Archives de Catégorie: consommation

Voulez-vous devenir herboriste?

Le monopole de la vente de plantes a été confié aux pharmaciens dès septembre 1941, sous Pétain: on supprimait en France le diplôme d’herboriste pour laisser la belle part à l’industrie pharmaceutique.
Les pharmaciens ont laissé mourir progressivement cette activité en raison du manque de formation et des marges beaucoup plus intéressantes procurées par la vente de molécules chimiques. N’oublions pas que les pharmaciens sont inscrits au registre du commerce et non à celui de la santé!

Devant l’intérêt porté à cette activité et l’absence de législation sur les plantes et la santé, une mission sénatoriale conduite par Joël Labbé veut rétablir un nouveau diplôme d’herboriste.

Dans les prochaines semaines, la mission d’information procèdera à une série d’auditions de producteurs de plantes médicinales, d’herboristes de comptoir et de pharmaciens. Elle devrait rendre son rapport fin septembre.

Évidemment, l’Ordre des Pharmaciens s’oppose fermement à la renaissance de la profession d’herboriste!
Alors à nous de choisir! Si l’on se soigner légalement avec des produits naturels et donner plus d’importance à la médecine ayurvédique en France et en Europe, c’est le moment de soutenir ce projet.

Ce problème est à mettre en parallèle avec celui de la sauvegarde des huiles essentielles en vente libre. En fait, le souhait d’intégrer les plantes dans la classe des médicaments date du plan élaboré en 1941 (et peut-être avant) par les lobbies pharmaceutiques.
D’abord, il y a la législation française qui dit que « tout ce qui n’est pas autorisé est interdit » en matière de santé. Mais pour être autorisés, les produits doivent faire l’objet d’un dossier d’agrément au niveau de l’UE (minimum 500 000 € et de longues années de travail et d’argumentation).

Ensuite, la notion de médicament est très subtile. L’article L. 5111-1 du code de la santé publique française précise: « On entend par médicament toute substances ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives où préventives à l’égard des maladies humaines ou animales ainsi que tout produit pouvant être administré à l’homme ou à l’animal, en vue d’établir le diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions organiques.« 

Cette définition peut s’appliquer à tous les aliments!
Ce que les Pouvoirs Publics veulent faire appliquer, c’est le détail de cette loi: aucune allégation pour les plantes, huiles essentielles et autres qui pourraient les faire classer dans la catégorie des médicaments et alors se voir interdire. Permettre au public d’utiliser librement les plantes ne sera pas remis en cause, mais dire que telle ou telle plante a tels effets sur la santé, cela revient à changer complètement les bases de la législation française et européenne (calquée sur la législation française), et c’est là que se situe le problème!

Par exemple, les carottes sont un aliment. Mais si on dit que les carottes sont dépuratives pour le foie et les reins, qu’elles éliminent les toxines, font baisser le taux de cholestérol, régénèrent le foie après une infection virale, rééquilibrent le système nerveux vago-sympathique intestinal, qu’on peut les utiliser dans les convalescences post-hépatite, le diabète et certaines maladies de la peau, alors les carottes deviennent un médicament!

Si l’on remet dans l’attention des Français et du monde le fait que les médicaments sont, à la base, des plantes, il y aura peut-être plus de respect pour l’écologie aussi. Il y a des gens qui travaillent avec patience et amour à la culture de ces plantes et qui ont un grand respect de la nature. Un diplôme reconnaîtrait leur art.
L’écologie ce n’est pas un grand (gros) mot: cela commence, par exemple, par le tri de ses déchets ménagers….

Essayez-vous aux tisanes de Maurice MESSEGUE, et de lire son livre « Mon herbier de santé» éditeur Laffont Tchou. Par pour vous soigner, bien sûr, pour le plaisir!
Plus sur: https://positivr.fr/mission-information-senat-statut-diplome-herboristerie/?utm_source=wsp&utm_medium=wsp_facebook&utm_campaign=1301_25
Louis-Marie pour notre Terre Mère
Publié par notre Terre Mère

Publicités

Dérèglement du cycle de l’eau

Quelques questions sur l’eau à Riccardo Petrella…
L’eau va être la plus grande richesse qui séparera les hommes et qui créera des situations d’injustices terribles.
L’accès à l’eau est la plus grande cause de séparation et d’inégalités entre les riches et les pauvres: le « vivre ensemble » ne pourra pas s’établir tant que l’eau et l’accès à l’eau ne sera pas partagé.
Ne laissons pas la vie entre les mains des groupes dominants qui sont comme des prédateurs financiers transformant la vie en produit rentable.
« Révoltons-nous » selon Riccardo Petrella.
Publié par notre Terre Mère

Fluor ou pas fluor ?

