Le Coronavirus, des erreurs humaines dans un labo chinois?

le marché aux poissons de Wuhan est-il la source?

Notre hypothèse: Le Coronavirus s’est-il échappé d’un laboratoire chinois ?
1) Wuhan abrite un centre de recherche spécialisé dans les virus dangeruex et produit de l’association Fance-Chine.
Ce laboratoire, ouvert en 2017, avait pour mission de « préparer et répondre aux futures épidémies ».https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/25/5/18-0220_article

2) Ce centre de recherche est spécialisé dans les CORONAVIRUS et a été construit au cœur de l’Institut de Virologie de l’Académie chinoise des Sciences, qui étudie surtout les coronavirus.
C’est à la suite de l’épidémie du SRAS en 2003, qui est un coronavirus apparu pour la première fois en Chine, qui a causé la plupart de ses victimes en Chine.
3) Les scientifiques de ce centre ont créé un coronavirus ARTIFICIEL en 2015.
En 2015, les scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan signalent qu’il existe un risque d’épidémie humaine lié à un nouveau coronavirus, issu des chauves-souris.https://www.nature.com/articles/nm.3985
A l’époque, le virologue Simon Wain-Hobson, de l’Institut Pasteur en France, a déclaré qu’il y avait des risques de cette manipulation génétique : « si le virus s’échappe, personne ne peut en prévoir la trajectoire ».https://www.nature.com/news/engineered-bat-virus-stirs-debate-over-risky-research-1.18787
4) Le risque qu’un virus s’échappe est réel en Chine.
« Le virus du SRAS s’est échappé des installations de confinement de haut niveau à Pékin à plusieurs reprises, note Richard Ebright, biologiste moléculaire à l’Université Rutgers à Piscataway, New Jersey ».

5) L’article du chercheur James Lyon Weiler, mis en ligne sur son propre site le 30 janvier dernier va dans le même sens que notre hypothèse. https://jameslyonsweiler.com/2020/01/30/on-the-origins-of-the-2019-ncov-virus-wuhan-china/

A partir de l’observation de l’ADN du nouveau coronavirus (2019-NCoV), il conclut qu’il est peu probable que ce virus soit « naturel ». Dans le « code ADN » du coronavirus, il déclare avoir repéré une séquence déjà utilisée en 2008 pour créer un vaccin contre le coronavirus SRAS, et faisant l’objet d’un brevet chinois.

Sa conclusion personnelle est la suivante :
« Les données dont on dispose soutiennent fortement l’idée que le virus 2019-NCoV est une souche de vaccin. »

Alors maintenant, peut-on encore croire que le virus serait né spontanément au sein du marché aux poissons de Wuhan? Pas vraiment….

On peut imaginer aussi que l’évasion du SARS-CoV-2 du laboratoire de Wuhan provienne d’une infection accidentelle d’un laborantin, ou qu’un animal contaminé aurait été vendu pour sa viande…

PLus sur: https://www.aimsib.org/2020/03/08/pandemie-covid-19-lanalyse-generale-de-laimsib/

Publié par notre Terre Mère

L’agriculture urbaine

20190609_205858_038.jpg

Le Conseil Économique et Social vient de publier une étude sur l’agriculture urbaine, une façon de remettre un peu de nature en ville.
Le miel de ville est de très bonne qualité car il y a beaucoup de fleur en ville venant des multiples parterres et arbres fruitiers (cerisiers, pommiers du Japon…). D’autant que les pesticides sont interdits en ville, ce qui fait que les abeilles se portent très bien.
Les petits potagers verticaux sur les balcons ou bien ceux installés sur les toits sont très en vogue et participent à cet élan qui conduit à faire revenir la nature au sein des cités. Les toits végétaux offrent aussi une bonne isolation et permettent aux petits insectes pollinisateurs de vivre tranquillement.

Une point novateur: la modification du statut d’agriculteur et des conditions d’installation en tant que professionnels dictées jusqu’alors par les intérêts de la FNSEA et ses objectifs de production intensive.
Quand on voit l’utilisation massive d’insecticides dangereux qui est encore permise dans l’agriculture, grâce à l’Europe qui a encore rallongé de 2 ans l’utilisation du roundup and co. , on se demande comment les insectes peuvent survivre en campagne.
Cela va un peu mieux car en Normandie, on revoit les coquelicots et fleurs des prés revenir timidement fleurir les bas-côté des routes.
C’est pour cela que sortir le statut « d’agriculture urbaine » des griffes de la FNSEA est une petite révolution en soi!

