Oh, grand Esprit, par Yellow Lark

« Oh, grand Esprit

Dont j’entends la voix dans le vent,
Et dont le souffle donne vie à tout le monde,
Écoutez-moi, je suis petit et faible,
J’ai besoin de votre force et de votre sagesse.
Laissez-moi marcher dans la beauté
Et faites que mes yeux se souviennent à jamais
du coucher de soleil rouge et violet.

Faites que mes mains respectent les choses que vous avez créées
Et rendez que mes oreilles aiguisées pour entendre votre voix.
Rendez-moi sage pour que je puisse comprendre ce que vous avez appris à mon peuple.
Laissez-moi apprendre les leçons que vous avez cachées dans chaque feuille et rocher.

Je cherche la force, pour ne pas être plus grand que mon frère,
mais pour combattre mon plus grand ennemi qui est moi-même.
Faites que je sois toujours prêt à venir à vous
avec des mains propres et des yeux droits.
Alors, quand la vie s’estompera comme que le coucher du soleil,
faites que mon Esprit vienne à vous sans honte. »

Traduit par le chef Sioux du Lakota, Yellow Lark, en 1887.

Publié dans « Native American Prayers » par l’Église épiscopale.

Oh, Great Spirit
Whose voice I hear in the winds,
And whose breath gives life to all the world,
hear me, I am small and weak, I need your strength and wisdom.
Let me walk in beauty and make my eyes ever behold
the red and purple sunset.
Make my hands respect the things you have made and my ears sharp to hear your voice.
Make me wise so that I may understand the things you have taught my people.
Let me learn the lessons you have hidden in every leaf and rock.

I seek strength, not to be greater than my brother,
but to fight my greatest enemy – myself.
Make me always ready to come to you with clean hands and straight eyes.
So, when life fades, as the fading sunset, my Spirit may come to you without shame.

Plus sur: http://www.sapphyr.net/natam/quotes-nativeamerican.htm
Publié par notre Terre Mère

Warriors of the Rainbow

warriors
L’une des prophéties majeures du livre « Warriors of the Rainbow » est l’histoire d’une vieille grand-mère indienne nommée « Eyes of Fire », Yeyx de feu. Lorsque le petit-fils d’Eyes of Fire lui a demandé pourquoi le Grand-Père dans le ciel avait autorisé les hommes blancs à prendre leurs terres, Eyes of Fire a expliqué que tout cela faisait partie d’un plus grand plan cosmique.

nitialement, les Indiens seraient vaincus et humiliés par les colonisateurs blancs. À long terme, cependant, cela se révélerait bénéfique, car la conquête de l’homme blanc allait débarasser les Indiens de leur ego mal placé pour les amener à s’interroger sur eux-mêmes et à se préparer pour le « grand réveil ».

Un arc-en-ciel spectaculaire signifierait alors l’arrivée d’une tribu de guerriers. Cet arc-en-ciel répandrait l’amour et la joie aux autres et œuvrerait à créer une nouvelle civilisation spirituelle qui créera la beauté par son souffle même. Elle rendra la clarté aux eaux des rivières claires, reconstruira des forêts et des parcs là où il y a maintenant des déserts et des bidonvilles, et ramenera les fleurs sur les coteaux.

Cette histoire se trouve dans le livre « Warriors of the Rainbow« qui est une compilation de prophéties et de mythes amérindiens. Ils ont été recueillis par William Willoya, un Indien d’Alaska qui a visité des dizaines de tribus à travers le nord-ouest et réécrits par  Vinson Brown, un écrivain expert en culture amérindienne.

Publié par notre Terre Mère

Les Sioux de Standing Rock n’ont pas dit leur dernier mot

Le juge fédéral James Boasberg de Washington a déclaré, dans une décision de 91 pages que, bien que le Corps de l’armée respecte sensiblement la Loi nationale sur la politique de l’environnement, les permis fédéraux délivrés pour le pipeline ont violé la loi à certains égards, disant car ils n’ont pas suffisamment considéré les répercussions d’un déversement de pétrole sur les droits de pêche et de chasse ou sur la justice environnementale ».

Les travaux du pipeline n’ont pas été suspendus, mais cela pourrait se faire ultérieurement. « Pour remédier à ces violations, le Corps devra reconsidérer ces sections de son analyse environnementale sur la détention provisoire de la Cour », a déclaré le juge.>/p>

« Nous applaudissons les tribunaux de protéger nos lois et règlements indépendamment d’une influence politique excessive et demanderons à la Cour de fermer immédiatement les opérations de pipelines » a déclaré le président de Standing Rock Sioux, Dave Archambault.

