Connaissez-vous Isabelle Saporta ?

Isabelle Saporta est une journaliste qui est allée à bonne école : préparation des émissions de Jean-Pierre Coffe sur France Inter, collaboratrice à Marianne…

Le ton est donné : vif incisif et populaire, au sens noble du terme.

Elle est aussi l’auteure du documentaire « Manger peut-il nuire à notre santé ? » qui passe pour la première fois ce soir sur France 3 à 22 heures 55 et qui nous brosse un passionnant tableau de ce qui se trouve dans nos assiettes. 

Aujourd’hui, ce mercredi 16 février, sort « Le livre noir de l’agriculture » ou comment on assassine nos paysans, notre santé, et l’environnement.
Isabelle Saporta y démontre que le système agricole français, basé sur l’agriculture intensive, a largement atteint ses limites et perd de l’argent chaque jour, sans parler des méfaits à moyens et long terme sur notre santé et sur l’environnement.

Est-ce que le gouvernement s’en soucie ?
La pression populaire est de plus en plus forte, de plus en plus de personnes savent que l’eau est gaspillée, polluée par des pesticides qui enrichissent surtout de gros industriels, par des médicaments qui féminisent les poissons…

Isabelle Saporta a enquêté pendant 2 ans en France : si tout le monde est d’accord pour changer, aucun politique n’a eu jusqu’ici le courage de s’attaquer aux fondements de l’agriculture intensive. En bref, nous n’avons pas vraiment de projet clairement défini pour solutionner le problème de notre agriculture en déclin.

Pourtant, les solutions existent.
Des gens possèdent la connaissance, ceux qu’on appelait des paysans, avant d’être nommé des techniciens de l’agriculture avec bac +2.

Mais il faudrait revoir totalement notre façon de vivre ! Et à Notre terre Mère, on y croit.

Isabelle Saporta , Le livre noir de l’agriculture
Code ISBN / EAN : 9782213656038 / hachette : 3608189
252 pages, paru le 16/02/2011
Remarque : vous pouvez toujours essayer d’écrire à Isabelle Saporta
via son éditeur Robert Laffont pour le livre « Ne mâchons pas nos maux , Consommons autrement pour vivre mieux » paru en 01/2009. En général les éditeurs font suivre le courrier.
Ou alors, essayez par France 5 car elle a été invitée au « Magazine de la santé » le 16 février 2011, pour parler de son ouvrage « Le livre noir de l’agriculture ».
Bonne chance

Publié par notre Terre Mère

Publicités

31 réponses à “Connaissez-vous Isabelle Saporta ?

  1. Entendu l’auteure à France Inter ce matin et bien triste de voir que le constat qu’elle fait est aussi dramatique que celui que je faisais en …. 1978 dans « Energie et agriculture: le choix écologique ». Bonne chance à l’auteure de ce nouveau brûlot. Nous semons dans le désert, mais la pluie viendra bien un jour…..

  2. Bonsoir,
    Un ami agriculteur m’a parlé cette semaine de l’émission diffusée sur france 3. Je viens de la visionner, je suis moi même agriculteur, j’aurai aimé avoir les coordonnées d’Isabelle pour poursuivre la réflexion au delà de ce qui est admirablement démontré dans le documentaire. Comment en est on arrivé là. Comment en sortir, comment eveiller les consciences, si seulement les gens avaient conscience du cynisme et de la conspiration organisée par les affamés d’argent et de pouvoir. Merci si vous pouvez me transmettre les coordonnées. Paul.