 

On retrouve le fluor ou fluorure de sodium en grande quantité dans l’eau du réseau, pour certains il est considéré comme un inhibiteur endocrinien.
La raison alors et encore aujourd’hui était de soi- disant protéger les dents des caries. Aujourd’hui, il est prouvé que même si le fluor en petite quantité au moment des formations des dents peux se loger sous les gencives et renforcer l’émail des dents les rendant plus fortes contre les caries, il est aussi montrer qu’en trop grande quantité cela fera l’inverse et créera, entre autre, une porosité de l’émail et attaquera les os.(In: Fluor, un ami qui vous veut du mal).

Il y aurait des témoignages sur l’apparente ‘calcification’ de la glande pinéale liée au fluor… A observer avec discernement.
L’oxyde de titane ne sert pas à remplacer le fluor. Par contre il y en a dans pleins de produits (en gros tous les produits blancs qui ne se mangent pas comme la crème pour la peau ou la peinture, mais aussi comme colorant alimentaire, E171) Il n’y a eu à ma connaissance aucune étude sérieuse et indépendante sur leurs effets.
Par contre on peut trouver facilement du dentifrice sans fluor et sans oxyde de titane dans les supermarchés, ils sont parmi les dentifrices pour enfant.

Si on suit les mises en gardes, il faudrait prendre plus de précautions envers le système endocrinien:
– Changer de nourriture, consommer si ce n’est du bio, une nourriture locale dite ‘raisonnée’ est correcte.
-Privilégier les circuits courts et éviter la nourriture (souvent hors saison) qui vient de l’autre bout du monde, si ce n’est la production commerce équitable.
-Faire soi-même ses produits ménagers et cosmétiques.
Publié par notre Terre Mère

Des couverts comestibles!

Naryana Peesaratry et sa femme Pradnya Keskar ont mis au point des couverts comestibles pour lutter contre la pollution des matières plastiques qui ont envahi notre vie.
Les couverts ne contiennent pas de toxines et ni ne sont cancérogènes, ils sont biodégradables et riche en valeur nutritive si vous les consommez ensuite. En l’espace de 4 à 5 jours ils se biodégradent dans votre compost, mais ne se désagrègent pas au contact de l’eau chaude ou froide.
Ils sont fabriqués avec des farines de céréales, surtout à base de millet, et se déclinent en 3: salé, sucré, neutre. Mais on peut aussi trouver les mélanges gingembre-ail, cannelle-gingembre, poivre salé, sucré à la vanille, etc…

L’Inde consomme environ 120 milliards de cuillères en plastiques chaque année, et passer aux cuillères en millet, c’est une sacrée avancée! Si les couverts sont encore un peu plus chers que le plastique (2 centimes la cuillère), ce n’est qu’une question de volume de production. Narayana Peesapaty s’engage à développer son entreprise et à faire travailler directement les agriculteurs pour être au plus près des matières premières. Pour l’instant, la production reste limitée à l’Inde.

Narayana Peesapaty est le fondateur et directeur général de Bakeys Foods. Peesapaty a étudié la biochimie et la gestion forestière à Bhopal en Inde et a travaillé comme chercheur dans le domaine du développement rural.
Plus tard, il a rejoint l’Institut international de gestion de l’eau à Hyderabad en tant que chercheur principal. En tant que fondateur et directeur général de Bakeys Foods Private Limited, il est un pionnier dans le développement de solutions innovantes pour les problèmes environnementaux.