Mais attention ce n’est pas encore gagné!

« Nous pensons que le Corps pourrait être en mesure de persuader le tribunal de permettre à Dakota Access de continuer à fonctionner pendant que les omissions sont adressées et le tribunal les examine pour l’adéquation », ont-ils écrit.

On se souvient que le président Donald Trump, les jours suivant son investiture, avait ordonné le délogement des manifestants et la reprise des travaux du pipeline. Mais les tribus et des groupes environnementaux avaient porté plainte en allégeant qu’il n’avait pas fait un examen environnemental adéquat.

En février dernier, le Corps d’ingénieurs de l’armée avait semblé mettre un terme à la résistance en accordant de terminer le tracé controversé du pipeline. Après plusieurs mois de manifestations, les tribus sioux à Standing Rock Sioux et les militants du climat avaient été chassés. La compagnie pipelinière avait enfin reçu son permis final pour creuse un tunnel sous le lac Oahe, réservoir qui fait partie de la rivière Missouri.

Leurs premiers arguments avaient été rejetés par le tribunal: la construction menaçait des sites sacrés et la présence de pétrole dans le pipeline nuirait aux eaux sacrées.

Mais aujourd’hui, il y a encore de l’espoir !

Plus sur: https://www.reuters.com/article/us-northdakota-pipeline-dapl-idUSKBN19538I
Photo prise à Standing Rock Indian Reservation, North Dakota, en novembre 2016
Publié par notre Terre Mère

Amérindiens, une bataille de perdue mais pas la guerre

standing-rock-camp

Les protecteurs d’eau, les « water protectors », ont préféré brûler le reste de leur camp avant de s’en aller. Mais le camp de prières de Standing Rock a déjà été fermé depuis quelques jours.

La plupart des protecteurs d’eau sont partis. Le conseil tribal avait demandé aux gens de partir depuis quelque temps. Il y a toujours le danger d’inondations avec la fonte des neiges et le débordement possible du Missouri.
De plus, le conseil tribal voulait que le camp soit respectueux de l’environnement et il voulait que la zone soit nettoyée dès que possible. Le camp est donc calme et les quelques personnes qui ont refusé de partir ont été emmenées en prison par la police.

Mais soyez assuré que la bataille n’est pas terminée et que les Amérindiens et tous leurs partisans n’abandonnent pas!
Le camp s’est reformé dans d’autres zones de la réserve indienne. Les procès se produisent contre les abus de pouvoir du gouvernement américain.
Le procès le plus important est en cours de préparation par les Indiens Oglala Sioux de Pine Ridge, prouvant avec des documents historiques et des traités passés avec le gouvernement fédéral, que la construction du pipeline viole toutes les lois fédérales, . Il ne faut continuer de se renseigner sur ces procès. Le plus belles batailles ne se gagnent pas sur le court terme.
Espérons que le gouvernement américain se réveille et accepte sa responsabilité morale dans le génocide des Amérindiens et qu’il demande pardon au nom du peuple américain ce qui n’a jamais été accompli. En politique non plis la culpabilité ne fait pas avancer, mais les excuses permettent d’aller de l’avant.
Plus sur: http://www.telerama.fr/monde/standing-rock-le-combat-des-indiens-lakotas-s-acheve-dans-les-flammes,154541.php

Publié par notre Terre Mère

Turtle Island, le nom Indien de l’Amérique

standing-rock-indienne-lakota

Il existe une prophétie chez les tribus indiennes appelée La septième génération, qui vient du chef indien du Lakota, Crazy Horse. Elle parle de l’époque située à sept générations suivant le premier contact avec les Européens, où les jeunes Indiens d’Amérique se rallieront à toutes les races pour promulguer une nouvelle ère de guérison et de renaissance pour la Turtle Island (l’île de la Tortue) c’est à dire l’Amérique.
Le chef indien du Lakota, Crazy Horse, a parlé de sa vision avec les mots suivants:
«Au-delà de la souffrance, la nation des Peaux Rouges se relèvera et elle sera une bénédiction pour un monde malade. Un monde rempli de promesses brisées, d’égoïsme et de divisons. Un monde aspirant de nouveau à la lumière de nouveau. Je vois un temps, après sept générations, où toutes les couleurs de l’humanité se rassembleront sous l’arbre sacré de la Vie et où la Terre entière redeviendra un cercle. En ce jour, il y aura des Indiens du Lakota qui porteront la connaissance et la compréhension de l’unité entre tous les êtres vivants, et les jeunes Blancs viendront à ceux-là pour demander la sagesse.»
Des jeunes gens comme Lakota Phillip Wright croient que le message de Crazy Horse décrit ce qui se passe aujourd’hui à Standing Rock. Jusqu’à présent, Standing Rock a vu des visiteurs venir du Tibet, du Japon et de la Nouvelle-Zélande pour offrir de l’aide. Même les derniers autochtones européens, la tribu Sami, a envoyé des représentants.
«C’était un mal nécessaire», dit Lakota Phillip Wright. «une chose énorme comme ça, pour changer le monde. Je pense que c’est la façon dont nous pouvons changer le monde – en réunissant tout le monde. La Nation Jaune, la Nation Rouge, la Nation Noire et la Nation Blanche se sont toutes rassemblées. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que les quatre-là se réunissent. »
Il a raison: ce rassemblement de nations est sans précédent dans l’histoire des Amérindiens. L’histoire est en train de s’écrire.

