Plaidoyer pour un arbre

Le dernier livre du botaniste Francis Hallé, Du bon usage des arbres, est un hymne à la beauté des arbres, appel au secours pour eux et les hommes qui en dépendent.

Par exemple le platane est pour lui le témoin de l’évolution de nos sociétés. Comme l’arbre se reproduit par ses graines et se développent par ses racines, il créé autour de lui tout un réseau. Des peupliers se renouvellent depuis 10 000 ans dans l’Utah, des Larrea de 13 000 ans au sud de la Californie.

 Plus proche de nous, les platanes sont pour lui l’exemple des êtres vivants qui nous accompagnent :  « Un homme est sénescent, c’est-à-dire programmé pour mourir. Pas un platane…Il est potentiellement immortel…Quand on dit un platane centenaire, on parle d’un gamin en culotte courte ». Un olivier de Roquebrune-Cap-Martin sur la Côte d’Azur est âgé de 2000 ans !

On dit que les arbres absorbent toute l’énergie qui se dégage de l’endroit où ils vivent et la retiennent, comme ils font avec le dioxyde de carbone. Ce sont des éponges qui purifient notre air, ils absorbent bien d’autres polluants comme les métaux lourds, le plomb, le manganèse, les suies industrielles… et les retiennent en leur bois. C’est pourquoi lorsqu’on coupe les vieux arbres, ils rejettent dans l’atmosphère tout ce qu’ils ont stocké.

L’arbre est au centre de la biodiversité terrestre et abrite 50% des espèces. Une forêt bien gérée permet de faire vivre directement ou indirectement 1,6 milliard d’êtres humains. Selon l’ONU la moitié des forêts de la planète a été détruite au XXe siècle. Entre 2000 et 2005, c’est  20 000 hectares par jour qui disparaissent !

La déforestation contribuerait de 15 % à 20 % aux émissions de CO2 en libérant leur carbone. Selon l’économiste indien Pavan Sukhdev, Bombay, le coût de la déforestation implique une perte de 1 350 et 3 100 milliards d’euros chaque année, car elle implique en plus une érosion des écosystèmes en général. Pour lui, « Cette invisibilité économique des écosystèmes a mené à la crise écologique. »

L’année 2011 a été déclarée par l’ONU Année internationale de la forêt. Profitons des derniers mois qui restent pour faire passer l’importance du respect des arbres tant au niveau économique qu’au niveau écologique.

Francis Hallé, « Du bon usage des arbres. Un plaidoyer à l’attention des élus et des énarques », ed. Actes Sud, octobre 2011

Plus sur : http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/20/l-arbre-allie-de-taille_1605633_3244.html

Publié par notre Terre Mère

Publicités

Une réponse à “Plaidoyer pour un arbre

  1. Des chiffres, des chiffres !! M. Hallé et M. Sukhdev, chacun dans son domaine font un précieux travail en nous informant sur l’apport économique de l’arbre. Car malheureusement, ceux qui nous gouvernent, ceux qui gèrent nos économies, ceux qui hypothèquent notre destinée sur terre, n’ont absolument aucune conscience, aucune vision, ils ont beau être gros et puissants, ils sont des espèces archaïques en perdition qui ne comprennent rien à beauté, l’écologie, la poésie, le pourquoi de ce monde. Tout ce qu’ils connaissent, c’est money, dirty money… alors avant qu’ils ne passent par-dessus bord, on peut essayer de parler leur langage. En chiffrant les coûts de leur irresponsabilité environnementale en euros peut-être seront-ils moins insensibles à l’argument !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s