Qu’est-ce que la biologie totale ?

agnya-cerveauLa biologie totale est une vue holistique de l’individu, qui montre les rapports étroits entre maladie et sentiment, humeur et santé. Le médecin allemand Dr Geerd Hamer l’a développée.

Cette relation est déjà connue du monde médical, ne serait-ce que par l’effet « placebo ». Mais ce qui est intéressant chez le Dr Hamer, c’est qu’il a constaté que certains cancers et de nombreuses maladies- il faut rester prudent- sont la version physique, matérialisée d’un conflit psychologique qui reste en soi et sur lequel on ne communique pas. En d’autres termes, il croit en la libération par la parole, vertus jusqu’ici cantonnées à la psychanalyse. La résolution d’un conflit ancien et non dit serait une façon de contribuer à la guéridon d’une maladie. « Des maux (mots) pour le dire », signait Françoise Dolto il y a quelques quarante ans…

La biologie totale est considérée comme tabou, voire sectaire. Le Docteur Hamer a subi des poursuites judiciaires à cause des traitements qu’il a pratiqués. Sans doute, le problème est qu’il se situe entre deux domaines de la santé, la psychanalyse et la médecine allopathique.

En tous les cas, cette approche est plusieurs fois millénaire en Inde avec la Yoga et la médecine ayurvédique. Seulement, encore trop peu de gens s’y intéressent. Pourtant, les bienfaits par exemple de la méditation pour réguler l’énergie d’une personne malade commencent à être étudiés à grande échelle.
Il faut juste que plus de personnes encore, atteintes de maladies bénignes, réfléchissent au langage de leur corps et apprennent à le décoder avant que la maladie ne devienne trop grave. Il faut être à l’écoute de soi et faire progresser collectivement la notion de « médecin ».

Yves Rasir est un spécialiste de la biologie totale qui a créé une revue mensuelle de « biologie totale », Néosanté, en 2011 en Belgique.
http://www.neosante.eu/

 Pour les bienfaits de la méditation :
http://www.stop-au-stress.fr/
Publié par notre Terre Mère

Publicités

2 réponses à “Qu’est-ce que la biologie totale ?

  1. La démarche de Hamer est en grande partie malhonnête intellectuellement et indigne du scientifique qu’il se prétend : comme pour celle de son suiveur Sabbah (Biologie Totale) la diffusion de ces approches ont presque réussi à faire croire qu’elles prenaient en compte l’aspect psychosomatique des maladies et pour la première fois !

    C’est la raison pour laquelle ici encore dans la presse à propos de cette condamnation, on lit « le prévenu avait appliqué des traitements assimilés à la biologie totale, une approche de la médecine qui prétend que toute maladie serait causée par du stress ou un conflit psychologique » !
    Faute d’investigation minimale, les grand médias colporte alors des idées qui ne sont ni plus ni moins que du révisionnisme médical :

    Hamer et Sabbah sont tous les deux dans le déni de ce qui est psychosomatique et dont ils se sont gardés d’ailleurs d’utiliser le terme, masquant ainsi toute l’histoire de la médecine psychosomatique et avançant leurs approches comme étant innovantes (ce qu’elles ne sont pas !) ; c’est parfaitement malhonnête sur le plan intellectuel !

    « C’est la médecine tout entière qui doit s’ouvrir à la psychologie et devenir psychosomatique. Ou pour mieux dire, avec WEISS et ENGLISH [°] :  » Toute maladie relève à la fois de l’esprit et du corps et toute thérapeutique est, de ce fait, de la médecine psychosomatique. Lorsqu’on en sera dûment persuadé, le terme psychosomatique pourra disparaître, les données qu’il traduit étant désormais impliquées dans le terme médecine « . Mais pour cela il faut que tous les médecins et psychiatres soient authentiquement formés à la psychologie et aient renoncé au préjugé organiciste. ». (Marc-Alain Descamps (1992). Corps et psyché, p16).
    ° Ouvrage de référence : Médecine Psychosomatique. L’Application de La Psychopathologie aux Problèmes Cliniques de Médecine Générale.

