La mer

La mer
Qu’on voit danser le long des golfes clairs
A des reflets d’argent
La mer
Des reflets changeants
Sous la pluie

La mer
Au ciel d’été confond
Ses blancs moutons
Avec les anges si purs
La mer bergère d’azur
Infinie

Voyez
Près des étangs
Ces grands roseaux mouillés
Voyez
Ces oiseaux blancs
Et ces maisons rouillées

La mer
Les a bercés
Le long des golfes clairs
Et d’une chanson d’amour
La mer
A bercé mon coeur pour la vie.

1943, Charles Trenet est dans le train qui le mène à Perpignan quand il compose en une vingtaine de minutes la chanson La Mer. Comme  il ne croit pas au potentiel de la chanson, il faut attendre 1946 et l’intervention de l’éditeur musical Raoul Breton pour que Charles Trenet accepte de l’interpréter lui-même sur une musique co-composée avec Albert Lasry.

La Mer remporte alors un énorme succès. Elle  fait partie du patrimoine musical français et reste la chanson française la plus traduite dans le monde.

Comme quoi l’inspiration n’a pas besoin de temps,  mais peut-être du ronronnement d’un train et d’une profondeur d’âme…

Publié par notre Terre Mère

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s