Le cuivre au secours de l’hopital

Dans le monde, 7 millions de gens sont affectés chaque année par les maladies nosocomiales, en France cela concerne plus de 4 000 personnes qui décèdent et 750 000 qui sont touchées.
Ces maladies viennent des bactéries qui, par contact, entrent dans le corps d’un patient et peuvent le tuer.

Or, depuis 2006, grâce aux travaux de Bill Keevil de l’université de Southampton sur les propriétés antibactériennes du cuivre, on sait que plus de 99% des principales bactéries, même celles qui résistent aux antibiotiques, meurent en moins de deux heures sur une surface cuivrée ou en alliage de cuivre ! Alors que sur de l’inox, elles ne cessent de se développer et sur le plastique, elles peuvent survivre des semaines.

A l’hôpital de Birmingham, le professeur Tom Elliott nous informe que les poignées de portes, les plaques sur les portes ont été changées pour comporter des éléments en cuivre. Depuis, 90 à 100% de micro-organismes ont disparu ! Non seulement son effet antibactérien est quasi immédiat, mais il dure des mois. Aux Etats-Unis, le Dr Michael Schmidt a déclaré que depuis l’installation d’équipements en cuivre dans trois services de réanimation, le nombre de personnes infectées avait baissé de 40 à 70%!

Par exemple, les staphylocoques dorés, les plus redoutables et qui résistent aux antibiotiques courants, meurent en moins de 10 minutes au contact du cuivre.

Au Chili, en Allemagne, en Grèce, en Afrique du Sud et au Japon, des études ont démontré les mêmes résultats. Et en France ?

L’hôpital de Rambouillet a  équipé 2 de ses services, pédiatrie et réanimation, avec du cuivre. «Dans le service pédiatrie, nous allons regarder si le cuivre permet de limiter les très nombreux cas de bronchiolites et de gastro-entérites contractées à l’hôpital entre septembre et mai…Dans le service réanimation, nous allons contrôler les bactéries multi-résistantes et comparer les résultats obtenus à ceux des années précédentes» déclare le Dr Patrick Pina, chef du service hygiène de l’hôpital.

Mais bien sûr, cette installation a un coût élevé et les autorités sanitaires sont réticentes. Pourtant, qu’est-ce que c’est, face au nombre croissant de maladies nosocomiales qui coûtent aussi très cher à la société ? Sans parler de la vie broyée des familles touchées par ce fléau…
On peut aussi se demander si le plastique est vraiment l’invention du XXe siècle, ou si son intervention dans tous les aspects de notre vie ne serait pas un des facteurs de notre fragilité accrue aux allergies.

Plus sur: http://www.lefigaro.fr/sante/2011/10/07/01004-20111007ARTFIG00578-un-hopital-teste-le-cuivre-pour-lutter-contre-les-infections.php

Publié par notre Terre Mère

Publicités

3 réponses à “Le cuivre au secours de l’hopital

  1. jeanne chretien

    merci pour cet article trés intéressant et qui pourrais être une belle solution aux maladies nosocomiales, un peu la honte de nos hopitaux

  2. Marie Vuillot

    merci pour cet article…très intéressant …les solutions les plus simples sont souvent celles auxquelles on ne pense pas !
    Je souhaite vraiment que cette info se répande partout en France et puisse porter des fruits !

    • La Terre Mère regorge de recettes oubliées ou encore en attente d’être (re)découvertes, que nous n’avons pas exploitées. Les propriétés du cuivre sont connues depuis des millénaires, et pourtant, ce n’est que depuis quelques années qu’on s’y intéresse. Il est temps que le profit laisse sa place au bon sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s