Oglala Lakota, Brandon Iron Hawk dit : «Nous allons défendre notre peuple pour protéger notre terre sacrée et notre eau. Nous sommes tous venus ici pour cette raison….Je veux prier pour eux aussi », a-t-il ajouté en montrant la police. «Parce que qui sait, peut-être au plus profond de leur être, ils ne veulent pas nous faire ça. Mais c’est leur travail, parce qu’ils ont une famille à soutenir. Nous ne sommes pas ici dans la colère, nous sommes ici dans la paix et la prière. »

Personne au camp ne veut vraiment penser à la possibilité du pipeline traversant la rivière. Mais il y a certainement un sentiment que quelque chose de plus grand se produit. Cette histoire est celle d’une voix singulière composée de la voix de nombreuses personnes, unies pour un idéal que les voix autochtones chantent depuis des millénaires.

«Même si nous ne pouvons pas arrêter ce pipeline», dit Wright, «nous avons déjà gagné. Parce que nous avons ouvert les yeux de tout le monde. »

Plus sur : https://www.theguardian.com/us-news/2016/nov/30/standing-rock-indigenous-people-history-north-dakota-access-pipeline-protest
Pour en apprendre davantage sur la sitation des Indiens d’Amérqiue :
https://www.theguardian.com/us-news/2016/dec/08/standing-rock-dakota-pipeline-transformation-stories
Publié par notre Terre Mère

Seattle, le respect de la Terre Mère

Le Chef Seattle, ou « Seathl » vient des tribus amérindiennes Suquamish par son père et Duwamish par sa mère. Il est né vers 1786 sur l’île Blake dans l’État de Washington, et mort le 7 juin 1866 dans la réserve Suquamish de Port Madison à Washington. La ville de Seattle porte son nom en hommage.
« En 1854, le chef Seattle des tribus du Nord-Ouest remit solennellement son territoire et son peuple à la souveraineté des États-Unis. Le discours qu’il prononça à cette occasion a servi un siècle plus tard d’inspiration au mouvement écologiste qui l’a réinterprété de façon particulièrement percutante. Le chef s’adresse, de façon plus pressante que jamais, aux descendants des colons blancs que nous sommes :
« Enseignez à vos enfants ce que nous avons enseigné aux nôtres, que la terre est notre mère. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre. Si les hommes crachent sur le sol, ils crachent sur eux-mêmes.
La terre n’appartient pas à l’homme ; l’homme appartient à la terre. Cela nous le savons. Toutes les choses se tiennent, comme le sang qui unit une même famille. Toutes les choses se tiennent. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre. » »
David Servan-schreiber, Anticancer, prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles,
Pocket évolution, 2007 ; ISBN : 978 2 266 18332 1
www.guerir.fr
publié par notre Terre Mère

