Auteur : notreterre

La paix commence avec le partage

hibiscus-Ioana

« Un problème important se pose du fait de l’ « avoir » et du « non-avoir », des « riches » et des « pauvres ». Ce problème est l’une des plus grandes menaces à la paix dans le monde. Les pays riches doivent beaucoup y repenser. Ils doivent comprendre que la pauvreté, où qu’elle se trouve, est une menace pour la paix et la prospérité. Les pays riches doivent contrôler leur cupidité à en vouloir de plus en plus pour eux-mêmes. Ils doivent réfléchir sérieusement à l’idée d’un monde unique, d’une famille humaine.
Environnementalement, le monde est un. Ne devrions-nous pas commencer à penser en terme d’un monde unique économiquement et même politiquement? Avec une certaine retenue vis-à-vis du consumérisme et la volonté de ne posséder que ce qu’il faut et pas plus, les pays riches peuvent aider les plus pauvres à franchir le seuil de la pauvreté et à mener une vie raisonnable. Une telle approche pleine de compassion procurera une grande et une satisfaction intérieure aux riches. Elle favorisera en même temps un meilleur ordre social et la paix mondiale.
…Tout d’abord, nous devons nous débarrasser des idées préconçues. Toutes ces idées préconçues viennent de l’ignorance, elles disparaissent simplement lorsque vous devenez quelqu’un qui voit la réalité et comprend que ce monde est uni.
Ceux qui croient à la conquête de terres sous quelque prétexte que ce soit doivent comprendre que cette terre appartient à Dieu Tout-puissant et qu’ils ne sont là que pour en profiter et non pour se battre ou la confisquer à quelqu’un d’autre. Même un petit coin de terre peut être apprécié… car quand on est tellement en harmonie avec la nature, on apprécie le produit d’un petit lopin de terre qu’on peut cultiver correctement et rendre justice à la Terre Mère. »

Shri Mataji, Meta Modern Era, 1995

Hibiscus géants à Oakville
Publié par notre Terre Mère

Publicités

L’agriculture urbaine

20190609_205858_038.jpg

Le Conseil Économique et Social vient de publier une étude sur l’agriculture urbaine, une façon de remettre un peu de nature en ville.
Le miel de ville est de très bonne qualité car il y a beaucoup de fleur en ville venant des multiples parterres et arbres fruitiers (cerisiers, pommiers du Japon…). D’autant que les pesticides sont interdits en ville, ce qui fait que les abeilles se portent très bien.
Les petits potagers verticaux sur les balcons ou bien ceux installés sur les toits sont très en vogue et participent à cet élan qui conduit à faire revenir la nature au sein des cités. Les toits végétaux offrent aussi une bonne isolation et permettent aux petits insectes pollinisateurs de vivre tranquillement.

Une point novateur: la modification du statut d’agriculteur et des conditions d’installation en tant que professionnels dictées jusqu’alors par les intérêts de la FNSEA et ses objectifs de production intensive.
Quand on voit l’utilisation massive d’insecticides dangereux qui est encore permise dans l’agriculture, grâce à l’Europe qui a encore rallongé de 2 ans l’utilisation du roundup and co. , on se demande comment les insectes peuvent survivre en campagne.
Cela va un peu mieux car en Normandie, on revoit les coquelicots et fleurs des prés revenir timidement fleurir les bas-côté des routes.
C’est pour cela que sortir le statut « d’agriculture urbaine » des griffes de la FNSEA est une petite révolution en soi!

Le rapport évalue les différentes solutions et met en garde vis a vis des solutions hightech qui ne sont que de la « poudre aux yeux » écologique et en réalité augmentent la consommation d’énergie.

Plus sur :
https://www.actu-environnement.com/ae/news/agriculture-urbaine-ameliorer-resilience-villes-cese-changement-climatique-33599.php4#xtor=EPR-1

Publié par notre Terre Mère

Roundup: Monsanto paye toujours

roundup

Monsanto continue de payer pour les conséquences néfastes sur la santé du « roundup ». Et évidemment, c’est aux États-Unis que c’est le plus important.

