Une feuille artificielle capte l’énergie solaire

« Une feuille artificielle, c’est l’un des Saint Graal de la science depuis des décennies », a déclaré Daniel Nocera, Ph.D., qui a dirigé l’équipe de recherche.

« Nous croyons que nous l’avons fait. La feuille artificielle se montre particulièrement prometteuse en tant que source d’électricité bon marché pour les pays en voie de développement. Notre objectif est de transformer chaque foyer en une centrale électrique personnelle », a-t-il dit. « On peut envisager que bientôt des villages en Inde et en Afrique achèteront un système d’alimentation de base à un prix abordable et basé sur cette technologie. »
Plus petite qu’une carte à jouer, l’appareil est fait à partir de silicium, d’électronique, de catalyseurs, de substances qui accélèrent les réactions chimiques qui, autrement, n’auraient pas lieu, ou se produiraient lentement.
Placé dans un récipient d’eau à la lumière vive du soleil, l’appareil pourrait produire suffisamment d’électricité pour alimenter une maison dans un pays en développement avec de l’électricité pour une journée.

Comment ça marche ?
Il sépare la molécule d’eau en ses deux composantes : l’hydrogène et l’oxygène.

Les gaz hydrogène et oxygène pourraient être stockés dans une pile à combustible, qui utilise ces deux matériaux pour produire de l’électricité, située soit sur le toit de la maison ou à côté.
Le docteur Nocera, chimiste travaillant au Massachusetts Institute of Technology, souligne que la «feuille artificielle» n’est pas un concept nouveau. La première feuille artificielle a été développée il y a plus de 10 ans par John Turner du Laboratoire national américain des énergies renouvelables à Boulder, au Colorado. Bien que très efficace pour réaliser la photosynthèse, le dispositif de Turner était composé de matériaux rares et  chers, avec une durée de vie d’à peine un jour !

En laboratoire, Nocera a montré qu’un prototype de feuille artificielle pourrait fonctionner en continu pendant au moins 45 heures sans baisse de l’activité.

La meilleure avancée de la découverte de Nocera  ce sont ces catalyseurs peu coûteux, constitués de nickel et de cobalt, qui sont capables de fractionner l’eau en ses deux composantes, l’hydrogène et l’oxygène, dans des conditions simples.
En ce moment, la feuille de Nocera est environ 10 fois plus efficace pour la photosynthèse qu’une feuille naturelle.

«La nature est alimentée par la photosynthèse, et je pense que le monde futur sera alimenté par la photosynthèse sous la forme de cette feuille artificielle» a déclaré Nocera.

Il reste encore à développer le système de collecte et de stockage.

Plus sur : http://www.sciencedaily.com/releases/2011/03/110327191042.htm

 Publié par Notre Terre Mère

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s