Connaissez-vous Pierre Lassus ?

Pierre Lassus est un psychothérapeute qui œuvre pour une reconnaissance de ce qu’est l’enfance, dans toutes ses particularités et surtout pour le respect de son innocence.

Suivant une direction prise depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis, Pierre Lassus veut démystifier le concept d’ œdipe qu’aucune recherche sérieuse n’a réussi à prouver, bien au contraire. Cependant, en France, la psychanalyse est surtout freudienne, et les partisans de Freud ont établi une sorte de dogme qu’il est très difficile de remettre en cause, ce qui ralentit la recherche en matière de psychologie de l’enfant.

Or la maltraitance, qui est étudiée depuis le tout début du XXème siècle, ne cesse pas vraiment de diminuer en France. On est plus informé, les personnes savent un peu plus où trouver de l’aide, mais les mécanismes de reproduction de la violence sont encore aussi puissants. Ils se forment avant tout au sein de la famille, « cocon sacré » qu’il est difficile d’aborder, tant chacun se sent aussi interpeller par son attitude de parent. En effet, qui peut se dire un parent parfait ? Personne, et c’est pour cela que le champs d’action est plus réduit, car on se heurte aussi au sentiment de culpabilité qui atteint plus ou mois chaque parent.

Au-delà de cela, il existe malgré tout des critères objectifs liés tout simplement à la survie psychologique voire physique d’un enfant : le sentiment de peur qu’une famille violente peut engendrer peut s’avérer être le point de départ de beaucoup de psychoses, phobies, pathologies diverses… La plupart des êtres « tortionnaires » ont vécu la maltraitance de la part d’un parent : par exemple, Adolphe Hitler, pour n’en citer qu’un, était battu à mort par son père qui ne s’arrêtait que lorsque son fils faisait une syncope. Cela peut paraître réducteur et facile, et pourtant cela correspond bien à la réalité. La souffrance engendre la violence…

Pierre Lassus, en tant que directeur de l’association « l’Union française pour la sauvegarde de l’enfance » a aussi été sensibilisé par la banalisation d’images pornographiques qui envahissent de plus ne plus notre environnement. En effet la brutalité de ces images crues choquent l’innocence des enfants. En plus, la sexualisation de tous les objets qui prône la publicité à la télévision, rend confuse la hiérarchie des valeurs et des règles morales sur lesquelles un enfant peut et doit se construire. Vendre son corps pour avoir un objet ? Ëtre soi-même un objet de consommation ? Pour un adulte qui sait qui il est et quels sont ses objectifs, cela ne paraît pas forcément important, mais pour un enfant qui se construit, ce genre de confusion peut être source d’angoisses.

Il vient de publier « violence en héritage » qui approche la personnalité des criminels afin de montrer que leur socio-pathologie est toujours liée à un traumatisme venant de parents pervers, eux-mêmes victimes de maltraitance physique ou mentale, la plupart du temps.
Ainsi, Pierre Lassus va interroger l’Ancien Testament qui est la première longue histoire de la parentalité. Le départ est même tragique si on lit le texte au premier degré, car le premier enfant fut aussi le premier criminel. Puis, le Nouveau Testament, est sans doute le premier texte qui parle de la protection à apporter aux enfants, c’est à dire leur offrir ce qui répond à trois principes de base : Protéger, Pourvoir, Permettre.

Violence en héritage – Le tragique paradoxe des relations parents-enfants, ed. Bourrin Editeur, 2011ISBN : 978-2-84941-216-9

Voici quelques uns de ses autres livres:
– Le Mal de vivre, pourquoi? , ed. de l’Atelier, 2007
– Maltraitances, ed. Stock, 2001
– De la violence conjugale à la violence parentale, ed. Erès, 2001
Publié par notre Terre Mère

Publicités

3 réponses à “Connaissez-vous Pierre Lassus ?

  1. Harault danielle

    Bonjour, j’ai rencontré Pierre Lassus en 1971 sur mon lieu de travail; il était alors cadre du Ministère de l’Intérieur et je me souviens d’un jeune homme très humain, attachant, simple, bon ….je ne suis pas étonnée de son parcours et l’en félicite. J´aurais plaisir a échanger avec lui s’il se souvient de moi. Mes coordonnées : Danielle Harault@orange.fr

  2. J’ai connu ma future épouse à l’hôpital Léopold Bellan. Elle est devenue pédopsychiatre et moi psychiatre après été généraliste parce que je refusais de ne pas comprendre pourquoi les patients me réclamaient tellement que je leur prescrive des anxiolytiques et des anti-dépresseurs. Nous est né deux beaux enfants.
    Je suis « entré en analyse » ( en 1974) , ce qui ne fut pas désastreux, sauf la seconde « cure », en 1983, auprès d’une psychiatre « lacanienne » (marie Albertini, pour ne pas la nommer, qui refusa de m’entendre lorsque je lui ai fait part de mes conceptions à partir de mes souvenirs d’enfance. (le pourquoi de mon départ en Suède, qui me sauva la vie). Mon épouse m’avait raconté les siens avant son mariage, mais contrairement à moi elle pensait que tous les psychanalystes, en particulier les lacaniens, étaient le dessus du panier, alors que je les tenais, et pour cause, pour des charlatans et des pervers ou au mieux des innocents pervertis. Sauf Marie Balmary. Voir pourquoi à wwww.omerta médicale – blog de léon et/ou sur http://www.Ande-Vamos et/ou sur le .blog de Jacques Thomet et/ou à Hubert Besson sir l’affaire DUNAND et les disparues de l’Yonne. On comprendra alors un peu mieux pourquoi Me Thierry Lévy s’en est violemment pris à Luc Ferry lorsque celui-ci a fait allusion dans l’émission « Ce soir ou jamais » à un ancien ministre de l’éduc; nat. consommateur de chairs fraîches.
    On comprendra aussi pourquoi l’Ordre des médecins et les parquetiers protégeaient la Clinique Léon Elmelik et pourquoi c’est le procureur Michel Barrau que Dominique Perben à choisi pour régler à Toulouse l’affaire Allègre et des 194 prostituées bizarrement suicidées. Lire impérativement « Outreau, la vérité abusée, aux éd. Hugo et.Cie. La théorie oedipienne est une couverture pour les pédoclastes. Le freudisme devrait au même titre que l’hitlerisme être frappé d’interdiction pour incitation à la haine (la théorie oedipienne est une invention d’Ernest Jones, grand amateur de chairs tendres, une théorie qui colle à la généalogie incestueuse de Freud, qui serait le fils de son grand-père Jacob Nathansohn, comme l’a suggéré la psychanalyste Gabrielle Rubin après qu’elle a lu « L’homme aux statues » de Marie Balmary, cependant qu’elle prétend que c’est de Freud fils de Jacob de Marianne Krüll, ce livre étant « autorisé » par les réseaux freudiens.
    A noter qu’à l’époque où j’y étais, à l’hôpital Léopold Bellan un chirurgien pratiquait le viols sur les (au moins une) belle-s endormie-s (silence gainé en salle de garde).

  3. Marie Laure Chazal

    J’aimerais bien savoir si Pierre Lassus, enfant, passait ses vacances chez sa grand mère à St Benoît du Sault dans l’indre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s