Même si Monsanto a été racheté par Bayer en 2018,

il vient d’être condamné à deux milliards de dollars pour le cancer d’un couple.

La justice californienne a estimé que le Roundup était la cause du cancer et que Monsanto avait agi avec malveillance car beaucoup de personnes avaient tiré la sonnette d’alarme.

C’est la troisième condamnation en Californie de la firme, qui, bien sûr, fera appel du jugemen. Le procès suivant aura lieu dans le Missouri en août 2019.
Le nombre des malades qui ont porté plainte contre Monsanto est maintenant de 13400, une vraie foule.

On peut toujours acheter le « roundup » en France via le net….. A croire que le cancer ne passe pas les frontières.

Publié par notre Terre Mère

L’isoglucose ou qui veut être obèse?

agroalimentaire-2
L’isoglucose, qu’est-ce que c’est?

C’est ce « sirop de glucose » qu’on retrouve dans pratiquement tous les produits industriels contenant du sucre artificiel. Il est bien plus dangereux que notre sucre classique.
L’Europe a longtemps résisté à l’isoglucose, un sirop de glucose fabriqué avec de l’amidon de maïs contenant du fructose néfaste pour la santé et issu de céréales OGM, transformé et mélangé à divers produits chimiques. Ce sucre artificiel ne coûte presque rien à l’agroalimentaire mais beaucoup à la société, car il est à la base de l’endémie d’obésité aux USA.
La dangerosité de la consommation de l’isoglucose a été prouvée aux États-Unis et sa consommation a chuté pour des raisons de santé publique.
Nous sommes donc le nouveau marché des industriels américains car depuis 2017 les portes de l’UE sont ouvertes à l’isoglucose.
Et nous en consommons tous les jours: évidemment dans le coca, les crèmes glacées, le chocolat, le pain, les viennoiseries, les biscuits, les céréales du petit déjeuner, les sodas et les jus de fruits, etc.

Alors on doit arrêter le sucre?

Non, le fructose naturel qui se trouve dans les fruits et dans le miel et ne pose pas de problèmes. Le sucre est nécessaire au fonctionnement du cerveau.
Mais le fructose industriel, le glucose-fructose ou isoglucose, empoisonne littéralement le foie et est responsable de plusieurs maladies comme, le diabète de type 2, l’obésité, les maladies cardio-vasculaires.
The Journal of Nutrition montre la consommation de fructose aux États-Unis a été multipliée par 10 entre 1970 et 1990 et que la courbe d’obésité suit celle de la consommation du sirop de glucose.

Plus sur: https://ucsdnews.ucsd.edu/index.php/pressrelease/discovery_of_chemical_that_affects_biological_clock_offers_new_way_to_treat#.UAb9y-24Itp

Mais il est sûr que seule notre démarche de consommateur aura un poids sur l’utilisation ou non d’isoglucose dans l’agroalimentaire.
Alors, en avant la résistance!
REGARDEZ bien VOS ETIQUETTES et évitez autant que vous pouvez les aliments contenant du fructose ou de l’ISOGLUCOSE.
Préférez les fruits naturels, les confitures à l’ancienne, les baguettes de tradition.

Publié par notre Terre Mère

Lever de lune en Australie

Profitez de cette minute très poétique et admirez ce beau lever de lune au-dessus du phare de Byron Bay à la pointe nord de la Nouvelle-Galles dans le Sud de l’Australie.
C’est le point le plus à l’est du continent. En raison de son emplacement géographique unique, il ne peut être vu et photographié que localement.

Mettez votre mobile à l’horizontal pour une meilleure vue.
Publié par notre Terre Mère.

Les plantes sont sensibles aux vibrations


« Vous donnez tellement au monde que pour la première fois, vous commencez même à donner à la nature, en établissant un équilibre écologique.

Il y a un scientifique autrichien, un pratiquant de Sahaja Yoga, qui a fait des expériences avec la canne à sucre en Autriche. Il est conseiller de divers pays auprès des Nations Unies. Il était étonné que, sans donner de l’engrais, sans rien donner de spécial, il a pu donner des vibrations aux plantes de telle manière qu’elles poussent dix fois plus, dix fois plus que les plantes normales! Et il ne savait pas comment contrôler leur hauteur. Dix fois la quantité et une hauteur au moins deux fois plus haute.

