Djumbo habite au Kenya

Djumbo est un éléphant d’Afrique avec ses grandes oreilles, alors que celui d’Asie en a de très petites.

S’il vivait aujourd’hui, Djumbo habiterait certainement à l’orphelinat de David Sheldrick.

David Sheldrick Wildlife Trust s’occupe de la réinsertion de bébés élephants trouvés abandonnés à la suite de la mort de leur mère.  Il existe deux centres :

– L’ orphelinat : pour bébés jusqu’à 2 ans à Nairobi. Edwin le chef des soigneurs, va dormir avec le petit éléphanto Saïtis cette nuit-là. En effet, les bébés ont peur et s’ils ne sentent pas la présence rassurante de leur soigneur, ils pourraient se laisser mourir. En plus, il faut les nourrir toutes les trois heures au biberon. Durant la nuit, l’éléphanto peut se réveiller et aller toucher son soigneur pour s’assurer qu’il est bien là. C’est un travail de 24 heures sur 24. On les couvre d’une couverture car pendant les deux premières années, l’éléphanto est fragile et comme Naïrobi se trouve à 1500 mètres d’altitude, il fait frois la nuit. Jusqu’à 2 ans, il faut les bichonner.

– L’école de la vie : de 2 à 5 ans, les jeunes éléphants, un peu plus autonomes, vont dans le centre de la réserve de Tsavo, à 300 kms de Nairobi. Ils ne dorment plus avec leur soigneur mais tous ensemble et prennent encore 4 biberons par jour !

Pour faire passer le spleen de certains petits, rien de mieux qu’une partie de foot qui permet aux soigneurs de renforcer leurs liens affectifs et au groupe d’éléphantos de se consolider. Les éléphantos passent la journée dehors où ils voient de loin des groupes déléphants sauvages : c’est en les regardant manger qu’ils apprennent quelles sont les plantes qu’il leur faut. Ils apprennent aussi par mimétisme à se méfier des étrangers au centre. Donc il se préparent vraiment à retourner à la vie sauvage. Un jour, vers 5 ans, lorsqu’il se sent près, le jeune éléphant ne rentrera pas dormir au centre; de temps en temps, les adultes qui ont été élevés à la réseve reviennent voir leur soigneur et chipper un peu de nourriture. Ils se souviennent de leur soigneur et retrouvent vite un rapport affectif; ils ont vraiment une mémoire d’éléphant !

Tsavo est la deuxième réserve du Kenya, pays où vivent 40 milions d’habitants sur une surface égale à celle de la France. Pour beaucoup d’Africains, l’éléphant est un ennemi; 30 personnes meurent chaque année des coups de l’animal. Le problème est simple : les cultures ont rétréci leur territoire comme une peau de chagrin. Il reste 10 000 éléphants au Kenya et 100 éléphants meurent par jour en Afrique. Il faut absolument protéger les espaces qui restent.

La cause première est bien sûr le braconnage opéré souvent par des hommes venant de Somalie ou de Tanzanie. Le kilo d’ivoire se négocie à 1200 euros et une défense pèse souvent autour de 60 kilos. La demande d’ivoire est en constante augmentation car les pays asiatiques dont la Chine en sont très friands, à cause d’une superstition laissant croire que les cornes de rhinocéros comme les défenses d’ivoire seraient aphrodisiaques. Triste réalité…

 L’organisation KWS comporte 500 hommes et femmes qui patrouillent armés afin de lutter contre le bracconage et protéger les éléphants de Tsavo. Jours et nuits ils traquent les braconniers. Le tourisme est la deuxième source de revenus au Kenya et les touristes aiment les éléphants.

Mais soigner un éléphant au centre de David Sheldrick  revient à 700 euros par mois. Sur les 200 éléphantos qui sont passés par le centre, seuls 50% ont survécu. En ce moment et pour la première fois, un petit rhinocéros est accueilli au centre et lutte contre la pneumonie.

Plus sur : http://www.sheldrickwildlifetrust.org/

Publié par notre Terre Mère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s