Les Sioux de Standing Rock n’ont pas dit leur dernier mot

Le juge fédéral James Boasberg de Washington a déclaré, dans une décision de 91 pages que, bien que le Corps de l’armée respecte sensiblement la Loi nationale sur la politique de l’environnement, les permis fédéraux délivrés pour le pipeline ont violé la loi à certains égards, disant car ils n’ont pas suffisamment considéré les répercussions d’un déversement de pétrole sur les droits de pêche et de chasse ou sur la justice environnementale ».

Les travaux du pipeline n’ont pas été suspendus, mais cela pourrait se faire ultérieurement. « Pour remédier à ces violations, le Corps devra reconsidérer ces sections de son analyse environnementale sur la détention provisoire de la Cour », a déclaré le juge.>/p>

« Nous applaudissons les tribunaux de protéger nos lois et règlements indépendamment d’une influence politique excessive et demanderons à la Cour de fermer immédiatement les opérations de pipelines » a déclaré le président de Standing Rock Sioux, Dave Archambault.

Mais attention ce n’est pas encore gagné!

« Nous pensons que le Corps pourrait être en mesure de persuader le tribunal de permettre à Dakota Access de continuer à fonctionner pendant que les omissions sont adressées et le tribunal les examine pour l’adéquation », ont-ils écrit.

On se souvient que le président Donald Trump, les jours suivant son investiture, avait ordonné le délogement des manifestants et la reprise des travaux du pipeline. Mais les tribus et des groupes environnementaux avaient porté plainte en allégeant qu’il n’avait pas fait un examen environnemental adéquat.

En février dernier, le Corps d’ingénieurs de l’armée avait semblé mettre un terme à la résistance en accordant de terminer le tracé controversé du pipeline. Après plusieurs mois de manifestations, les tribus sioux à Standing Rock Sioux et les militants du climat avaient été chassés. La compagnie pipelinière avait enfin reçu son permis final pour creuse un tunnel sous le lac Oahe, réservoir qui fait partie de la rivière Missouri.

Leurs premiers arguments avaient été rejetés par le tribunal: la construction menaçait des sites sacrés et la présence de pétrole dans le pipeline nuirait aux eaux sacrées.

Mais aujourd’hui, il y a encore de l’espoir !

Plus sur: https://www.reuters.com/article/us-northdakota-pipeline-dapl-idUSKBN19538I
Photo prise à Standing Rock Indian Reservation, North Dakota, en novembre 2016
Publié par notre Terre Mère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s