  3. Enfin une vision optimiste !
    Encouragements

  4. … à quelle bonne école est elle allée pour nous expliquer l’agriculture ? elle a fait Purpan ou Grigon ? ca m’étonnerait…encore une bobo écolo qui ne connait du monde agricole que la vision qu’elle veut nous vendre dans ses bouquins ou la polémique occulte l’information neutre qu’on devrait attendre d’un bon journaliste … mais tout ca est tellement dans l’air du temps

  5. Ne croyez pas tout ce que vous voyez et entendez cher zinzan.
    Personnellement, je suis artiste Céréaliste.
    La Libye meurt de faim et un de nos derniers atouts démocrates « logique » en afrique va peut-être laisser la place au chaos, la guerre des médias est encore là.
    Nous attendons comme vous des programmes de nos élus et nous souhaitons simplement qu’ils passent moins de temps à cumuler les mandat et à aller à la buvette de l’assemblé.
    Nous savons que nos agriculteurs sont à donf tout comme le fameux flux tendu qui est le même pour l’hotesse de caisse qui va perdre sont emploi remplacée par un robot, le journaliste qu’on va « essayer » d’acheter, l’imprimeur et le boulanger qui vont aller dans « l’industrie », les juges et les enseignants qui voient leurs postes purement et simplement ciblés par le système et tout ces metiers qui meurent et sont remplacés par des machines, c’est bien ? mais même ces machines sont mal utilisées alors qu’est-ce qu’on fait ? on continue et on dis pas stop là, on fait le point, Pourparler, temps mort, on fait même le geste du T avec les mains
    Bien à tous

  6. Isabelle Saporta à fait un travail exceptionnel.
    La lecture de « Porc Magazine est vraiment une source intéressante.
    Comme le dit Isabelle tant que les élevages mangeront les déchets des firmes mondialisées on va vers des risques majeurs de santé publique.
    On pourrait même penser que l’élevage industriel est la clef de tout le système intensif.
    Que ferait ‘on des millions de tonnes des déchets divers dont les drêches des agrocarburants.
    Isabelle a bien mis en évidence le scandale de la fabrication de l’aliment du bétail.
    Intéressez-vous au circonvirus pcv1 et 2 qui détruit les défenses des jeunes porcelets ce qui multiplie les risques de recombinaison des virus.

    Pour éviter l’infection de ce circonvirus chez les géniteurs on fait naître les petits cochons par césarienne dans des bâtiments à air filtré, de niveau P3.
    Le cochettes sont transportés vers l’élevage dans des camions à air filtré(source porc magazine fev 2007 il me semble.
    Deux vaccins pour bébé ont été retirés par l’afssap rotatex et rotavix pour bébé de plus de six semaines car ils étaient contaminés par le virus.

  7. Parlons aussi des pathologies pulmonaires des Porcs qui se répercutent sur… les éleveurs, c’est un problème de santé publique

  8. goupil didier

    je suis moi même paysan bio depuis plus de 25 ans. pour les prochaines élections cantonales ou je suis candidat, on aimerait passer le documentaire manger peut il nuire à la santé. si cela était possible de se procurer le dvd ou autre pour une soirée débat dans un cinéma à sarzeau 56370 bien sûr l’entrée sera gratuite et ouverte au public. le gérant du cinéma n’est pas impliqué dans cette soirée.

  9. bible deutéronome 14.8
    Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts.

    Sans parler du coran

    A méditer, chaque jour les signes de la puissance de dieu se revele à nous, l’homme a assez saccagé notre belle planete, maintenant l’heure est à la punition, le temps est proche, jusqu’a quand tournerez vous le dos ?

  10. bonjour, je viens de visionner « on n’est pas couché » que j’avais enregistré.

    belle surprise et satisfaction que ces thèmes soient enfin médiatisés sur des chaines nationales, comme pour l’eau il y a qques mois avec Marie Druker. cela fait 30 ans que je milite dans mon coin pour faire entendre que l’eau est porteuse du meilleur comme du pire, elle nettoie mais si on la pollue, elle détruit la vie. outre les différents aspects déjà mis en lumière par MD et IS et par d’autres, comme les hormones et antibiotiques et autres médicaments transformant les poissons, les viandes ainsi que les légumes et fruits de toute sortes et impactant toute la chaine alimentaire, Il faut le rappeler » bien fort » l’eau que nous buvons, que les animaux boivent est elle même polluée par les résidus secs de nos propres excréments.
    en effet, pour beaucoup d’habitations les eaux usées se rejettent encore directement dans les cours d’eau ou dans les nappes souterraines sans aucun traitement avec leurs charges polluantes organiques pas ou peu dégradées naturellement. d’autres étant passés par des stations d’épurations repartent mal traitées sur le plan biodégradables, mais en aucun cas sur le plan chimique, ce qui a pour conséquence que ces détritus se retrouvent intégralement dans l’eau, mais aussi dans tout ce que l’on mange. en effet, nombreuses sont les stations d’épurations qui donne à certains agriculteurs les « boues de stations d’épurations » pour les épandre dans les champs. d’où le fait de les retrouver sur les légumes, céréales et autres…..

