Nous survivons grâce à la forêt amazonienne

 » Environ 75 pour cent de l’électricité produite au Brésil provient de grandes centrales hydro-électriques au bord de barrages. Ils sont clairement dépendants de la pluie qui est principalement produite par les forêts tropicales du bassin amazonien. Pourtant, comme les forêts ont été défrichées au profit de la croissance économique, et les « avantages » de la déforestation de plus en plus analysés selon ce point de vue, le coût de la compensation, par exemple, n’a pas été pris en compte dans le prix réel de la future production d’électricité. En d’autres termes, la valeur à court terme de la déforestation n’a pas intégré l’évolution du prix de l’énergie à plus long terme, que la déforestation va réellement provoquer, sans parler des innombrables avantages qui seront perdus.

Une séquence de film mise en place par la NASA à partir d’images satellites qui m’a été montrée récemment, démontre formidablement cette idée. D’un point de vue stratégique dans l’espace, il montre le schéma annuel de la formation des nuages au-dessus des forêts tropicales. En respirant et poussant, les arbres et les autres végétations exhalent de la vapeur d’eau. Une vingtaine de milliards de tonnes d’eau sont libérées chaque jour par la seule forêt tropicale amazonienne, et se condense en des tourbillons de grands nuages blancs, qui produisent ensuite de la pluie. Non seulement l’humidité retombe sur la forêt, mais elle se déplace aussi.

Les nuages de pluie générés par la forêt amazonienne aident à arroser les cultures d’une grande partie de l’Amérique du Sud, y compris les vastes terres céréalières du sud du Brésil. Un peu de cette humidité retombe aussi sur les champs de céréales des prairies de l’Amérique du Nord. Et ces forêts créatrices d’eau aident même aider à arroser les cultures et à reconstituer les zones humides de l’Afrique du Nord et de l’Europe du Sud. Un expert m’a expliqué que cela s’apparentait plutôt à un système de « rivières volantes » qui déplace l’humidité dans les cieux, conduites, en fin de compte, par la forêt tropicale elle-même.

Les statistiques sont vraiment stupéfiantes. Par exemple, il a été estimé qu’une superficie d’arbres, venant d’une forêt tropicale de ce type, est capable d’évacuer dans l’atmosphère huit à dix fois la quantité d’eau qui provient d’une zone équivalente de l’océan. Un exemple, peut-être encore plus à couper le souffle, c’est le fait que l’énergie nécessaire pour faire correspondre l’évapotranspiration journalière de la forêt tropicale du bassin amazonien (c’est à dire la libération dans l’air de l’eau contenue dans la végétation), est environ similaire à ce que le plus grand barrage hydroélectrique du monde produirait en puissance maximale pendant environ 135 ans.

L’eau est essentielle pour notre bien-être économique, non seulement permettre aux cultures de pousser, mais aussi pour les villes et l’industrie partout dans le monde. Et rappelez-vous, afin de produire un kilo de bœuf, il faut quinze tonnes d’eau. Une seule tasse de café nécessite environ 140 litres. Il existe une relation simple: sans les forêts, il y a moins d’eau, avec moins d’eau il y a moins de nourriture.

Un des défis importants auquel sera confrontée l’humanité au cours du siècle actuel, sera de faire correspondre nos besoins en eau douce avec les réserves limitées et, dans certains cas, en régression, qui seront disponibles. L’urbanisation, l’agriculture toujours plus intensive, le désir sans fin de toujours plus de croissance économique, et l’augmentation inexorable de la population mondiale, conduiront tous à une plus grande demande à un moment où le réchauffement climatique diminuera les réserves d’eau dans certaines régions.

Dans ces circonstances, nous devons faire tous les efforts possibles pour maintenir les sources de pluies, en particulier celles venant de la forêt tropicale ; cela devrait être la priorité absolue de l’époque dans laquelle nous vivons, et pourtant la destruction se poursuit.
… Sans mentionner ce que fait la nature  pour nourrir l’esprit humain, inspirant l’art et la littérature et incarnant les valeurs intrinsèques – même si je dois souligner qu’aujourd’hui, dans de nombreuses sociétés, c’est quelque chose qui semble être de moins en moins accessible à la compréhension humaine « .

Le Prince Charles dans son livre « Harmony » paru en novembre 2010 chez Harper Collins, en Français chez Odile Jacob
Publié par notre Terre Mère

Publicités

2 réponses à “Nous survivons grâce à la forêt amazonienne

  1. jeanne chretien

    Peut être serait il temps qu’il prenne la couronne!

  2. Ce serait une bonne idée en effet qu’il prenne la couronne.

    Malheureusement à en juger par le peu de retentissement de son excellent livre et de son travail (Fondation pour la préservation des forêts vierges, École des arts traditionnels à Londres, et autres…) dans les medias, et du fait même du régime parlementaire en Grande Bretagne, il n’aurait que le droit de se taire. Rappelez-vous le tollé lorsqu’il avait osé critiquer l’architecture, les gros intérêts s’étaient empressés de le faire rappeler à l’ordre par Tony Blair à l’époque.

    Souhaitons de toute notre force que tout cela change et que la compétence et la responsabilité reviennent VITE au pouvoir ! C’est une urgente nécessité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s