Le film « Into Eternity »

Demain le 1 mars, sera projeté le film « Into Eternity » de Michael Madsen, à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème).
« Chers amis, L’équipe de la Fondation GoodPlanet est heureuse de vous inviter à la projection gratuite de « Into Eternity » de Michael Madsen, mardi 1 mars à 20h au cinéma Mac Mahon (Paris 17ème Métro L1, L2, L6 ou RER A – Charles de Gaulle Étoile). A l’issue de la projection, nous accueillerons :
– Patrick Charton, directeur adjoint de la maîtrise des risques et responsable du programme mémoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs,
– Yannick Rousselet, responsable Climat Énergie au sein de Greenpeace,
– Isabelle Jouette, porte-parole de la Société française de l’énergie nucléaire. Ils échangeront avec la salle sur la question de la mémoire de l’enfouissement des déchets radioactifs ainsi que sur des enjeux énergétiques en France.
L’entrée est libre et gratuite sur réservation – dans la limite des places disponibles, nous espérons vous y voir nombreux.
Amicalement, Yann Arthus-Bertrand »

Pour ceux qui ne pourrons pas y assister, vous pouvez voir le film sur le site de la fondation de Yann Arthus-Bertrand:
le film « Into Eternity »
Publié par notre Terre Mère

Advertisements

Une réponse à “Le film « Into Eternity »

  1. Je serais volontiers venu voir Into Eternity de Michael Madsen, ce qui m’aurait permis d’assister à la discussion qui a suivie. Mais j’habite en Bretagne.
    et j’ai pris trop tard connaissance de l’événement. Il se trouve que depuis la mise en service de l’usine marémotrice de la Rance, qui fournit le quart de la puissance d’un réacteur nucléaire au moyen d’un barrage de 300 mètres, j’avais l’intuition, et même la conviction, qu’un procédé à la fois plus simple plus écologique et plus économique permettrait de récupérer cette énergie. Or ce n’est qu’en 2012 que la solution s’est présentée à moi. Je l’ai tout de suite testée sur une maquette. Il n’y a aucune raison qu’elle ne soit pas opérationnelle in situ, quelles que soient les conditions météorologiques, et quelles que soient les dispositions du littoral, donc sans que celui-ci ne nécessite obligatoirement l’existence d’une baie. Ce qui veut dire que l’énergie potentielle des marées pourrait être récupérée sur des centaines de kilomètres, et non plus sur quelques centaines ou milliers de mètres, ce qui veut aussi dire que l’exploitation des gaz de schistes et même l’exploitation de l’énergie nucléaire pourraient à terme être abandonnées. C’est peut-être aussi pourquoi le ministère de l’énergie, pourtant dûment averti de cette possibilité, n’a pas daigné s’intéresser à cette possibilité. Il y a aussi que je ne suis pas ingénieur, mais médecin, donc a priori estimé incompétent en la matière. Yannick Rousselet, Isabelle Jouette ou Yann Arthus Bertrand pourraient peut-être chercher à savoir de quoi il s’agit. Je suis joignable au 06 78 58 96 21, au 02 96 30 96 14, et via cretien.pierre@orange.fr
    Je remercie les promoteurs de « NOTRE TERRE MER » de leur attention.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s