    Tout un pan de la médecine conventionnelle prend en effet et de plus en plus donc en charge l’aspect psychosomatique des maladies et d’ailleurs, la psychothérapie s’en occupe aussi conformément mais plus adéquatement encore (vu que les médecins ne sont pas formés à la relation d’aide psychologique) ; voir notamment cette déjà ancienne définition donnée dans un manuel de référence : « La psychothérapie est l’ensemble des moyens par lesquels nous agissons sur l’esprit malade ou le corps malade, par l’intervention de l’esprit. » (Dr Antoine Porot, co-auteur d’un ouvrage de référence, le ‘’Manuel alphabétique de psychiatrie’’ – 1952).

    La psychothérapie ne se limite donc pas aux troubles mentaux. Dans le cas de troubles somatiques, donc physiques, la psychothérapie peut intervenir efficacement : même si les relations entre l’immunité et le psychisme sont scientifiquement avérées, elle n’a aucune prétention scientifique a priori. Je confirme au travers de mon expérience psychothérapeutique sur le terrain des maladies, que cette démarche est « payante » sans se dénaturer par l’usage du « décodage biologique » en prenant des positions contre l’éthique et la déontologie (comme ce à quoi conduit dans la pratique le « décodage biologique) : la mise en situation du patient en le mettant en conditions d’exprimer le sens qu’il donnerait à ses maux (sans aucune induction de la part du soignant) est couronnée de succès, car éthiquement et déontologiquement, c’est au seul patient qu’il appartient de donner un sens et quel qu’il soit à ses maux.

    L’Association française pour l’information scientifique (AFIS) livre la conclusion suivante suite à l’enquête qu’elle a faite :
    « On pourrait assimiler la thérapeutique de cette médecine alternative à la psychothérapie. La médecine soigne le corps et la psychothérapie le psychisme mais dans le cas qui nous intéresse, le corps est dépossédé de son essence, de toute consistance, il n’est plus qu’un objet, un miroir de nos angoisses dans les mains du thérapeute. Il s’agit là d’une dérive pernicieuse de la médecine ‘’ psychosomatique’’.»
    (La « biologie totale » sous la loupe, SPS n° 277, mai 2007, article écrit par le Dr Alessandra Moonens : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article746).

    C’est plus grave éthiquement en ce qui le concerne, car Hamer et les Hamériens démentent recourir à ce qui est psychologique, et en ont été critiqués ; pourtant, ils procèdent sans conteste à une anamnèse qui est pourtant la description de l’histoire de ce qu’a vécu le patient sous l’angle psychologique ! Croyant évacuer ainsi la nécessaire prise en charge psychothérapeutique de la personne – et les contingences éthiques et déontologiques associées –, ils se cantonnent à parler erratiquement de biologie ou de biologique, et comme je l’ai déjà écrit en d’autres termes dans le post précédent, laissant ainsi croire le grand public alors abusé, que comme il s’agit de biologie, cela bénéficie du même crédit que la biologie reconnue scientifiquement.

    Dans un ordre d’idée plus en phase avec la réalité, il eût été préférable qu’ils parlent de psychobiologie ou de psychobiologique (1), qui est en phase avec l’objet de la psychosomatique (2), branche universellement reconnue de la médecine conventionnelle.

    L’origine psychique des maladies avait déjà été relevée notamment par Sigmund Freud et a été entérinée grâce aux avancées de la médecine psychosomatique. Dès lors, la médecine de Hamer. se révèle manifestement être étroitement apparentée à la psychosomatique mais sans que Hamer en fasse nommément référence.
    C’est donc là principalement l’objet de l’imposture.

    Il y a certes d’autres contre-vérités concernant tout ce qui touche au « décodage biologique ».

    (1) Ou neurosciences cognitives est l’une des branches scientifiquement reconnues de la psychologie et qui étudie les incidences du psychisme sur la biologie
    (2) Qui est née dans la seconde moitié du XIXe s. Sa paternité est attribuée au psychiatre allemand Johann Heinroth

    J’ai consacré deux chapitres parmi les plus importants à propos de la « médecine » de Hamer et de la « Biologie Totale » de Sabbah dans mon livre sorti en 2011 : « Quand les thérapeutes dérapent » (www.derapeutes.eu) et qui vise à aider les personnes à se prémunir des pièges notamment de ces approches.
    Bien à vous,

  2. Merci pour votre lettre très détaillée; pour nous, plus il y aura de gens qui questionneront la façon dont on vit la médecine en France, mieux ce sera, car cela aboutira à faire évoluer les mentalités. Maintenant, il ne s’agit pas de donner des réponses fausses ni de suivre aveuglément quiconque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s