Les animaux sentinelles

Savez-vous que les scientifiques étudient de plus en plus les animaux pour déterminer le seuil de pollution des sols ?

Pour analyser une décharge qui reçoit 1000 tonnes de détritus par jour on utilise des rats car ce sont des mammifères très proches de l’homme. Comme ils vivent deux ans en moyenne, tous les événements qui chez l’homme se déroulent sur 70 ans se déroulent sur 2 ans.

Donc, pour interpréter les conséquences de l’absorption d’un produit sur plusieurs générations, cela va assez vite.

Ces animaux vivent en plus en contact constant avec le sol. Le professeur Bernic laisse ses rats de laboratoire 3 jours dans la décharge. Il étudie les troubles respiratoires liés aux toxines décrits par les travailleurs ou les habitants proches des décharges à ciel ouvert. Ensuite il fait un prélèvement d’organes comme le foie et le rein qui accumulent, chez le rat comme chez l’homme, les toxines.

C’est dommage pour ces rats mais grâce à eux, il a réussit à convaincre les gestionnaires de décharges de protéger leurs travailleurs sur site, et d’avoir une meilleure gestion et compréhension de leur décharge. Un Français produit environ 400 kg de déchets par an (cela dépend des analyses) cela fait 26 millions de tonnes par an à gérer.

 A ce jour, seulement 30% des produits chimiques que nous utilisons ont été testés !

Les écotoxicologues travaillent aussi avec des verres de terre et des taupes, leur prédateur. Les taupes accumulent donc un taux de contamination supérieur qu’il faut analyser.

Mais l’animal sentinelle par excellence est… l’escargot !

On évalue le transfert du polluant dans le sol à l’escargot, puis de l’escargot à son prédateur le merle noir.

L’escargot adulte résiste bien aux polluants, mais au stade embryonnaire, il est fragile. On mesure très bien les polluants sur ses œufs car les produits chimiques bloquent leur développement. Donc, pour étudier l’impact des polluants sur la reproduction, les escargots sont d’extraordinaires aides à la recherche.

C’est difficile de penser à ces petits animaux en tant qu’outils et moyens pour prouver des hypothèses scientifiques. Mais en agissant ainsi, on montre à quel point tout être est un maillon essentiel de la nature car il existe encore beaucoup de personnes pour qui les « bestioles » n’ont rien à faire dans le monde des hommes.

Il nous reste les étranges insectes et les invisibles bactéries, qui sont encore un mystère, et parmi lesquels se trouve peut-être la solution aux problèmes de pollution.

Publié par notre Terre Mère

Publicités

2 réponses à “Les animaux sentinelles

  1. jeanne chretien

    merci à tous nos amis les animaux, si indispensables à notre survie

  2. On a toujours besoin d’un plus petit que soi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s