Préparons l’après nucléaire : au présent préparons l’avenir !

D’après le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) 80% de l’approvisionnement mondial en énergie pourrait être assuré par des sources d’énergies renouvelables d’ici au milieu de ce siècle si les politiques publiques suivent :

Mais le coût de démantèlement des centrales est sous estimé. Par exemple pour Brenillis : le démantèlement estimé à 20 millions, puis passe à 480 millions…

Idem pour le stockage : Une zone à proximité du laboratoire de Bure a été définie. Une surface de 15 km2 en profondeur devrait accueillir les déchets radioactifs pour 100 ans, le coût initial était de 15 milliards d’euros alors qu’il sera en réalité plutôt de 35 milliards. Il devrait être mis en service en 2025. Pour quel prix ? Hors dégradation des produits avant 100 ans ? Et quel traitement possible après 100 ans ?! Le  problème des déchets à haute activité et à longue vie reste donc entier.

La production annuelle française de déchets nucléaires (principalement électricité, recherche, militaire) s’élève à 2 kg par habitant. Soit sur 30 ans avec une moyenne de 59 000 000 d’habitants : 3 540 000 tonnes de déchets nucléaires. Qui va gérer cela, pendant combien de temps, quels seront les réels impacts sur l’environnement ?

En France les centrales sont vieillissantes, les risques d’accidents nucléaires sont donc accrus. Après «Three Mile Island (USA-1979), Tchernobyl (URSS-1986), Kashiwasaki-Kariwa (Japon-2007), Fukushima (Japon-2011), à qui le tour ?

Imposé sans débat démocratique (un référendum !?) le nucléaire (recherche, installation, démantèlement, stockage, accidents, etc…) coûte et coutera, pour ceux qui pourront payer, plus qu’il ne rapporte juste du point de vue économique. Mais les bénéfices immédiats qu’il rapporte au lobby du nucléaire semble effacer tous les scrupules que l’on peut avoir à vouloir maintenir cette (inacceptable ?!) agression sur la nature et ses conséquences sur le vivant.

Plusieurs associations (sortir du nucléaire, Négawatt, WWF, Energie Council, etc.) prévoient une sortie du nucléaire en France en quelques années (5 à 30 ans pour la dernière centrale).

Sources : Biocontact N°213-Mai 2011
Plus sur : http://www.cdurable.info/Dernier-rapport-du-GIEC-confirmation-du-potentiel-energies-renouvelables,3448.html
Philippe
Publié par notre Terre Mère

Publicités

Une réponse à “Préparons l’après nucléaire : au présent préparons l’avenir !

  1. Bonnes questions…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s