Ubuntu, un hymne à la collectivité


Le terme  » Ubuntu  » provient d’un mot africain de la langue Xhosa appartenant aux langues  » bantoues « . Quelqu’un qui est « ubuntu » sait qui il est. On peut aussi définir ce terme ainsi : « Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous »
La tradition bantoue utilise le terme « ubuntu » pour se se réfèrer à l’esprit communautaire. En culture Xhosa sud-africaine, « Umuntu ngumuntu ngamuntu » veut dire qu’on est un être humain grâce à sa connexion avec les autres, que l’univers de chacun est lié aux autres, que nous vivons ensemble et sommes connectés par et dans l’esprit.

Une belle histoire:
Un anthropologue a proposé un jeu aux enfants d’une tribu africaine. Il a posé un panier plein de fruits près d’un arbre et il a dit que celui qui arrivait le premier remporterait les fruits sucrés. Quand il leur a dit de courir, ils se sont pris les mains et sont arrivés ensemble au pied de l’arbre, puis il se sont assis pour déguster leurs fruits. Quand il leur demanda pourquoi ils avaient couru main dans la main, alors que l’un d’eux aurait pu gagner seul tous les fruits. Ils lui ont répondu: « Ubuntu ! Ubuntu » !…

Voici ce que l’archevêque Desmond Tutu dit de « unbutu » dans  » Dieu a un rêve », 2004, publié par Doubleday :
« C’est l’essence de l’être humain. Cela parle du fait que mon humanité est inextricablement liée à la vôtre. Je suis humain parce que j’appartiens (à un groupe). Cela parle de plénitude, de compassion. Une personne ayant cet « ubuntu » est accueillante, hospitalière, chaleureuse et généreuse, prête à partager. Ces gens-là sont ouverts et disponibles pour d’autres, prêts à être vulnérables, affirmant les autres, ne se sentant pas menacés si d’autres sont capables et bons, car ils ont une confiance en eux venant du fait qu’ils savent qu’ils appartiennent à un ensemble plus vaste. Ils savent qu’ils sont diminués quand les autres sont humiliés, diminués quand les autres sont opprimés, quand les autres sont traités comme s’ils étaient moins qu’eux. La qualité d’ubuntu donne aux gens la résilience, leur permet de survivre et de s’en sortir encore en tant qu’être humain, malgré tous les efforts visant à les déshumaniser. »

Cet hymne à la collectivité existe dans plusieurs cultures. Par exemple, les Lakota en Amérique du Nord ont : « mitakuye oyasin », qui veut dire « nous sommes tous un ».
La devise « Un pour tous, tous pour un » connue pour caractériser l’amitié sans faille dans le roman des Trois Mousquetaires, chef d’œuvre d’Alexandre Dumas paru en 1844, est de nos jours, célèbre dans le monde entier. C’est aussi devenu la devise traditionnelle de la Suisse suite à de terribles inondations au XIX siècle.
Il y aussi chez les Bouddhistes « Sangham saranam gacchami » que l’on peut traduire par  » je m’en remets à la collectivité (des sages) » avec une notion un peu différente d’obédience envers le groupe.

En apprendre plus, en allant lire Barbara Nussbaum :http://barbaranussbaum.com/downloads/reflections.pdf
Remarque: le sous-groupe de langues Nguni, que Barbara Nussbaum cite,  appartient au groupe des langues bantoues. Il inclut la langue Xhosa et c’est pourquoi elle dit qu’Ubuntu est en langue Nguni.

Publié par notre Terre Mère

Publicités

4 réponses à “Ubuntu, un hymne à la collectivité

  1. la terre notre mère tremble parfois de frayeur sous les auspices de son feu intérieur…. ».BANDAM GUYANAIS »

  2. La terre notre mère accepte la reverie D’ALAIN tel un dimanche de la pensée POSITIVE

  3. Bonjour… un grand merci pour votre article et vos liens… Je suis créatrice de cérémonies sur mesures (!!!???) et je travaille en ce moment sur la création d’une cérémonie de mariage . La future mariée m’a confié que la notion de « Ubuntu » l’avait profondément marquée et touchée. Nous avons décider de créer la cérémonie autour de ce concept. J’espère que je saurai me montrer à la hauteur d’une si belle philosophie et que je saurai aussi lui donner forme à travers des petits rituels aussi justes… Si vous connaissez des traditions liées au concept Ubuntu, n’hésitez pas à m’en faire part ! Encore un grand merci… Stella

  4. Les rites liés à la culture xhosa ont malheureusement pris une tournure différente avec le temps et s’apparentent plus, à notre époque, à un culte des ancêtres avec des touches de magie noire et des méthodes agressives : rituels violents de passages d’un état d’enfant à celui d’adulte (circoncisions…) kidnapping de la mariée, négociation de la dote…
    Il n’en reste pas moins le sens de la joie collective, le caractère sacré de la danse, ce qui passe très bien lors d’un mariage.
    Sur les mariages:
    http://www.matrimony.co.za/uw/azindex.asp?id=2697
    Sur la culture xhosa:
    http://en.wikipedia.org/wiki/Xhosa_people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s