de 200kms de leur ferme. Faut-il dire que les vaches se nourrissent d’herbe et paissent dans les prés de Normandie? Que les autres volailles et légumes sont élevés et cultivés dans les règles de l’art, comme « avant »?

Arnaud Billon n’a pas l’intention de s’agrandir ni d’ouvrir son site aux rosses exploitation. Son but c’est d’être un agriculteur heureux. Il a aujourd’hui 29 ans. Espérons que la nouvelle génération d’agriculteur soit plus maître de son propre travail et soutenons l’initiative de gens gens aussi respectueux de la nature.

Publié par notre Terre Mère

Un coeur – un arbre ou 1 Heart – 1 tree

aebre-coeur

Voici un beau projet de reforestation. L’inspiration de 1 Heart 1 Tree vient d’Amazonie. Depuis 2011, Naziha Mestaoui passe un mois par an au cœur des tribus d’Amazonie au Brésil. Pour eux, un arbre n’est pas uniquement du bois et un moyen de stocker du carbone, c’est aussi une source d’énergie et d’intelligence.
1 Heart 1 Tree a démarré en 2012 sous la forme d’une installation interactive de 9m de large, 1 Beat 1 Tree, présentée à Rio+20, durant le Sommet de la Terre de l’ONU. Depuis, elle a tourné en Europe, en Asie, en Amérique Latine et a permis la plantation de plus de 15000 arbres.
Aujourd’hui l’étape suivante de 1 Heart 1 Tree a pour objectif de transformer la Tour Eiffel et les monuments de Paris en forêts virtuelles, et prévoit une tournée internationale sur les monuments les plus emblématiques de la planète.
1 – Heart 1 Tree est une œuvre d’art qui connecte le virtuel et le réel, la technologie et la nature, vous pouvez créer un arbre virtuel grâce à une application, il poussera dans la réalité dans un programme de reforestation !
2- Nous vous donnerons rendez-vous par email / via l’application pour planter votre arbre virtuel sur la Tour Eiffel, où que vous soyez dans le monde + vous verrez votre arbre en 3D avec votre nom pousser sur la Tour Eiffel au rythme du battement de votre cœur.

arbre-coeur-2

Il y a 5 programmes de plantation:
– Alto Huayabamba au Perou
– Dhamma Rakhsa en Thaïlande
– Mihai Eminescu Trust en Roumanie
– Windsor Downs Nature Reserve en Australie
– Femmes du RIF au Maroc

Soutenez vous aussi le projet et achetez votre arbre virtuel qui se transformera en arbre réel.

Publié par notre Terre Mère

La révolution de Tesla

Tesla

Une batterie pour la maison, avec TESLA

Retenez bien ce nom! C’est celui du fabricant de la plus luxueuse voiture électrique du monde, et aussi la plus performante. Il est en train d’investir 5 milliards de dollars dans une usine de fabrication de *batteries*.
Il est en train de lancer une batterie domestique (la « Powerall ») à 3500 $ pour stocker l’électricité produite par les panneaux solaires et ainsi devenir autonome en électricité.

La consommation des ménages va bientôt échapper à la hiérarchie et au monopole tenu par ERDF,
En moyenne, notre consommation électrique est de 20 % pour l’audiovisuel, 15 % pour l’informatique, 13 % pour l’éclairage. Ces postes reçoivent du 220 volts alternatif qu’il faut transformer en basse tension continue, avec autant de transformateurs gros consommateurs de cuivre. Surtout les lampes l’éclairage LED qui ont un bien meilleur rendement en basse tension. Le photovoltaïque produit du continu basse tension. Si on le stocke tel quel, c’est autant de transformateurs en moins et de pertes en transformations.
Un autre poste très gourmand : le froid qui consomme 23 % de notre facture. Il existe déjà des moteurs basse tension en continu sur batterie (pour les caravanes) qu’il suffirait d’appliquer à nos frigos et congélateurs, assez facilement. C’est donc déjà les 3/4 de notre consommation qui seraient directement concernés, sans avoir à transformer totalement nos appareils. Seul hic : il nous faudra un réseau parallèle basse tension continu…
Et évidemment, ce serait aussi très intéressant pour ceux qui font moins de 100 km par jour en voiture. Ils sont des clients potentiels pour une voiture électrique
autonome par rapport à ERDF !