Le rapport évalue les différentes solutions et met en garde vis a vis des solutions hightech qui ne sont que de la « poudre aux yeux » écologique et en réalité augmentent la consommation d’énergie.

Plus sur :
https://www.actu-environnement.com/ae/news/agriculture-urbaine-ameliorer-resilience-villes-cese-changement-climatique-33599.php4#xtor=EPR-1

Publié par notre Terre Mère

L’armoise, une plante contre le paludisme?

L’Artemisia (annua en Chine ou africa en Afrique) dite armoise est une plante qui pousse très facilement un peu partout dans le monde.

Elle est connue en médecine traditionnelle chinoise pour son efficacité contre les fortes fièvres. Elle est aussi très efficace contre les infections intestinales, contre le diabète, pour stabiliser le sucre dans le sang. Elle régule le cycle féminin et calme les règles trop abondantes.

La recherche tend à prouver qu’elle pourrait avoir de solides effets anti-cancer.

Mais la chercheuse chinoise YouYou Tu a redécouvert son efficacité contre le paludisme (malaria) et a reçu un Prix Nobel de Médecine en 2015! Tout cela, sans effet indésirable quand elle est correctement utilisée! C’est un miracle quand on sait que le l’animal le plus dangereux pour l’humanité est le moustique, véhicule du paludisme avec 500 000 morts par an.

L’Organisation mondiale de la Santé s’en réjouit? Et bien non, il y a trop d’enjeux financiers pour laisser tomber les lobbies de l’industrie pharmaceutique qui semblent bien avoir mis le grappin sur l’OMS.

L’usage d’Artemisia en tisane serait « moins efficace » ou pourrait induire un risque de « résistance ». C’est faux comme l’indique cette étude.

Les essais cliniques ont montré qu’il vaut mieux utiliser l’herbe sous forme de « totum » de poudre séchée, en gélules, comprimés ou comme ajouts dans un aliment. Mais la tisane est déjà très efficace. L’Artemisia annua n’a pas le moindre effet toxique même à des doses élevées, mais bien plutôt des effets bénéfiques sur les fonctions rénales et hépatiques, sur l’hyperglycémie et l’hypertension. L’Artemisia annua est d’ailleurs autorisée dans de nombreux pays, pour ne citer que l’Allemagne, le Luxembourg, la Gambie, l’Ouganda, l’Autriche, la Roumanie, la Pologne, l’Afrique du Sud, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, le Maroc, Madagascar, la Palestine, l’Australie, Iran, Chine, Ethiopie.

C’est vraiment le combat des Africains!

Au cours des années, une étude scientifique a été menée par un réseau d’universités africaines et sud-américaines partenaires: 8 en Afrique et 4 en Amérique du Sud. La tisane d’Artemisia annua a un taux de guérison supérieur à 95%. La consommation régulière de tisane elle exerce également un effet préventif. Dans les villages où on plante et utilise la tisane le paludisme est en chute libre! L’Université de Makerere avec le Ministère de la Santé en Ouganda a même développé et mis sur le marché le produit ARTAVOL dont les effets ont été clairement démontrés et documentés.

L’armoise pousse facilement dans les différentes régions d’Afrique. Un seul hectare de culture peut protéger jusqu’à 125 000 personnes. Et en plus, les gens deviennent ainsi les véritables acteurs de la santé et peuvent lutter à peu de frais contre le paludisme. Encore une fois, la solution au palu se trouvait dans nos remèdes traditionnels…

Publié par notre Terre Mère

De l’huile de coco, oui, mais à quel prix?


Savez-vous que des singes dressés travaillent à la récolte des noix de coco?

Ces dernières années, la consommation de produits à base de noix de coco, comme l’huile ou l’eau de coco, a explosée. Mise en avant pour ses vertus curatives et promulguée par des stars de la musique ou du cinéma, la noix de coco n’a jamais été aussi populaire.
En Thaïlande ou aux Philippines, 95% de la production est assurée par des petits producteurs. Mais certains ont dressé des singes spécialement pour la cueillette des noix: ce sont les macaques à queue de cochon.
Le macaque à queue de cochon est une espèce proche d’être en voie de disparition, que l’on nomme donc « vulnérable ».
Cela n’empêche pas cependant, pour servir à la récolte, les bébés d’être arrachés à leur environnement et entraînés dans des centres spécialisées. La demande est en constante augmentation et cette pratique se banalise. le problèmes, c’est que chaque singe travaille jusqu’à neuf heures par jour sans interruption, pour un rendement de 1000 noix cueillies chaque jour.

