La galette des rois

Plus de 80% des galettes des rois vendues à Paris sont des produits industriels que les boulangers pâtissiers se contentent de réchauffer ! Et cela doit être la même chose ailleurs….

Ces produits industriels sont fabriqués en usine et livrés congelés. Ils sont exactement identiques à ceux vendus 4 euros chez Carrefour et 4,50 euros chez Auchan, pour une galette 6-8 parts.

Tradition oblige, on se précipite tous bien naïvement chez notre boulanger et on achète, sans même s’interroger un produit alimentaire très largement fabriqué à la chaîne dans des usines, sans traçabilité !  Pour connaître le contenu, faire les poubelles des pâtissiers reste le seul moyen : beurre ou margarine ? Arômes artificiels ? Quantité et provenance des amandes, conservateurs ?

Il serait temps de réagir car pour l’instant, la loi n’oblige pas les pâtissiers ou boulangers à donner la liste de leurs ingrédients.

La galette des rois nous vient de la Rome Antique. Des fêtes romaines se déroulaient fin décembre, début janvier, les Saturnales ; on dégustait un gâteau dans lequel était caché une fève. Celui qui avait la fève devenait le roi des Saturnales et pouvait exaucer tous ses désirs, même celui de donner des ordres à son maître pour un esclave, durant une journée. On tirait déjà les rois en plaçant le plus jeune sous la table pour attribuer  chaque part.

La galette à la frangipane est apparue au XVIIème siècle. Les fèves étaient d’abord des légumineuses ressemblant aux haricots. Puis elles furent remplacées par des pièces en or ou en argent. Notre fève en porcelaine est apparue en 1870.

Pour une galette facile « fait maison » la marque Croustipate propose un kit pour faire sa galette des rois à la frangipane ; elle est sans additif, avec 30% de pâte d’amande, une couronne en papier et une fève, au prix de 4,50€.

Publié par notre Terre Mère

Advertisements

Une réponse à “La galette des rois

  1. Merci d’enlever nos dernières illusions ! de toutes façons, rien ne vaut la bonne galette des rois faite à la maison, elle peut ne pas être très brillante, elle peut fuir, dégouliner sur les côtés, la fève peut avoir été placée très maladroitement là où le couteau va trancher, mais c’est dans celle-là qu’il y a le plus de frangipane, le plus de saveurs, le plus d’amour … Cela est vrai pour toute la pâtisserie, toute la cuisine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s