Le seul obstacle institutionnel au développement : il faudra trouver une autre façon d’imposer des taxes. Mais pour cela, personne ne manque d’imagination !
Plus sur : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/energie-renouvelables-tesla-lance-batterie-domestique-pour-transformer-energie-mondiale-58271/

http://www.consoglobe.com/batterie-maison-powerall-tesla-cg

Louis-Marie pour notre Terre Mère

Pour une meilleure gestion de l’eau ou changer ses croyances pour changer le monde

Écoutons les acteurs du changement au travers de la présentation d’un jeune commercial, qui s’est rendu compte que l’entreprise n’était plus cette « personnes morale agissant pour le bien de la collectivité » telle quelle a été définie, mais une association agissant dans le seul intérêt de ses actionnaires.

Après avoir suivi un séminaire sur Gandhi et la mondialisation mené par la physicienne Vandana Shiva, la première à avoir gagné un procès contre le brevetage du vivant. il comprend l’urgence du problème et la faculté destructrice de grandes multinationales comme Monsanto. Gandhi disait : « soyez le changement que vous voulez voir pour le monde ». Il ne suffit donc pas de dénoncer les erreurs de la société de consommation, encore faut-il mettre en pratique ses convictions.

Un exemple: banques de graine, pour protéger le vivant de la convoitise des multinationales.

L’esprit occidental à l’origine de l’industrialisation, représenté plus ou moins justement par Descartes,  pense que le réel est quantifiable, divisible et que l’homme est séparé de la nature. La vision orientale du monde conçoit l’homme comme faisant partie d’un tout, non séparé de la nature avec une dimension non visible qui est la dimension spirituelle.

Aujourd’hui, la science elle-même ne voit plus le réel comme une chose statique sur laquelle on peut agir, mais comme un monde en mouvement, où toute unité, si infime soit-elle, est en interdépendance. Les astrophysiciens l’ont démontré, les neurosciences montrent aussi que nos états mentaux, émotionnels, influencent la chimie du corps. Idem pour les gènes.

Un exemple: la méditation qui change les ondes cérébrales dès 6 semaines de pratique.

Le monde est en train de changer aujourd’hui et ce qui va le changer davantage, ce n’est pas la politique, l’entreprise, mais l’action de l’homme ordinaire. L’homme ordinaire,  en commençant par changer lui-même, fera changer la société.

Film de Marc de la Ménardière Publié par notre Terre Mère

Le Powercube, Cube à énergie solaire

Image de Ecosphère Technologies

Image de Ecosphère Technologies

Un problème de réseau ?
Le Cube à énergie est une nouvelle station solaire qui peut être transportée par voie aérienne, ferroviaire ou maritime car car il voyage en conteneur ! On peut ensuite l’installer n’importe où !
Développé au cours des sept dernières années par Ecosphère Technologies, une société de technologie aux Etats-Unis, le Cube est complètement autonome, surveillé et contrôlé à distance, d’où son adaptation à des situations extrêmes comme un village isolé de montagne par exemple.
Il peut être fabriqué en trois tailles différentes pour correspondre aux tailles standardisées des conteneurs. Le premier modèle est déjà disponible depuis juin 2014.
Si le temps se gâte, on peut remettre le Cube à l’intérieur du conteneur pour le protéger des intempéries.
L’un des principaux problèmes de conception était de créer de l’énergie à partir d’une surface, somme toute assez petite, qui devait tenir dans un conteneur.
En pliant et superposant les panneaux, le Cube peut produire jusqu’à 400% d’électricité en plus qu’une simple couverture, en panneaux solaires, du toit d’un conteneur. La production est estimée jusqu’à 15 kilowatts, ce qui est suffisant pour alimenter les systèmes de téléphones, d’électricité, les connexions Internet, ou de traitement de l’eau d’une maison.
La conception a été inspirée par une suggestion de Jean-Michel Cousteau, qui siège au conseil d’administration de la société. « Il nous a demandé de trouver des façons d’apporter de l’énergie, de l’eau, et de la communication à des endroits éloignés – comme pour alimenter l’école dans un village de pays en développement – sans l’utilisation d’énergie fossile , a déclaré McGuire  d‘Ecosphère Technologies.
ecos-powercubehumanitarian-application-image
Le premier modèle inclut un générateur d’eau atmosphérique qui tire l’eau de l’air ambiant, et il y a de la place à l’intérieur du dispositif pour une école temporaire, un mini hôpital, ou un lit de repos.
Plus sur :
http://www.fastcoexist.com/3032159/this-pop-up-solar-power-station-can-be-installed-instantly-anywhere-in-the-world#2
Publié par notre Terre Mère