    même en y accordant des soins urgents, le retour paraît quasi impossible. cherchons plutôt à muter pour nous adapter!!!!!!

    il y a 40ans, mon prof de géotechnique nous relatait qu’au Maroc, il avait fait un barrage qui ne s’est jamais chargé, l’eau avait resurgi plusieurs kilomètres en aval.

    que des décharges publiques avaient polluées des points de sources à plusieurs vallées de distance.

    maintenant que le mal est fait et que pleins de gens sont malades et que la SS rembourse de moins en moins, et en priorité l’homéopathie, que la bio coute chère que les salaires baissent que toutes les charges augmentent, je ne veux pas croire à la réincarnation, j’aime autant me dire que je ne reviendrai jamais constater le désastre.

    de plus, c’est maintenant l’autre moitié de la planète qui s’y met en ignorant totalement les erreurs des autres.

    que faire, se tirer une balle, au milieu de toutes ces guerres et conflits, cela ne se remarquera même pas.

    bien à vous, prenez quand même soins de vous et faites le mieux que vous pouvez quand vous pouvez.

    michel

  11. Bonjour,

    Ayant vu le reportage remarquable « Nuire peut-il nuire à la santé », je souhaiterais obtenir de Madame Isabelle Saporta (je n’arrive pas à obtenir un contact pour la joindre) ou de vos services, les références des ou d’un laboratoire(s) fiable(s) pour faire analyser un produit alimentaire (du café en l’occurrence) à l’endroit duquel je nourris de sérieux soupçons quant au contenu.
    Pourriez-vous m’aider?
    Merci d’avance

    Cordialement
    Marc Legrand

    • Bonjour,
      vous pouvez toujours essayer d’écrire à Isabelle Saporta
      via son éditeur Robert Laffont pour le livre « Ne mâchons pas nos maux , Consommons autrement pour vivre mieux » paru en 01/2009 qui pourrait aussi s’intituler « sale temps pour la bouffe au pays de Rabelais : une enquête impitoyable. » En général les éditeurs font suivre le courrier.
      Ou alors, France 5 car elle a été invitée au Magazine de la santé le 16 février 2011, pour parler de son ouvrage « Le livre noir de l’agriculture ».
      Bonne chance

  12. Bonjour,
    j’aimerais transmettre toutes ma gratitude à isabelle pour son passage à Ce soir ou jamais, dans le cas où elle perdrait son temps sur le net. Vraiment, je ris encore de ses sorties, un vrai plaisir! Super! Merci!

  13. bravo Isabelle, j’adore….
    Philippe

  14. Bravo Isabelle, vous êtes convaincante et parlez vrai. Et en plus, votre sourire est craquant. J’adore.
    Philippe

  15. Bonjour, j’ai fini votre livre, bien que le bilan soit affligeant, vous proposez des solutions ce qui est remarquable.
    Excellent bouquin/enquête
    Nous aurons encore à nous aligner à toutes les nouvelles démocraties et ce mécanisme risque de jouer en notre défaveur si nous ne prenons pas garde et avec encore une fois la meilleure volonté.
    La france est un pays pratiquement pas syndicalisé et l’agriculture française est 100% syndicalisé, que doit ont en déduire ? il manque juste un mot à liberté, égalité, fraternité et… fédéré !
    A en croire les abstentions aux dernières Cantonales beaucoup sont résignés…
    Je travail dans l’Agro-alimentaire et je peux vous dire qu’aucun abattoir, aucune plateforme logistique ou même Hyper marché n’utilise de façon significative le solaire !!
    Alors que tous, rejettent leurs eaux usées, hyper consomment l’electricité ect…
    Ce qu’il faudrait, c’est de les y contraindre et ainsi propager le solaire et ainsi surement baisser les coûts aux revenus modestes.
    Dans l’agro, c’est le smic, parfois amélioré en contrepartie d’horaires de nuits ou de déplacement mais chacun est tout fier de toucher 50€/mois de plus que son voisin, vous voyez ça ne vole pas haut mais si on redonne espoir à toute cette masse, car beaucoup sont conscients du malaise au seing même de leur activité devenu abérente à leurs yeux.
    Jusqu’à l’obsoléscence programmée des biens materiels !
    vraiment on se demande où nous allons
    Encouragements pour la suite

