Hold up de notre patrimoine végétal: semence sous séquestre

Christophe Guyon nous dresse le tableau d’une triste réalité: les paysans ont perdu leur autonomie, ils ne peuvent plus utiliser leurs propres semences ! Une poignée de gens fait du profit avec le patrimoine de l’humanité.

Dans l’Europe entière, des associations se mobilisent pour retrouver ce droit d’utiliser les semences, comme par exemple Biogerme. Elles permettent d’échanger des variéts anciennes, souvent plus résistantes aux insectes et plus intéressantes que ce qui existe sur le marché.
Plusieurs intervenants viennent nous expliquer ce qui aurait été impensable il y a 100 ans:
Jocelyn Moulin, de l’association Kokopeli, nous explique le système d’aujourdhui en prenant exemple sur les paysans indiens. 9 multinationales se partagent le marché de 90% du blé et du riz mondiaux, à travers des hybrides ou à travers des OGM (clones chimériques) brevetés, car ces grands groupes imposent de passer par eux pour ensemmencer.
Pierre Rabhi, agro écologiste, nous propose une approché éthique et veut nous amener à prendre conscience de la gravité de la situation.
Christian Vélot, professeur en génétique moléculaire, nous parle du détournement du mot et de la notion d’hybride par les grand semenciers. Les paysans ont toujours fait des hybrides en croisant les plantes qui donnaient les meilleurs résultats. Mais aujourd’hui, les multinationales croisent des clones, c’est à dire des plantes qui ont un matériel génétique pauvre, dégénéré, et qui à la deuxième génération sont très peu productives.

Conclusion:
Aujourd’hui, les seules semences autorisées à la vente sont celles qui sont protégées par un droit de propriété intellectuelle, un brevet, comme si elles étaient le fruit d’une invention humaine! Ce serait drôle si ce n’était dramatique. Tout le domaine public est donc devenu illégal à la vente! Il est urgent que l’humanité prenne du recul, s’élève, car comme le dit Pierre Rabhi: « si la conscinece s’élève, le monde changera ».
publié par notre Terre Mère

Publicités

Une réponse à “Hold up de notre patrimoine végétal: semence sous séquestre

  1. Ce qui est grotesque, c’est que les politiques ont donné (vendu!) le monopole du vivant à une poignée d’individus déterminés à vampiriser la sève humaine uniquement pour s’enrichir. Pour moi, il n’y a pas d’autre mot, leur entreprise est démoniaque au final. Récemment Vilmorin a acheté une petite société de semences dans l’Inde du Sud, qu’en penser ? combien de fermiers indiens encore poussés au suicide ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s