La phytorestauration ou la dépollution par les plantes

Cette idée qui nous paraît si nouvelle ne l’est pas du tout en fait. Depuis plusieurs siècles, bien avant l’Antiquité, les Chinois faisaient pousser des plantes autour de leurs villes pour dépolluer. Les Grecs et le Romains utilisaient aussi ce processus.

Aujourd’hui, Thierry Jacquet a créé l’entreprise Phytorestore qui dépollue par les plantes. Avec une équipe des spécialistes en chimie, hydrologie, hydrobiologie, urbanisme, environnement, géologie, pédologie, botanique, il a réussi à sélectionner des végétaux pour l’élimination des polluants. C’est une démarche de développement durable qui tient compte de multiples facteurs comme la préservation des ressources naturelles, mais aussi la valeur sociale, économique des sites traités.

L’unique ferme de dépollution des sols par les plantes existant au mode, Phytorestore, (sous-traitant pour Veolia Environnement et Suez Environnement) a acheté en 2009 une ferme expérimentale de 104 hectares pour l’équiper des dernières technologies en matière de  dépollution par les plantes. Elle   reçoit tous les jours une dizaine de camions qui viennent déverser leurs cuves de boues industrielles contenant des métaux lourds, des hydrocarbures, des graisses des restaurants et autres…
Par exemple, les eaux des fosses septiques, qui sont très polluées, vont dans une terre où l’on a planté des iris, qui sont des plantes très efficaces pour dépolluer : un 1 an, les iris auront dépollué la zone.
Comment ?
Les racines vont se développer dans le sol et créer un milieu favorable au développement de microorganismes, qui permettent de décomposer ces polluants. Les polluants vont être transformés par les bactéries en molécules saines.

Thierry Jacquet a mis 8 ans pour trouver quel type de plante correspond à tel polluant. Il fait pousser une centaine d’espèces différentes dans sa pépinière.
Par exemple, le typha ou roseau à cigare est efficace pour traiter les hydrocarbures et autres pollutions à base de pétrole. Le jonc, ou scirpe du marais, est utilisé pour dépolluer les graisses, les produits très acides.
Au final, 50 000 tonnes de déchets organiques sont transformées en 1600 tonnes de compost. La ferme est très économe en eau puisqu’elle fonctionne en circuit fermé, réutilisant à chaque fois ses eaux filtrées dans ses bassins, et elle participe au maintien des zones humides, de leur flore et de leur faune. On allie donc l’esthétique, à une dépollution des sols à moindre coup.

Plus sur : http://www.phytorestore.com/
Pour les contacter : http://www.phytorestore.com/ctc.html
ou
Phytorestore
7 impasse Milord
75 018 Paris
FRANCE
tel +33 (0)1 43 72 38 00
fax +33 (0)1 43 72 38 07
info@phytorestore.com
Photo: un exemple de phytorestauration à Nanterre.
Publié par notre Terre Mère

Publicités

3 réponses à “La phytorestauration ou la dépollution par les plantes

  1. Voilà une nouvelle vraiment enthousiasmante! l’art de la métamorphose. La Nature est décidément une déesse. Cela est très proche du lotus qui s’élève et s’ouvre sur une mare de puanteur pour offrir son parfum et sa beauté.

  2. Pingback: The triumph of beauty | RealEvolution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s