L’escroquerie des marchés financiers

1/ Les dérivatifs ne sont rien moins que du papier qu’ils impriment à tout va, et écoulent en promettant des retours sur investissement incroyables (contre du papier, ce sont des nations entières qu’ils tuent) ; pire ils vendent en masse ce qu’ils ne possèdent pas encore (faisant ainsi baisser les cours) avant de racheter (moins cher) faussant ainsi toutes les lois du marché. Ce n’est plus du capitalisme, c’est tout simplement de l’escroquerie. Comment les politiques leur ont-ils ainsi laissé les mains libres ?
2/ Il faut toujours se rappeler que l’argent ne disparaît jamais, il change simplement de mains. Idem en 1929, idem aujourd’hui. Nous assistons en ce moment au plus gros transfert d’argent jamais réalisé. Comme vous le disiez, le peuple doit faire les efforts après qu’une poignée de diables ait organisé la « crise » ou le « crime ». Non seulement transfert d’argent, mais aussi transfert de pouvoir : regardez comme après avoir semé la déroute (Grèce, Italie, Europe), Goldman & Sachs récupère tous les postes au sommet -sans élections qu’on sait, il est vrai, bidon-.
3/ On assiste à des gros mouvements d’attention, un coup sur les USA (rappelez-vous en août, ils ont été dégradés au moment où le relèvement de la dette ne passait pas au Congress), un autre coup sur l’Europe. Cela s’appelle de la distraction et du détournement d’attention, pour mieux cacher ce qui ne saurait être vu.
4/ La City de Londres et Wall Street sont connus comme les grands repères de blanchiment d’argent du monde et d’arnaques en tous genres.
5/ Les États-Unis ont toujours la supériorité du jeu, malgré leur dette colossale et leur économie sous perfusion (on imprime du dollar à tout-va), tout simplement parce que tout le pétrole du monde se négocie en dollars et gare à celui qui veut en sortir en proposant des alternatives. Cela assure pour le dollar d’énormes débouchés.

Autrement dit, « ils » sont bien tous de retour – dissimulés sous leurs beaux atours de Sainte Nitouche, comme Soros qui se fait passer pour un philanthrope car avec les miettes de cet argent du crime, il fait construire des universités dans les pays de l’est… –
Heureusement la Chine et d’autres peuvent toujours jouer les trouble-fêtes.
Jusque quand ? L’Inde dernièrement se réjouissait d’avoir ouvert à l’encan ses marchés financiers… l’appât du gain rend bien naïf.

Mais au fait, ne sommes-nous pas au coeur d’une énorme illusion ?
Marie Odile pour notre Terre Mère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s