Plus sur : http://www.bakeys.com/
Publié par notre Terre Mère

Ne soyons pas esclaves des machines

« L’environnement est un problème urgent. L’existence même des êtres humains est maintenant menacée. Les gens sont maintenant conscients des dommages causés à l’environnement et de l’appauvrissement de la couche d’ozone. Pourquoi avons-nous encore des pluies acides? Pourquoi avons-nous souvent des problèmes climatiques désastreux dans le monde? Nous devons trouver les réponses à ces problèmes.
Il est extraordinaire de voir que dans le monde développé, aujourd’hui, vous ne pouvez pas être sûrs d’obtenir une bonne nourriture à manger. Chaque jour, on a une nouvelle frayeur concernant la salmonelle ou un nouveau produit est mis sur la liste des aliments interdits.
Alors maintenant, l’intoxication alimentaire est devenue un problème très grave. Qu’est-ce que cela signifie?
Il nous faut savoir que c’est l’extrême du développement industriel, par lequel nous sommes devenus les esclaves des machines. Les machines sont créées pour notre propre usage et pourtant nous sommes devenus les victimes des machines.
Nous devons changer l’équilibre entre les biens manufacturés et ceux faits main et simplement, utiliser plus de choses naturelles. Les machines créent des choses comme les plastiques, qui n’ont pas de vibrations naturelles et qui sont réellement nuisibles aux êtres humains. Mais, comment y parvenir ? C’est là le problème. Comment réduire la consommation de ces choses inutiles, comme le plastique, dans notre vie quotidienne? »

Shri Mataji, 1989

A nous de changer nos habitudes… Déjà en 1989, l’environnement était un problème, qu’avons-nous fait en plus de 25 ans?
Publié par notre Terre Mère

Mangez vos citrons congelés!

citron-congeles

Les citrons contiennent des antioxydants qui peuvent aider dans le traitement de nombreux problèmes de santé. Mais la meilleure partie du citron, comme pour beaucoup de fruits, c’est la peau (le zeste) et la partie juste en dessous (la moelle).
Le zeste contient 5 à 10 fois plus de vitamines que le jus. Selon le Dr Marilyn Glenville, la plupart des antioxydants sont inclus dans le zeste et la moelle du citron, plutôt que de la pulpe.
On y trouve des éléments nutritifs qui ont un grand potentiel pour détruire les déchets toxiques de l’organisme. Il stimule le système immunitaire, c’est-à-dire protège des rhumes et autres virus. Il normalise le taux de cholestérol et réduit le « mauvais » cholestérol: le fait de consommer 75 grammes de citron par jour permet de perdre du poids de manière saine.
Le citron a des effets antimicrobiens et prévient les infections causées par des champignons, des bactéries, et les parasites. Il contient de la pectine, de la vitamine C, des flavonoïdes, comme la tangéritine, au total plus de 22 composants différents, capables de freiner l’oxydation cellulaire.

Voici l’ astuce pour tirer le meilleur du citron :
-Congelez des citrons bio tout entiers. Les citrons non bio contiennent tout un tas de pesticides qui seraient vraiment néfastes à la santé.
-Lavez-les avec de l’eau et un mélange de bicarbonate de soude et de vinaigre d’alcool. (Une cuillère à café rase de bicarbonate, 2 à 3 cuillères à soupe de vinaigre pour 1/2 litre)
-Séchez-les soigneusement.
-Mettez les citrons au congélateur pendant une nuit.
Il suffit ensuite de les râper entièrement, c’est-à-dire la zeste, la pulpe et même les graines. Vous pouvez les mettre dans des bacs à glaçons pour les stocker au congélateur.
Les citrons congelés peuvent être rajoutés aux soupes, salades, yaourts, se consommer en jus de fruits et avec le thé, ou en smoothie.

Remarque: Consommer des zestes de citrons aide d’une façon indirecte à lutter contre le cancer, mais dire qu’ils seraient plus efficaces que la chimiothérapie n’a jamais été prouvé jusqu’ici. L’“Institute of Health Sciences” de Baltimore qui serait à l’origine de ces dires n’a en fait aucun article sur ces soi-disant études scientifiques. Cependant, la pectine d’agrumes modifiée (MCP) qui est un glucide trouvé dans les écorces d’agrumes modifiées, peut être absorbée dans le tractus intestinal. À l’état naturel, la pectine est une fibre diététique indigeste. Des études chez l’animal ont révélé que le MCP peut inhiber la propagation du cancer de la prostate, du sein et de la peau à d’autres organes. Le MCP rend difficile aux les cellules cancéreuses l’action de se propager, même si elle n’a aucun impact sur la tumeur initiale. Cependant, il n’y a pratiquement pas d’information sur l’efficacité du MCP chez l’homme.

