Pourquoi les rivières sont pleines de boue ?

La réponse de Claude Bourguignon
Nous sommes en train de dégrader les trois milieux dans lesquels nous vivons : l’atmosphère, l’eau et le sol.
Le sol est organo-minéral, les argiles, les plus complexes du monde, fabriquées par les argiles et les microbes, les plus complexes du monde, l’humus, les matières organiques les plus complexes du monde. C’est un équilibre fragile.

En 100 ans, nous avons dégradé autant de terres qu’en 6000 ans d’agriculture. Aujourd’hui, nous cultivons 1 milliard 500 millions d’hectares de sol pour 6, 9 milliards de personnes, ce qui fait moins de 2200 mètres carrés par habitant. Nous perdons 15 millions de terre agricoles chaque année. Comment faire alors ? Nous déforestons l’équivalent dans les forêts tropicales qui ont pour rôle d’équilibrer le climat et contribue au réchauffement climatique.

Les Etats ont abandonné leur rôle qui était de nourrir leur population en laissant à l’industrie agroalimentaire gérer cela. Auparavant, on suivait le modèle le plus productif qui soit par mètres carrés, l’équilibre agro-sylvo-pastoral. Les forêts empêchaient le bétail de manger les cultures et fournissait de l’humus, les sols étaient laissés régulièrement en prairies sur lesquelles le bétail pâturaient créant ainsi du fumier qui régénérait les sols. (Par exemple, le système aztèque.) Aucun système intensif n’est aussi productif.
Aujourd’hui on a inventé l’agriculture intensive, c’est-à-dire des monocultures faciles à industrialiser mais qui ont rompu avec les cycles de la nature, avec utilisation d’engrais chimiques. Or l’azote détruit les matières organiques et libère du gaz carbonique.
Donc, après une dégradation biologique des sols, nous obtenons une dégradation chimique des sols. Le calcium, le fer et l’aluminium ne peuvent plus attacher l’argile et l’humus et dès qu’il pleut, les rivières sont pleines de boues. Partout où la terre est encore intacte, les rivières sont transparentes.
Cela signifie que nous sommes en train de perdre nos sols. Nous sommes devant un choix urgent à faire : soit retrouver une agriculture biologique qui pourra nourrir les habitants de la terre, soit continuer à produire une agriculture gourmande d’énergie et de produits chimiques, qui ne fera qu’affamer le monde.
Voici ce que nous propose Claude Bourguignon, dans cette interview réalisée en 2010 mais toujours d’actualité.
Publié par notre Terre Mère

Publicités

2 réponses à “Pourquoi les rivières sont pleines de boue ?

  1. Bravo à Claude et Lydie Bourguignon pour leur merveilleux travail, et merci. Ils sont pratiquement les seuls microbiologistes qui restent au monde, et qui peuvent montrer que la terre est un organisme complexe et vivant, un monde du vivant. Que tuent stupidement les pesticides et les engrais faits par ceux qui ne voient rien, ne comprennent rien au complexe… rien que les profits immédiats.

  2. Et le rapport de la FAO en 2007 a établi que l’agriculture traditionnelle pérenne (biologique, cela va de soi) était aussi productive, voire plus, que l’agriculture chimique, et donc qu’elle pouvait subvenir aux besoins de la planète tout en délivrant une nourriture saine et garante de la santé publique… seule différence avec l’agriculture « chewing-gum », elle nécessite plus de main d’oeuvre… et alors ? il y a plein de chômeurs qui ne demanderaient pas mieux que de retrouver le bon air de la campagne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s