  16. Aucune légitimité de la part de cette journaliste pour traiter du monde agricole.
    Pourquoi toujours mettre en exergue les mauvais, quid de tous les autres agriculteurs même non bio mais qui font leur métier avec passion. Parce que vous croyez que le paysan balance à tort et cri phyto et engrais pour son bon plaisir…
    Vous voulez moins de phyto sur des pommes, bah achetez celles qui ont des trous de vers… Mais non c’est vrai que du coup elle est inbouffable…
    Achetez uniquement français serait un grand pas déjà vers une meilleure santé alimentaire…

    • Vous avez raison au moins sur deux points : acheter français serait une façon de relancer une agriculture raisonnée et de proximité, ce qui ferait aussi moins de rejats de CO2; les « agriculteurs » privés qui cultivent leur jardin utilisent encore massivement le Round Up et leur pollution, si elle n’est pas mise en évidence, est aussi très néfaste !

  17. C’est un véritable soulagement que les jeunes générations prennent la relève dans un domaine aussi controversé que l’alimentation saine, cependant, il est très inquiétant de constater à quel point la dérive a progressé en 25 ans : en effet, j’ai moi-même bataillé pour faire passer ce type de message (je suis diététicienne en alimentation naturelle), en collectivité scolaire et médicale, mais c’était trop polémique à l’époque. Je souhaiterai apporter mon expérience et collaborer utilement à cette prise de conscience, car je confirme, on nous empoisonne et pas avec le dos de la cuillère!! On m’a fait TAIRE lorsque j’ai dénoncé les pratiques d’agriculture intensive lors de conférences, j’avais 35 ans et 4 merveilleux enfants, : j’ai capitulé. En souhaitant avoir des nouvelles d’Isabelle car il est impossible de la joindre et je le comprends. Michelle

  18. eric larigaldie

    J’ai beaucoup appris à la lecture de ce livre. Et étant graphiste, ce livre m’a même inspiré une petite illustration. J’aurai aimé la transmettre à isabelle mais je ne sais comment la contacter. Voici le lien de cette illustration http://www.ericlarigaldie.com/5-pesticides-et-fongicides-par-jour/

  19. very nice work , thank you

  20. SOREL Christian

    08-08-2011
    Isabelle Saporta traite de façon très intéressante la pollution issue des élevages et cultures intensifs, à coup d’antibiotiques, d’épandage de nitrates, de traitements insecticides et fongicides, curieusement elle ne traite pas ici en tous cas du grave problème de l’épandage des boues des stations d’épuration urbaines et industrielles sur les terres agricoles. La jurisprudence actuelle indique en substance, que « tout serait permis dès lors que le produit serait règlementaire ». Quelle hypocrisie!!! J’essaie de lui faire parvenir par son éditeur un exposé que j’ai réalisé sur ce sujet, traité particulièrement dans le cadre de la relation Propriétaire Bailleur-Fermier.