Aujourd’hui, l’industrie de la noix de coco pèse plus de 2,2 milliards de dollars à travers le monde.

Alors passons au bio en mangeant bio et en utilisant des produits bio sous toutes leurs formes, tout en étant conscient que c’est aussi un business, et gardons un œil vigilent sur les étiquettes et sur les modes de production…

A VOIR SUR ARTE:
Demain, tous crétins?” réalisé par Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade et diffusé sur Arte, samedi 11 novembre, 22h environ.
Plus sur: https://www.sain-et-naturel.com/scandale-cache-noix-de-coco.html
Publié par Notre Terre

Comment bio-dégrader le plastique

Avec plus de 150 millions de tonnes de plastique dans les océans, en 2050, il y aura plus de plastique dans l’océan que de poissons. Il ne faut pas oublier non plus les 300 millions de tonnes fabriqués chaque année… Il est admis qu’il faut entre 400 à 1000 ans pour que le plastique se décompose, c’est-à-dire celui des sacs, des bouteilles et autre contenants.
Au secours !
Mais la Terre Mère a des ressources insoupçonnées et vient encore une fois en aide à l’humanité: je vous présente la chenille qui mange et décompose le plastique: Galleria mellonella, la plus grande mite de cire.

Ce sont les scientifiques de l’Université de Cambridge qui ont découvert que la larve de la mite peut effectivement manger et décomposer le plastique de manière similaire à la cire d’abeille, que cette mite aime à consommer. Son système digestif rompt les liaisons chimiques du polyéthylène.
Maintenant que l’on connaît le nom de notre nettoyeuse, il reste encore à comprendre le processus unique de l’intestin de la chenille. Quand les chercheurs sauront comment la mite décompose le plastique, ils pourront appliquer ces connaissances pour bio-dégrader le plastique qui asphyxie l’océan par exemple.

Il y a aussi de l’espoir avec Ideonella sakaiensis, cette bactérie qui mâche le plastique, qu’une équipe de l’Université de Kyoto a isolée en fouillant dans des tas de déchets. Après cinq ans de recherche à travers 250 échantillons, ils ont isolé cette bactérie qui peut se nourrir du polyéthylène téréphtalate ou PET, un plastique commun utilisé dans les bouteilles et les vêtements. Ils ont nommé les nouvelles espèces de bactéries.
Ici, l’équipe japonaise est plus avancée, car ils ont identifié les gènes dans l’ADN de l’enzyme que Ideonella sakaiensis utilise pour décomposer le PET. Ils ont alors démontré que le PET pourrait être décomposé avec cette enzyme uniquement.

Plus sur: http://bgr.com/2017/04/24/plastic-eating-bugs-wax-moth-pollution/
https://theconversation.com/new-plastic-munching-bacteria-could-fuel-a-recycling-revolution-55961

Publié par notre terre Mère

Les Sioux de Standing Rock n’ont pas dit leur dernier mot

Le juge fédéral James Boasberg de Washington a déclaré, dans une décision de 91 pages que, bien que le Corps de l’armée respecte sensiblement la Loi nationale sur la politique de l’environnement, les permis fédéraux délivrés pour le pipeline ont violé la loi à certains égards, disant car ils n’ont pas suffisamment considéré les répercussions d’un déversement de pétrole sur les droits de pêche et de chasse ou sur la justice environnementale ».

Les travaux du pipeline n’ont pas été suspendus, mais cela pourrait se faire ultérieurement. « Pour remédier à ces violations, le Corps devra reconsidérer ces sections de son analyse environnementale sur la détention provisoire de la Cour », a déclaré le juge.>/p>

« Nous applaudissons les tribunaux de protéger nos lois et règlements indépendamment d’une influence politique excessive et demanderons à la Cour de fermer immédiatement les opérations de pipelines » a déclaré le président de Standing Rock Sioux, Dave Archambault.

Mais attention ce n’est pas encore gagné!

« Nous pensons que le Corps pourrait être en mesure de persuader le tribunal de permettre à Dakota Access de continuer à fonctionner pendant que les omissions sont adressées et le tribunal les examine pour l’adéquation », ont-ils écrit.

On se souvient que le président Donald Trump, les jours suivant son investiture, avait ordonné le délogement des manifestants et la reprise des travaux du pipeline. Mais les tribus et des groupes environnementaux avaient porté plainte en allégeant qu’il n’avait pas fait un examen environnemental adéquat.