Plus sur: http://www.stopcancerfund.org/pz-diet-habits-behaviors/do-lemons-prevent-cancer/

Plus sur la démarche de vie saine : http://www.marilynglenville.com/

Publié par notre Terre Mère

La nature, c’est le vrai confort

riviere« Par rapport à ce que nous avons en Inde, vous n’avez aucun confort, aucun confort du tout. Je veux dire, si vous demandez à une jeune femme indienne de venir et de s’installer ici aux USA, elle se mettra à pleurer…. Il n’y a pas de division du travail. Or, dans notre pays, en Inde, nous avons des serviteurs, mais être domestique ne signifie pas que nous trichons avec eux. Ils mangent la même nourriture que nous mangeons. Ils vivent de la même façon que nous vivons mais ils font un travail différent parce qu’ils n’ont pas la même capacité mentale qu’un président. Le président fait un autre travail.
Ici, vous n’avez aucun confort, croyez-moi. Votre alimentation, ce sont des aliments transformés. Imaginez, vous pourriez développer un cancer n’importe quand à cause de cette nourriture transformée! Quelle est votre spécialité alors? Essayez de le comprendre. Quel est type de nourriture est-ce ? Ce n’est pas frais, Dieu seul sait comment elle est traitée, comment elle est conservée et d’où elle vient.
Soudain, à Londres, on a dit: « Ne mangez pas ce genre de nourriture, vous voyez, parce qu’il a quelque chose de contaminé dedans. » Ensuite tout le monde s’est précipité dans les magasins, voyez-vous, pour stocker toutes ces choses. Vous ne pouvez pas les obtenir puis vous commencez à les jeter.
C’est une course folle parce que les gens pensent que Dieu seul sait ce que nous mangeons aujourd’hui, c’est vrai ou pas? » Donc, en matière de nourriture, vous êtes nuls.
La meilleure chose c’est de vivre dans les villages ou dans les forêts, pour avoir des fruits frais, les laver à l’eau propre et claire d’une rivière, les déguster assis en profitant du soleil. »
Shri Mataji, USA, 1985

Publié par notre Terre Mère

le site web « Ah la vache » d’Arnaud Billon

Arnaud Billon est aujourd’hui un agriculteur heureux, et oui c’est possible! Il vit dans le Perche ornais où il a repris l’exploitation familiale d’élevage de vaches.
En fait, avant de créer son site Ah la vache pour concrétiser son envie de changer d’agriculture, Arnaud Billon produisait à perte, même avec les subventions : il faut dire que son intermédiaire c’était la grande distribution dont on connaît les marges.
Une agriculture à perte? Invivable.
Donc il a repensé sa façon de travailler. il a voulu supprimer tous ces intermédiaires qui s’engraissaient sur son dos et diminuaient toujours le prix d’achat de sa viande. Il a d’abord proposé aux membres de sa famille et à ses amis d’acheter sa viande, qui en ont parlé à leur tout à leurs amis et ainsi de suite. Deux ans après, il a créé le site Ah la vache.

Cette année, pour la première fois il a gagné de l’argent! Son but st de fédérer d’autres agriculteurs, producteurs de volaille et de légumes de saison afin qu’ils reprennent le concept et puissent eux aussi vendre directement à leurs clients.

Ils sous-traitent les services d’un abattoir, car c’est la loi et d’un équarrisseur, car ce n’est pas son travail. Par contre, ils livrent eux-même la viande qui leur revient en sachet pour garder le lien avec leur clientèle, pour pouvoir les conseiller sur la façon de cuisiner leur produits. Leur prix sont identiques à n’importe quel boucher ou à une marque de viande connue de la grande distribution.

Ils ne vendent pas à plus de 200kms de leur ferme. Faut-il dire que les vaches se nourrissent d’herbe et paissent dans les prés de Normandie? Que les autres volailles et légumes sont élevés et cultivés dans les règles de l’art, comme « avant »?

Arnaud Billon n’a pas l’intention de s’agrandir ni d’ouvrir son site aux rosses exploitation. Son but c’est d’être un agriculteur heureux. Il a aujourd’hui 29 ans. Espérons que la nouvelle génération d’agriculteur soit plus maître de son propre travail et soutenons l’initiative de gens gens aussi respectueux de la nature.