Les semences hybrides que nous utilisons ne sont plus nécessaires car elles ne peuvent pas se reproduire et vous devenez l’esclave de certaines organisations avec cela. Mais, lorsque vous faites vibrer les graines, qui sont de vieilles graines, elles se régénèrent et vous pouvez très bien les réutiliser, en produisant des produits de très haute qualité. »

Shri Mataji, Paris, avril, 1985

Publié par notre Terre Mère

La dette publique expliquée aux Nuls

La dette publique est associée à des idées fausse:
1) L’austérité ne réduit pas la dette publique:
Et on, on le savait d’ailleurs, elle peut même l’aggraver en provoquant des récessions. Elle fait baisser le PIB.
2) C’était prévisible:
Deux prix Nobel d’économie américains, Paul Krugman et Joseph Stiglitz l’avaient dit haut et fort dès 2011, l’austérité est une folie.
3) Les dépenses publiques ne sont pas la cause de la dette:
La sécu représente 15% seulement de la dette. La dette de l’État constitue 80% de la dette publique. Depuis 1980, et surtout entre 2000 et 2012, ce sont les cadeaux fiscaux qui nous plombent, c’est à dire les baisses de cotisations, d’impôts et les niches fiscales.
Le taux d’intérêt sur la dette publique de la France a aussi beaucoup gonflé la dette. Plus il est élevé, plus c’est difficile de rembourser. Avec un taux d’intérêt à 3%, cela a gonflé la dette publique et engraissé les créanciers privés.
4) La création de l’euro a causé le gonflement de la dette:
Depuis les années 90, pour préparer l’entrée dans l’euro, il a fallu avoir un franc fort pour rassurer les investisseurs.
5) La récession depuis 2008 et la stagnation actuelle nous empêchent de faire des recettes.
Moins de travailleurs, moins de cotisations, moins d’argent dans les caisses. Et plus de dépenses solidaires envers les pauvres.
6) L’évasion fiscale est le grand fléau:
Elle s’est aggravée depuis les années 2000. 17 milliards d’euros par an nous échappent et va dans les paradis fiscaux.QUE FAIRE DOCTEUR?
1) Renégocier le calendrier de remboursement de la dette:
Demander à baisser le taux d’intérêt des dettes anciennes, allonger le calendrier des remboursements. Car sur les 73 milliards d’euros de dette en 2015, 45 milliards viennent des intérêts.
2) Créer un emprunt forcé auprès des riches:
Ceci permet de créer une dette à un intérêt bas et constant pour ne pas risquer d’avoir des intérêts futurs plus élevés avec bien sûr une rémunération des comptes.
3) Taxer les grands patrimoines:
Les taxer de 10%. Cela paraît un peu difficile à supporter. Mais les 500 plus grosses fortunes ont augmenté la valeur de leur patrimoine de 25% en 2013 et 2014.
Petite idée pour comparer: selon le magazine Ford, la fortune des milliardaires dans le monde a augmenté de 35% en 2013.

 

Remarque:

Cette vidéo fait remonter la dette publique aux années 80 mais c’est en 1973 que tout commence, même en 1970 lors des accords de Maastricht. En France c’est Pompidou, qui avait travaillé à la banque Rothschild, qui prend un virage ultra libéral en décidant que pour faire des investissements, donc du déficit, de la monnaie, la France ne va plus passer par la Banque de France mais va devoir emprunter à des banques privées! D’ailleurs cela s’appelle la loi Rothschild! Ah, ah, ah! Et oui, c’est de là que tout a commencé. Cela paraît idiot aujourd’hui mais à l’époque, ils pensaient créer un contre pouvoir aux États pour créer un équilibre mondial.

Comme le disait l’économiste anglais John Maynard Keynes:
« Le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde. »
Thomas Coutrot est économiste et porte-parole d’Attac France. Il a participé à la rédaction de ce rapport.
Publié par notre Terre Mère