Turtle Island, le nom Indien de l’Amérique

standing-rock-indienne-lakota

Il existe une prophétie chez les tribus indiennes appelée La septième génération, qui vient du chef indien du Lakota, Crazy Horse. Elle parle de l’époque située à sept générations suivant le premier contact avec les Européens, où les jeunes Indiens d’Amérique se rallieront à toutes les races pour promulguer une nouvelle ère de guérison et de renaissance pour la Turtle Island (l’île de la Tortue) c’est à dire l’Amérique.
Le chef indien du Lakota, Crazy Horse, a parlé de sa vision avec les mots suivants:
«Au-delà de la souffrance, la nation des Peaux Rouges se relèvera et elle sera une bénédiction pour un monde malade. Un monde rempli de promesses brisées, d’égoïsme et de divisons. Un monde aspirant de nouveau à la lumière de nouveau. Je vois un temps, après sept générations, où toutes les couleurs de l’humanité se rassembleront sous l’arbre sacré de la Vie et où la Terre entière redeviendra un cercle. En ce jour, il y aura des Indiens du Lakota qui porteront la connaissance et la compréhension de l’unité entre tous les êtres vivants, et les jeunes Blancs viendront à ceux-là pour demander la sagesse.»
Des jeunes gens comme Lakota Phillip Wright croient que le message de Crazy Horse décrit ce qui se passe aujourd’hui à Standing Rock. Jusqu’à présent, Standing Rock a vu des visiteurs venir du Tibet, du Japon et de la Nouvelle-Zélande pour offrir de l’aide. Même les derniers autochtones européens, la tribu Sami, a envoyé des représentants.
«C’était un mal nécessaire», dit Lakota Phillip Wright. «une chose énorme comme ça, pour changer le monde. Je pense que c’est la façon dont nous pouvons changer le monde – en réunissant tout le monde. La Nation Jaune, la Nation Rouge, la Nation Noire et la Nation Blanche se sont toutes rassemblées. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que les quatre-là se réunissent. »
Il a raison: ce rassemblement de nations est sans précédent dans l’histoire des Amérindiens. L’histoire est en train de s’écrire.

Oglala Lakota, Brandon Iron Hawk dit : «Nous allons défendre notre peuple pour protéger notre terre sacrée et notre eau. Nous sommes tous venus ici pour cette raison….Je veux prier pour eux aussi », a-t-il ajouté en montrant la police. «Parce que qui sait, peut-être au plus profond de leur être, ils ne veulent pas nous faire ça. Mais c’est leur travail, parce qu’ils ont une famille à soutenir. Nous ne sommes pas ici dans la colère, nous sommes ici dans la paix et la prière. »

Personne au camp ne veut vraiment penser à la possibilité du pipeline traversant la rivière. Mais il y a certainement un sentiment que quelque chose de plus grand se produit. Cette histoire est celle d’une voix singulière composée de la voix de nombreuses personnes, unies pour un idéal que les voix autochtones chantent depuis des millénaires.

«Même si nous ne pouvons pas arrêter ce pipeline», dit Wright, «nous avons déjà gagné. Parce que nous avons ouvert les yeux de tout le monde. »

Plus sur : https://www.theguardian.com/us-news/2016/nov/30/standing-rock-indigenous-people-history-north-dakota-access-pipeline-protest
Pour en apprendre davantage sur la sitation des Indiens d’Amérqiue :
https://www.theguardian.com/us-news/2016/dec/08/standing-rock-dakota-pipeline-transformation-stories
Publié par notre Terre Mère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s