En février dernier, le Corps d’ingénieurs de l’armée avait semblé mettre un terme à la résistance en accordant de terminer le tracé controversé du pipeline. Après plusieurs mois de manifestations, les tribus sioux à Standing Rock Sioux et les militants du climat avaient été chassés. La compagnie pipelinière avait enfin reçu son permis final pour creuse un tunnel sous le lac Oahe, réservoir qui fait partie de la rivière Missouri.

Leurs premiers arguments avaient été rejetés par le tribunal: la construction menaçait des sites sacrés et la présence de pétrole dans le pipeline nuirait aux eaux sacrées.

Mais aujourd’hui, il y a encore de l’espoir !

Plus sur: https://www.reuters.com/article/us-northdakota-pipeline-dapl-idUSKBN19538I
Photo prise à Standing Rock Indian Reservation, North Dakota, en novembre 2016
Publié par notre Terre Mère

Amérindiens, une bataille de perdue mais pas la guerre

standing-rock-camp

Les protecteurs d’eau, les « water protectors », ont préféré brûler le reste de leur camp avant de s’en aller. Mais le camp de prières de Standing Rock a déjà été fermé depuis quelques jours.

La plupart des protecteurs d’eau sont partis. Le conseil tribal avait demandé aux gens de partir depuis quelque temps. Il y a toujours le danger d’inondations avec la fonte des neiges et le débordement possible du Missouri.
De plus, le conseil tribal voulait que le camp soit respectueux de l’environnement et il voulait que la zone soit nettoyée dès que possible. Le camp est donc calme et les quelques personnes qui ont refusé de partir ont été emmenées en prison par la police.

Mais soyez assuré que la bataille n’est pas terminée et que les Amérindiens et tous leurs partisans n’abandonnent pas!
Le camp s’est reformé dans d’autres zones de la réserve indienne. Les procès se produisent contre les abus de pouvoir du gouvernement américain.
Le procès le plus important est en cours de préparation par les Indiens Oglala Sioux de Pine Ridge, prouvant avec des documents historiques et des traités passés avec le gouvernement fédéral, que la construction du pipeline viole toutes les lois fédérales, . Il ne faut continuer de se renseigner sur ces procès. Le plus belles batailles ne se gagnent pas sur le court terme.
Espérons que le gouvernement américain se réveille et accepte sa responsabilité morale dans le génocide des Amérindiens et qu’il demande pardon au nom du peuple américain ce qui n’a jamais été accompli. En politique non plis la culpabilité ne fait pas avancer, mais les excuses permettent d’aller de l’avant.
Plus sur: http://www.telerama.fr/monde/standing-rock-le-combat-des-indiens-lakotas-s-acheve-dans-les-flammes,154541.php

Publié par notre Terre Mère

L’ocytocine serait-elle « l’hormone de la spiritualité »?

cerveau-brainharvardmeditationVoici les résultats d’une étude portant sur 83 hommes exclusivement, de 35 à 64 ans. Certains participants ont reçu de l’ocytocine et d’autres un placebo par le biais d’un spray nasal. Ensuite, ils ont dû répondre à des questions sur la spiritualité, sur leur sentiment d’être ou non connectés à une puissance suprême ou au monde.
Les hommes qui ont reçu de l’ocytocine ont dit, plus souvent, que la spiritualité était importante dans leur vie, même une semaine après avoir reçu leur dose.
Ils étaient plus souvent d’accord avec des affirmations comme:
« Je pense que nous partageons tous à un niveau supérieur un lien commun. »
« Toute vie est interconnectée. »
« Je crois qu’il y a un sens plus large à la vie ».
Ils exprimaient aussi plus d’émotions positives après une séance de méditation qui avait lieu peu de temps après le spray nasal.

On savait déjà que l’ocytocine joue un rôle fondamental au cours de la grossesse. Elle assure la tonicité de l’utérus et induit le déclenchement des contractions et de l’accouchement. Elle permet ensuite l’éjection du lait lors de l’allaitement du nourrisson. Selon les spécialistes, elle favoriserait ainsi l’attachement entre une mère et son enfant. L’ocytocine est également produite en réponse aux caresses et à l’orgasme.
Elle est souvent appelée «hormone de l’amour» car elle accompagne la naissance du sentiment amoureux dans un couple. Elle favoriserait même la monogamie et aurait tendance à rendre les hommes plus fidèles.

Mais les auteurs précisent bien que les chercheurs de cette nouvelle étude ne veulent pas que l’ocytocine soit appelée « l’hormone spirituelle » à la suite de leurs conclusions. En effet, les croyances spirituelles sont complexes et peuvent impliquer de nombreux processus biologiques. « La spiritualité est complexe et affecté par de nombreux facteurs », a déclaré Van Cappellen.

