Deux amis, poème philosophique de Rumi

«Quelqu’un arriva devant la porte de son ami et frappa.
– Qui est là?
– C’est moi.
L’ami répondit:
– Va-t-en. Il n’y a pas de place pour de la viande crue à cette table.

La personne erra pendant un an. Rien d’autre que le feu de la séparation ne peut changer l’hypocrisie et l’ego. Elle revint, totalement prête, cuite à point, fit les cent pas devant la maison de son ami puis frappa doucement.
– Qui est là?
– Toi.
– S’il te plaît entre, mon autre moi, il n’y a pas de place dans cette maison pour deux personnes.

Les deux bouts du fil n’entrent pas à travers le chas d’une aiguille, seule une pointe unique, une extrémité effilée, pas un gros ego alourdi de bagages peut y pénétrer. »

Jalaluddin Rumi, “Seasons of Peace » du livre The essential Rumi, Traduit par Coleman Barks, 2004
Plus sur: http://soufis-sahajayoga.blogspot.com/search/label/Rumi

Publié par notre Terre Mère

Advertisements

Une réponse à “Deux amis, poème philosophique de Rumi

  1. Très cru en effet ! avec une telle réponse, il y a de quoi se remettre en question ! Rumi est vraiment très fort. Et curieusement, il est un des poètes mystiques les plus populaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s