    • Bonjour Christian,
      N’hésitez pas non plus à mettre votre exposé en ligne de manière à ce que d’autres puissent le lire : cela pourra intéresser des personnes aussi impliquées et médiatiques qu’Isabelle Saporta, qui sait ?
      Merci en tous les cas de travailler pour la collectivité et dans le bon sens civique

  21. Bonjour
    Aujourd’hui si vous allez dans certaines usines agro-alimentaires, si vous accédez aux quais de chargement, vous voyez des palettes de saucissons, de jambon, de poulets etc…
    Si vous demandez au chef de quai : est-ce que je peux en avoir un ? il vous répond « prends-en si tu as pas peur d’être malade » ça laisse pensif
    Ou sur un quai où on m’a dit, je ne mange que du poulet de ferme alors que le gars travaille chez le leader du poulet (?)
    Il faut savoir que dans le poireau ou le radis et même les fleurs de Lampedusa… c’est le même illogisme, rien de foncier à part peut-être des « actions et dividendes » on voit où ça mêne encore une fois aujourd’hui.
    A quoi ça sert tout ça ?

  22. Madame :

    je suis dans le milieu agricole depuis 35 ans et j’ai lu votre « livre noir » comme un polar…Comme un céréale Killer ! On sait qui a fait le coup, mais on ne sait pas quand ça s’arrêtera…

    Je me permets toutefois une petite remarque sur les mitochondries (p 213 éditions « Pluriel »)
    Dans les cellules animales, l’appareil ou l’usine qui produit l’énergie s’appelle la mitochondrie (cycle de CREBS). Dans la cellule végétale cela s’appelle un chloroplaste (photosynthèse),

    Sinon, j’avais été à une réunion d’information à Brest (forum d’EELV) où vous n’aviez pas eu suffisamment de temps pour bien nous expliquer la big arnaque (entre autre la nouvelle PAC). C’était une réunion où il n’y avait pratiquement que des gens convaincus, une sorte de débat interne sans grand intérêt si ce n’est que des gens comme moi découvrent des gens comme vous…

    J’avais assisté l’année dernière à une réunion sur les algues vertes à Brest, où il y avait André Ollivro et son collègue co-auteur d’un bouquin (dont je ne me rappelle plus le nom, ni du livre ni du gars) et il y avait à la tribune, en plus, 2 agriculteurs « bio » dont un s’était recyclé d’un élevage classique de 200 truies je crois, à 4 truies, mais avec découpe charcuterie et vente directe, ce qui faisait qu’avec 200 truies il allait crever, et qu’avec 4 truies il avait créé 3 emplois à la ferme… Et bien, les jeunes agriculteursd qui étaient venus en découdre avec ces « putains de bio à la con qui vont nous faire crever » ont pu discuter (un peu musclée la discute, certes) et apprendre quelques notions qui ont relativisé leurs visions. Entre autres questions : qu’allez vous faire les mecs quand la nouvelle PAC ne vous refilera plus rien ? Avez vous étudié la question ?

    Bien sur il y en a qui sont partis en claquant la porte, c’est normal, mais l’ensemble était intéressé et dubitatif.

    Je pense que ce genre de réunion d’information avec un exposé d’une heure et puis questions et débat aurait mieux convenu pour expliquer ce qui nous attend.

    Bon, je vous remercie encore pour toute votre attention sur le problème agricole et votre honnêteté intellectuelle,

    Respectueusement, Christian Revert.

  23. tres chère Mme Saporta
    Je vous découvre sur BFM ce jour et pour l’indubitable érudite de l’agriculture européenne, je suis « surprise » de votre déficit d’indignation = 1 kg de steak haché vendu en France à 10€ en grandesurface comporte 5,7€ de charges, taxes et impôts là où ce même kg de l’autre coté du Rhin n’en supporte que 4€ !, la différence de 1,7€ permettrait aisément de faire vivre nos Agriculteurs plus que décemment et de répartir plus de valeur ajoutée chez CHACUN des acteurs de ces filières !!!
    Moins d’impôts et de taxes devrait être le mot d’ordre de toutes nos filières agricoles et seule cette voie dans un univers mondialisé nous permettra de « vendre et produire Français » ; jusqu là, nous aurons droit à encore qq centaines de tonnes de fumier en travers de nos routes +/- tous les 6 mois…
    Bon Courage à vous Madame, vous allez en avoir besoin…
    Slts
    Ernestine

  24. 2016 est là et … c’est pire !

  25. jean pierre lajeanne

    La maude fontenoy porte parole des lobby du cac 40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s