Ensuite, l’étude ne concernait que les participants de sexe masculin et les résultats sont applicables qu’aux hommes. L’ocytocine semble avoir des effets différents chez les hommes et les femmes, et ainsi les effets de l’hormone sur la spiritualité chez les femmes doivent encore être étudiés.

Cependant, il semble évident que le plaisir, le bonheur et le calme, comme ce qu’on ressent en méditation, s’accompagnent d’un changement hormonal. A contrario, on connait aussi les effets de la testostérone qui rend les hommes plus agressifs, du stress qui détruit tant d’hormones « positives », pour faire court. La sagesse populaire connaissait déjà ces effets:
« Se faire une sang d’encre » effectivement trop de stress assombrit le sang.
« Se faire des cheveux blancs. »

C’est donc à nous de nous prendre en main car nos sentiment, nos humeurs influencent nos hormones et vice versa.
La vrai question maintenant serait:
Est-ce que la spiritualité augmente la production d’ocytocine?

Les auteurs: Patty Van Cappellen, Baldwin M. Way, Suzannah F. Isgett, and Barbara L. Fredrickson. (Première publication, 06/2016. Dernière, 28/09/2016)
Plus sur ce site de « Live Science »:
http://www.livescience.com/56208-oxytocin-hormone-spirituality.html
« Effects of oxytocin administration on spirituality and emotional responses to meditation. »

Publié par notre Terre Mère

Un sursis pour les abeilles?

abeille sauvageUne étude anglaise de grande ampleur sur les néonicotinoïdes, c’est à dire dans les champs et non en laboratoire et sur plus de 10 ans, montre très clairement les effets directs de ces pesticides sur la mortalité de tous
pollinisateurs, pas seulement les abeilles.

Ben Woodcock du Centre d’écologie et d’hydrologie (CEH) à Oxfordshire au Royaume-Uni, et ses collègues chercheurs, ont étudié des données de 62 espèces recueillies par des bénévoles, avec plus de 31 818 enquêtes sur plus de 4000 kilomètres carrés de terres.
Ils ont étudié les populations d’abeilles sauvages entre 1994 et 2011. En Angleterre, les agriculteurs ont commencé à pulvériser des néonicotinoïdes sur le colza en 2002. Leurs conclusion, c’est que les néonicotinoïdes augmentent leur mortalité jusqu’à 30 % pour certaines espèces.
C’est donc une confirmation non discutable de leur effet toxique et meurtrier.
Les néonicotinoïdes seront interdits en France en 2018 avec des dérogations jusqu’en 2020.

Mais attention! La nouvelle génération d’insecticides ne comporte pas les néonicotinoïdes tant décriés. Ils sont tout aussi toxiques et viennent d’être agréés par les instances officielles de Bruxelles sans trop de discussions ni d’études sérieuses sur leurs effets négatifs sur les
abeilles…
A surveiller de près.

Plus sur: http://www.nature.com/news/controversial-insecticides-linked-to-wild-bee-declines-1.20446
https://www.newscientist.com/article/2101308-decline-of-wild-bee-species-in-england-linked-to-pesticide-use/
Publié par notre Terre Mère

Le film « Into Eternity »

Demain le 1 mars, sera projeté le film « Into Eternity » de Michael Madsen, à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème).
« Chers amis, L’équipe de la Fondation GoodPlanet est heureuse de vous inviter à la projection gratuite de « Into Eternity » de Michael Madsen, mardi 1 mars à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème Métro L1, L2, L6 ou RER A – Charles de Gaulle Étoile). A l’issue de la projection, nous accueillerons :
– Patrick Charton, directeur adjoint de la maîtrise des risques et responsable du programme mémoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs,
– Yannick Rousselet, responsable Climat Énergie au sein de Greenpeace,
– Isabelle Jouette, porte-parole de la Société française de l’énergie nucléaire. Ils échangeront avec la salle sur la question de la mémoire de l’enfouissement des déchets radioactifs ainsi que sur des enjeux énergétiques en France.
L’entrée est libre et gratuite sur réservation – dans la limite des places disponibles, nous espérons vous y voir nombreux.
Amicalement, Yann Arthus-Bertrand »

Pour ceux qui ne pourrons pas y assister, vous pouvez voir le film sur le site de la fondation de Yann Arthus-Bertrand:
le film « Into Eternity »
Publié par notre Terre Mère