Un coeur – un arbre ou 1 Heart – 1 tree

aebre-coeur

Voici un beau projet de reforestation. L’inspiration de 1 Heart 1 Tree vient d’Amazonie. Depuis 2011, Naziha Mestaoui passe un mois par an au cœur des tribus d’Amazonie au Brésil. Pour eux, un arbre n’est pas uniquement du bois et un moyen de stocker du carbone, c’est aussi une source d’énergie et d’intelligence.
1 Heart 1 Tree a démarré en 2012 sous la forme d’une installation interactive de 9m de large, 1 Beat 1 Tree, présentée à Rio+20, durant le Sommet de la Terre de l’ONU. Depuis, elle a tourné en Europe, en Asie, en Amérique Latine et a permis la plantation de plus de 15000 arbres.
Aujourd’hui l’étape suivante de 1 Heart 1 Tree a pour objectif de transformer la Tour Eiffel et les monuments de Paris en forêts virtuelles, et prévoit une tournée internationale sur les monuments les plus emblématiques de la planète.
1 – Heart 1 Tree est une œuvre d’art qui connecte le virtuel et le réel, la technologie et la nature, vous pouvez créer un arbre virtuel grâce à une application, il poussera dans la réalité dans un programme de reforestation !
2- Nous vous donnerons rendez-vous par email / via l’application pour planter votre arbre virtuel sur la Tour Eiffel, où que vous soyez dans le monde + vous verrez votre arbre en 3D avec votre nom pousser sur la Tour Eiffel au rythme du battement de votre cœur.

arbre-coeur-2

Il y a 5 programmes de plantation:
– Alto Huayabamba au Perou
– Dhamma Rakhsa en Thaïlande
– Mihai Eminescu Trust en Roumanie
– Windsor Downs Nature Reserve en Australie
– Femmes du RIF au Maroc

Soutenez vous aussi le projet et achetez votre arbre virtuel qui se transformera en arbre réel.

Publié par notre Terre Mère

Quand avez-vous arrêter de danser?

angeles-photo« Dans de nombreuses sociétés chamanes, si vous allez voir une personne médecin pour vous plaindre d’être découragé, démoralisé ou déprimé, ils vous poseront l’une de ces quatre questions:
« -Quand avez-vous arrêté de danser?
-Quand avez-vous cessé de chanter?
-Quand avez-vous cessé d’être enchanté par les histoires?
-Quand avez-vous cessé d’être réconforté par le tendre royaume du silence?  »
Lorsque nous avons cessé de danser, de chanter, d’être enchanté par les histoires, ou de trouver le réconfort dans le silence, nous avons alors perdu notre âme.
La danse, le chant, le conte, et le silence sont les quatre baumes de guérison universels. »

Le Four-Fold way : ou « Marcher dans les 4 chemins du guerrier, du guérisseur, de enseignant et du visionnaire » est un livre de l’anthropologue Angeles Arrien qui est une experte de la spiritualité des Amérindiens.
Ce livre est un compte rendu lucide des approches spirituelles d’une autre culture qui nous amène à rechercher nos racines dans la nature, pour retrouver les sources de notre force. Il révèle les quatre principes archétypaux de la roue de médecine amérindienne : la sagesse venant des anciens guerriers, des guérisseurs, des visionnaires, et des enseignants. Il nous montre comment rétablir l’équilibre en nous et dans notre environnement.

Angeles Arrien est une anthropologue qui s’intéresse spécifiquement aux cultures autochtones et à leurs symboles, aux mythes et aux pratiques des peuples. Ses recherches et son enseignement portent sur les valeurs et les croyances partagées par l’humanité à travers les cultures et sur l’intégration et l’application de ces sagesses multi-culturelles, universelles, dans un cadre contemporain.
Ces paroles sont souvent faussement attribuées à la danseuse américaine Gabrielle Roth qui les a utilisées pour illustrer l’avant-propos de son livre « Maps to Ecstasy ». Angela Arrien est décédée le 24 avril 2014. Son livre s’appelle en français : « les quatre voies de l’initiation chamanique ».
Publié par notre Terre Mère

Proverbe Cherokee

cherokee

« La plus haute vocation de la femme est de conduire l’homme à son âme afin de l’unir à la Source.

La plus haute vocation de l’homme est de protéger la femme afin qu’elle soit libre de marcher sur la terre, saine et sauve

Proverbe Cherokee
Publié par notre Terre Mère

Amérindiens ou Peaux rouges ? Quels sont les noms des Indiens?

Quels sont les vrais noms des Indiens? Peuples autochtones, aborigènes, Premières nations, Premiers peuples, Peaux Rouges?
Voici une réponse:
« Fiers, oubliés, Indiens,
Navajo, Black Foot, Inuit et Sioux,
Survivants, spirituels, patriotes,
Sitting Bull, High Water, James Sort,
Mère, père, fils, fille, chef,
Apaches, Pueblo, Choto, Shipoa, et Crow,
Immérité, en difficulté, résilient,
Squanto, Red Cloud, De ?, Crazy Horse,
Rancher, professeur, docteur, soldat,
Séminoles, Seneca, Mohican et Creek,
…Jéronimo,
Fermes, forts, indomptables.
Les Indiens d’Amérique se donnent différents noms…
Publié par notre Terre Mère