Les dernières notes de Ravi Shankar

Le Pandit Ravi Shankar, c’est à dire le grand maître de musique classique indienne est mort aujourd’hui. Il est l’un des tout premiers, si ce n’est le premier, a avoir fait connaître la musique classique indienne au grand public européen, en passant d’abord par le biais, oh combien populaire, des Beatles. Maître hors pair de sitar, il a été le guru de George Harrison et son influence se fait entendre dans la chanson Norvegian Wood.

On ne présente plus ses amis et contacts dans le monde de la musique occidentale. Sa connivence avec Coltrane était telle que Coltrane a nommé son fils, Ravi Coltrane. Une de ses filles est très connue aujourd’hui sous le nom de Nora Jones… Il a eu de nombreux disciples et élèves, mais sa préférée, sa plus belle réussite, selon lui, était la douce Laxmi Shankar qui chante les ragas traditionnels avec un naturel qu’ils en ont l’air faciles. Après tant d’années dévouées à son art, ce grand maître nous a quitté aujourd’hui à 82 ans.
La première rencontre de Shri Mataji, très passionnée de musique classique indienne, remonte à l’époque où le maître n’était encore qu’un élève. Ravi avait déjà la ténacité, la fougue et l’envie de réussir qui allaient le mener aux sommets.

Voici un extrait du livre, Mes Mémoires, de Babamama, chapitre 4:
« Mon oncle connaissait l’intimité de mon père avec Sardar Patel et il en parla au Maharaja de Maihar. Ceci se passait en 1946. Alors que mon père se trouvait à Delhi, un émissaire du Maharaja lui transmit son désir de le rencontrer et son intention de l’employer en tant que conseiller légal. Mon oncle savait pertinemment que mon père souffrait d’un ulcère duodénal, et il lui suggéra de se rendre à Maihar, où il serait soigné par le docteur Moitra, appointé au service du Maharaja. C’est pourquoi mon père accepta l’offre du Maharaja et se rendit souvent à Maihar de 1946 à 1947, à partir de Delhi ou de Nagpur.
En fait, toute la famille, y compris Shri Mataji, fréquenta Maihar. Nous nous y rendions avec le statut d’invités de l’Etat. Ces visites signifiaient beaucoup de choses à plusieurs égards. Premièrement, le docteur Moitra n’était pas seulement intelligent, il était doué dans son métier. Deuxièmement, Ustad Allahuddin Khan Sahib, maestro qui maîtrisait cinquante six instruments et gourou de Pandit Ravi Shankar, accompagné de son fils Ustad Ali Akbar Khan Sahib, et de sa fille Annapurana Devi, étaient au service du Maharaja et formaient l’ensemble des musiciens de la cour. A ce moment-là, Pandit Ravi Shankar était un jeune étudiant qui apprenait le sitar de son maître Ustad Allahuddin. Lors d’une de nos visites à son domicile, le mæstro demanda à mon père s’il aimerait écouter un peu de jolie musique. Comme c’était le soir et que mon père était un passionné, il acquiesça rapidement à la proposition. Le maître appela Ravi Shankar et lui demanda d’interpréter un morceau de musique classique indienne le « raga yaman », qui fut, pour nous, très harmonieux et nous fûmes tous absorbés par la mélodie venant de son sitar. Mais après environ dix minutes de prestation, Allahuddin Khan Sahib arrêta son élève. Il lui dit que la pureté du raga n’émergeait pas de son sitar et qu’il devait encore le travailler. Il appela ensuite sa fille Annapurana, et la pria de jouer le même raga sur un autre instrument, le Surbahar. Son interprétation était aussi très agréable et à la fin du concert, le maître nous dit que c’était comme cela qu’il fallait jouer “Yaman” (le raga Yaman).
Cette remarque meurtrit profondément l’ego de Ravi Shankar. Alors, plus tard dans la soirée, il se rendit au palais où nous résidions avec un joueur de tablas, et implora mon père de lui accorder quinze minutes de son temps afin qu’il pût jouer pour lui. Mon père accepta avec enthousiasme. Ravi Shankar exécuta le raga Miya Mallahar pendant presque une heure. Bien que sa prestation fût excellente, on pouvait difficilement prédire à cette époque, qu’il deviendrait plus tard un maître de sitar de renommée mondiale. »
Encore merci monsieur Shankar!

Publié par notre Terre Mère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s