Publié par notre Terre Mère

Comment se débarrasser des mouches d’une façon naturelle ?

mouche

Si vous n’avez pas de caméléon chez vous comment faire ?
La plante la plus citée contre les mouches et les moucherons, c’est le basilic. Son odeur les repousse, mais encore faut-il la supporter soi-même. (Idem pour la menthe.)
Mais il faut absolument la disposer à l’extérieur, sur les fenêtres ou juste devant la porte, sinon, les mouches entrent quand même car il semble qu’elles soient plus attirées par le terreau humide des plantes qu’elles en sont repoussées par l’odeur. Bref son efficacité semble limitée.
Donc le plus simple serait de vous concocter un mélange d’huiles essentielles de citronnelle, de basilic, de lavande, et de thym et de le mettre dans un vaporisateur.

anti-mouche

Devant votre porte, accrochez des rideaux de chaînes en aluminium anodisé qui en plus, reflètent la lumière. Cela évitera qu’elles entrent au fur et à mesure de vos allées et venues. C’est efficace mais assez cher. Environ 200 euros.

Une autre nécessité : lavez bien toutes les surfaces de la cuisine plusieurs fois dans la journée, comme la table, le plan de travail, car les surfaces propres mais non désinfectées attirent beaucoup les mouches et les guêpes. Mettez au frais vos fruits.

Attirez-les à l’extérieur.
Faites des petits pièges avec un pot de confiture dont vous aurez troué le couvercle, rempli de vinaigre de cidre ou le cas échéant, du vinaigre d’alcool, l’odeur les attire. Vous pouvez aussi simplement placer quelques coupelles aux fenêtres, à l’extérieur.
On peut se procurer dans une jardinerie ou chez un pépiniériste, un sac de fertilisant à base de chaux et de poisson séché. Mettez ce mélange dans un sac à l’écart de la maison, faites des trous assez gros pour laisser entrer les mouches Il va pourrir progressivement et devenir un met de choix pour les mouches.

Si le problème est trop difficile, couplez ces méthodes douces avec un spray à la pyréthrine, molécule tirée de la fleur de chrysanthème. Choisissez une bombe de pulvérisation bio car certaines sociétés y ajoutent des produits chimiques. Pulvérisez le produit sur les rideaux et sur le pourtour de la porte en priorité. Mais attention, même si cet insecticide est naturel, utilisez-le avec précaution et modération, car il est toxique et très agressif pour les chats.
Publié par notre Terre Mère

La révolution de Tesla

Tesla

Une batterie pour la maison, avec TESLA

Retenez bien ce nom! C’est celui du fabricant de la plus luxueuse voiture électrique du monde, et aussi la plus performante. Il est en train d’investir 5 milliards de dollars dans une usine de fabrication de *batteries*.
Il est en train de lancer une batterie domestique (la « Powerall ») à 3500 $ pour stocker l’électricité produite par les panneaux solaires et ainsi devenir autonome en électricité.

La consommation des ménages va bientôt échapper à la hiérarchie et au monopole tenu par ERDF,
En moyenne, notre consommation électrique est de 20 % pour l’audiovisuel, 15 % pour l’informatique, 13 % pour l’éclairage. Ces postes reçoivent du 220 volts alternatif qu’il faut transformer en basse tension continue, avec autant de transformateurs gros consommateurs de cuivre. Surtout les lampes l’éclairage LED qui ont un bien meilleur rendement en basse tension. Le photovoltaïque produit du continu basse tension. Si on le stocke tel quel, c’est autant de transformateurs en moins et de pertes en transformations.
Un autre poste très gourmand : le froid qui consomme 23 % de notre facture. Il existe déjà des moteurs basse tension en continu sur batterie (pour les caravanes) qu’il suffirait d’appliquer à nos frigos et congélateurs, assez facilement. C’est donc déjà les 3/4 de notre consommation qui seraient directement concernés, sans avoir à transformer totalement nos appareils. Seul hic : il nous faudra un réseau parallèle basse tension continu…
Et évidemment, ce serait aussi très intéressant pour ceux qui font moins de 100 km par jour en voiture. Ils sont des clients potentiels pour une voiture électrique
autonome par rapport à ERDF !

Le seul obstacle institutionnel au développement : il faudra trouver une autre façon d’imposer des taxes. Mais pour cela, personne ne manque d’imagination !
Plus sur : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/energie-renouvelables-tesla-lance-batterie-domestique-pour-transformer-energie-mondiale-58271/

http://www.consoglobe.com/batterie-maison-powerall-tesla-cg

Louis-Marie pour notre Terre Mère